De nouveaux matériels NRBC expérimentés par l’armée de Terre

De nouveaux matériels NRBC expérimentés par l’armée de Terre


Le système Hybrid Patriot 5510 commandé par l'armée de Terre à titre expérimental (Crédits : Wilcox)

Le système Hybrid Patriot 5510 commandé par l’armée de Terre à titre expérimental (Crédits : Wilcox)


De nouveaux matériels NRBC ont été acquis par l’armée de Terre à des fins d’expérimentation, révèle un avis de marché publié le mois dernier. Ces appareils respiratoires, notamment conçus pour un usage militaire, seront fournis par TR-Equipement, distributeur de produits tactiques installé à Écouflant (Maine-et-Loire).

 

Ce marché de 30 000€ géré par la SIMMT comprend la livraison de systèmes « Quick Response Kit » (QRK) et « Hybrid Patriot 5510 » conçus par l’Américain Wilcox. Les deux exemplaires commandés seront livrés au détachement de Satory du 8e RMAT pour être ensuite mis en oeuvre à titre expérimental. Au vue du degré de sophistication et du prix à l’unité, leur éventuel déploiement serait en théorie limité à une poignée d’utilisateurs.

Compact et léger – 7,5 kg en ordre de marche -, le QRK offre 30 minutes d’autonomie aux opérateurs et primo-intervenants. Selon Wilcox, cet appareil « est idéal pour des personnels engagés dans des situations de confinement en primo-intervention, le temps qu’une assistance complémentaire arrive sur les lieux ». Compatible avec le modèle Hybrid Patriot 5510, le QRK est conçu pour les missions de secours secours tactique, l’extraction VIP ou toute autre opération complexe réalisée en environnement contaminé. Plus lourd (13 kg) mais « hybride », le second système testé par l’armée de Terre dispose de quatre modes respiratoires (SCBA, PAPR, APR et SAR) et fournit de 30 minutes à huit heures d’autonomie suivant le nombre de bonbonnes et le mode sélectionné. Il peut également être équipé d’une torche de découpage exothermique pour les opérations de bréchage.

Moins médiatisé que les grands programmes structurants de type Scorpion, le renouvellement des moyens NRBC se poursuit néanmoins, tant pour l’équipement personnel acquis à grande échelle que pour des briques à plus haute valeur ajoutée destinées à certaines missions spécifiques. Hormis le programme EPIA destiné à équiper l’ensemble des forces, plusieurs jalons ont été atteints l’an dernier en matière de R&D. En coopération avec le CEA, DGA NRBC a ainsi mis au point de nouveaux chromophores de détection d’agents chimiques couvrant un spectre étendu. Une nouvelle boîte à gants de théâtre permettant de manipuler des agents hautement infectieux a été validée par expérimentation sur le terrain. Une étude a par ailleurs été lancée sur un nouveau détecteur chimique portatif.

Mali : deux soldats français de la force Barkhane tués par une bombe artisanale

Mali : deux soldats français de la force Barkhane tués par une bombe artisanale


Deux soldats français de la force Barkhane ont été tués et un troisième grièvement blessé par une bombe artisanale au Mali samedi 5 septembre. Ces décès portent à 45 le nombre de militaires français morts dans les opérations françaises au Sahel depuis 2013.

Les pertes s’enchaînent pour l’armée française au Sahel. Deux soldats français de la force Barkhane ont été tués et un autre grièvement blessé par une bombe artisanale dans le nord du Mali, samedi 5 septembre. “Le brigadier-chef de première classe S.T. et le hussard parachutiste de première classe Arnaud Volpe” ont été tués “après la destruction de leur véhicule blindé par un engin explosif improvisé (…) lors d’une opération dans la région de Tessalit“, a annoncé l’Elysée dans un communiqué diffusé samedi. Un troisième soldat était présent dans le véhicule, et a été blessé lors de l’explosion. L’état-major des armées françaises a précisé samedi que son état “est stable, mais son pronostic vital demeure réservé“, dans une déclaration relayée par l’AFP.

Ces décès portent à 45 le nombre de militaires français morts dans le cadre des opérations Serval (déclenchée en 2013) puis Barkhane (depuis août 2014), selon un bilan de l’état-major. Ils s’ajoutent à ceux du parachutiste Tojohasina Razafintralama, tombé en juillet dernier, ainsi que des légionnaires Kévin Clément et Dmytro Martynyouk en mai. Tandis que la France avait perdu 13 militaires dans un accident entre deux hélicoptères en opération au Mali en novembre 2019.

