Mali : La force Barkhane a arrêté des membres d’un groupe touareg armé pour collusion avec les jihadistes

Mali : La force Barkhane a arrêté des membres d’un groupe touareg armé pour collusion avec les jihadistes

 

Photo : Archive /  EMA

Le 27 septembre, la force française Barkhane a lancé une opération aéroportée mobilisant 120 légionnaires du 2e Régiment Étranger de Parachutistes (REP) dans la région de Ménaka. « On combine différentes capacités pour créer un effet de surprise chez les groupes armés terroristes et pour montrer à la population qu’on est capable de venir rapidement », avait alors expliqué le colonel Patrik Steiger, le porte-parole de l’État-major des armées [EMA].

A priori, cette opération a été décidée pour interpeller des combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad [CMA], une organisation qui regroupe plusieurs formations touarègues séparatistes, dont le Mouvement national pour la libération de l’Azawad [MNLA], le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad [HCUA], qui compte dans ses rangs d’anciens membres du groupe jihadiste Ansar Dine fondé par Iyad Ag Ghali, et un aile du Mouvement arabe de l’Azawad [MAA].

Pour rappel, la CMA est l’un des signataires des accords de paix d’Alger.

« Les parachutistes français ont arrêté jeudi à Ménaka, dans le quartier général de la Coordination des mouvements de l’Azawad, huit combattants soupçonnés d’être des infiltrés des jihadistes dans le mouvement », a ainsi indiqué, à l’AFP, une source sécuritaire malienne.

« On sait qu’il y a une aile jihadiste au sein de la CMA. Tout le monde le sait. Les huit personnes arrêtées sont soupçonnées de faire partie de cette aile », a expliqué un élu de la région. « Je crois que les Français avaient des informations précises sur le sujet. Des armes et des munitions ont été également saisies », a-t-il ajouté.

Porte-parole de la CMA et membre du HCUA, Almou Ag Mohamed a donné les noms, via sa page Facebook, des individus arrêtés par les militaires français. « L’aveu d’impuissance de la force Barkhane face aux GAT [groupes armés terroristes, ndlr] dans cette région s’est traduit hier 27 Septembre 2018 par le saccage du Bureau régional de la CMA suivi de l’arrestation d’ éléments de la CMA », a-t-il dénoncé.

Le rapport du groupe d’experts des Nations unies sur le Mali, publié en août [.pdf], a évoqué la collusion de certains membres des groupes signataires des accords d’Alger, appartenant en particulier de la CMA, avec des groupes jihadistes.

Et des noms ont même été cités, comme celui de Salah Ag Ahmed, « décrit par plusieurs sources indépendantes comme un membre influent du HCUA, proche d’Iyad Ag Ghali, et comme un officier de liaison avec Ansar Dine et l’EIGS [État islamique au Grand Sahara, ndlr] » encore comme celui de Mahamadou Ag Rhissa, « soupçonné d’avoir des liens avec des groupes terroristes » et d’être impliqué dans le trafic de migrants.

Le 30 août, au Conseil de sécurité de l’ONU, la France avait pointé des « responsables intermédiaires de groupes armés qui, sur le terrain, nuisent volontairement à la mise en œuvre de l’accord par leurs liens avérés avec des activités criminelles ou terroristes ». Et de proposer de prendre des sanctions à leur égard.

 

Mali : Barkhane a lancé une opération aéroportée près de Menaka, avec deux Transall et un A400M

Mali : Barkhane a lancé une opération aéroportée près de Menaka, avec deux Transall et un A400M

par Laurent Lagneau – Zone militaire – Publié le  27-09-2018

http://www.opex360.com/2018/09/27/mali-barkhane-a-lance-operation-aeroportee-pres-de-menaka-deux-transall-a400m/

L’État-major des armées [EMA] a annoncé, ce 27 septembre, que la force Barkhane a lancé une opération aéroportée [OAP] dans la région de Ménaka, au Mali.

Il s’agit de « compléter le dispositif en place dans cette région » proche de la frontière avec le Niger, « où se trouvent déjà des forces maliennes et une compagnie de Barkhane », a indiqué le colonel Patrik Steiger, le porte-parole de l’EMA.

Dans le détail, 80 parachutistes ont été largués par 2 avions de transport tactique Transall C-160. Et, pour la première fois, un A400M « Atlas » a pris part à ce type d’opération sur un théâtre extérieur, en larguant 40 autres militaires.

Pour rappel, l’armée de l’Air a reçu ses deux premiers A400M ayant une première capacité de largage de parachutistes en chute libre par la rampe arrière et par les portes latérales en juin (MSN-19) et décembre 2015 (MSN-31).

« On combine différentes capacités pour créer un effet de surprise chez les groupes armés terroristes et pour montrer à la population qu’on est capable de venir rapidement », a expliqué le colonel Steiger.

Au cours de ces derniers mois, la force Barkhane a mené plusieurs opérations dans la région de Menaka, infligeant de sérieux revers à l’État islamique au grand Sahara [EIGS]. Cela étant, cette semaine, au moins 12 civils de la fraction Ibogolitane des Touaregs ont été tués par un groupe armé près d’Inekar (45 km à l’ouest de Menaka). Pour le moment, les motivations de cette attaque ne sont pas connue. Si la piste jihadiste n’est pas exclu, celle d’un différend intercommunautaire n’est pas à écarter.

A priori, les militaire largués dans la région de Menaka sont des légionnaires du 2e Régiment Étranger de Parachutistes (REP). Ce dernier a relevé, en juin dernier, la 13e Demi Brigade de Légion étrangère [DBLE] avec son PC et ses 1ère et 2e compagnies.

Plus tôt, ce mois-ci, le Groupement Commando Parachutiste [GCP] de la 11e Brigade Parachutiste [BP] a effectué un saut opérationnel dans la région de Gao. « Armé notamment par la Section Commando Parachutiste (SCP) du 2e REP, il est composé de chuteurs opérationnels aguerris qui sont parachutés à haute altitude pour effectuer des missions à dominante action ou de renseignement afin de maintenir une pression constante sur les groupes armés terroristes (GAT) », a récemment expliqué le régiment basé à Calvi.

 

 

L’émergence des menaces hybrides: vers une autre transformation de la guerre?

L’émergence des menaces hybrides: vers une autre transformation de la guerre?

Par le le Chef de bataillon Cédric Le Bigot* – Cahier de la pensée mili-Terre -22 juillet 2018

Une tendance marquante de ces dernières années est l’effacement progressif des distinctions traditionnelles entre guerre et paix, entre acteurs étatiques et non étatiques; mais aussi entre des modes d’action très différents: guerre conventionnelle, insurrectionnelle, cybercriminalité, terrorisme et crime organisé. Ces nouvelles menaces, connues sous le nom de menaces hybrides, multiples et adaptatives, sont amenées à se développer sur le moyen comme sur le long terme. Les conséquences possibles pour nos forces armées sont nombreuses en termes de capacités requises, modes d’action et investissement technologique.

 

«À l’avenir, la guerre ne sera pas le fait des armées, mais celui de groupes, appelés aujourd’hui terroristes, guérilleros, bandits, voleurs de grand chemin, mais ils chercheront sans aucun doute des titres plus officiels. Plus charismatiques qu’institutionnels, leurs organisations s’appuieront davantage sur des fidélités cimentées par le fanatisme et l’idéologie que sur le professionnalisme».

