Face à la montée des périls, l’Institut Montaigne propose de revoir le format des armées à la hausse

Face à la montée des périls, l’Institut Montaigne propose de revoir le format des armées à la hausse

http://www.opex360.com/2021/02/09/face-a-la-montee-des-perils-linstitut-montaigne-propose-de-revoir-le-format-des-armees-a-la-hausse/

Actualisation stratégique 2021

Actualisation stratégique 2021

Avant-propos de la ministre des armées

Depuis la publication de la Revue stratégique de défense et de sécurité nationale en 2017, cadre de réflexion qui a posé les fondements de la loi de programmation militaire (LPM du 13 juillet 2018) pour 2019-2025, notre environnement stratégique n’a cessé d’évoluer, ce que le Président de la République a rappelé le 7 février 2020 dans son discours sur la stratégie de défense et de dissuasion à l’École militaire. Ainsi, certaines tendances déjà à l’œuvre se sont confirmées, d’autres se sont accélérées, alors que plusieurs éléments de rupture sont intervenus. La pandémie, en particulier, a représenté un bouleversement majeur pour les sociétés et les écono- mies, approfondissant les clivages et les rapports de force, suscitant de nouvelles tensions sur les ressources et surtout catalysant les menaces. Il était donc nécessaire de prendre la mesure des évolutions qui ont marqué ces quatre dernières années.

Pour cette raison, j’ai souhaité mettre à jour l’analyse du ministère des Ar- mées sur l’état et l’évolution du contexte stratégique. Ce travail, objet de la présente publication, a donné lieu à de nombreuses consultations, tant au sein des administrations concourant à notre politique de défense et de sécurité qu’avec des parlementaires et des experts de la société civile. Des échanges ont également été menés avec nos principaux partenaires et alliés.

Au terme de cette réflexion, je constate à quel point certaines tendances, identifiées en 2017, se sont intensifiées depuis. C’est vrai de la compéti- tion entre grandes puissances comme de la généralisation des stratégies hybrides, de l’enhardissement des puissances régionales ou encore des effets de rupture liés aux nouvelles technologies, notamment numériques et spatiales.

L’actualisation stratégique 2021 contribue également à dresser un premier bilan de l’action du ministère comme de la mise en œuvre de la loi de programmation militaire voulue par le Président de la République, afin de préparer les armées à protéger plus efficacement la France et les Français contre les menaces de demain. Confrontés à un environnement instable et dégradé, nous avons adapté nos réponses face aux compétiteurs, développé nos partenariats internationaux, notamment au niveau européen, et désor- mais bien engagé l’indispensable remontée en puissance de nos armées.

Contribution à l’adaptation de notre effort de défense au niveau national, ce document permettra également de partager notre analyse de l’envi- ronnement de sécurité internationale à un moment clé, alors que l’Orga- nisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN), l’Union européenne et un grand nombre de pays se lancent dans des exercices d’analyse similaires.

La transformation accélérée de l’ordre international confirme que « l’Ambition 2030 », dans le prolongement de l’actuelle LPM de régénération et de modernisation, est un objectif pertinent et indispensable permettant à la France de réaliser un modèle d’armées cohérent, agile et innovant. J’en ai en effet la conviction : seul un modèle d’armées complet, dans lequel forces conventionnelles et forces nucléaires s’épaulent en permanence, sera efficace sur l’ensemble du spectre des conflits possibles et à la hauteur des défis à venir. C’est ainsi que le ministère des Armées pourra atteindre les objectifs fixés par le Président de la République : garantir la sécurité, l’autonomie de décision et d’action, ainsi que la capacité d’entraînement nécessaire à la France, comme à l’Union européenne, dans le monde de demain.

Florence Parly

Lire et télécharger le document :

Le budget 2020 des Armées exécuté « quasiment à l’euro près »

Le budget 2020 des Armées exécuté « quasiment à l’euro près »


À l’euro près, ou presque. La totalité des crédits alloués à la mission défense en 2020 ont été consommés, a indiqué la ministre des Armées, Florence Parly, ce mercredi lors d’une audition au Sénat. L’occasion de revenir sur l’ « excellente exécution » menée en dépit de circonstances économiques défavorables.

« Malgré la crise sanitaire, malgré les perturbations très profondes que celle-ci a pu générer, nous avons réalisé, quasiment à l’euro près, en exécution les crédits dont nous disposions en loi de finances initiale ». C’est à dire les 37,5 Md€ accordés par LPM 2019-2025.

