La Garde nationale US dans (presque) tous ses états

La Garde nationale US dans (presque) tous ses états

orego,.jpg

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 22 mars 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Mon titre a des airs de marronniers comme on dit chez nous, les journalistes, mais je le crois bien adapté à la  mobilisation de la Garde nationale dans presque tous les Etats des USA. La Garde, avec tous ses composants, est forte de 450 000 hommes déployables pour tout type de mission (même du maintien de l’ordre) sur le sol de leur Etat respectif (et au service de l’Etat fédéral pour des missions de guerre).

Actuellement, la Garde nationale américaine est effectivement sur tous les fronts puisque de très nombreux gouverneurs ont décidé de mobiliser les unités de leur Etat et de recourir aux capacités médicales et logistiques de leur Garde nationale. Ils étaient 38 selon un décompte du New York Times de samedi mais le Bureau de la Garde dit ce dimanche que les 54 gouverneurs ont fait appel à leur Garde:

garde nat.jpg

Les photos qui suivent en témoignent.

Ainsi dans l’Oregon (photo ci-dessus, Sgt. 1st Class Zachary Holden), la Garde se déploie pour assister l’Oregon Health Authority (OHA) pour mettre en place un centre d’accueil médical (une Oregon Medical Station, OMS). Une OMS est une structure temporaire d’urgence capable de recevoir 250 patients (dans ce cas venant de maisons de retraite). Les personnels déployés proviennent du State Emergency Registry of Volunteers de l’Oregon (SERV-OR) et de l’Oregon Disaster Medical Team (ODMT). 

garde californie.jpg

Ci-dessus, cette photo prise en Californie montre des Gardes du 115th Regional Support Group préparant des stocks de nourriture en vue de leur distribution par les Restos du Coeur locaux (la Food Bank & Family Service)  (Army National Guard, photo Staff Sgt. Eddie Siguenza).

garde pennsylvanie.jpg

En Pennsylvanie, dans le comté de Montgomery, 80 Gardes assurent l’accueil dans un centre où les patients peuvent être testés. Ce centre est situé sur le campus Ambler de l’université de Temple (photo Senior Airman Wil Acosta).

garde NY.jpg

A New York, des soldats de l’Army National Guard montent une tente à l’hôpital de Hudson Valley, à Cortlandt Manor. L’hôpital se prépare à un afflux massif de patients porteurs du virus (photo US Army National Guard, Col. Richard Goldenberg).

maryland.jpg

Des militaires de la Air National Guard du Maryland dans un entrepôt du Maryland Strategic National Stockpile. Ces Gardes appartiennent au 175th Logistics Readiness Squadron (photo US Air National Guard, Master Sgt. Christopher Schepers). 

colorado.jpg

Dans le Colorado, des Gardes travaillent aux côtés du comté de San Miguel et du Colorado Department of Public Health & Environment. Ces militaires proviennent du  8th Weapons of Mass Destruction-Civil Support Team (photo Maj. Jason Reed). 

louisiane.jpg

Du côté de la Louisiane, à la Nouvelle-Orléans, les militaires de la Garde sont déployés sur trois sites où l’on pratique des tests, actuellement sur le personnel soignant et bientôt sur le grand public (photo Staff Sgt. Josiah Pugh).

Covid-19 : Le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre va évacuer des malades d’Ajaccio

Covid-19 : Le porte-hélicoptères amphibie Tonnerre va évacuer des malades d’Ajaccio

http://www.opex360.com/2020/03/20/covid-19-le-porte-helicopteres-amphibie-tonnerre-va-evacuer-des-malades-dajaccio/

Pourquoi déployer un hôpital de campagne en Alsace prend-il du temps?

Pourquoi déployer un hôpital de campagne en Alsace prend-il du temps?

Mulhouse: la mise en place de l’élément militaire de réanimation commence

Mulhouse: la mise en place de l’élément militaire de réanimation commence

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 21 mars 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

mulhouse2.jpg

Les premiers éléments du convoi militaire transportant l’hôpital de campagne qui doit aider à désengorger l’hôpital de Mulhouse sont arrivés ce samedi matin à destination (photo AFP).

