Le général Gaulin, nouveau commandant de la 1re division

Le général Gaulin, nouveau commandant de la 1re division

Le général de division Emmanuel Gaulin a pris le commandement de la 1re division le 1er  août. Son expérience militaire l’a spécialisé dans les capacités opérationnelles de l’armée de terre française. Portrait d’un homme de devoir et de convictions qui fera face au durcissement des engagements futurs.

Par Paul-Henri PIOTROWSKY -L’Est Républicain – publié le 10 octobre 2020

Le général Emmanuel Gaulin a décidé d’épouser très tôt la carrière militaire. Ses convictions et sa droiture l’ont amené à commander aujourd’hui 32 000 hommes d’active. Photo ER /Paul Henri PIOTROWSKY

Le général de division Emmanuel Gaulin, 55 ans, est originaire des Landes (40), de la Chalosse, un territoire des contreforts pyrénéens. Gascon jusqu’au bout des doigts, l’homme est doté d’un fort caractère et de règles morales sans failles. Il a pris les rênes de la 1re division à Besançon le 1er  août dernier. Il remplace le général Frédéric Blachon , parti à la retraite.

« J’ai décidé d’entrer dans l’armée dès mes 15 ans, après avoir songé à faire du football ma profession. Une gageure dans ma région, patrie du rugby, un sport que j’apprécie tout autant. Pour moi, cette orientation entrait dans le cadre hors norme que je m’étais fixé. Je voulais une carrière dynamique, me dépasser physiquement et intellectuellement, une culture de groupe. C’est ce que je pouvais observer chez les parachutistes à Mont-de-Marsan. J’ai été bien servi. »

Un parcours d’expert en programmation militaire

L’officier est entré à Saint-Cyr après ses deux années en mathématiques. À sa sortie, il débute à Paris, à l’administration centrale avant de rejoindre des régiments. Quelques années plus tard, il se perfectionne à l’École de guerre, puis au Collège militaire royal des sciences. Il approfondit ses connaissances tactiques. Il commande ensuite le 1er régiment de tirailleurs d’Épinal (88), intègre après le Centre des hautes études militaires et participe à la rédaction du Livre blanc en 2013 , puis à la programmation du renouvellement des équipements la même année. Il assurait une mission de chef d’état-major adjoint au PC du corps d’armée à Lille avant de rejoindre Besançon cet été.

Préparer les futurs engagements

“))

« Tous les deux ans, un officier tel que moi change d’affectation. J’ai pu me renouveler à chaque fois. La 1re division regroupe 32 000 hommes d’active et 100 000 réservistes en France. J’aurai trois missions ici. Assurer le bon déroulement de toutes les actions en cours, en opération extérieure, sur la bande sahélo-saharienne ou au Liban, puis préparer les engagements futurs. Ces derniers prendront une tournure plus âpre, en partant du principe que l’imprévisible est possible. Nos futurs ennemis n’hésiteront pas à employer tout type d’armement. Il faudra nous montrer plus rusés qu’eux, ne pas subir le chaos, plutôt le leur infliger. »

Enfin, le général Emmanuel Gaulin veillera à ce que les nouveaux équipements du programme Scorpion arrivent bien à destination, là où ils doivent servir. « Nous serons alors aptes à surmonter les situations les plus dures. »

Biographie du colonel Geoffroy Desgrées du Loû, Chef de corps du 2 ème R.E.I.

Biographie du colonel Geoffroy Desgrées du Loû, Chef de corps du 2 ème R.E.I.

La carrière du colonel Desgrées du Loû se réparti entre des affectations en corps de troupe au sein de la Légion étrangère, des postes de responsabilité en états-majors, principalement de l’administration centrale et des formations.

A l’issue de sa formation initiale à Saint-Cyr et à l’Ecole d’application de l’infanterie, il choisit de servir au 2ème Régiment étranger d’infanterie où, entre 2001 et 2008, il occupe successivement les postes de chef de section de combat et officier adjoint à la 2ème compagnie puis officier adjoint et commandant d’unité de la 4ème compagnie. Durant cette période, il participe à deux reprise à l’opération Trident au Kosovo en 2001 et 2002, à l’opération Licorne en Côte d’Ivoire en 2003, à l’opération Boali en République Centrafricaine en 2007 et effectue deux missions de courte durée à la 13ème Demi-brigade de légion étrangère à Djibouti en 2004 et 2006. De 2014 à 2016, il est affecté comme chef du bureau instruction emploi du 4ème Régiment étranger de Castelnaudary, régiment de formation de la Légion étrangère alors pleinement impliqué dans la manœuvre de remontée en puissance des effectifs de la Légion étrangère.