Flou institutionnel

La France est et reste engagée (…) dans ce combat sans relâche contre les groupes armés terroristes“, a déclaré la ministre des Armées Florence Parly dans un communiqué diffusé samedi, rendant hommage à des soldats “qui sont allés au bout de leur engagement“. Ces derniers mois, l’armée française et celles des pays africains du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) ont multiplié les offensives, revendiquant la neutralisation de plusieurs dizaines de djihadistes. Quelque 5.000 soldats français sont mobilisés dans le cadre de l’opération Barkhane.

La situation politique et sécuritaire reste confuse au Mali après le coup d’Etat du 18 août, qui a vu des militaires renverser le président Ibrahim Boubacar Keïta après sept ans au pouvoir. Après avoir promis une transition vers un pouvoir civil, la junte a ouvert ce samedi des concertations sur l’avenir du pays, qui doivent durer jusqu’au 12 septembre. “[Emmanuel Macron] appelle à la mise en place sans délai d’une transition politique civile au Mali, conformément aux attentes de son peuple, de l’ensemble des pays qui le soutiennent, et condition sine qua none d’une lutte efficace contre les terroristes“, a déclaré la présidence française dans son communiqué de samedi. “Nous allons voir si les armées maliennes sont en mesure de garder le tempo“, avait indiqué le chef d’état-major des armées françaises François Lecointre à l’AFP fin août, ajoutant souhaiter le maintien de “l’engagement de l’armée malienne dans la lutte contre les groupes armés terroristes“.

Le porte-avions « Charles de Gaulle » prêt à reprendre la mer

Le porte-avions « Charles de Gaulle » prêt à reprendre la mer


Une brève histoire des Troupes de marine

Une brève histoire des Troupes de marine

par Michel Goya – La Voie de l’épée – Publié le 30/08/2020

https://lavoiedelepee.blogspot.com/


Destinées aux opérations amphibies et outre-mer, les Troupes de marine ont été, et sont toujours, de tous les combats de l’armée française. Tour à tour fusiliers marins et soldats de ligne, mais toujours voyageurs, Marsouins et Bigors forment le premier corps d’intervention de la France depuis quatre siècles.

La première armée de marine

Les Troupes de marine (TDM) sont nées de la volonté du cardinal de Richelieu de doter la flotte de sa propre armée, afin de protéger ports et arsenaux, mais aussi d’assurer le service des armes à bord des vaisseaux de ligne qui apparaissent alors. Il crée donc, en 1622, avant les Royal Marines britanniques et bien sûr les Marines américains, les premières « compagnies de la mer » associant fusiliers et canonniers au sein de petites unités d’une centaine d’hommes intégrés dans des corps aux noms changeants. 

D’emblée cette force rattachée à la marine se trouve tiraillée entre les besoins contradictoires de la flotte, des colonies et de l’armée. L’armée a besoin de soldats, la marine préfère investir dans les navires et marins. Quant au « service des colonies », il est initialement le fait des armées des compagnies à charte et des milices locales. Les « compagnies de la mer » sont donc régulièrement dissoutes puis reconstituées lorsqu’on s’aperçoit que le combat, qu’il soit à bord ou à terre dans les colonies ne s’improvise pas. La France est ainsi incapable de défendre les Indes et le Canada faute d’une véritable « capacité de projection ».

Tirant les leçons des errements de la guerre de Sept Ans (1757-1763), on organise en 1772 un solide corps royal de la marine regroupant huit régiments stationnés dans les ports et on les équipe des premières tenues bleues avec une ancre sur les boutons. Cette première armée de marine disparaît finalement dans la tourmente des guerres de la révolution et, après Trafalgar (1805), ses fantassins et artilleurs combattent dans les rangs de la Grande Armée.