Martin Van Creveld,

«La transformation de la guerre».
 

En s’attaquant aux fondements de nos sociétés, les menaces hybrides inquiètent par leurs formes multiples et leur caractère insaisissable. En permanente adaptation, tirant profit des évolutions technologiques, elles se développent insidieusement en poursuivant des objectifs variés : pouvoir, profit, religion… Face à un tel adversaire, souvent difficile à identifier et à prévoir, les états se trouvent particulièrement exposés et souvent impuissants. En outre, l’estompement des frontières comme barrières aux menaces a accentué le sentiment d’insécurité sur le territoire national. Les implications pour nos forces armées sont nombreuses en termes de capacités requises, de doctrine et d’investissements technologiques. 

Une menace en développement, qui recouvre plusieurs champs d’application 

  • Genèse du concept

Le concept de menaces hybrides a émergé durant la dernière décennie parmi de nombreux think-tanks américains. Dérivé du concept d’irregular threat, il décrit une forme émergente de menaces, dans laquelle des acteurs principalement non-étatiques mettraient en œuvre une combinaison de moyens à la fois cinétiques (guerre conventionnelle, asymétrique, crime organisé) et non cinétiques (actions subversives, politiques, sociales). Depuis 2010, l’OTAN s’est emparé du concept[1], dans l’objectif de développer une stratégie efficace et des applications concrètes en termes de modes d’action et de capacités requises.

 

  • Un adversaire hybride par ses procédés,…

La complexité de ces menaces réside d’abord dans la grande variété de leur champ opératoire. Si la diversité des situations rencontrées et des conflits actuels (terrorisme, piraterie, contre-insurrection, cybercriminalité) n’est pas nouvelle en soi, la menace principale réside dans la possibilité pour un adversaire de choisir et de combiner des actions (conventionnelles, asymétriques, politiques…) pour la poursuite d’un objectif à moyen ou long terme. Ces procédés, utilisés et choisis à dessein par un même acteur, pourraient avoir un effet multiplicateur d’efficacité, car opérant dans des domaines très différents (militaire, économique, social, industriel…). Car le concept de menaces hybrides regroupe également les actions non purement militaires, telles que les opérations d’information ou d’influence, la cybercriminalité ou les pressions économiques. Enfin, l’hybridation des procédés est renforcée par une capacité d’adaptation permanente chez l’adversaire, peu contraint par des considérations doctrinales ou éthiques.

 

  • …. par sa nature et sa zone d’action,…

L’aspect tentaculaire de ces menaces doit par ailleurs beaucoup à leur caractère transnational, renforçant leur aspect insaisissable. Surtout, l’ennemi futur sera moins un État qu’un groupe d’individus, s’affranchissant des frontières et se coordonnant grâce aux nouveaux moyens de communication. De fait, l’origine des menaces, entre acteurs étatiques et non-étatiques, est parfois plus complexe à caractériser. À titre d’exemple, les cyber-attaques se situent typiquement dans une zone grise entre la paix et la guerre, et la difficulté à en déterminer l’origine avec certitude brouille les cartes entre acteurs étatiques et non étatiques. Facteur aggravant, les zones de conflits des «guerres hybrides» de demain seront majoritairement des zones urbanisées, souvent côtières, et abritant une forte activité économique. Ces lieux d’affrontement, appelés contested zones dans la doctrine américaine, représentent un milieu idéal pour le développement de modes d’action hybrides, tout en rendant particulièrement complexe une réponse de type conventionnelle, même dotée d’une technologie développée.

 

  • …qui s’immisce au cœur de nos sociétés.

Faire le portrait d’un ennemi aux multiples visages n’est pas sans difficulté, en particulier lorsque ce dernier s’attaque aux fondements, aux valeurs, et aux caractéristiques marquantes de nos sociétés: médiatisation, libertés individuelles, judiciarisation, interconnexion et interdépendance. En s’attaquant à la population et aux institutions, en prenant pour cibles nos centres de gravité, souvent par une approche indirecte qui est le propre de l’asymétrie, ces groupes sont en position d’influer notablement sur l’opinion publique, voire sur les autorités politiques visées. Face à un ennemi s’affranchissant de toutes les règles du droit international, les parades sont limitées et le niveau de vulnérabilité est, de fait, accentué. Dans ce contexte, les frontières ne constituent plus des lignes de protection naturelles, car nos sociétés globalisées sont de plus en plus tributaires des flux de personnes, de biens et d’information. Cette dépendance nous rend plus exposés aux menaces pesant sur ces flux, notamment dans des zones difficilement contrôlables: zones maritimes ou aériennes internationales, espace ou cyberespace. 

Hybridation de la menace: deux cas concrets

  • Le Hezbollah, un quasi État aux modes d’action multiples

Acteur non-étatique, le Hezbollah a atteint aujourd’hui une capacité à contraindre et influencer proche de celui des États, se dotant de moyens militaires et de technologies rendus aujourd’hui plus accessibles. Cet «État dans l’État» s’affirme selon plusieurs caractéristiques: la maîtrise d’un territoire (le Liban sud), des relations interétatiques (Syrie et Iran), le contrôle de la vie civile (social, éducatif et santé), des forces militaires et un contrôle opérationnel (milice armée et structurée), le tout autour d’une sacralisation de ses chefs religieux. Agissant tour à tour dans les sphères politique, militaire et sociale, il a indéniablement un caractère hybride. À l’été 2006, il a clairement démontré sa capacité à repérer et cibler les vulnérabilités de l’État d’Israël, menant notamment une «techno-guérilla» et dépassant ses capacités classiques de combat (utilisation d’engins explosifs improvisés contre les Merkava, combattants dotés de moyens de protection et de vision nocturne modernes, de dispositifs de réduction de signature infrarouge et de reconnaissance par drones «Mirsad»). Son arsenal développé et ses capacités d’adaptation lui ont permis d’évoluer intelligemment pour maintenir une pression constante sur Israël[2]. Se posant en protecteur d’une population injustement opprimée, il a gagné le soutien local de la population et d’une partie de l’opinion publique internationale. Par ailleurs, les liens avérés avec l’Iran et la Syrie ont donné à ce groupe religieux une dimension internationale.

  • Le Mexique ou la notion de «criminal insurgency» sur fond de ramification transnationale

L’application au cas mexicain du caractère multiple des menaces décrites précédemment ne fait aucun doute. Les opérations anti-narcotiques en Colombie et dans d’autres zones d’Amérique du Sud et Centrale ont entraîné un déplacement des activités criminelles au Mexique, où de nombreux cartels ont trouvé un véritable sanctuaire. L’accroissement de ces activités illicites a généré des revenus estimés entre 19 et 29 milliards de dollars, essentiellement centrés sur les activités criminelles transfrontalières avec les États-Unis[3]. Les cartels luttant entre eux pour le contrôle des territoires d’une part, et compte tenu du niveau de violence à l’égard de la population et des autorités d’autre part, la menace se situe clairement à la confluence du crime, du terrorisme et de l’insurrection. Les administrations locales, dépassées par l’ampleur et la violence du phénomène, ont dû faire face à la pression de ces «insurgés criminels», désireux de prendre le dessus sur les juridictions locales (corruption, menace…). Malgré les 45.000 soldats mobilisés par le président Calderon pour lutter contre ce fléau, le bilan est particulièrement lourd: 45.000 meurtres perpétrés depuis décembre 2006, plus de 3.600 enlèvements depuis 2009, et 120.000 personnes ayant fui leur domicile. L’insécurité au Mexique est devenue un problème national et 50% du territoire et de la population sont hors du contrôle du gouvernement.