Cet hôpital de campagne (un Element militaire de réanimation, plus précisément) comptera 30 lits de réanimation et une centaine de membres du personnel soignant. Il doit concourir à désengorger l’hôpital de Mulhouse, totalement saturé par un afflux croissant de malades du coronavirus, la commune étant l’un des principaux foyers épidémiques du pays.

mulhouse.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur les 16 camions de la brigade logistique de l’armée de terre qui avaient quitté Chanteau (près d’Orléans) pour Mulhouse vendredi matin (photo ci-dessous, Minarm), six sont arrivés un peu avant 7h à proximité de l’hôpital civil Emile Muller, escortés par des véhicules et des motards de la police. 

 

emr.jpg

 

L’hôpital de campagne doit être installé sur le parking habituellement réservé aux personnels de l’établissement hospitalier civil, où une tente et des camions de transport de troupes avaient déjà été positionnés vendredi, ainsi qu’un groupe électrogène.

Constitué à partir d’éléments habituellement utilisés lors d’opérations extérieures pour “des actes de soins de chirurgie de combat lourds”, cet équipement a été reconfiguré “afin de l’adapter au besoin spécifique du COVID-19 (réanimation, ventilation)”, selon un communiqué du ministère des Armées.

 

ema mulhouse.jpg

 

Ce communiqué précise que:
Capacité spécifique du Régiment médical (RMED) de La Valbonne, l’EMR sera armé par du personnel du Service de santé des armées et de ce régiment de l’armée de Terre. Avant son déploiement à Mulhouse, le personnel a procédé à la préparation de l’infrastructure de l’EMR à Chanteau près d’Orléans (45), au sein de la Direction des approvisionnements en produits de santé des armées (DAPSA).
L’EMR (élément militaire de réanimation) est constitué à partir d’éléments habituellement maintenus en réserve pour déployer des antennes médico-chirurgicales en opérations extérieures, pour des actes de soins de chirurgie de combat lourds nécessitant une configuration particulière. La mise en place de cet EMR consiste à reconfigurer la structure afin de l’adapter au besoin spécifique du COVID-19 (réanimation, ventilation). Il est également indispensable de définir, mettre en place et tester préalablement la structure d’accueil de ces modules, pour ce besoin très particulier de traitement des patients atteints d’une pathologie lourde comme le COVID-19. Ce test a été accompli dans la nuit de jeudi à vendredi.

Les hôpitaux militaires ne pèsent que 1% de l’hôpital public

Les hôpitaux militaires ne pèsent que 1% de l’hôpital public

 


Le président de la République a annoncé lundi soir qu’un hôpital militaire de campagne d’une trentaine de lits serait déployé en Alsace. L’armée de l’air participeront aux déplacements de malades d’une région à l’autre avec le module Morphée.

(Extrait d’un article de l’Opinion)

Avec la crise du coronavirus, le grand public risque de découvrir que les moyens des armées sont limités. Un officier pointe le décalage « entre ce que les gens attendent de l’armée et ce qu’elle peut faire pour eux ». Le cas de Service de santé des armées (SSA) est à cet égard révélateur, car les moyens hospitaliers militaires représentent à peine 1 % de l’hôpital public : 1 750 lits sur 250 000 et 2 300 médecins sur 223 000. En se réorganisant, le SSA va pouvoir mettre à disposition des urgences de l’ordre de 70 lits supplémentaires, avec tout le personnel nécessaire, dans les huit hôpitaux d’instruction des armées (HIA, c’est leur nom officiel) que compte le pays, à Clamart, Saint-Mandé, Brest, Bordeaux, Marseille, Toulon, Lyon et Metz.

Depuis une vingtaine d’années, avec la fin du service national, les capacités d’accueil des HIA ont été fortement réduites. Ils participent en permanence au service public hospitalier, en accueillant des civils, mais leur priorité reste le soutien des forces, notamment pour les blessés en opérations. Jeudi dernier, la ministre des Armées Florence Parly s’était rendue à l’hôpital Bégin, à Saint-Mandé, pour rappeler l’engagement du SSA contre l’épidémie, mais « à la hauteur de ses moyens ».