La nouvelle armée de marine

Après maints atermoiements depuis 1822, l’ordonnance du 14 mai 1831 reforme les nouvelles Troupes de marine avec la formation des deux premiers régiments d’infanterie de marine (RIM) à 30 compagnies, un troisième étant ajouté en 1838. Il est formé également un régiment d’artillerie de marine, porté en 1840 à 40 batteries. Ce sont donc des régiments considérables qui présentent la particularité d’être présents simultanément sur plusieurs continents. Le 3e RIM est ainsi présent simultanément à Toulon, à Cayenne, au Sénégal et sur l’île Bourbon (Réunion). En 1845 enfin, la vocation interarmes s’étoffe avec la naissance de la cavalerie de la marine avec la création d’un escadron de spahis au Sénégal. C’est à cette époque que les fantassins de marine désormais dispensés du service de bord pendant les traversées sont comparés par les marins aux marsouins qui suivent les navires en quête de nourriture. Quant aux artilleurs désormais attachés aux batteries côtières, ils sont comparés à petits coquillages fixés aux rochers et deviennent des bigors, diminutifs de bigorneaux, à moins que cela vienne du vieil ordre « bigues dehors » de mise en batterie au temps de la marine à voile.

Les troupes de marsouins et bigors sont plus qu’ailleurs encadrées par des officiers issus du rang ou du corps des sous-officiers, mais aussi formés dans les écoles de l’armée, à Saint-Cyr ou Polytechnique — où ils occupent le fond des classements jusqu’aux années 1880. Il ne fait pas bon trahir l’armée en allant servir la marine et puis le service outre-mer est éprouvant. La troupe formée de volontaires souvent issus des milieux les plus pauvres est jugée de mauvaise qualité. Il s’y forme cependant une culture très particulière, revendiquant l’origine très populaire de ses membres avec des traditions à faire pâlir les ligues de vertu jusqu’à aujourd’hui, mais aussi le goût du voyage et de l’aventure. L’attachement à cette communauté particulière coincée entre les marins et les « biffins » (« chiffons ») de l’armée métropolitaine est très fort, plus qu’à des régiments où on ne fait que tourner.

Cette communauté est petite, 16 000 hommes au total, est de toutes les expéditions de la monarchie de Juillet, du Mexique en 1838 à la guerre franco-tahitienne de 1844 en passant par la prise de Tanger en 1844 ou les débarquements dans l’océan Indien. Après une interruption lors de la IIe République, le Second Empire renoue avec l’aventure coloniale et un quatrième RIM est formé en 1854. Les cadres sont par ailleurs déployés dans les quelques troupes indigènes qui commencent à se former.

Les expéditions de la marine (désormais à vapeur) reprennent : les marsouins s’emparent de la Nouvelle-Calédonie en 1853, débarquent à Canton en 1857 puis au Liban en 1860. Surtout, la Marine conquiert la Cochinchine de 1858 à 1860. Les Troupes de marine participent aussi au long siège de Puebla au Mexique en 1863 et aux guerres en Europe. On les retrouve ainsi face à l’armée russe en 1854, en Crimée et dans la Baltique. Pendant la guerre de 1870, marsouins et bigors sont regroupés dans la division bleue du général de Vassoigne, qui s’illustre à Bazeilles (près de Sedan) par sa résistance acharnée — exploit qui devient en 1952 le fait d’armes fédérateur des TDM, célébré tous les ans (pour un excellent résumé voir ici).

Après 1870, les TDM sont pourtant à nouveau sur la sellette : la priorité est en effet à la préparation de la « revanche » sur le continent européen, et la nouvelle république se méfie des troupes professionnelles, toujours susceptibles de fomenter un coup d’État. C’est pourtant cette nouvelle république qui se lance au début des années 1880 dans la conquête coloniale et pour cela les marsouins sont indispensables. Le combat n’est plus sur mer, ni sur les côtes. La France envoie quelques officiers de marine, comme Borgnis-Desbordes, Archinard, Lamy ou Largeau s’emparent de territoires immenses en Afrique avec des colonnes de quelques centaines d’hommes seulement.

Il y a aussi les grandes expéditions, comme celles de Tunisie en 1881, du Tonkin à partir de 1883 et de Madagascar en 1894. Les 15 000 marsouins et bigors dispersés dans le monde sont insuffisants pour cela et il faut faire appel à l’armée métropolitaine. Outre que le ministère de la guerre est réticent à ce détournement de ressources, on s’aperçoit que les pertes par maladies sont considérables parmi les appelés venant directement de France, presque 6 000 à Madagascar en 1895 pour seulement 25 morts au combat. Le principe est alors acquis de ne plus envoyer outre-mer que des soldats engagés ou des volontaires acclimatés.