Comment expliquer que le Mexique, qui n’est pas un état défaillant, éprouve autant de difficultés à répondre à cette menace? Un élément de réflexion réside dans le caractère régional des réseaux criminels colombiens, en particulier au Guatemala, au Honduras et bien-sûr aux États-Unis où une contagion du phénomène est à craindre. Mais un autre aspect de la menace inquiète les acteurs de la scène internationale: il s’agit des liens entre les cartels et d’autres acteurs internationaux. En effet, les connexions des cartels sud-américains avec d’autres acteurs non-étatiques tels que le Hezbollah[4], ou étatiques comme l’Iran[5], ont récemment été mis à jour. Cet aspect du problème révèle toute la complexité du cas mexicain: lutter contre un ennemi intérieur, alors même que ce dernier peut bénéficier d’un soutien étendu et de filières pour le développement des trafics, notamment parce que la mondialisation a permis l’accroissement des flux financiers. L’aspect tentaculaire de ces réseaux et l’hybridation de l’ennemi (mélange de groupes criminels, terroristes, soutenus par des États tiers) sont particulièrement révélateurs des nouveaux types de menaces, voire d’une transformation de la guerre.

 

Quelles impacts sur les armées?

  • Redécouvrir l’ennemi: la pertinence de l’approche globale

L’émergence des menaces hybrides vient révolutionner les modes de pensée traditionnels tout en donnant raison aux partisans de l’approche globale. En effet, le spectre large des menaces les rendant difficilement prévisibles et lisibles, les parades sont complexes à mettre en œuvre car elles requièrent la coordination d’une grande variété d’acteurs dans de nombreux domaines: économique, gouvernance, État de droit… L’analyse des menaces doit, en outre, considérer l’ennemi comme un système organisé[6]. Un des principaux enseignements du conflit afghan fut la nécessaire coopération entre secteurs civil et militaire, ainsi que l’établissement d’une meilleure communication et d’une confiance mutuelle, notamment entre les différentes autorités. Cependant, l’unité d’effort, seul gage du succès, requiert idéalement une unité de commandement. Cette dernière est souvent difficilement réalisable car rejetée par certains acteurs comme les ONG, qui craignent de voir remise en cause leur neutralité. En définitive, si l’approche globale constitue une réponse possible pour contrer les menaces hybrides, la variété des modes d’action possibles implique une convergence de vue et la mise en œuvre de lignes d’opérations englobant tous les domaines (sécuritaire, politique, économique, social…). Dans l’accomplissement de sa mission, le chef militaire de demain devra plus que jamais prendre en compte ces différents aspects, les connaître et être en mesure d’intégrer des acteurs civils et gouvernementaux dans le cadre de la planification des ses actions. Il devra également être conscient qu’il ne sait pas tout, qu’une part d’incertitude subsiste compte tenu de la complexification des menaces évoquées précédemment, et ce en dépit des efforts tentés pour réduire le brouillard de la guerre[7].

 

  • La nécessaire adaptation des forces armées

Face à un adversaire possédant des modes d’actions multiples, il est impératif de conserver nos capacités d’action dans un spectre très large: combat de haute intensité, contre-insurrection, maîtrise de la violence, tout en restant prêts à affronter des actions terroristes, criminelles ou à base de cyberattaques. En d’autres termes, la flexibilité et la réversibilité de nos forces armées sont essentielles pour répondre à un ennemi insaisissable et en permanente adaptation. La prise en compte par les armées de ces nouveaux types de conflits doit nécessairement englober de nombreux domaines, tel que le corpus doctrinal, la formation ou l’entraînement des forces, à l’image des initiatives prises par le corps des Marines pour entraîner ses chefs militaires à «réagir à l’inconnu dans un environnement complexe et hostile»[8]. Le succès face aux menaces hybrides passe également par une meilleure prise en compte du renseignement et une adaptation de nos procédures, notamment pendant la phase de planification[9]. Par ailleurs, compte tenu de la généralisation des technologies, l’adversaire de demain sera en mesure d’opérer avec un niveau de sophistication inégalé jusqu’à présent. Le taliban afghan et ses moyens rudimentaires ne seront qu’un lointain souvenir: l’insurgé de demain mettra en œuvre des brouilleurs, des drones et des robots du champ de bataille, tout en étant soutenu et financé par des activités criminelles (kidnapping, trafics) ou des États tiers. Dans ce contexte, il sera nécessaire de conserver une avance technique significative, sans toutefois tomber dans l’illusion de la suprématie technologique[10]. Dans ce domaine, la coopération, voire la mutualisation au niveau international semble inévitable compte tenu du contexte budgétaire actuel. Le maintien à flot d’une industrie de défense performante, tant au niveau national qu’au niveau européen est également indispensable pour maintenir cette avance technologique. Par ailleurs, conserver des moyens en mode dégradé, moins sophistiqués mais aussi moins vulnérables, pourrait permettre de conserver une forme de résilience face à la menace d’attaques électroniques.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont mis à jour une réalité complexe: celle d’une situation à cheval entre guerre et paix, dans laquelle la suprématie technologique n’est plus un facteur suffisant de succès. La mondialisation, l’accessibilité des technologies et la perméabilité des frontières ont révélé l’émergence d’un ennemi difficilement perceptible et utilisant des modes d’action multiples. Cet ennemi n’a rien à voir avec l’adversaire traditionnel d’hier, bien défini et opérant selon une doctrine connue. Il conviendrait donc de revoir notre grille de lecture de l’ennemi, en particulier en poursuivant le développement d’outils d’analyse systémique et d’aide à la décision[11]. Prendre en compte l’ensemble du spectre des menaces requiert par ailleurs une coopération accrue qui dépasse le cadre des forces armées, notamment en matière de renseignement. L’effacement progressif des frontières comme barrières aux menaces a accru la vulnérabilité du territoire national. Dès lors, l’effort doit également être porté sur le maintien d’un niveau élevé de flexibilité et de réversibilité des forces armées, tout en accentuant le développement de modes d’action adaptés.

 

Compte tenu de cette évolution, un enjeu majeur réside donc dans l’anticipation de ces nouvelles menaces sur le moyen comme sur le long terme. À titre d’exemple, l’Alliance atlantique a publié en 2009 une étude importante sur quatre scenarii futurs possibles[12]:

  • le premier d’entre eux, la face sombre de l’exclusivité, décrit une situation ou l’équilibre interne des nations et l’ordre international lui-même sont compromis par une mondialisation mal maîtrisée;
  • dans le deuxième, la stabilité trompeuse, les préoccupations démographiques accaparent en interne l’attention des États, les rendant vulnérables à une surprise géopolitique;
  • le troisième scénario, le choc des modernités, imagine la poursuite de la globalisation d’un monde développé interconnecté, menacé à ses marges par des régimes ne partageant pas ses valeurs;
  • enfin, la nouvelle politique de puissance, mettant l’accent sur l’émergence de nouveaux acteurs de premier plan, imagine la quête incertaine d’un nouvel équilibre international sur fond de compétition pour les ressources.

