Bruno Jockers, homme de terrain et de cabinet, numéro 2 de la Gendarmerie

Bruno Jockers, homme de terrain et de cabinet, numéro 2 de la Gendarmerie

Le général Bruno Jockers devant la carte de la région Grand Est (Photo JF Cortot)

 

https://lessor.org/a-la-une/bruno-jockers-homme-de-terrain-et-de-cabinet-numero-2-de-la-gendarmerie/

Le général de corps d’armée Bruno Jockers, 56 ans, commandant la région Grand Est, succède au général de corps d’armée Christian Rodriguez comme major général.

L’officier supérieur vient d’être nommé à ce poste ce mercredi 20 novembre en Conseil des ministres. Le nouveau numéro 2 de la Gendarmerie est un officier général polyvalent au parcours très complet. Sa nomination, attendue, n’est pas une surprise.

Le parcours du général Bruno Jockers

Né en septembre 1963, le général Jockers est saint-cyrien. Il débute son parcours dans l’Arme en 1988 comme commandant de peloton à l’escadron 3/18 de Sélestat. Puis il revient à Saint-Cyr comme officier instructeur de 1991 à 1994. L’officier commande ensuite la compagnie de Caen (Calvados). Il est ensuite affecté comme aide de camp du ministre de la Défense.

Avant de suivre le Collège interarmées de défense (École de guerre), il est rédacteur au bureau de l’organisation et des effectifs à la DGGN. Il retrouve la direction générale comme adjoint au chef du bureau du personnel officier (BPO), puis est chef de la section mobilité au BPO.

Retour en Alsace

En 2006, il rentre dans son Alsace natale en prenant le commandement du groupement du Bas-Rhin. Deux ans plus tard, il effectue un nouveau retour à la DG à la tête du BPO, puis comme chef de bureau au directeur des personnels militaires de la Gendarmerie.

En juin 2011, il est choisi pour commander les forces de Gendarmerie en Afghanistan. Cette expérience marquante dure un an. En septembre 2012, il prend la tête à Reims de la région Champagne-Ardennes et du groupement de la Marne.

Chef de cabinet

De 2015 à 2017, il est chef de cabinet du directeur général. L’officier supérieur sert deux DG, les généraux Favier et Lizurey. En septembre 2017, il renoue avec sa région natale en prenant le commandement de la région Grand Est et de la zone de sécurité Est à Metz.

Officier de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite, il est aussi titulaire de la croix de la valeur militaire, de la croix du combattant et de la médaille d’or de la sécurité intérieure.

D.C

Le général Rodriguez nommé directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN)

Le général Rodriguez nommé directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN)

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense -Publié le 30 octobre 2019

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

Le général d’armée Christian Rodriguez a été nommé ce mercredi en Conseil des ministres, directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN) où il succède au général Richard Lizurey. 

Né le 11 janvier 1964 à Mayenne (Mayenne), le nouveau patron des gendarmes a rejoint en 1986 l’école d’officiers de Melun, à l’issue de son cursus d’ingénieur à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Durant ces 33 années au sein de la gendarmerie nationale, Christian Rodriguez a exercé “des responsabilités de commandement opérationnel, de réflexion stratégique, de conception et de direction, dans les territoires, en état-major, en administration centrale, ainsi qu’en cabinet ministériel”, a précisé son entourage.

Il a débuté ainsi en 1987 sa carrière en gendarmerie mobile. D’abord en qualité de commandant de peloton au sein de l’escadron de Dijon jusqu’en 1990 puis à la tête de l’escadron blindé (VBRG) de Thionville (Moselle). Il a participé à des opérations de maintien de l’ordre en Corse et en Nouvelle-Calédonie notamment.

Au cours de sa carrière, le général Rodriguez a exercé également en gendarmerie départementale (Loire-Atlantique, Haute-Savoie, Corse). Après ces différentes responsabilités opérationnelles, Christian Rodriguez a complété son parcours professionnel en état-major et en cabinet ministériel. Affecté à la direction générale en 1996, il y est chargé de la politique de formation des officiers.

En 1999, à sa sortie de l’École de Guerre, il rejoint le centre de prospective de la gendarmerie nationale. De 2007 à 2010, il est affecté au cabinet du directeur général de la gendarmerie où il participe à l’intégration de la gendarmerie au ministère de l’Intérieur. Nommé officier général en 2013, il devient conseiller gendarmerie au sein du cabinet du ministre de l’Intérieur, poste qu’il occupera jusqu’en 2016.

