L’amiral Pierre Vandier sera le prochain chef d’état-major de la Marine nationale

L’amiral Pierre Vandier sera le prochain chef d’état-major de la Marine nationale

http://www.opex360.com/2020/07/22/lamiral-pierre-vandier-sera-le-prochain-chef-detat-major-de-la-marine-nationale/

Elysée : l’amiral Rolland nommé chef d’état-major particulier

Elysée : l’amiral Rolland nommé chef d’état-major particulier

L’amiral Vandier est favori pour devenir Chef d’état-major de la marine.

Jean-Philippe Rolland

Jean-Philippe Rolland © Ministère de la défense

L’amiral Jean-Philippe Rolland a été nommé, le 4 juillet, chef d’état-major particulier du président de la République (CEMP). Il succèdera à l’amiral Bernard Rogel, à compter du 1er aout.

L’amiral Rolland, 56 ans, est actuellement Alfan, c’est-à-dire commandant de la Force d’action navale, à Toulon. Jean-Philippe Rolland est un « surfacier » : il a notamment commandé l’aviso Commandant Bouan, la frégate Lafayette et le porte-avions Charles de Gaulle. Il a participé à de nombreuses opérations.

L’amiral Rolland faisait partie de la short list des candidats pour le poste de CEMP ou de Chef d’état-major de la marine (CEMM).

L’affaire du Covid sur le porte-avions ne semble donc pas l’avoir affecté dans sa carrière.

L’amiral Bernard Rogel sera donc resté quatre ans à ce poste très stratégique et quittera le service actif fin juillet.

La nomination de l’amiral Rolland comme CEMP devrait permettre à l’amiral Pierre Vandier d’être nommé prochainement chef d’état-major de la marine (CEMM). Cet officier, lui aussi ancien pacha du porte-avions, est actuellement chef du cabinet militaire de la ministre des armées. Le nom de l’amiral Bernard-Antoine Morio de l’Isle, un sous-marinier, est également cité, mais il pourrait être nommé Inspecteur général (Marine). L’amiral Christophe Prazuck quittera son poste de chef d’état-major de la marine à la fin du mois d’aout.

COMSIC: le général Lasserre a pris le commandement des Systèmes d’Information et de Communication

COMSIC: le général Lasserre a pris le commandement des Systèmes d’Information et de Communication

 

comsic.jpg

 

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 2 juillet 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

Le général de division Thierry Lasserre a pris, le commandement des Systèmes d’Information et de Communication (COMSIC), à Cesson-Sévigné, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Après le départ du général de division Eric Ravier, le 1er février 2020, l’intérim du COMSIC était assuré par le général Olivier Serra, commandant en second le COMSIC, commandant l’école des Transmissions (COMETRS) et père de l’arme des Transmission.

On lira ici un article paru sur ouest-france.fr .

Mardi, au quartier Leschi à Cesson-Sévigné, le général de division Lasserre a prononcé son ordre du Jour N°1 dans lequel il se prépare à relever les défis des évolutions de la menace et des technologies, demandant aux transmetteurs de s’adapter en permanence : “Ensemble, nous saurons relever les très nombreux challenges tels que SCORPION […] et la montée en puissance vers le combat de haute intensité”.

Le parcours du général Lasserre
Marié, deux enfants, le général de division Thierry Lasserre est né le 13 mars 1966, à Hyères. Il intègre l’École spéciale militaire de Saint-Cyr Coëtquidan en 1987 (promotion Lieutenant Tom Morel), puis choisit l’arme du matériel.

Après une année de formation à l’École d’application du matériel de Bourges (1990-1991), il sert comme lieutenant au 2e régiment de commandement et de soutien de Versailles. Il est engagé en 1993 en Ex-Yougoslavie en tant qu’adjoint à la compagnie de maintenance du bataillon de commandement et de soutien au sein de la FORPRONU. En 1993, il est désigné pour servir à l’établissement du matériel du Mans, où il commandera le groupement des ateliers jusqu’en 1997. Il est promu capitaine en 1994.