Une telle modélisation, fondée sur des conséquences logiques d’évolutions souvent déjà à l’œuvre, doit être considérée comme une étape vers le développement d’outils censés «répondre au plus large spectre des défis à venir»[13]. Les révolutions arabes de 2011, surprise stratégique non moins prévisible a posteriori que ne l’était celle de 2001, montre que ces outils n’ont pas encore atteint leur seuil d’efficacité ou sont inadaptés. L’effort des États comme des organisations internationales devrait se concentrer sur cette fonction d’anticipation, condition sine qua non de notre faculté d’adaptation face aux menaces hybrides.

 

Bibliographie indicative liée à l’article:

  • «Le contexte stratégique de l’OTAN à l’horizon 2030», du Général Stéphane ABRIAL
  • “The Hybrid threat: crime, terrorism and Insurgency in Mexico“, Center for Strategic Leadership (US ARMY WAR COLLEGE), Dec 2011
  • “Irregular warfare and hybrid threats“, Joint Irregular Warfare Center
  • Training Circular 7-100: Hybrid threat, US ARMY
  • “Conflict in the 21st Century: the rise of hybrid wars“, Frank Hoffman, Potomac Institute for Policy Studies

[1] ACT (Allied Command Transformation) a initié le projet CHT (Countering Hybrid Threat)

[2] Le Hezbollah face aux forces armées, cahier de la Recherche, CDEF, mars 2009

. La guerre de juillet, cahier du RETEX, CDEF, sept 2006

[3] Source: Centre for Strategic Leadership (US ARMY WAR COLLEGE), Dec 2011

[4] Selon plusieurs experts, le Hezbollah aurait forgé un partenariat avec certains cartels de la drogue au Mexique. Le groupe recevrait un soutien financier et une protection des cartels en échange de l’expertise du Hezbollah.

[5] En octobre 2011, la justice américaine a arrêté deux ressortissants iraniens accusés de tentative d’assassinat de l’ambassadeur d’Arabie saoudite aux États-Unis. Les iraniens auraient tenté d’agir par l’intermédiaire d’un groupe de narcotrafiquants mexicains.

[6] À l’instar de la phase de CPOE (Comprehensive Preparation of the Operational Environment) qui initie la séquence de planification de l’OTAN (COPD)

[7] Notamment dans le domaine de l’Information Dominance

[8] Aux Etats-Unis, le Joint Irregular Warfare Center (JIWC) a été créé pour répondre à ce vide doctrinal

[9] En 2011, une conférence de l’OTAN s’est réunie à Tallinn pour étudier et développer une approche commune civilo-militaire des menaces hybrides  

[10] Depuis la guerre en Irak en 2003, de nombreux stratèges américains considèrent que l’impact de la révolution dans les affaires militaires (RAM) a été clairement surestimée (Ref: Potomac Institute for Policy Studies)

[11] Notamment au travers d’outils de type recherche opérationnelle

[12] ACT: Multiple Futures Project: navigating towards 2030

[13] «Le contexte stratégique de l’OTAN à l’horizon 2030», du Général ABRIAL

*Saint-cyrien de la promotion de «La France combattante» (1997–2000), le Chef de bataillon Cédric LE BIGOT a servi à la 785ème compagnie de guerre électronique, puis au 54ème régiment de transmissions. Il a ensuite occupé les fonctions de chef de centre opérations de guerre électronique et d’officier traitant au sein du G2 du corps de réaction rapide France. Après avoir été stagiaire de la 125ème promotion du cours supérieur d’état-major, il suit actuellement la scolarité de l’École de guerre.

Bataclan

Bataclan

06/07/2018

https://lavoiedelepee.blogspot.com/

 

Quand on a été soi-même victime ou que l’on a perdu des proches dans une attaque comme celle du Bataclan le 13 novembre 2015, on est en droit de demander des comptes à celui qui était chargé de sa protection, l’État, et plus particulièrement son instrument premier sur le territoire national : le ministère de l’Intérieur. Au niveau le plus élevé la réponse aux interrogations n’a pas été, c’est le moins que l’on puisse dire, à la hauteur du courage de l’échelon le plus bas, faisant de l’ « aucune faille n’est survenue » un mantra dont on espérait alors que par répétition il puisse devenir une vérité. Cette petite attitude n’est hélas pas nouvelle.

C’est la raison pour laquelle on fait parfois appel directement aux représentants de la nation, issus des différents courants politiques, pour qu’ils mènent une enquête indépendante. Une commission d’enquête « relative aux moyens mis en œuvre par l’État pour lutter contre le terrorisme depuis le 7 janvier 2015 » a ainsi rendu un rapport, et des propositions, en juillet 2016. Il faut en saluer le travail d’une grande exhaustivité et j’avoue mon interrogation sur le fait que l’on en soit encore à demander des explications, alors qu’il en existe des centaines de pages et publiques

Je m’interroge aussi, et m’inquiète surtout, que l’on demande désormais ces explications à la Justice. Peut-être fait-on plus confiance à celle-ci qu’à ses propres représentants. Plus probablement, le travail d’investigation de la commission abordant un sujet complexe comportait-t-il trop de choses pour le cubisme fragmenté des médias ou trop de points délicats pour certains acteurs politiques concernés pour qu’il en fut fait une exposition suffisante. Tout y est pourtant, et tout ce que je vais dire par la suite en est issu (et de quelques petits témoignages).

Sentinelle le 13 novembre

Le plus surprenant dans ce nouvel épisode est que l’on s’en prenne surtout aux militaires. Là encore, il est vrai ce n’est pas nouveau, les militaires ayant la faculté d’être visibles (c’est d’ailleurs la raison principale de l’existence de Vigipirate-Sentinelle) et de ne jamais se plaindre. Ils constituent donc une cible facile. Disons-le tout de suite, dans l’attaque du Bataclan, c’est totalement injuste, au moins pour les soldats qui ont engagés ce soir-là. 

Rappelons d’abord une première évidence : le soir du 13 novembre 2015, comme depuis vingt ans que des militaires sont engagés à Paris, Sentinelle n’a rien empêché, en grande partie parce que ce n’est pas possible. Il est possible bien sûr de protéger quelques points précis, de riposter contre les attaques contre soi (et on notera que ce sont les soldats eux-mêmes et non ce qu’ils protégeaient qui ont toujours été les cibles) ou, avec la chance d’être à proximité, d’intervenir très vite, comme à Marseille en octobre 2017, mais l’empêchement ne peut venir que du hasard heureux du terrorisme visiblement armé qui tombe nez-à-nez avec un patrouille inattendue. Notons au passage que cette probabilité est d’autant plus faible que les soldats sont plus visibles (ce qui permet il est vrai d’illustrer de belles photos tous les articles sur la lutte anti-terroristes en France tout en constituant sa composante la moins efficiente). 