Outre ces affectations en corps de troupe, il a servi en administration centrale comme officier traitant à la section technique de l’armée de Terre de 2008 à 2011, où il contribue notamment aux travaux préliminaires du programme SCORPION, puis à l’état-major de l’armée de Terre de 2016 à 2018 au bureau programmes et systèmes d’armes en charge du pilotage des programmes d’armement et de la politique d’équipement de la fonction combat débarqué. En 2018, il rejoint l’état-major des Armées au sein de la division plans programmation évaluation contribuant, notamment dans le domaine financier, aux travaux de programmation militaire pour les programmes d’armement du Ministère des armées.

Le Colonel DESGRÉES du LOÜ est ingénieur de formation, titulaire d’un mastère spécialisé de l’Ecole Centrale-Supélec dans le domaine du management des grands projets industriels, diplômé du cours supérieur d’état-major et breveté de l’Ecole de Guerre. Durant ses formations, il a également effectué en 2011 un renfort de six mois au sein d’un état-major opérationnel interarmées de l’OTAN, et en 2014 un stage de trois mois au sein de la direction de la stratégie d’un groupe industriel de défense.

Agé de 44 ans, il a reçu le commandement du 2ème Régiment étranger d’infanterie le 5 août 2020.

Marié et père de six enfants, le colonel Geoffroy Desgrées du Loû est chevalier de la Légion d’honneur, chevalier dans l’ordre national du Mérite et titulaire de la croix de la Valeur militaire.

Biographie du Lieutenant-colonel Pierre Pilletout, Chef de corps du 503ème R.T.

Biographie du Lieutenant-colonel Pierre Pilletout, Chef de corps du 503ème R.T.

Date d’entrée en service : 1er septembre 1996

Arme : Train

Origine : Saint-Cyr

Grades successifs

  • Lieutenant 1999
  • Capitaine 2003
  • Chef d’escadron 2010
  • Lieutenant-colonel 2015

Diplômes

  • DEM 2008
  • BEMS 2011
  • MBA ESSEC 2012
  • Diplôme logistique interarmées du 3edegré        2018

Citations – décoration

  • Chevalier de la Légion d’honneur.
  • Chevalier de l’ordre national du Mérite
  • Croix du combattant
  • Médaille d’outre-mer avec agrafes «Sahel » et « Liban »
  • Médaille la défense nationale, échelon argent
  • Titre de reconnaissance de la Nation
  • Médaille commémorative française avec agrafes « Afghanistan » et « ex-Yougoslavie»
  • Médaille OTAN « Kosovo »
  • Médaille OTAN « ISAF Afghanistan »
  • Médaille ONU

Saint-Cyrien de la promotion général Lalande (1996-1999), il choisit l’arme du Train à sa sortie d’école. Après une année d’école d’application à Tours, il sert au 515e régiment du Train (RT) à La Braconne (16) de 2000 à 2007 où il commande notamment le 2e escadron de transport. De 2007 à 2009, il sert au centre automobile de la défense, à l’École Militaire à Paris. Il suit ensuite le cours supérieur d’état-major puis l’école de Guerre, toujours à l’École Militaire. Dans le cadre d’une formation de spécialité, il effectue l’année suivante un Master of Business Administration (MBA) à l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) à Cergy-Pontoise. Il est ensuite affecté au bureau pilotage de l’état-major de l’armée de Terre pendant 2 ans puis sert comme chef du bureau opérations instruction (BOI) au 516e RT à Toul (54) de 2014 à 2016. Il rejoint l’école du Train et de la logistique opérationnelle (ETLO) de Bourges (18) comme chef de la division des futurs commandants d’unité (2016-2019) puis comme chef de bureau adjoint au directeur des études et de la prospective.

Le 24 juin 2020, il prend le commandement du 503e RT à Nîmes-Garons.

Le lieutenant-colonel Pierre Pillebout a servi au Kosovo (2001-2002), en Afghanistan (2003), au Liban (2009-2010) et enfin au Mali (2014-2015) en tant que chef opérations du bataillon logistique de l’opération BARKHANE.

Le lieutenant-colonel Pierre Pillebout est marié et père de quatre garçons.

 

Biographie du lieutenant-colonel David MAZEL – Chef de la Délégation Militaire Départementale du Gard

Biographie du lieutenant-colonel David MAZEL – Chef de la Délégation Militaire Départementale du Gard

Le lieutenant-colonel MAZEL compte aujourd’hui 28 ans de carrière.

En 1992, il s’engage au 6ème Régiment de Commandement et de Soutien, à Nîmes. Après 8 mois de présence, il rejoint, Coëtquidan, au sein du 4ème Bataillon et choisit de servir, à l’issue de sa formation, au 68ème Régiment d’Artillerie à la Valbonne, en tant qu’officier de réserve en situation d’activité de 1993 à 1998.

En 1998, après sa réussite au concours, il est admis à l’école militaire interarmes. Ayant choisi l’arme des troupes de marine spécialité artillerie, il est affecté au 11ème Régiment d’Artillerie de Marine de 2001 à 2004, puis au 1er Régiment d’Artillerie de Marine, de 2006 à 2010, où il prend le commandement de sa batterie.

