L’armée de Terre précise les conditions pour le réengagement des sous-officiers récemment rendus à la vie civile

Photo : Daniel Linares / Sagem / Safran

Pour le général Lecointre, les Français ont « à être fiers de leurs armées et de leurs soldats »

 

Meurthe-et-Moselle : Elle détourne 586 000 € à l’armée française via le logiciel Louvois

Meurthe-et-Moselle : Elle détourne 586 000 € à l’armée française via le logiciel Louvois

 
Illustration. (Shutterstock)

 

Chargée de gérer la solde de 6 000 militaires et employés de l’armée, Pascale V. a détourné des centaines de milliers d’euros.

Le tribunal correctionnel de Nancy vient de condamner un couple de quinquagénaires, Pascale et Lionel V., à 36 mois de prison dont 12 avec sursis avec mise à l’épreuve. Une peine assortie d’une privation de leurs droits civiques pour une durée de 5 ans. Ils étaient poursuivis pour avoir détourné 586 000 euros à l’armée.

Elle inscrit son mari chauffeur-routier en tant que Lieutenant

Pascale V. qui travaillait à la caserne Blandan à Nancy, était adjointe au chef d’atelier du service de contrôle des opérations des soldes des militaires. Sa mission était de surveiller les dossiers de solde de 6 000 personnes, selon L’Est Républicain.

Ayant accès au logiciel de gestion des salaires « Louvois », la mise en cause n’a pas hésité à inscrire son mari – chauffeur-routier – comme Lieutenant. Elle a ainsi pu lui verser des sommes indues.

3 ans de détournements

La femme a détourné des centaines de milliers d’euros entre mars 2014 et mars 2017. Elle a versé des salaires indus sur le compte bancaire de son mari atteignant 267 000 euros.

L’escroc a aussi profité de défaillances du fameux logiciel Louvois pour détourner les indemnités prévues à des personnels quittant l’armée, jusqu’à atteindre 320 000 euros.

Elle passe aux aveux

Pascale V., a été démasquée suite à une incohérence relevée par le CERHS en avril 2017. L’argent n’avait pas été viré sur le bon compte en banque et le service de contrôle s’en était aperçu.

Face aux évidences, la mise en cause qui vivait grand train a avoué et expliqué sa méthode, relate le quotidien régional. Elle modifiait les coordonnées bancaires juste avant le virement en enregistrant les siennes, puis les effaçait immédiatement après, afin de ne pas laisser de traces.

Le couple devra rembourser conjointement les sommes détournées.

Un plan pour favoriser la féminisation de l’armée

Un plan pour favoriser la féminisation de l’armée

Si la ministre Florence Parly fait valoir que l’armée française fait partie des « plus féminisées au monde », elle souligne qu’il « faut faire plus ». C’est en ce sens qu’un « plan mixité » a été présenté jeudi 7 mars.

Celui-ci s’attaque à tous les échelons, du recrutement à l’accession « aux plus hautes responsabilités ». Les femmes ne représentent ainsi que 7 % des officiers généraux du ministère, dévoile ce dernier. Parallèlement, le taux de féminisation est inégal, allant de 58 % pour le service de santé des armées à 10 % dans l’armée de terre et 14 % dans la marine…

Congés parentaux

Le plan présenté par Florence Parly s’articule des axes « recruter, fidéliser, valoriser », qui se traduisent par plusieurs mesures. Parmi elles, le ministère des Armées entend « assouplir les conditions d’accès aux examens et concours, notamment à l’École de guerre en élargissant les créneaux d’inscription et en les ouvrant aux officiers sous contrat pour les armées qui ne le permettent pas encore ».

L’idée : attirer davantage de femmes et « diversifier » les profils. « Passer ces épreuves, en marge d’obligation professionnelles lourdes, est souvent inconciliable avec les contraintes de la vie familiale », relève notamment le ministère. Il propose notamment « d’élargi[r] les créneaux d’inscription aux examens et concours » et une « voie parallèle d’admission qualifiante ».

Le plan prévoit également l’assouplissement de « la gestion pour l’accès aux grades et aux responsabilités » pour ne pas pénaliser les militaires qui prendraient des congés parentaux ou « des disponibilités pour élever un enfant (dans la limite de 5 ans au cours de la carrière) ».

Parmi les autres actions annoncées, le gouvernement souhaite mettre en place des « référents mixité afin de mieux prévenir, conseiller et appuyer le commandement en matière d’équité hommes-femmes ».

Les participants à l’opération EUTM Mali éligibles au code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre

Les participants à l’opération EUTM Mali éligibles au code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de guerre

 

Logo de l’opération EUTM Mali (capture d’écran)


https://lessor.org/officiel/les-participants-a-loperation-eutm-au-mali-eligibles-au-code-des-pensions-militaires-dinvalidite-et-des-victimes-de-guerre/

Les militaires, dont les gendarmes, participant à l’opération EUTM MALI auront droit au bénéfice des dispositions de l’article L. 4123-4 du code de la défense selon un arrêté du 20 février 2019 publié au Journal officiel du 24 février.

La mission EUTM MALI 

La mission de formation de l’Union européenne au Mali, en abrégé EUTM Mali (de l’anglais European Union Training Mission in Mali), est une opération de l’Union européenne décidée dans le cadre de la politique étrangère et de sécurité commune, approuvée par le Conseil de l’Union européenne en plusieurs étapes.

 

 

 

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le 10 janvier 2019.

Notice : le texte permet d’accorder aux militaires, ainsi qu’à leurs ayants cause, servant dans le cadre de l’opération EUTM Mali, du 10 janvier 2019 au 18 mai 2020 inclus, le bénéfice de la couverture majorée des risques invalidité et décès prévue par l’article L. 4123-4 du code de la défense.
La ministre des armées, le ministre de l’économie et des finances et le ministre de l’action et des comptes publics,
Vu le code de la défense, notamment son article L. 4123-4,
Arrêtent :

Article 1

Ouvrent droit aux dispositions de l’article L. 4123-4 du code susvisé, les services effectués dans le cadre de l’opération EUTM Mali (European Union Training Mission – Mali) à compter du 10 janvier 2019.

Article 2

Le présent arrêté portera effet à compter de la date prévue à l’article 1er et jusqu’au 18 mai 2020 inclus.

Article 3

La ministre des armées, le ministre de l’économie et des finances et le ministre de l’action et des comptes publics sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 20 février 2019.

La ministre des armées,

Florence Parly

Le ministre de l’économie et des finances,

Bruno Le Maire

Le ministre de l’action et des comptes publics,

Gérald Darmanin