Le dispositif Sentinelle a au moins le mérite d’être souple et plutôt bien organisé, en grande partie parce qu’il est proche d’une organisation permanente de combat. Le 13 novembre 2015, le chef de la BRI a été mis en alerte à 21h20, c’est le seul parmi les unités d’intervention à l’avoir été officiellement. Toutes les autres unités, ainsi que Sentinelle, se sont « auto-alertées », en fonction des bruits, parfois au sens premier, reçus. Dans les faits, elles l’ont toutes été pratiquement au même moment et se sont toutes mobilisées.

Du côté de Sentinelle, le colonel commandant le groupement de Paris intra muros a installé en quelques minutes son poste de commandement tactique et son petit état-major permanent Place Bastille, de manière à coordonner toutes les unités militaires dans la « zone de contact » du 11e arrondissement, 500 soldats engagés au total, qui ont à chaque fois contribué à organiser les points attaqués, les sécuriser avec des moyens « forts » (et pour le coup la visibilité a été utile pour rassurer), et surtout faciliter les secours, en particulier aux abords de la Belle équipe grâce à l’initiative d’un sous-officier en quartier libre non loin de là.

Avant toute chose, rappelons donc que si les soldats de Sentinelle n’ont pas empêché les attaques, ils ont malgré tout contribué, avec beaucoup d’autres, à sauver de nombreuses vies. Par ailleurs, au niveau opérationnel (Sentinelle, île de France) et notez bien la distinction militaire avec le PC qui gérait l’immédiat (sans aucun correspondant de l’Interieur) et celui qui gérait ce qui se passait tout autour. En périphérie de la zone d’action 500 autres soldats ont pris en compte immédiatement la surveillance de quatre nouveaux points sensibles (Matignon, l’Assemblée et le Sénat, l’hôpital Necker) pour y relever des forces de police ou parce que ces sites pouvaient être attaqués.

De 22h à 21h15 au Bataclan

Concentrons-nous sur le Bataclan. L’arrivée sur place d’un groupe de combat est aussi une initiative d’un sous-officier qui se rendait avec son groupe en véhicule pour prendre sa mission de garde boulevard Voltaire. Voyant des civils s’enfuir d’une zone non loin, il décide d’y aller, et rend compte à son chef, qui approuve, par téléphone portable. Il arrive sur place juste après 22 heures. L’attaque sur place a commencé vingt minutes plus tôt. Le commissaire adjoint commandant la BAC 75 Nuit, rentrant de service, est déjà intervenu de sa propre initiative, « au son du canon et des infos radio » et à abattu un terroriste à 30 mètres au pistolet. La BAC 94 est arrivé tout de suite après et maintenant Sentinelle. Le massacre a déjà eu lieu, les coups de feu ont cessé à l’intérieur et les terroristes encore vivants sont à l’étage avec des otages. Le maréchal des logis (MDL) fait débarquer ses hommes entre le square à côté et la façade du Bataclan et leur fait prendre les dispositions de combat.

Les soldats ne savent alors strictement rien de la situation et le MDL se met à la disposition de la BAC, selon le vieux principe qui veut que le « premier arrivé commande ». Une rafale de fusil d’assaut survient alors immédiatement du côté du passage Saint-Pierre Amelot à l’arrière du Bataclan sans pouvoir en déterminer l’origine, probablement un tireur depuis l’arrière d’une fenêtre. Un deuxième tir surviendra de la même façon quelques minutes plus tard, puis un troisième, toujours un balayage au hasard, après l’ouverture de la porte de secours. Entre temps, le MDL a demandé à son chef la possibilité d’ouvrir le feu, qui lui est accordée. On reviendra sur cette exigence de toujours demander des autorisations de faire alors qu’en l’occurrence ce n’est pas nécessaire.

Avec les policiers présents, il n’y a alors que deux options. Pénétrer ensemble à nouveau dans la grande salle, l’évacuer et la fouiller, et s’en prendre à l’étage en même temps ou successivement, ou alors, deuxième option, sécuriser la zone autour du Bataclan en attendant l’arrivée d’une unité d’intervention de la Police. La décision en revient aux policiers, qui demandent au centre opérationnel de la Préfecture de Paris. Les militaires sont prêts à les aider dans les deux cas, quoique dans le deuxième il aurait sans doute fallu (ou le sous-officier se serait-il cru obligé de) demander une nouvelle autorisation à la chaîne de commandement. C’est à cette occasion qu’un des policiers de la BAC aurait demandé qu’on lui prête un Famas au cas où il irait sans les militaires, ce qui témoigne que ce n’était pas si évident. Au passage, le militaire refuse, ce qu’on ne peut lui reprocher mais qui personnellement ne m’aurait pas choqué.

De toute façon, le CO de la Préfecture coupe court très vite aux supputations en interdisant de faire quoi que ce soit à l’intérieur et notamment l’engagement des militaires (« nous ne sommes pas en guerre » aurait, paraît-il, été la justification), sous prétexte qu’on applique ainsi la procédure en attendant l’arrivée de la BRI dans quelques minutes. Un de mes chefs (loin de l’école de pensée dite de la « longue capote », voir plus loin) me disait : « tu as l’initiative tant que tu n’as pas rendu compte ». Il est probable et assurément heureux que le commissaire qui était entré dans le Bataclan quelques minutes et fait cessez le massacre en tuant un des terroristes n’ait pas demandé l’autorisation d’intervenir. Il serait sinon probablement toujours devant la porte. 

Après l’appel au CO (de la même façon que lorsque le 7 janvier il avait ordonné à la BAC de boucler Charlie-Hebdo mais pas d’intervenir), la situation est réglementairement gelée. Comme l’expliquera Christophe Molmy, chef de la BRI, devant la commission : « Ils [les policiers présents, il n’est jamais question de militaires dans les auditions des chefs de la BRI et du RAID] avaient cessé leur intervention puisque les tirs avaient cessé. Dans l’hypothèse où les tirs cessent leur travail n’est pas en effet d’entrer et de progresser-les risques de la présence d’explosifs ou de terroristes embusqués et le risque de sur-attentat sont importants-mais de figer la situation, ce qu’ils ont d’ailleurs très bien fait ».

Du côté de Sentinelle, le groupe de soldat est alors séparé en deux. Une équipe de 4 est postée du côté du square, dans l’axe de tir des terroristes, pour en interdire la zone (aux journalistes notamment) et aider à l’organisation des secours à proximité. Une autre est placée en couverture avec des policiers face au passage Saint-Pierre Amelot. Précisons que l’accès au Bataclan, par une porte de secours blindée ou par les fenêtres, est alors techniquement impossible par ce côté. Personne ne dispose des moyens de forçage ou d’escalade qui permettrait éventuellement de tenter une pénétration, avec par ailleurs très peu de chances de succès. 