Volontariat et métissage

La fin du XIXe  siècle est donc marquée par plusieurs évolutions. Il est décidé de renforcer les effectifs des TDM tout en ne faisant appel qu’à des volontaires. Le nombre de régiments d’infanterie de marine en métropole est doublé et on en forme dix autres dans l’Empire. C’est un échec, les volontaires s’avérant insuffisamment nombreux pour les armer. Après des années de tergiversations, on se décide enfin, par la loi du 5 juillet 1900, après 102 projets avortés, à retirer les TDM à la marine pour en faire « l’armée coloniale » placée sous la double tutelle des ministères de la Guerre et des Colonies, en fonction du stationnement des troupes.

Un corps d’armée colonial de deux divisions est même formé en métropole et intégré dans les plans de mobilisation de l’armée avec ses 30 000 marsouins et bigors. Ses unités sont à recrutement métropolitain mixte, volontaires et appelés, mais seuls les premiers peuvent servir outremer. Simultanément, pour le service des colonies, on fait de plus en plus appel aux troupes indigènes, sous l’appellation de spahis et surtout de « tirailleurs », sénégalais, annamites, tonkinois ou malgaches. Les tirailleurs sénégalais — venant de moins en moins du Sénégal — passent ainsi de 6 600 en 1900 à 31 000 en 1914. Ces bataillons prévus à l’origine pour le contrôle de leur propre territoire deviennent vite une réserve opérationnelle qui est engagée au Maroc à partir de 1907, avant peut-être la métropole comme le propose Charles Mangin en 1910, dans La Force noire.

On théorise aussi de nouvelles méthodes. En 1899, Joseph Gallieni publie un Rapport d’ensemble sur la pacification, l’organisation et la colonisation de Madagascar, où il expose son expérience de résident-général. Reprenant des méthodes déjà appliquées au Tonkin mais dont l’origine remonte sans doute jusqu’à l’occupation de l’Aragon par Suchet en 1808, via Bugeaud, puis Faidherbe, Gallieni exprime l’idée que «le soldat ne doit pas se borner à l’action militaire», mais œuvrer à la mise en valeur du territoire qu’il occupe afin de démontrer clairement les bienfaits de la présence française et créer ainsi un cercle vertueux. La méthode n’est pas exempte de brutalité lorsque des résistances se présentent, mais à l’inverse des « Soudanais » qui ont conquis l’Afrique occidentale, elle s’accompagne de séduction. Cette approche empathique avec le milieu constitue depuis un élément fondamental et particulier de la culture des TDM.

Dans les guerres mondiales

Lorsque la guerre commence, l’armée coloniale en métropole est forte d’un corps d’armée de deux divisions d’infanterie coloniale (DIC) soit environ 30 000 hommes. Ces deux divisions sont suivies de cinq autres et d’un deuxième corps d’armée. Les bataillons de tirailleurs y sont intégrés progressivement à partir de septembre 1914 et ils sont plus de 70 à la fin de 1915. Contrairement à la légende, ces bataillons ne sont pas plus engagés que les autres et leurs pertes au combat sont inférieures à la moyenne des troupes métropolitaines. Il est vrai que les tirailleurs ont surtout été engagés après les combats les plus meurtriers, ceux de 1914, et qu’ils souffrent plus en revanche du climat et des maladies. On prend donc l’habitude de les retirer du front les mois d’hiver. À la fin de la guerre, les troupes coloniales de toutes origines représentent environ 10 % des forces combattantes françaises, avec une forte concentration dans le front des Balkans et même en Ukraine en 1919 où des bataillons de tirailleurs affrontent avec succès des troupes russes bolcheviques.

On découvre à cette occasion que ces troupes professionnelles sont plus fiables que les troupes d’appelés métropolitains qui ne comprennent pourquoi ils combattent aussi loin de la patrie et alors que celle-ci n’est plus menacée. C’est après le risque des maladies tropicales, le deuxième argument pour ne plus engager hors des frontières que des soldats professionnels. Or, les expéditions sont nombreuses jusqu’en 1927, on retrouve donc l’armée coloniale sur tous les fronts, en Rhénanie, en Silésie, en Syrie et surtout au Maroc pendant la guerre du Rif de 1921 à 1926. On conserve aussi l’idée d’un corps à double mission de garde de l’empire et de réserve métropolitaine. Lors de la mobilisation de 1939 et jusqu’en juin 1940, ce sont neuf divisions coloniales qui sont formées. Avec un total de 500 000 hommes, les troupes coloniales atteignent alors leur sommet. Elles se battent avec courage, perdent 20 000 hommes, obtiennent quelque un des rares succès de l’armée française notamment au nord de Lyon, mais n’empêchent pas le désastre. Les tirailleurs sénégalais ont payé cette fois un tribut plus lourd que les autres dans les combats et sont victimes du racisme allemand.

