Vers “l’égalité” entre réservistes et militaires d’active

Vers “l’égalité” entre réservistes et militaires d’active

Reuters

PARIS (Reuters) – La ministre des Armées s’est engagée samedi, à l’occasion du 2e anniversaire de la Garde nationale, à favoriser un régime d’égalité entre les militaires d’active et les réservistes qui, au nombre de quelque 75.000 aujourd’hui, apportent un appui de taille aux forces de sécurité en France.

Créée le 13 octobre 2016 pour renforcer la sécurité du territoire à la suite des attentats de 2015, la Garde nationale compte plus de 37.000 membres sous la houlette du ministère des Armées et un nombre équivalent dépendant du ministère de l’Intérieur.

Anciens militaires, salariés, fonctionnaires, étudiants… ils sont 7.000 engagés quotidiennement. L’objectif est de porter leur nombre à 85.000 fin 2018, dont 40.000 relevant du ministère des Armées avec la mobilisation de 9.250 volontaires par jour.

La loi de programmation militaire 2019-2025 prévoit un budget annuel en hausse pour la réserve, avec 200 millions d’euros par an (dont 153 millions d’euros pour la masse salariale hors cotisations sociales).

Elle introduit des mesures pour renforcer l’attractivité de cet “engagement au service de la Nation” (amélioration de la couverture sociale, augmentation du seuil de la durée d’activité de 30 à 60 jours, etc.) qui s’ajoutent aux primes décidées en 2017, comme l’allocation d’étude mensuelle de 100 euros par mois et la participation au financement du permis de conduire à hauteur de 1.000 euros pour les étudiants.

Nous devons aider la réserve, la pousser aussi loin que possible, la rendre toujours plus attractive, et chercher aussi à aider nos réservistes“, a déclaré Florence Parly lors des Assises de la Garde nationale, à Paris.

Un rouage du SNU ?

Le principe est simple: entre les réservistes et les militaires d’active, il faut aller vers l’égalité”, a souligné la ministre des Armées. “L’égalité dans le traitement, l’égalité dans les équipements, l’égalité dans la considération.

Non seulement nous devons vous donner les moyens de servir mais nous devons vous donner aussi les moyens et l’envie de rester“, a-t-elle dit.

La ministre a de nouveau lancé un appel aux entreprises, qui sont plus de 500 à avoir signé une convention avec le ministère des Armées, en les qualifiant d'”alliés précieux” pour la montée en puissance et la pérennité de la réserve opérationnelle.

Depuis février 2017, les entreprises qui mettent à disposition des salariés réservistes bénéficient d’une réduction d’impôts au titre du mécénat ou des dons en faveur d’œuvres et organismes.

Florence Parly et le secrétaire d’Etat aux Armées, Geneviève Darrieussecq, ont déclaré samedi que la Garde nationale serait un rouage de la mise en oeuvre du Service national universel (SNU) qui, selon certains médias, bénéficiera d’un secrétariat d’Etat dédié dans le prochain gouvernement d’Edouard Philippe.

La Garde nationale pourra être amenée à jouer un rôle dans ce dispositif d’envergure“, a précisé Geneviève Darrieussecq en clôturant les Assises.

Les ponts sont en effet évidents, et nous définirons ensemble comment la richesse des femmes et des hommes de la Garde nationale pourra se mettre au service de ce projet de société“, a dit Florence Parly.

Les réserves militaires, compléments indispensables à l’activité opérationnelle des armées

Les réserves militaires, compléments indispensables à l’activité opérationnelle des armées

Il nous apparaît utile suite à la parution en juillet 2018 du Bilan social du Ministères des Armées, de vous donner les derniers chiffres sur les réserves militaires.

La réserve militaire au sens large c’est un complément indispensable à l’activité opérationnelle des unités et un instrument privilégié d’échange et de dialogue entre la Nation et sa Défense.

La réserve comprend différents niveaux :
– la composante militaire de la garde nationale, anciennement appelée réserve opérationnelle de premier niveau, qui regroupe des personnes ayant souscrit un engagement à servir dans la réserve (ESR);
-la réserve de disponibilité, anciennement appelée réserve opérationnelle de deuxième niveau), qui comprend les anciens militaires soumis à l’obligation de disponibilité pendant 5 ans;

– la réserve citoyenne de défense et de sécurité (RCDS), qui rassemble tous les citoyens souhaitant agir bénévolement au profit du ministère des armées sans souscrire un ESR.

Créée en 2016, la garde nationale regroupe la réserve opérationnelle des armées et des formations rattachées (AFR) relevant du ministère des armées, la réserve opérationnelle de la Gendarmerie ainsi que la réserve civile de la Police, relevant du ministère de l’intérieur.

En 2017, le nombre de réservistes sous ESR poursuit la progression entamée en 2016 pour
s’établir à 66159 (+6,9 % par rapport à 2016).
Ils ont en moyenne servi 33,9 jours au cours de l’année, dont 1,8 % ont été consacrés à des opérations extérieures (OPEX).

Par ailleurs, 90560 anciens militaires sont soumis à l’obligation de disponibilité. Cette année, l’armée de terre et la marine ont mené chacune des exercices de rappels pour vérifier leur aptitude et estimer leur potentiel opérationnel.Composée quasi exclusivement d’officiers, la RCDS compte 5 064 réservistes citoyens, dont 40 % relèvent de l’armée de terre.

La composante militaire de la Garde nationale

La réserve de disponibilité

La réserve de disponibilité (ou réserve opérationnelle de deuxième niveau – RO2) est composée de tous les anciens militaires d’active soumis à une obligation de disponibilité durant les 5 années suivant leur départ des forces armées.