Le passage est alors une zone de feux asymétrique. Les deux terroristes peuvent y tirer facilement depuis les fenêtres ou même la porte d’accès en l’ouvrant subitement. Inversement, et hormis le cas, très improbable, de l’ennemi qui se présente pleinement à la fenêtre pendant au moins une seconde, il est difficile, même avec un fusil d’assaut, de toucher ces mêmes tireurs. On ne les voit pas (un avant-bras est apparu furtivement), on est presque certains qu’ils sont entourés d’otages et ils sont par ailleurs bardés d’explosifs. La seule possibilité est de couvrir la zone, c’est-à-dire concrètement d’empêcher de fuir les terroristes de ce côté. Quelques minutes plus tard, cela aidera une équipe du RAID de venir récupérer des blessés dans le passage avec un véhicule blindé.

BRI-RAID-FIPN-GIGN-PP-DGPN-DGGN

C’est à ce moment-là, à 22h15-20, qu’arrive l’ « unité d’intervention rapide » de la BRI depuis le 36, quai des orfèvres. Devant la commission, Christophe Molmy justifie cette vitesse relative (le « 36 » n’est qu’à 1 500 mètres à vol d’oiseau) par la nécessité de se reconfigurer au dernier moment en « version lourde » après avoir appris l’usage d’explosifs par les terroristes. Il faut rappeler aussi, comme l’a fait Jean-Michel Fauvergue (patron du RAID) devant la même commission, que les fonctionnaires de police en alerte le sont chez eux et, même équipés partiellement à leur domicile, il faut toujours prévoir un temps de regroupement. Pour autant, au mieux l’unité aurait peut-être pu arriver au Bataclan dix minutes plus tôt, un quart d’heure grand maximum. Comme toutes les autres unités d’intervention (par principe, l’unité d’intervention est forcément en retard sur les événements) cela n’aurait pu empêcher l’attaque du Bataclan.

Arrivée donc de la BRI, et dix minutes plus tard d’un détachement du RAID, « auto-allumé ». Commence alors en arrière fond une nouvelle guerre de périmètre des polices qui se traduit en arrangements aigre-doux forcés sur le lieu de l’action. Le 13 novembre, la Préfecture de police de Paris (de fait, la troisième composante du ministère avec la Police nationale et la Gendarmerie au sein du ministère) a justifié de sa souveraineté territoriale pour ne pas activer autre chose que sa propre unité d’intervention. Est-ce que l’activation de la Force d’intervention de la Police nationale (FIPN), chargée de coordonner l’action de tous les services d’intervention de police, aurait changé les choses ? Le chef du RAID qui arrive aussi très vite au Bataclan en est apparemment persuadé considérant que les moyens (sinon les compétences mais cela affleure dans les propos) déployés tout de suite par la BRI sont trop faibles. Le chef de la BRI est évidemment d’un avis opposé et dément tous les chiffres cités par son collègue. Dans les faits, il n’est certain que l’activation de la FIPN aurait permis de faire mieux. Cela aurait fait simplement du chef du RAID le patron de l’opération. Là, c’est plutôt celui de la BRI qui décide et pénètre dans le Bataclan à 22h20.

Que faire alors ? Il y a bien deux situations à gérer : la salle de concert avec son spectacle épouvantable de centaines de morts, blessés, sidérés, valides qui s’y trouvent, mais aussi ses menaces éventuelles cachées déjà évoquées ; puis il y a l’étage avec les derniers terroristes et des otages en très grand danger. La décision est prise, avec les hommes de la BRI et du RAID ensemble, de boucler et sécuriser le rez-de-chaussée puis d’évacuer valides et blessés après les avoir fouillés. L’évacuation prend fin vers 22H40. A ce moment-là le GIGN arrive à la caserne des Célestins, près de la place Bastille. Il est placé, logiquement, en réserve d’intervention…par le cabinet du ministre, le chef de l’unité cherchant désespérément un donneur d’ordre. Le spécialiste en organisation notera qu’on se trouve donc désormais avec deux centres parallèles donnant des ordres aux mêmes unités mais toujours pas, comme les militaires, deux niveaux différents : un pour la conduite tactique sur place et un pour la gestion au-dessus et autour (organiser le bouclage de Paris, etc.). Tout se fait en même temps et selon des voies parallèles. Il n’est pas évident que la place du décideur opérationnel, a priori le Préfet de Paris, fut alors d’être collé au chef de la BRI mais je m’avance sans doute.

L’étage supérieur du Bataclan est abordé à 23h par la BRI, pendant que le RAID prend en compte le rez-de-chaussée et les abords où il incorpore d’ailleurs l’équipe de Sentinelle. Une colonne d’assaut de la BRI trouve les deux derniers terroristes retranchés avec une vingtaine d’otages dans un couloir fermé. Après quelques tentatives de dialogue qui servent surtout d’appui à l’assaut, celui-ci est lancé avec succès à 00h18. Foued Mohamed-Aggad, et Ismaël Omar Mostefaï sont tués et les otages libérés sains et saufs.

Est-ce que cette intervention de la police aurait pu mieux se passer ? Les chefs ont fait les choix qui leur paraissaient les plus justes (ou les moins mauvais) en fonction des informations, limitées et confuses dont ils disposaient et des risques possibles. Terroristes cachés ou pièges ne sont pas apparus, ce qui rétrospectivement peut induire l’idée d’une trop grande prudence alors que des dizaines de blessés demandaient des soins. Oui mais voilà, les décisions ne se font jamais en direction du passé connu, elles se font en direction de l’inconnu et elles sont prises dans le feu, la confusion et l’urgence. Si effectivement, ce qui était possible, une attaque dissimulée avait été déjouée, le jugement rétrospectif serait différent. Cela incite à une grande prudence et à une grande modestie quand on analyse techniquement l’action d’une force  armée sans contredire toutefois son absolue et transparente nécessité…mais surtout pas par le biais d’un Juge. Le plus sûr effet que l’on peut attendre de l’appel à la Justice est d’introduire des gouttes supplémentaires d’inhibition chez les futurs décideurs de vie et de mort (ceux qui se disent « qu’est ce qui se passe si je me plante »). Or dans ce type de contexte l’inhibition fait généralement plus de morts qu’elle n’en sauve.

Obéir..ou pas ?

Le procès qui (re)pointe contre les militaires de l’opération Sentinelle est un mauvais procès. Le sous-officier arrivé au Bataclan a obéi à tout le monde, depuis le ministre de l’Intérieur pour qui, devant la commission « Une intervention pour sauver des vies n’est possible que dès lors qu’il y une maîtrise totale du lieu et des conditions de l’intervention » (il ne pense pas alors aux militaires dont la présence dans son périmètre ministériel l’énerve profondément) jusqu’au Gouverneur militaire de Paris (GMP), le général Le Ray, qui affirme de son côté qu’ « on n’entre pas dans une bouteille d’encre » et pour qui « il était exclu que je fasse intervenir mes soldats sans savoir ce qui se passait à l’intérieur du bâtiment » (ce qui supposait donc qu’il faille qu’on lui en fasse la demande préalable).

Le sous-officier aurait pu envoyer balader tout le monde comme le commissaire de la BAC 75 N avant lui. Après tout, quoiqu’en dise le GMP (dont l’incroyable « Il est impensable de mettre des soldats en danger dans l’espoir hypothétique de sauver d’autres personnes ») qui visiblement n’aurait jamais pris, lui, l’initiative de ce commissaire, les soldats ont été quand même un peu inventés pour justement « entrer dans des bouteilles d’encre ». C’est même souvent pour cela que l’on s’engage dans une unité de combat. 