Comme les autres corps, l’armée coloniale se retrouve ensuite très divisée. Avec l’application de l’armistice, il ne reste plus que trois régiments en métropole, l’Indochine est occupée par les Japonais et l’Afrique occidentale reste fidèle à Vichy. Ce sont finalement dans les provinces les plus éloignées de l’empire, dans l’Afrique-Équatoriale française et dans le Pacifique, que sont formés les contingents les plus importants de la France libre. Par habitude de l’autonomie, mais sans doute aussi parce que la culture de l’armée coloniale s’accorde mal avec les idées fascistes et racistes de l’envahisseur et des collaborateurs de Vichy, les coloniaux forment le gros des volontaires de la France libre.

Les bataillons de marche intègrent la force du colonel Leclerc au Tchad ou les brigades françaises libres combattant avec la 8e armée britannique. Trois bataillons de marine combattent ainsi à Bir Hakeim en mai 1942 aux côtés de la Légion étrangère. Avec la réorganisation de 1943, ces premières forces forment le noyau dur de la 1ère division française libre et de la 2e Division blindée de Leclerc tandis qu’une nouvelle grande unité, la 9e DIC, est formée. La coloniale participe ainsi largement à la libération de la France et à la campagne en Allemagne. Presque tous les régiments actuels des TDM, à l’exception des parachutistes (sauf le 1er RPIMa, héritier des Special Air Service français) sont issus de cette armée de la libération. Sur les six corps de l’armée de Terre faits « compagnons de la Libération », six sont de l’armée coloniale.

Tout de suite après la fin de la guerre, les troupes coloniales sont au premier rang de la réaction aux premiers mouvements d’indépendance à Madagascar et surtout en Indochine. Le corps expéditionnaire qui y débarque en octobre 1946 avec un groupement de la 2e DB, la 9e DIC et la 3e DIC, est composé pour 80 % de coloniaux. Aux côtés de l’armée d’Afrique et des volontaires métropolitains, les coloniaux fournissent un certain nombre d’unités de combat, notamment, à partir de 1948, les huit nouveaux groupements de commandos coloniaux parachutistes (GCCP, devenus ensuite Bataillon parachutiste coloniaux).

Leur action principale est cependant une action de présence dans les postes, les montagnes ou les écoles avec les forces locales, les indigènes ou de l’armée nationale vietnamienne. À la confluence de l’héritage de Gallieni et des méthodes de contrôle du Vietminh, des officiers y développent une école de pensée de la « guerre révolutionnaire » avant de basculer en Algérie. L’Algérie est par définition le territoire de l’armée d’Afrique et les « colos », 80 000 hommes, y interviennent pour la première fois. Ils y mettent en œuvre, en particulier sous le commandement du général Salan, de 1956 à 1958, diverses théories de pacification centrées sur la séduction et le contrôle de la population civile arabe. Ces idées s’opposent aux méthodes initiales plus répressives ou ensuite plus conventionnelles comme celle du général Challe (où s’illustrent à nouveau les quatre régiments parachutistes coloniaux). Elles échouent tout autant à trouver une issue favorable au conflit.

Le retour des Troupes de marine

La fin de l’empire ne signifie pas pour autant la fin de cette armée qui abandonne son qualificatif de « coloniale » par un décret d’avril 1958 pour devenir d’« outre-mer » puis définitivement et à nouveau « Troupes de marine » à partir de 1961. Même si les « colos » sont désormais majoritairement en métropole, le service outre-mer demeure, il est même reconnu par la loi du 20 décembre 1967 comme leur «vocation principale», qui justifie de conserver le statut d’« arme » et donc aussi l’autonomie de gestion du personnel.