Le ministère des Armées aura bénéficié d’un dégel de crédits à hauteur de 800 M€ « dans le courant du mois de novembre, c’est à dire à une date bien plus anticipée que d’habitude ». La gestion budgétaire 2019, par exemple, s’était avérée autrement plus complexe à clôturer avec près de 200 M€ de crédits encore gelés à la mi-décembre.

Ce coup de pouce aura « facilité les choses pour pouvoir assurer l’exécution ». Le surcoût des OPEX et MISSINT, par exemple, provisionnés à hauteur de 1,2 Md€. La facture aura finalement atteint 1,46 Md€, révélait récemment La Tribune. Soit une hausse d’environ 60 M€ par rapport à 2019 malgré le renforcement de Barkhane en février, le lancement de Résilience le mois d’après et le soutien apporté au Liban dans le cadre de l’opération Amitié.

Crédits : ministère des Armées

Le 4e loi de finances rectificative avait permis le redéploiement d’une partie des crédits nécessaires pour couvrir les surcoûts non provisionnés. Plus de 164 M€ (214 M€ en 2019) ont ainsi été redirigés vers le programme 178 Préparation et emploi des forces, compensés par des annulations sans conséquences au sein des autres programmes de la mission Défense.

« C’est une taxation interministérielle qui a été surtout ministérielle », a commenté Florence Parly. Les différents réajustements ont en effet évité une nouvelle tentative de recours à la solidarité interministérielle, mise au frigo depuis plusieurs années. Un mécanisme d’autant plus difficile à invoquer du fait du contexte économique et de la trajectoire budgétaire dont bénéficient les Armées depuis trois ans.

Pour la ministre, le mérite revient tout particulièrement aux armées, directions et services. « Si cette exécution a été aussi satisfaisante », c’est notamment parce que les entités du ministère « se sont mobilisées de façon tout à fait exceptionnelle ».

« C’est une excellente exécution dont nous avons bénéficié en 2020, parce qu’arriver à consommer la totalité de nos crédits, pouvoir venir en aide à nos entreprises et pouvoir couvrir sans autre conséquences que celles-ci les surcoûts liés aux OPEX est un excellent bilan », a-t-elle conclu.

Image : ministère des Armées

Mali : al-Qaida revendique l’attentat qui a blessé 6 soldats français

Mali : al-Qaida revendique l’attentat qui a blessé 6 soldats français

Six soldats de la force antidjihadiste Barkhane avaient été blessés le 8 janvier au Mali par un véhicule-suicide piégé. Al-Qaida a revendiqué l’attaque.

Le Bien public – publié le 14 janvier 2021

En 2020, la France a engagé 600 soldats supplémentaires au Sahel, portant ses effectifs à environ 5 100. Photo d’illustration Daphné BENOIT/AFP

 


Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance djihadiste sahélienne affiliée à al-Qaida, a revendiqué ce jeudi l’attentat suicide qui a blessé six soldats français le 8 janvier au Mali, dans un communiqué publié par sa plate-forme de propagande Al-Zallaqa.

Le GSIM , principale alliance djihadiste du Sahel, invoque notamment la mort présumée de civils dans une récente frappe aérienne et la poursuite de la présence militaire française dans la sous-région.

“Si vous ne vous retirez pas, vous assisterez à de nouvelles attaques”

Un combattant du groupe a “fait détonner son véhicule bourré d’explosifs contre un convoi des forces d’occupations françaises et des apostats maliens, à Arbanda, près de la frontière avec le Burkina Faso”, a affirmé le GSIM.

“Nous voulons affirmer au gouvernement et au peuple français que quelle que soit la force de la puissance occupante, elle ne pourra vaincre la volonté du peuple de vivre libre. Si vous ne vous retirez pas, vous assisterez à de nouvelles attaques, encore plus violentes”, a-t-il ajouté.

L’armée française avait annoncé le 8 janvier que six soldats de sa force antidjihadiste Barkhane avaient été blessés le jour même au Mali par un véhicule-suicide.

Il s’agit de la troisième attaque depuis fin décembre contre les militaires français, qui ont déjà déploré cinq morts pendant la période, selon l’état-major de l’armée française.

Pour Mme Parly, on peut « parler d’une forme de résurgence de Daesh en Syrie et en Irak »

Pour Mme Parly, on peut « parler d’une forme de résurgence de Daesh en Syrie et en Irak »

http://www.opex360.com/2021/01/11/pour-mme-parly-on-peut-parler-dune-forme-de-resurgence-de-daesh-en-syrie-et-en-irak/