Il aurait donc pu désobéir à tout le monde, y compris à lui-même (« Nous [tankistes] ne sommes pas entraînés à discriminer dans les conditions d’une attaque terroriste effectuée en milieu urbain »)C’est déjà difficile pour un jeune sous-officier (dans mon année de formation de sous-officier je me souviens d’avoir infiniment plus entendu parler de « discipline », d’ « obéissance »,  de « culte de la mission reçue » que d’initiative) habitué à faire des comptes rendus et recevoir des ordres mais c’est encore possible. Après tout, il est venu au Bataclan de sa propre initiative.

Détail significatif, les soldats de Sentinelle, dont on a toujours peur qu’ils fassent des bêtises, sont alors équipés d’un « témoin d’obturation de chambre » (TOC) dans la chambre de leur Famas et qui empêche tout tir intempestif. Ce TOC doit normalement être dégagé en armant le fusil. Dans ce cas précis devant le Bataclan, en prenant les dispositions de combat, trois armes sur huit ont été bloquées et sont donc devenues inutilisables. C’est un symbole de la manière dont, à force de méfiance et de contrôle, on finit par bloquer et sous-employer son potentiel.

Envoyer balader d’accord mais ensuite pour quoi faire ? La principale plus-value des soldats lorsqu’ils arrivent au Bataclan est qu’avec leurs fusils d’assaut ils peuvent interdire la sortie, et donc la fuite, par l’arrière du bâtiment sans avoir à pénétrer dans le passage Saint-Pierre Amelot. Avec leurs armes de poing et les calibres 12, les policiers de la BAC sont un peu courts en portée pratique pour y parvenir. Cette mission indispensable de couverture, qui aurait été assurée ensuite par la BRI ou le RAID, a été prise en compte tout de suite par les soldats. 

Et ensuite ? Avec les quelques soldats restants (ou même avec tous en faisant l’impasse sur la couverture) et en admettant que les policiers qui viennent de recevoir l’ordre de tout figer l’acceptent, imaginons le groupe de quatre à six soldats pénétrant dans le bâtiment (au passage, le patron du RAID accuse la BRI de n’être venu qu’à 7, chiffre jugée insuffisant pour assurer la mission, la BRI dément). Avec ça, il peut effectivement commencer à fouiller la zone, en deux petites équipes de part et d’autre de la salle…pendant trois à cinq minutes, le temps que le chef de la BRI n’arrive, furieux, et exige leur départ. Suivra ensuite l’opprobre de ce dernier puis celle du chef du RAID, du Préfet de police arrivé sur place, puis de ses chefs pour avoir agi sans ordre, outrepassé la mission de Sentinelle et sans doute d’avoir créé un incident avec le ministère de l’Intérieur. Beaucoup d’ennuis donc en perspective pour rien, et on n’imagine même pas l’hypothèse où ayant abandonné la couverture du passage, les deux terroristes seraient parvenus à s’enfuir du Bataclan.

Le choix de l’embarras

S’en prendre aux acteurs des différents services sur le terrain, dont on notera au passage qu’ils s’entendent tous et s’accordent bien, c’est comme s’en prendre à un gardien de foot (voire aux poteaux) parce qu’on a pris un but, en oubliant que si le gardien est sollicité c’est que tout le système défensif avant lui a échoué. Le vrai scandale des attaques du 13 novembre est qu’au niveau plus le plus élevé, on n’y était pas préparé malgré les évidences et tous ceux qui disent qu’il était impossible de prévoir une telle combinaison d’attaques sont des menteurs et des lâches devant leurs responsabilités.

Le ministère de la défense a pu justifier de la « militarisation » (lire « l’emploi d’un AK-47 par un homme ») des attaques le 7 janvier pour introduire Sentinelle, extension en volume de la déjà permanente Vigipirate. Ce magnifique moyen d’ « agir sans agir » et de se montrer sans risques (« vous nous attaquez ? Tremblez puisque nous envoyons et collons nos combattants…chez nous », séquence répétée d’ailleurs après le 13 novembre) arrangeait tout le monde, sauf les soldats et le ministre de l’Intérieur, depuis le Président (« je montre que je fais quelque chose ») jusqu’à l’armée de Terre (« mes effectifs sont sauvés »). 

Depuis vingt ans, début de Vigipirate qui correspond par ailleurs sensiblement à l’apparition des procédés des attaques terroristes multiples « militarisées », personne n’a cependant visiblement imaginé que l’on pouvait avoir à combattre en France au delà d’un accrochage en autodéfense et surtout pas à l’intérieur d’un bâtiment en France. 

Pourtant, je connais des groupes de combat d’infanterie (et pas forcément de Forces spéciales) qui auraient pu intervenir efficacement dès le début du massacre au Bataclan. Avec des équipements spécifiques de pénétration, mais pourquoi pas (il suffit d’investir), il aurait peut-être été même possible de forcer les retranchements avec les otages. Cela aurait été très délicat, mais possible. L’opération suivante, le 18 novembre à Saint-Denis, était par exemple largement à la portée d’une section d’infanterie avec un bon sapeur-artificier. 

Avec les tankistes, comme ceux qui étaient là le 13 novembre au Bataclan, ou des artilleurs ou d’autres dont par définition le combat d’infanterie n’est pas le métier premier, les choses auraient été techniquement plus difficiles mais en arrivant en premier (il ne s’en est fallu que de quelques minutes), il aurait fallu y aller quand même et sans avoir à demander d’autorisation (on appellerait cela « assistance à personne en danger »), surtout pas au GMP. Cela aurait été sans doute plus maladroit qu’avec des fantassins (ce n’est pas parce que les soldats-Sentinelle se ressemblent tous qu’ils ont les mêmes compétences) mais malgré tout préférable à ne rien faire. Cela avait-il seulement été sérieusement envisagé ? En écoutant les auditions, et notamment celle du général Le Ray, visiblement non. 

On revient toujours à ce besoin de visibilité mais…à basse violence. Au plus ennuyeux, en pot de fleur + légitime défense restreinte (au passage, n’est-il pas scandaleux d’avoir attendu le milieu de 2016 pour voir élargie cette procédure ?) + TOC + demande d’autorisations en cascade montante ; au plus offensif, en appui des forces de sécurité intérieure (concrètement pour effectuer des missions périphériques) telle était l’équation dont on n’imaginait pas de sortir (il faudra que je vous reparle du principe de la dinde).

Combien faudra-t-il de temps pour admettre que pour des missions de vigiles…les vigiles, pourvu bien sûr qu’ils soient bien formés, sont plus efficients ? Pourquoi a-t-il fallu autant de temps pour admettre qu’il serait (un peu) plus efficace d’avoir des patrouilles et des unité d’alerte (pas chez eux mais prêts à partir groupés et équipés au coup de sifflet), en particulier des groupes d’infanterie ? 

