Un rapport parlementaire déplore le manque de « culture militaire » au sein des administrations civiles françaises

Un rapport parlementaire déplore le manque de « culture militaire » au sein des administrations civiles françaises

http://www.opex360.com/2020/08/08/un-rapport-parlementaire-deplore-le-manque-de-culture-militaire-au-sein-des-administrations-civiles/

Une attaque contre des touristes français a fait huit tués dans la région de Kouré, au Niger

Une attaque contre des touristes français a fait huit tués dans la région de Kouré, au Niger

http://www.opex360.com/2020/08/09/une-attaque-contre-des-touristes-francais-a-fait-huit-tues-dans-la-region-de-koure-au-niger/

Afghanistan: 400 talibans bientôt libérés dont les tueurs de six Français

Afghanistan: 400 talibans bientôt libérés dont les tueurs de six Français

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 10 août 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

Les autorités afghanes se sont accordées, hier dimanche, sur la libération de 400 talibans radicaux dans l’espoir d’ouvrir la voie à des négociations de paix avec les insurgés. L’accord a été trouvé lors d’une session de la Loya Jirga, la grande assemblée afghane. 

Parmi les captifs concernés, se trouvent plus de 150 condamnés à mort, ainsi qu’un groupe de 44 captifs “indésirables”, une sorte de liste noire remplie de profils jugés problématiques par les autorités américaines et afghanes, mais aussi d’autres pays.

Ce groupe inclut les deux assassins de Bettina Goislard. Cette employée française du Haut commissariat de l’Onu aux réfugiés a été tuée le 16 novembre 2003 à Ghazni, à 130 kilomètres au sud de Kaboul.

La liste contient aussi le nom d’un ancien soldat afghan qui avait retourné son arme contre des soldats français en 2012 dans la province de Kapisa, tuant cinq d’entre eux et blessant 13 autres dont 5 graves.

Voir mon post du 20 janvier 2012 sur cette fusillade qui avait eu lieu à Gwan, une FOB où stationnait une OMLT de 35 hommes composée d’éléments du 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces, du 2e REG, du 4e RC (dont un officier et deux soldats sont blessés), du 3e RPIMA et du 28e RT.

Retrait US.
Les Etats-Unis prévoient de réduire “à moins de 5 000” le nombre de leurs soldats présents en Afghanistan d’ici fin novembre, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, lors d’un entretien diffusé samedi par la chaîne Fox News, précisant une annonce du président Trump. Environ 8 600 soldats américains sont actuellement stationnés en Afghanistan.

Malgré la saison des pluies, Barkhane maintient un rythme opérationnel soutenu dans le Gourma malien

Malgré la saison des pluies, Barkhane maintient un rythme opérationnel soutenu dans le Gourma malien


Vers un retour du COS à Tripoli ?

Vers un retour du COS à Tripoli ?

 

L’envoi de forces spéciales françaises auprès du gouvernement libyen est envisagé à Paris, afin de tenter de limiter l’influence turque.

Selon nos informations, l’envoi d’éléments des forces spéciales (COS) à Tripoli est envisagé dans les cercles gouvernementaux et militaires français. Il s’agirait, pour les partisans de cette option, de tenter de limiter l’influence de la Turquie auprès du gouvernement d’entente nationale (GAN) dirigé par al-Sarraj. Paris mise notamment sur le ministre de l’Intérieur Fathi Bashagha, un ami de la France, qui a récemment favorisé la visite de Bernard-Henri Lévy en Libye.

Pour le commandement des opérations spéciales (COS), il s’agirait d’un retour sur place. Des hommes des forces spéciales ont en effet été envoyé sur place pour y conseiller et former les forces de sécurité locales – ainsi qu’une mission de liaison. La date de leur arrivée, comme celle de leur départ (sans doute début 2019) n’est pas publique, pas plus d’ailleurs que ne l’était leur présence sur place. Rappelons toutefois que le COS ne mènent pas des opérations clandestines. Relevant de l’état-major des armées, il est chargé de missions discrètes sur lesquelles les autorités ne communiquent guère. Les opérations clandestines relèvent uniquement de la DGSE et de son bras armé, le Service Action.

L’hypothèse de ce retour confirme l’incertitude qui règne à Paris sur la politique libyenne. La France a beaucoup misé sur le maréchal Haftar, mais son étoile pâlit… du fait de sa déroute militaire. Même s’il continue à être soutenu par les Emirats arabes unis (dont la France est très proche), certains milieux à Paris songent désormais à rééquilibrer la politique de la France en faisant un geste en direction du gouvernement reconnu par la communauté internationale.

Pendant plusieurs années, la France a entretenu deux fers au feu en Libye, avec une sorte de partage géographique. A l’ouest (Tripoli), ces militaires du COS étaient présents, de manière assez modeste. On notait aussi la présence de gendarmes du GIGN chargé de la sécurité de l’ambassadeur de France en Libye. L’Est, chez le maréchal Haftar, c’était en revanche le domaine de la DGSE et de son Service Action. Engagés dans la lutte contre Daech, les effectifs du SA ont été assez important. Le chiffre d’une centaine d’hommes a circulé mais il est, par nature, invérifiable. Certains de ces éléments clandestins ont toutefois accompagné l’offensive d’Haftar contre Tripoli en 2019, comme en témoigne la découverte de missiles français Javelin abandonnés sur place.