En visite au 1er REG, la secrétaire d’État aux armées naturalise trois légionnaires

En visite au 1er REG, la secrétaire d’État aux armées naturalise trois légionnaires

Thierry Allard – Objectif Gard – Publié le 15 mars 2019

https://www.objectifgard.com/2019/03/15/laudun-lardoise-en-visite-au-1er-reg-la-secretaire-detat-aux-armees-naturalise-trois-legionnaires/

La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du 1er REG (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard),

La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, est en visite dans le Gard rhodanien ce vendredi. Une visite qui a commencé à la mi-journée par le 1er Régiment étranger de génie de la Légion étrangère de Laudun-l’Ardoise.

Sur place, la secrétaire d’État a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du régiment. Il s’agit du caporal-chef Catalin, 27 ans, originaire de Roumanie, engagé dans la Légion depuis 2012, et qui a servi au Mali, en Guyane ou encore à Mayotte comme auxiliaire sanitaire ; du caporal Damien, 27 ans, originaire d’Ukraine, engagé dans la Légion depuis 2014, qui a servi dans le cadre de l’opération Sentinelle sur le territoire national et en Côte d’Ivoire, il sert aujourd’hui au sein du groupement des ressources humaines du régiment ; et du caporal Malalaniaina, 33 ans, originaire de Madagascar, engagé dans la Légion depuis 2014, qui a servi en Mauritanie, puis dans le cadre de l’opération Sentinelle, il sert depuis peu au groupement des ressources humaines du régiment.

La secrétaire d’État auprès de la ministre des armées, Geneviève Darrieussecq, a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du 1er REG (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Tous trois sont donc officiellement devenus Français ce matin, au cours d’une cérémonie brève, mais forte. Geneviève Darrieussecq leur a lu un message de félicitations rédigé par le président Macron : « Je tiens à vous féliciter chaleureusement pour avoir fait le choix de vous inscrire dans le projet d’une France sans cesse en mouvement. Notre république et l’Europe ont besoin de votre participation active pour faire vivre la démocratie. Aujourd’hui la France est fière et heureuse de vous accueillir. »

« C’est une cérémonie simple dans son format mais très symbolique », estime pour sa part la secrétaire d’État, qui voit dans la remise de ces décrets de naturalisation « la reconnaissance de leur valeur d’hommes et de militaires. » Sur les visages des légionnaires naturalisés, des sourires pudiques. « Je suis très heureux, très fier d’être Français », glisse le caporal Damien. « Nous avons servi cette patrie, nous sommes contents de nous intégrer à la société française », ajoute le caporal-chef Catalin.

Tous n’avaient pas l’objectif d’obtenir la nationalité en s’engageant dans la Légion, mais pas le caporal Malalaniaina : « J’avais cet objectif de devenir Français. Je suis attaché à ce pays. Je suis parti de chez moi pour avoir une nouvelle vie. » Tous ont l’envie de continuer à servir la Légion. « La nationalité, c’est la cerise sur le gâteau », résume le caporal Malalaniaina.

La secrétaire d’État auprès de la ministre des armées ,Geneviève Darrieussecq ,était en visite au 1er REG de Laudun-l’Ardoise ce vendredi (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La secrétaire d’État était également au 1er REG « pour les remercier pour leur engagement et leur bravoure. Ils contribuent à la sécurité de notre pays. Ils sont largement mobilisés sur des opérations extérieures et sur le territoire national. » Cette visite était également l’occasion pour Geneviève Darrieussecq « aussi de voir avec le chef de corps et les familles de militaires la déclinaison du plan famille. »

Un plan qui vise à accompagner les familles des militaires, via « des soutiens directs aux familles quand un soldat part opération extérieure ou en mission de moyenne ou longue durée », explique la ministre. Un plan qui compte des mesures en faveur de la garde d’enfant ou encore un meilleur accompagnement à la mobilité, avec notamment une offre de logements améliorée. Des mesures « très attendues dans les unités », ajoute la secrétaire d’État. Plus d’informations ici.

En visite au 1er REG, la secrétaire d’État aux armées naturalise trois légionnaires

En visite au 1er REG, la secrétaire d’État aux armées naturalise trois légionnaires

Thierry Allard – Objectif Gard – Publié le 15 mars 2019

https://www.objectifgard.com/2019/03/15/laudun-lardoise-en-visite-au-1er-reg-la-secretaire-detat-aux-armees-naturalise-trois-legionnaires/

 

La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du 1er REG (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard),

 

La secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, est en visite dans le Gard rhodanien ce vendredi. Une visite qui a commencé à la mi-journée par le 1er Régiment étranger de génie de la Légion étrangère de Laudun-l’Ardoise.