Au passage, les interventions les plus rapides de toute l’opération Sentinelle le 13 novembre ont été le fait de deux sous-officiers qui n’étaient pas encore ou plus de service. Si l’un d’eux alors en train de boire un verre, avait choisi le bar un peu plus loin et s’il avait conservé une arme de service (rappelons que même en tenue civile un homme ou une femme conserve des compétences), un massacre aurait peut-être été évité ou enrayé, comme avec ce commissaire de la BAC qui allait au Stade de France et s’est détourné vers le Bataclan

Pour enrayer et presque empêcher, un peu de hasard, d’initiative (et donc de confiance) et une arme disponible ont été plus efficaces qu’un système centralisé (d’autant plus vite saturé que centralisé) et un contrôle rigide. Le soir du 13 novembre, le système le plus efficace aurait été de mettre tous les soldats de Sentinelle en quartier libre, ou au moins les cadres, avec l’autorisation de porter une arme de poing. Il s’en serait trouvé mécaniquement dans tous les bars qui ont été attaqués et au concert du Bataclan. Ils seraient intervenus tout de suite (comme l’an dernier au Mali avec un militaire français près de la piscine en tongs  mais armé, une des attaques terroristes les plus rapidement stoppées) avant d’être rejoint par des camarades bien plus rapidement que n’importe quelle unité d’intervention à 30 minutes « après rassemblement ». Mais rappelons-le, le but de Sentinelle n’est pas d’empêcher les attaques terroristes contre la population (sinon ce serait un piteux échec), pas des bâtiments particuliers…mais la population dans son ensemble puisque tous peuvent être cibles.

Du côté de l’Intérieur, un mot juste pour souligner la misère de voir un ministre freiner toute enquête et toute critique, comme si les critiques étaient des traîtres à la patrie (alors qu’en général, ils cherchent plutôt à mieux éliminer ces derniers). Les renvois de balle, les luttes de périmètre qui transpirent dans certaines auditions (mais que faisait le RAID à l’Hypercacher ? Mais que faisait la BRI à Saint-Denis ? Quel est le con de préfet qui a fait appel aux militaires à Saint-Denis (là c’est un témoignage) ?) ne sont pas d’une excessive noblesse. Chacun de ses services a travaillé pour s’adapter mais à l’échelon supérieur quelle pitié de voir un ministère, dont c’est pourtant le rôle, s’interroger après le 13 novembre 2015 sur le fonctionnement « non optimal » du centre opérationnel de Paris (comme le 7 janvier d’ailleurs et à chaque fois compensé par beaucoup d’improvisations et d’arrangements à la base), et sur la manière d’y « intégrer les militaires de la force Sentinelle ou les médecins civils » (oui, oui cette phrase date de plus d’un an après l’attaque du 7 janvier 2015.

Au bout du compte, ce qui fait le plus mal c’est de voir que depuis trois ans (et je pourrais dire depuis 2012) si les acteurs à base se débrouillent avec énergie et abnégation, il faut au sommet des « cygnes noirs » (terme élégant pour «grosses claques et grandes souffrances ») pour vraiment faire évoluer les choses, au-delà de la communication s’entend. Toutes les grandes inflexions de la politique de défense ou (oui je dis bien ou) de sécurité, des budgets, de l’organisation ont été prises après l’action violente des salopards, jamais avant et notamment lors de l’exposé des gens honnêtes, sans doute parce que l’émotion provoquée par les premiers est toujours plus forte que l’exposé rationnel des seconds. Tout était clair depuis longtemps pourtant dans la stratégie et les modes d’action de l’ennemi. Répétons-le, comme dans une tragédie grecque nombreux sont ceux qui ont assisté à la mécanique implacable et sans surprise vers les attaques terroristes de 2015. 

Il aurait peut-être fallu considérer aussi nos ennemis pour ceux qu’ils sont, c’est-à-dire justement des ennemis et non des criminels, des politiques rationnels dans un cadre idéologique particulier et non de simples psychopathes. Cela aurait peut-être aidé à privilégier l’action en profondeur et sur la durée (ce que l’on appelle une stratégie) à la réaction gesticulatoire. Beaucoup de progrès ont été accomplis mais à quel prix.

 

Des bombardiers H-6K chinois déployés pour la première fois sur un îlot de la mer de Chine méridionale

Des bombardiers H-6K chinois déployés pour la première fois sur un îlot de la mer de Chine méridionale

Estimant que la mer de Chine méridionale lui appartient dans sa quasi-totalité et malgré les conclusions de la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye selon lesquelles ses prétentions dans cette région ne reposent sur « aucun fondement juridique », Pékin poursuit l’aménagement, à des fins militaires, de plusieurs îlots et récifs des archipels Spratleys et Paracel.

Jusqu’à présent, l’accent avait été mis sur l’installation de capacités d’interdiction et de déni d’accès (A2/AD), avec le déploiement de batteries anti-aériennes ainsi que des systèmes de défense rapprochée (CIWS, close-in weapon system) et antimissile (Hongqi-9/FD 2000, ). En outre, des pistes d’aviation ont été construites sur certains récifs afin de pouvoir accueillir des avions de transport et des appareils de combat.

Pour Pékin, cette politique vise à lui assurer le contrôle de la mer de Chine méridionale, qui est un carrefour de routes maritimes essentielles pour le commerce mondiale (et pour l’approvisionnement de pays comme le Japon). En outre, cette région est riche en ressources naturelles, notamment en hydrocarbures.

Pour faire respecter la liberté de navigation en mer de Chine méridionale, plusieurs pays, dont la France et les États-Unis, y envoient régulièrement des navires. Ainsi, des destroyers de l’US Navy se sont approchés, à plusieurs reprises, à moins de 12 milles de certains récifs accaparés par Pékin, ce qui donne généralement lieu à de vives protestations chinoises.

Jusqu’à présent, les capacités militaires installés sur ces récifs de la mer de Chine méridionale étaient présentées comme étant purement défensive. Mais ce n’est plus totalement le cas depuis l’annonce faite le 19 mai par le ministère chinois de la Défense.

En effet, ce dernier a indiqué avoir récemment envoyé, et pour la première fois, des bombardiers de type H-6K s’entraîner sur l’un des îlots de cette zone contestée.

Plus précisément, ces bombardiers, capables d’emporter des missiles de croisière KD-20 et KD-63, ont décollé d’une base aérienne située dans le sud de la Chine. Puis, ils ont simulé des frappes « contre des cibles navales » avant d’atterrir sur un îlot non précisé de la mer de Chine méridionale.

Cet « exercice visait à renforcer la capacité au combat face aux menaces de sécurité venant de la mer », a expliqué le ministère chinois de la Défense. Le communiqué publié par ce dernier cite Wang Yanan, le rédacteur d’Aerospace Knowledge, pour qui les bombardiers H-6K pourront désormais être déployés sur les îlots de la mer de Chine du sud, ce qui augmentera leur « portée opérationnelle » et permettra de « dissuader les complots visant à compromettre l’intégrité territoriale de la Chine ».

D’après l’Asia Maritime Transparency Initiative (AMTI), un centre de recherche basé à Washington, l’îlot utilisé pour les exercices des bombardiers chinois serait celui de Woody Island, dans l’archipel Paracel.

Étant donné que les bombardiers H-6K ont un rayon d’action estimé à 3.500 km, l’AMTI estime que l’Armée populaire de libération (APL) peut atteindre n’importe quel point de la mer de Chine méridionale, des Philippines à Singapour, voire le nord de l’Australie et la base américaine de Guam.