Dans les DOM-TOM, ce service outre-mer prend la forme de troupes de souveraineté, mais aussi avec Service militaire adapté (SMA), c’est-à-dire une formation professionnelle encadrée par des militaires. De manière plus originale, il s’exerce aussi par une présence dans les anciennes colonies africaines qui se concrétise par des conseillers, des bases permanentes et des forces d’intervention venues de métropole. Ce service outre-mer prend finalement une extension imprévue à partir de 1969 lorsqu’il faut mener une campagne de contre-insurrection au Tchad, puis lorsque les interventions se multiplient à partir de la fin des années 1970, en Afrique toujours, mais aussi au Liban ou en Nouvelle-Calédonie ou dans le Golfe en 1990. Pour satisfaire les besoins en troupes d’intervention, on professionnalise sept régiments et la 9e division d’infanterie de marine est reformée en 1976.

La fin de la guerre froide et la décision, en 1996, de professionnaliser entièrement les forces armées françaises entraînent la fin de la distinction entre armée métropolitaine et armée d’outre-mer. L’existence des troupes de marine est une nouvelle fois menacée. Un projet court un temps d’un nouveau rattachement à la marine. S’il n’est pas suivi d’effet, les « colos » jouent de cette tradition pour réinvestir les opérations amphibies. Les TDM sont finalement peu affectées par les restructurations. Logiquement on ne dissout pas des régiments déjà professionnels et les régiments d’appelés sont souvent des « Compagnons de la Libération » et donc alors intouchables pour le président Chirac. Paradoxalement, le poids des troupes de marine tend ainsi à augmenter en métropole alors qu’il se réduit outre-mer où les bataillons deviennent des unités cadres accueillant des compagnies tournantes venues de toute l’armée de terre. Surtout, les Troupes de marine et la Légion étrangère n’ont plus le monopole presque exclusif des opérations extérieures. Pour autant, les marsouins sont encore très engagés. Plus du tiers des soldats français tombés en opération depuis 1962 portaient une ancre de marine alors qu’ils ne représentent, avec 18 000 hommes et femmes, que 15 % des effectifs de l’armée de Terre.

Les Troupes de marine françaises constituent ainsi une structure atypique assez différente des unités de « marines » des autres armées. Si elles ont une compétence pour les opérations amphibies, leur cœur de métier reste l’intervention au loin et au milieu de populations étrangères avec une appréhension toujours globale des problèmes. Les marsouins et bigors sont plus que jamais les soldats voyageurs de la France.

Centre d’étude d’histoire de la défense, Les troupes de marine dans l’armée de terre, un siècle d’histoire 1900-2000, Lavauzelle, 2004.

Collectif, De Bizerte à Sarajevo : Les troupes de marine dans les opérations extérieures de 1961 à 1994, Lavauzelle, 2004.

Christian Benoit, Antoine Champeaux, Éric Deroo, Maurice Rives, Des Troupes coloniales aux Troupes de marines : Un rêve d’aventure 1900-2000, Lavauzelle, 2000.

Collectif, Les troupes de marines, 1622-1984, Lavauzelle, 2000.

Erwan Bergot La Coloniale : Du Rif au Tchad (1925-1980), Presses de la Cité (1982)

Lettre infos ADORAC N°31 du 01/09/2020

Lettre infos ADORAC N°31 du 01/09/2020

EDITORIAL

Chers amis lecteurs,

L’heure de la rentrée a sonné. J’espère que vous avez profité pleinement de l’été malgré les menaces sanitaires prolifiques que nous connaissons.

Quel sera l’avenir proche ? Beaucoup d’incertitudes persistent : propagation de la COVID 19, rebondissements de probables conflits militaires en particulier à la porte Est de l’Europe, rentrée scolaire prévue laborieuse, émergence de problèmes sociaux (chômage, économie du pays sévèrement atteinte). Le doute s’installe, gangrenant un fonctionnement habituel de nos mœurs.

Notre association pourra t’elle réaliser ses projets de fin d’année ? (cérémonies, cocktail de rentrée, J.N.R., réunion du  Conseil régional interarmées du Languedoc Roussillon). Personne n’est en capacité de le prédire.

Néanmoins, le Conseil d’administration s’est réuni en séance plénière le 26 août et ses membres demeurent confiants et motivés pour le futur immédiat.

Restons vigilants plus que jamais.

Bon mois de septembre à toutes et tous.

Bien à vous.

Lieutenant-colonel  (h) Jean-Marc Noegelen

Président de l’ADORAC du Gard

Lire et télécharger la lettre infos: Lettre infos ADORAC N°31 du 01-09-020