Il réalise 3 missions de longue durée. De 2004 à 2006, il est détaché au ministère de l’outre- mer, en Guadeloupe, au 2ème Régiment du Service Militaire Adapté, en tant qu’officier adjoint en compagnie de formation professionnelle. De 2010 à 2012, détaché au sein de Direction de la Coopération de la Sécurité et de la Défense (DCSD), il est affecté à Dakar à l’ambassade de France, où il occupe la fonction de chef de détachement de coordination militaire. Enfin, de 2014 à 2017, il est affecté en République Démocratique du Congo, toujours au sein de la DCSD, où il prend la fonction de chef de projet formation, sur un poste isolé au Bas Congo. Il participe alors avec les Forces Armées de RDC, à la montée en puissance de l’Ecole d’Artillerie de Kitona et est désigné pour superviser en même temps la création du centre des opérations maritimes de Banana.

En métropole, de 2012 à 2014, il sert à l’Etat-Major de la 6ème Brigade légère blindée à Nîmes, en tant qu’officier programmation. En 2017, il rejoint les écoles militaires de Draguignan pour prendre le commandement du groupement de formation des futurs commandants d’unité à l’Ecole d’Artillerie.

Depuis le 1er août 2020, il seconde le général de Brigade Jean-Christophe BECHON en assumant les fonctions de chef de la Délégation Militaire Départementale du Gard.

Durant son parcours opérationnel, il participe à 5 opérations extérieures, Liban (2002, 2006 et 2009), RDC (2003), Mali (2013) et une mission de courte durée à Mayotte (2008).

Le lieutenant-colonel MAZEL est né à Ales, en 1970, il est marié et père de trois enfants.

Biographie du chef de corps du 4ème RMat : Colonel Florent Khing

Biographie du chef de corps du 4ème RMat : Colonel Florent Khing

Le colonel Florent Khing est né le 26 août 1978 à Paris 12e.

Saint-Cyrien (1997-2000), il est diplômé dans la filière «gestion des ressources de la Défense ». Son parcours professionnel alterne entre postes de commandement dans le domaine de la maintenance opérationnelle et postes de responsabilités en états-majors, principalement dans le domaine du développement capacitaire des armées et des opérations. Il a également pu exercer dans des environnements variés : interarmes, interarmées, interalliés, interministériel et avec les partenaires industriels de la Défense.

A sa sortie de l’école supérieure d’application du Matériel de Bourges en 2001, il choisit la 11e base de soutien du Matériel à Vayres (Gironde). Il y sert comme chef de section et officier adjoint en compagnie de maintenance électronique et armement de 2001 à 2005. En 2002, il est engagé en tant que chef de section au sein de la force de stabilisation (SFOR) à Mostar en Bosnie. En parallèle, il obtient un DESS en management des ressources humaines et de la relation d’emploi (Institut d’Administration des Entreprises de Paris) en 2003.

En 2005, il rejoint le 4e régiment du Matériel de Nîmes en tant qu’officier adjoint et sera dans ce cadre engagé au sein de la 13e demi-brigade de légion étrangère de Djibouti. Il commande ensuite la 1re compagnie de maintenance mobilité, à la tête de laquelle il est projeté en 2007 au sein de la force multinationale de l’OTAN au Kosovo (KFOR).

Il rejoint en 2008 la direction interarmées des réseaux et systèmes d’information de la défense (DIRISI), en tant que chef de la cellule logistique.

Après sa réussite au concours de l’école de guerre, il rejoint la représentation militaire française à l’OTAN à Bruxelles pour traiter de dossiers dans domaine capacitaire.

A sa sortie de scolarité au cours supérieur d’état-major et à l’école de guerre, il sert comme officier de synthèse de la fonction « commandement, contrôle et simulation », au sein du bureau programmes et systèmes d’armes de l’état-major de l’armée de Terre.

En 2015, il rejoint de nouveau le 4e régiment du Matériel en tant que chef du bureau maintenance opérations et instruction. Fin 2016, il est engagé au Tchad comme chef du détachement logistique de l’opération BARKHANE/fuseau Est.

De 2017 à 2020, il est chef de la division opérations de l’état-major de zone de défense Sud- Est à Lyon, notamment en charge des opérations SENTINELLE et RESILIENCE.

Il porte les insignes de chevalier de la légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, la médaille du combattant, la médaille outre-mer avec agrafe « Tchad », la médaille d’or de la Défense nationale avec agrafes « matériel » et « missions d’assistance extérieure », la médaille de la protection du territoire avec agrafe «Sentinelle», la médaille de la reconnaissance de la nation, la médaille commémorative avec agrafe « ex-Yougoslavie » et la médaille de l’OTAN non-article 5.

Le colonel Khing est marié et père de trois enfants.