En cas de menace, l’appel de tout ou partie des réservistes soumis à l’obligation de disponibilité peut être décidé par décret en conseil des ministres. Ce contingent de réservistes peut être rappelé partiellement ou en totalité, pour une durée d’un mois, renouvelable, en complément des effectifs militaires de la garde nationale, dans des situations exceptionnelles, en cas de mise en œuvre du dispositif de sécurité nationale prévu par la loi du 28 juillet 2011. À ce jour, elle n’a jamais été engagée.

La réserve citoyenne de défense et de sécurité

Constituée de volontaires agréés par une autorité militaire en raison de leurs compétences, de leur expérience et de leur intérêt pour les questions de défense et de sécurité nationale, la réserve citoyenne de défense et de sécurité (RCDS) a pour mission d’entretenir l’esprit de défense et de renforcer le lien armées-Nation.

Ces réservistes sont des volontaires qui agissent en qualité de collaborateurs bénévoles du service public. Ils se voient attribuer un grade à titre honorifique, qui ne leur permet pas d’exercer un commandement. Ils ne portent pas l’uniforme, à l’exception des réservistes citoyens de la marine et de la direction générale de l’armement qui, dans des circonstances particulières fixées par arrêté, peuvent y être autorisés.

La RCDS constitue un relais capital auprès de la société civile et offre un potentiel important de rayonnement vers la population. Ces réservistes sont des ambassadeurs de la Défense et de la Gendarmerie. Ils ont choisi de servir en faisant bénéficier les forces armées de leur connaissance du tissu socio-économique. Ils peuvent être sollicités pour :

– mener des actions de communication, de relations publiques, de recrutement;
– contribuer au devoir de mémoire;
– fournir une expertise professionnelle de haut niveau, notamment dans le cadre de la cyberdéfense ;
– participer à des actions de sensibilisation et d’information sur l’intelligence économique et les questions de défense;
– aider à la reconversion des militaires, ou s’impliquer au profit des jeunes de quartiers sensibles afin de les accompagner dans une démarche de citoyenneté (réservistes locaux à la jeunesse et à la citoyenneté).

En fonction des besoins des forces armées et des formations rattachées, l’autorité militaire peut faire appel aux volontaires de la RCDS pour les affecter, avec leur accord, dans la réserve opérationnelle. Les intéressés souscrivent alors un engagement à servir dans la réserve.

Source : Bilan Social du Ministère des Armées 2017

Salon : réserve opérationnelle, le recrutement 2018 est lancé

Salon : réserve opérationnelle, le recrutement 2018 est lancé

La Provence.com, paru le 15/01/2018

laprovence.com/article/edition-salon/4791192/reserve-operationnelle-le-recrutement-2018-est-lance.html

Formation préalable pour accéder à la réserve opérationnelle est donnée à la base aérienne Ph. F.S

Ceux qui veulent se mettre au service de l’Armée de l’air peuvent postuler

Comme chaque année, la base aérienne 701 dispensera une formation préalable aux jeunes gens qui souhaitent rejoindre la réserve opérationnelle de l’Armée de l’air. Cette formation scindée en deux parties contribue à l’éducation militaire des jeunes citoyens, permet de susciter leur adhésion à l’organisation de la défense militaire et leur fait mieux percevoir l’esprit de défense et les valeurs citoyennes qui s’y rapportent.

Destinées à faire vivre aux stagiaires une première expérience instructive et enrichissante qui comporte des activités physiques et à caractère militaire, la Préparation militaire d’initiation (PMI) et la Préparation militaire de perfectionnement à la défense nationale constituent le préalable à l’intégration de la réserve opérationnelle. Pour y accéder, il faut être de nationalité française, avoir plus de 16 ans et moins de 40 ans à la date de dépôt du dossier, être apte médicalement et avoir effectué la Journée d’appel de préparation à la défense ou la Journée défense citoyenneté (JDC).

Ces préparations se dérouleront en régime d’internat, du 22 avril au 3 mai inclus. Ces stages sont gratuits et ne sont pas rémunérés. Les frais d’hébergement, de restauration et d’habillement (paquetage militaire succinct) sont pris en charge par l’Armée de l’air.

La réussite à ces formations permet d’envisager une première expérience de la réserve opérationnelle au travers de la Formation militaire initiale du réserviste (FMIR). Cette dernière est accessible aux personnes âgées d’au moins 17 ans au 16 juillet 2018 et de moins de 40 ans. Elle permet de souscrire un contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle de l’Armée de l’air. Elle comporte une formation initiale de 5 jours (du 16 au 20 juillet) qui se déroule en régime d’internat et une phase d’adaptation de 15 à 20 jours au sein d’une unité de la base aérienne, dont les dates ne sont pas encore précisées. Cette seconde phase permet de découvrir la vie professionnelle des hommes et des femmes de l’Armée de l’air.

Pour candidater, il faut envoyer une lettre de motivation et un CV par voie postale, ou par voie électronique. À la réception des deux documents, la base aérienne transmettra un dossier de candidature, à renvoyer par voie postale au plus tard le 23 février. Puis la commission de sélection se déroulera du 26 au 30 mars 2018. Les candidats seront informés par voie électronique de la décision prise en séance, au plus tard avant le 6 avril.

Pour candidater par voie postale : Base aérienne 701, Chemin de St Jean, Centre d’instruction et d’information des réserves de l’AA, 13661 Salon Air.
Renseignements par email à BA701-ciiraa.secretaire.fct@intradef.gouv.fr et par téléphone au 04 90 17 80 00 poste 24015 (uniquement le mardi et le vendredi).