 

Sur place, la secrétaire d’État a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du régiment. Il s’agit du caporal-chef Catalin, 27 ans, originaire de Roumanie, engagé dans la Légion depuis 2012, et qui a servi au Mali, en Guyane ou encore à Mayotte comme auxiliaire sanitaire ; du caporal Damien, 27 ans, originaire d’Ukraine, engagé dans la Légion depuis 2014, qui a servi dans le cadre de l’opération Sentinelle sur le territoire national et en Côte d’Ivoire, il sert aujourd’hui au sein du groupement des ressources humaines du régiment ; et du caporal Malalaniaina, 33 ans, originaire de Madagascar, engagé dans la Légion depuis 2014, qui a servi en Mauritanie, puis dans le cadre de l’opération Sentinelle, il sert depuis peu au groupement des ressources humaines du régiment.

La secrétaire d’État auprès de la ministre des armées, Geneviève Darrieussecq, a remis leur décret de naturalisation à trois légionnaires du 1er REG (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Tous trois sont donc officiellement devenus Français ce matin, au cours d’une cérémonie brève, mais forte. Geneviève Darrieussecq leur a lu un message de félicitations rédigé par le président Macron : « Je tiens à vous féliciter chaleureusement pour avoir fait le choix de vous inscrire dans le projet d’une France sans cesse en mouvement. Notre république et l’Europe ont besoin de votre participation active pour faire vivre la démocratie. Aujourd’hui la France est fière et heureuse de vous accueillir. »

« C’est une cérémonie simple dans son format mais très symbolique », estime pour sa part la secrétaire d’État, qui voit dans la remise de ces décrets de naturalisation « la reconnaissance de leur valeur d’hommes et de militaires. » Sur les visages des légionnaires naturalisés, des sourires pudiques. « Je suis très heureux, très fier d’être Français », glisse le caporal Damien. « Nous avons servi cette patrie, nous sommes contents de nous intégrer à la société française », ajoute le caporal-chef Catalin.

Tous n’avaient pas l’objectif d’obtenir la nationalité en s’engageant dans la Légion, mais pas le caporal Malalaniaina : « J’avais cet objectif de devenir Français. Je suis attaché à ce pays. Je suis parti de chez moi pour avoir une nouvelle vie. » Tous ont l’envie de continuer à servir la Légion. « La nationalité, c’est la cerise sur le gâteau », résume le caporal Malalaniaina.

La secrétaire d’État auprès de la ministre des armées ,Geneviève Darrieussecq ,était en visite au 1er REG de Laudun-l’Ardoise ce vendredi (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La secrétaire d’État était également au 1er REG « pour les remercier pour leur engagement et leur bravoure. Ils contribuent à la sécurité de notre pays. Ils sont largement mobilisés sur des opérations extérieures et sur le territoire national. » Cette visite était également l’occasion pour Geneviève Darrieussecq « aussi de voir avec le chef de corps et les familles de militaires la déclinaison du plan famille. »

Un plan qui vise à accompagner les familles des militaires, via « des soutiens directs aux familles quand un soldat part opération extérieure ou en mission de moyenne ou longue durée », explique la ministre. Un plan qui compte des mesures en faveur de la garde d’enfant ou encore un meilleur accompagnement à la mobilité, avec notamment une offre de logements améliorée. Des mesures « très attendues dans les unités », ajoute la secrétaire d’État. Plus d’informations ici.

 

 

L’arrivée des légionnaires sur le plateau du Larzac est une bouffée d’oxygène pour l’économie locale

L’arrivée des légionnaires sur le plateau du Larzac est une bouffée d’oxygène pour l’économie locale

http://www.opex360.com/2019/02/19/larrivee-des-legionnaires-sur-le-plateau-du-larzac-est-une-bouffee-doxygene-pour-leconomie-locale/


La Légion étrangère veut recruter 1.245 volontaires en 2019

La Légion étrangère veut recruter 1.245 volontaires en 2019

http://www.opex360.com/2019/01/23/la-legion-etrangere-veut-recruter-1-245-volontaires-en-2019/

 

Entre 2015 et 2018, la Légion étrangère a recruté massivement, au point de retrouver, en terme d’effectifs, le format qui était le sien il y a 30 ans, soit 8.900 légionnaires. Soit 11% des effectifs de la Force opérationnelle terrestre [FOT] de l’armée de Terre, qui compte 77.000 militaires.

L’an passé, dans un dossier de presse publié à l’occasion du 14-Juillet, le commandement de la Légion étrangère [COM.LE] expliquait que cette « montée en puissance des effectifs » était « quasiment achevée », alors que la 5e compagnie de la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère s’apprêtait à devenir pleinement opérationnelle.