Nommé major général de la gendarmerie le 1er septembre 2016, il est chargé de l’animation, le suivi et la coordination de l’administration centrale de la gendarmerie et seconde le directeur général Richard Lizurey, à qui il succède mercredi.

Lors de l’adieu aux armes du général Lizurey, le 15 octobre dernier, il n’avait pas été procédé, comme le veut la tradition, à la transmission du drapeau, faute de successeur alors nommé. 

Le général Cottereau devient n°2 de la 3e DI américaine

Le général Cottereau devient n°2 de la 3e DI américaine

Le général Hubert Cottereau lors de son accueil officiel au sein de la 3e DI américaine, le 15 août (Crédit: 3e DI, sergent-major Shelia Cooper)

 

Le général Hubert Cottereau a été officiellement accueilli à Fort Stewart (Géorgie), où il officie désormais en tant que commandant adjoint de la 3e division d’infanterie américaine. Il devient par la même occasion le premier officier général français à servir au sein d’une division d’active de l’US Army.

 

« Nous accueillions formellement un officier extrêmement brillant et sa famille au sein de la 3e division d’infanterie, » a déclaré son chef de corps, le général Antonio Aguto, le 15 août lors d’une cérémonie officielle. « Son service ici témoigne de la relation unique et spéciale entre nos deux pays et nos alliés de l’OTAN, » a-t-il ajouté, avant de rappeler que « Cottereau est le premier officier général français à servir dans l’une de nos 10 divisions d’active ».

« Quatre mots me viennent à l’esprit en ce jour particulier: honneur, challenge, enthousiasme et obstination, » a pour sa part souligné le général Coterreau. En tant que numéro 2, celui-ci aura la charge du volet « opérations » du « Rocher de la Marne », auquel il apportera un regard nouveau fondé sur l’expérience acquise au sein des forces armées françaises. « Je comprends parfaitement l’étendue de ce défi, car je supervise l’état de préparation d’une division appelée à se déployer dans un délai très court, » a-t-il précisé. « Pour un officier étranger, il s’agit d’une tâche noble et exigeante qui nécessite un effort supplémentaire pour comprendre pleinement la doctrine, les procédures et le style de combat, mais le tout requiert une connaissance approfondie des hommes et des femmes qui composent cette division, » a conclu le général français. Et le rythme s’annonce soutenu pour ce dernier, la 3e DI étant sur le point déployer sa brigade d’aérocombat « Falcon » – soit 1700 soldats et 80 hélicoptères – pour une rotation de neuf mois sur le sol européen.

Approuvé en avril dernier par l’armée américaine, cette affectation s’inscrit dans le cadre du Programme d’échange du personnel militaire (MPEP) de l’US Army. Le général Cottereau devient par ailleurs le second officier général étranger associé à ce programme, après l’intégration d’un militaire britannique en 2015. Ce genre d’échange dure généralement entre deux et trois ans, précise l’US Army.

Après avoir commandé le 2e régiment de hussards de Haguenau entre 2009 et 2011, le général Cottereau a exercé au sein du commandement allié Transformation de l’OTAN (ACT) jusqu’en 2013. Il est ensuite affecté au centre de planification et de conduite des opérations de l’EMA, puis devient chef d’ État-major de la Force de la MINUSMA en juillet 2018 avant d’être officiellement nommé le 19 juin dernier au sein de la 3e DI américaine. Sa nomination est effective depuis le 2 août.

Si elle s’avère inédite avec l’armée américaine, une telle expérience a déjà été menée par l’armée de Terre avec son homologue britannique. Ainsi, d’août 2016 à septembre 2018, la 1ère division française aura eu pour commandant adjoint le général Nick Nottingham, tandis qu’un général français franchissait la Manche pour intégrer la 1ère division de l’armée britannique.

Le général Thierry Burkhard sera le prochain chef d’état-major de l’armée de Terre

Le général Thierry Burkhard sera le prochain chef d’état-major de l’armée de Terre

http://www.opex360.com/2019/07/11/le-general-thierry-burkhard-sera-le-prochain-chef-detat-major-de-larmee-de-terre/

Centrafrique : Le général français Éric Peltier prend le commandement de la mission européenne EUTM RCA

Centrafrique : Le général français Éric Peltier prend le commandement de la mission européenne EUTM RCA

 

 

http://www.opex360.com/2019/07/09/centrafrique-le-general-francais-eric-peltier-prend-le-commandement-de-la-mission-europeenne-eutm-rca/