En 1997, affecté à la direction du matériel de Rennes, il occupe les fonctions d’adjoint au directeur pendant deux ans. Après sa réussite au concours du brevet technique en 1999, il suit l’enseignement d’ingénieur à l’école nationale supérieure des télécommunications de Paris puis suit la 9e promotion du Collège Interarmées de Défense. Il est promu commandant en 2000. En 2002, il est muté au Secrétariat Général de la Défense Nationale en tant que chef de projet télécommunications sécurisées, coordination civilo-militaire. Promu lieutenant-colonel en 2004 et désigné la même année pour tenir la fonction de chef du bureau maintenance opérations et instruction du 2e régiment du matériel de Bruz, il sera engagé au Tchad en tant que chef du bureau soutien des forces EPERVIER. Affecté en septembre 2006 à l’État-major des Armées, il occupe la fonction d’officier programme des réseaux Intranet sécurisés de la Défense au sein de la division espace programmes interarmées.

Il est promu colonel en 2008 et commande le 2e régiment du matériel de Bruz, de juillet 2008 à juillet 2010. En 2009, il commande le bataillon de commandement et de soutien 3 de PAMIR en Afghanistan. Affecté en septembre 2010 à l’État-major des Armées, il occupe la fonction de chef de section du système d’information des Armées au sein de la division cohérence des programmes interarmées. Le 30 août 2012, il est auditeur de la 62e session du Centre des Hautes Études Militaires et de la 65e session de l’Institut des De juillet 2013 à juillet 2017, il dirige le service ingénierie conception de l’opérateur de la DIRISI. En juillet 2017, il est affecté à la DIRISI IdF/8RT en qualité de directeur. Il est nommé général de brigade le 1er janvier 2018. Le général de division Lasserre est officier de la Légion d’Honneur et officier de l’ordre National du Mérite.

 

Sahel : Le général Marc Conruyt sera la prochain commandant de la force Barkhane

Sahel : Le général Marc Conruyt sera la prochain commandant de la force Barkhane

http://www.opex360.com/2020/06/25/sahel-le-general-marc-conruyt-sera-la-prochain-commandant-de-la-force-barkhane/


Bruno Jockers, homme de terrain et de cabinet, numéro 2 de la Gendarmerie

Bruno Jockers, homme de terrain et de cabinet, numéro 2 de la Gendarmerie

Le général Bruno Jockers devant la carte de la région Grand Est (Photo JF Cortot)

 

https://lessor.org/a-la-une/bruno-jockers-homme-de-terrain-et-de-cabinet-numero-2-de-la-gendarmerie/

Le général de corps d’armée Bruno Jockers, 56 ans, commandant la région Grand Est, succède au général de corps d’armée Christian Rodriguez comme major général.

L’officier supérieur vient d’être nommé à ce poste ce mercredi 20 novembre en Conseil des ministres. Le nouveau numéro 2 de la Gendarmerie est un officier général polyvalent au parcours très complet. Sa nomination, attendue, n’est pas une surprise.

Le parcours du général Bruno Jockers

Né en septembre 1963, le général Jockers est saint-cyrien. Il débute son parcours dans l’Arme en 1988 comme commandant de peloton à l’escadron 3/18 de Sélestat. Puis il revient à Saint-Cyr comme officier instructeur de 1991 à 1994. L’officier commande ensuite la compagnie de Caen (Calvados). Il est ensuite affecté comme aide de camp du ministre de la Défense.

Avant de suivre le Collège interarmées de défense (École de guerre), il est rédacteur au bureau de l’organisation et des effectifs à la DGGN. Il retrouve la direction générale comme adjoint au chef du bureau du personnel officier (BPO), puis est chef de la section mobilité au BPO.

Retour en Alsace

En 2006, il rentre dans son Alsace natale en prenant le commandement du groupement du Bas-Rhin. Deux ans plus tard, il effectue un nouveau retour à la DG à la tête du BPO, puis comme chef de bureau au directeur des personnels militaires de la Gendarmerie.

En juin 2011, il est choisi pour commander les forces de Gendarmerie en Afghanistan. Cette expérience marquante dure un an. En septembre 2012, il prend la tête à Reims de la région Champagne-Ardennes et du groupement de la Marne.

Chef de cabinet

De 2015 à 2017, il est chef de cabinet du directeur général. L’officier supérieur sert deux DG, les généraux Favier et Lizurey. En septembre 2017, il renoue avec sa région natale en prenant le commandement de la région Grand Est et de la zone de sécurité Est à Metz.

Officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, il est aussi titulaire de la croix de la valeur militaire, de la croix du combattant et de la médaille d’or de la sécurité intérieure.

D.C