« Pour autant, cette montée en puissance, réalisée pour les effectifs, ne sera pleinement achevée que lorsque tous les spécialistes et gradés nécessaires à ce nouveau format seront formés », fit valoir le COM.LE.

En 2014, la Légion étrangère avait recruter 949 nouveaux légionnaires. Avec la décision d’augmenter les effectifs de la FOT, après les attentats de janvier 2015 et le lancement de l’opération intérieure Sentinelle, ses bureaux de recrutement n’ont pas chômé : la même année, 1.809 recrues ont rejoint ses rangs, puis 1.701 autres en ont fait de même en 2016.

Puis, pour les deux années suivantes, l’objectif en matière de recrutement a été revu à la baisse [1.377 recrues en 2017 et « seulement » 1.100 en 2018]. Pour 2019, la tendance est de nouveau à la hausse car, d’après une annonce postée sur les réseaux sociaux, la Légion étrangère a fait savoir qu’elle doit recruter 1.245 nouveaux légionnaires en 2019.

« La Legion Étrangere est chargée du recrutement des volontaires désirant servir la France à titre étranger (Décret 2008-956 du 12/09/2008). En 2019, elle recrutera près de 1.250 candidats, français ou étrangers, pour des postes de combattants au sein des régiments Légion de la Force Opérationnelle Terrestre », a-t-elle en effet fait savoir. Ce qui veut dire que, cette année, 5,7% des recrues du ministère des Armées devraient être des légionnaires.

Pour rappel, pour espérer rejoindre la Légion étrangère et porter le képi blanc, il faut être âgé de plus de 17 ans et demi et de moins de 39 ans et demi. Après une visite médicale, les candidats doivent passer des épreuves sportives pour mesure leur condition physique [7 tractions complètes en pronation, test Luc Léger]. Le taux de sélection est important [20%] étant donné que, chaque année, plus de 8.000 candidats poussent, en moyenne, la porte d’un bureau de recrutement.

« Seuls ceux qui semblent capables et désireux de s’adapter aux règles de la vie en collectivité peuvent prétendre à être incorporés. Le principe du recrutement à titre étranger autorise également un candidat français à postuler pour la Légion, même s’il sert sous statut ‘à titre étranger’, comme ses camarades étrangers », précise la Légion étrangère.

Les francophones, essentiellement des Français, représentent ainsi environ 11% du recrutement. « La présence d’un minimum de francophones dans la troupe participe à l’enseignement du français, indispensable pour comprendre les ordres », fait valoir le COM.LE.

Le légionnaire-type est âgé de 23 ans en moyenne et « a déjà une certaine maturité et une certaine expérience, souvent militaire. » En outre, il « a un bon niveau général » et, évidemment, une « excellente condition physique ».

Tireur de VBCI au 2e REI avant déploiement en OPEX

Tireur de VBCI au 2e REI avant déploiement en OPEX

Alain Henry de Frahan – Forces Opérations Blog – 28 septembre 2018

http://forcesoperations.com/tireur-de-vbci-au-2e-rei-avant-deploiement-en-opex/

Un VBCI du 2e REI tire au canon automatique GIAT modèle M811 calibre 25 mm (400 coups/minute). (Photo : 2e Régiment Etranger d’Infanterie)

Comme le rapporte le 2e Régiment Etranger d’Infanterie sur sa page Facebook, après deux semaines de formation intense pour les légionnaires de la 1compagnie de combat désirant devenir Chef Tireur de Véhicule d’Infanterie (CTVI), un tir à munitions réelles a permis au lieutenant Louis de valider les acquis de chacun des dix-huit stagiaires. C’est l’occasion de reparler de ce véhicule en tous points remarquable et déjà soumis – durement – au baptême du feu.

Rappel de circonstance : le 1er juillet dernier, on s’en souvient, trois VBCI mis en œuvre par le 2e REI au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane circulaient en compagnie d’une unité malienne. Ils ont subi des dommages – importants pour l’un (il a encaissé l’explosion du véhicule suicide encastré à l’arrière), moins pour les deux autres – lors d’une attaque de djihadistes. Une partie des légionnaires étaient à bord, d’autres progressaient à pied. Le bilan était quasi miraculeusement bas du côté français (4 blessés graves et plusieurs légers) mais beaucoup plus lourd du côté malien : 4 morts et 24 blessés. Les éléments du VBCI axés sur la protection de ses occupants ont démontré leur très grande efficacité. La taille de l’engin en fait par ailleurs un bouclier efficace pour des troupes démontées.
Revenons-en à la qualification des candidats à la fonction de Chef Tireur de Véhicule d’Infanterie. En parallèle des tirs à munitions réelles effectués ces deux dernières semaines par le 2e REI, plusieurs épreuves ont été soumises aux 18 stagiaires, dans le cadre de leur évaluation finale : un test théorique, une course d’orientation, une épreuve dédiée au montage/démontage et approvisionnement du canon de 25 mm et de la MAG 58 et une épreuve tactique où les légionnaires ont été évalués sur les déplacements, l’utilisation des optiques et la qualité des comptes rendus. Ces deux semaines auront été cruciales pour ces légionnaires dont certains seront amenés prochainement à mettre leurs connaissances et leur expertise en pratique en opération.

Naturellement appelé en OPEX, le 2e Régiment Etranger d’Infanterie (2e REI) est l’un des deux régiments d’infanterie de la Légion étrangère au sein de la 6e Brigade Légère Blindée. Deuxième des régiments étrangers, il a été créé en 1841. Il est stationné au quartier colonel de Chabrières (ex-quartier Vallongue) à Nîmes depuis son arrivée de Bonifacio en 1983.

Régiment d’infanterie blindée, il dispose de 30 VBCI, de VAB et de VBL assurant la protection des légionnaires du régiment lors des engagements. En 2003, le régiment était un corps expérimentateur en matière de numérisation de l’espace de bataille (NEB). Cette nouvelle technologie consiste à équiper les véhicules, les postes de commandement, ainsi que les unités débarquées, de terminaux tactiques (ordinateurs dédiés) reliés entre eux par radio. C’est un outil d’aide à la décision pour chaque échelon de commandement. Depuis 2012, le régiment est équipé du système d’armes FELIN.

Petit rappel remontant à 2015 : les unités d’infanterie sont réparties en deux ensembles, à savoir celles dotées ou prévues être dotées du VBCI (630 VBCI au départ) et celles qui sont encore dotées du VAB, qu’on peut qualifier d’infanterie motorisée (alpin, parachutiste et autre fantassin) en attendant l’arrivée du VBMR.

Les premières sont le 1er Régiment de Tirailleurs (1er RTir) d’Épinal, le 152e Régiment d’Infanterie (152e RI) de Colmar, le 35e Régiment d’Infanterie (35e RI) de Belfort, le 92e  Régiment d’Infanterie (92e RI) de Clermont-Ferrand, le 16e Bataillon de Chasseurs (16e BC) de Bitche, le Régiment de Marche du Tchad (RMT) de Meyenheim, le 2e Régiment d’Infanterie de Marine (2e RIMa) du Mans et le 2e Régiment Etranger d’Infanterie (2e REI) de Nîmes, huitième et dernier régiment à être doté de l’engin.

Les VBCI ont été commandés en deux versions : VCI (3,6 M€) et VPC (2,8 M€). Ceux du 2e REI ne correspondent pas à la V2 de la DGA (réservée au parc OPEX). En effet, la DGA a qualifié une version plus lourde du VBCI. Bien que peu, voire pas visible de l’extérieur, cette version du véhicule passe de 29 à 32 tonnes. La partie mobilité du véhicule (développée par Arquus, ex-Renault Trucks Defense) a été revue, à savoir le train de roulement, la transmission, les roues et les pneus. La partie GMP (Groupe Motopropulseur) Volvo D12 turbodiesel de 550 cv, la caisse et la tourelle Tarask (développées par Nexter) sont inchangées. Malgré 10% de masse supplémentaire, les performances sont à peine dégradées.

Cette évolution fait suite à la demande de l’Armée de Terre. La DGA, pour qualifier ce VBCI de 32 tonnes, a réalisé ses essais sur diverses pistes d’essais (Biscarosse, Coëtquidan, Canjuers et Fontevraud), malmenant le blindé sur pas moins de 25.000 km dont 15.000 d’endurance pour 13.000 heures de travail et d’essais. L’enjeu est opérationnel : disposer d’un VBCI mieux protégé, surblindé, avec des kits de protection additionnels contre des menaces balistiques, anti-RPG, anti-mines et IED. 95 VBCI ont ainsi été portés à 32 tonnes, le premier ayant été livré au début 2015.

Pour mémoire, il l’Armée de Terre est équipée de 630 VBCI. Le groupe d’engins de 32 tonnes composant le parc OPEX est mobilisable et projetable pour les opérations extérieures. Ceci explique que les VBCI déployés dans l’opération Barkhane passent d’unité en unité au fur et à mesure des relèves. Relevons que, même à 32 tonnes, le VBCI demeure aérotransportable par A400M Atlas. Tiens, à propose de lui, il vient d’effectuer son premier largage opérationnel de parachutistes, en l’occurrence 120 légionnaires du 2e REP. Et c’était aussi dans le cadre de l’opération Barkhane. Détail pratique, le souffle des quatre hélices est tel que l’avion ne peut, tant qu’à présent, larguer des paras que par la tranche arrière, pas par les deux portes latérales. C’est grave, docteur ?