La Garde nationale US dans (presque) tous ses états

La Garde nationale US dans (presque) tous ses états

orego,.jpg

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 22 mars 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Mon titre a des airs de marronniers comme on dit chez nous, les journalistes, mais je le crois bien adapté à la  mobilisation de la Garde nationale dans presque tous les Etats des USA. La Garde, avec tous ses composants, est forte de 450 000 hommes déployables pour tout type de mission (même du maintien de l’ordre) sur le sol de leur Etat respectif (et au service de l’Etat fédéral pour des missions de guerre).

Actuellement, la Garde nationale américaine est effectivement sur tous les fronts puisque de très nombreux gouverneurs ont décidé de mobiliser les unités de leur Etat et de recourir aux capacités médicales et logistiques de leur Garde nationale. Ils étaient 38 selon un décompte du New York Times de samedi mais le Bureau de la Garde dit ce dimanche que les 54 gouverneurs ont fait appel à leur Garde:

garde nat.jpg

Les photos qui suivent en témoignent.

Ainsi dans l’Oregon (photo ci-dessus, Sgt. 1st Class Zachary Holden), la Garde se déploie pour assister l’Oregon Health Authority (OHA) pour mettre en place un centre d’accueil médical (une Oregon Medical Station, OMS). Une OMS est une structure temporaire d’urgence capable de recevoir 250 patients (dans ce cas venant de maisons de retraite). Les personnels déployés proviennent du State Emergency Registry of Volunteers de l’Oregon (SERV-OR) et de l’Oregon Disaster Medical Team (ODMT). 

garde californie.jpg

Ci-dessus, cette photo prise en Californie montre des Gardes du 115th Regional Support Group préparant des stocks de nourriture en vue de leur distribution par les Restos du Coeur locaux (la Food Bank & Family Service)  (Army National Guard, photo Staff Sgt. Eddie Siguenza).

garde pennsylvanie.jpg

En Pennsylvanie, dans le comté de Montgomery, 80 Gardes assurent l’accueil dans un centre où les patients peuvent être testés. Ce centre est situé sur le campus Ambler de l’université de Temple (photo Senior Airman Wil Acosta).

garde NY.jpg

A New York, des soldats de l’Army National Guard montent une tente à l’hôpital de Hudson Valley, à Cortlandt Manor. L’hôpital se prépare à un afflux massif de patients porteurs du virus (photo US Army National Guard, Col. Richard Goldenberg).

maryland.jpg

Des militaires de la Air National Guard du Maryland dans un entrepôt du Maryland Strategic National Stockpile. Ces Gardes appartiennent au 175th Logistics Readiness Squadron (photo US Air National Guard, Master Sgt. Christopher Schepers). 

colorado.jpg

Dans le Colorado, des Gardes travaillent aux côtés du comté de San Miguel et du Colorado Department of Public Health & Environment. Ces militaires proviennent du  8th Weapons of Mass Destruction-Civil Support Team (photo Maj. Jason Reed). 

louisiane.jpg

Du côté de la Louisiane, à la Nouvelle-Orléans, les militaires de la Garde sont déployés sur trois sites où l’on pratique des tests, actuellement sur le personnel soignant et bientôt sur le grand public (photo Staff Sgt. Josiah Pugh).

Defender Europe 20: un premier roulier arrivera vendredi en Allemagne

Defender Europe 20: un premier roulier arrivera vendredi en Allemagne

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 18 février 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


DEFENDEREurope20Poster200210.jpg

 

Le 21 février, le port de Bremerhaven, en Allemagne, accueillera le premier navire transportant du matériel américain déployé dans le cadre de Defender Europe 20. Un ro-ro livrera des blindés, tant chenillés qu’à roues, de la 2nd Brigade Combat Team, de la 3rd Infantry Division. 

 

spartan.jpg

 

Ces matériels de la 2nd ABCT (la Spartan Brigade) ont quitté le port de Savannah, en Géorgie (photo ci-dessus US Army). D’autres unités ont aussi commencé à préparer l’acheminement par voie maritime des équipements. Sur les 20 000 pièces d’équipements engagés dans Defender Europe 20, 7000 viennent des USA, le reste provient des APS (les stocks prépositionnés) d’Europe de l’ouest. 

Les ro-ro de la société ARC, habitués des projections vers l’Europe, sont mobilisés. Le MV Endurance, en cours de chargement sur la photo ci-dessous, sera le premier à atteindre l’Europe. ARC est une filiale du groupe norvégien Wilh. Wilhelmsen Holding ASA.

 

roulier arc.jpg

L’US Army souhaite un soldat augmenté dès 2021

L’US Army souhaite un soldat augmenté dès 2021


 

Des militaires de la 82e division aéroportée évaluent le HUD du programme IVAS en novembre 2019 à Fort Picket, Virginie (Crédit : US Army)

Des militaires du 3e régiment d’infanterie US évaluent le HUD du système IVAS durant l’automne 2019 (Crédit : US Army)


L’armée américaine souhaite déployer la réalité augmentée au sein de ses unités de première ligne, et ce, « rapidement ». Parmi la myriade de programmes repris dans son budget 2021, l’US Army prévoit l’acquisition de plus de 40 000 paires de lunettes à réalité augmentée (Head Up Display – HUD) dans le cadre du programme Integrated Visual Augmentation System (IVAS). Déployée au niveau du groupe de combat, cette technologie permettra aux militaires américains de disposer en permanence d’une compréhension précise de la situation tactique, qu’importe l’environnement opérationnel.

 

Seul équipement individuel parmi les cinq programmes prioritaires de l’armée américaine, IVAS requiert de débloquer près de 906M$ lors de la prochaine année fiscale, sur un peu plus de 9,5Md$ consacrés aux « autres programmes d’acquisition ». Une fois actés par le Congrès, ces fonds permettront d’ « accélérer l’acquisition du système IVAS afin de garantir l’équipement d’une première unité ainsi qu’une capacité opérationnelle initiale, » annonce l’arme américaine dans un document budgétaire. Cette enveloppe financera une première tranche de 40 219 paires de lunettes augmentées, soit un prix unitaire de 22 000$. Un coût mirobolant, plus de cinq fois supérieur aux systèmes disponibles sur le marché civil, et que l’US Army justifie par le développement et l’intégration de nombreuses innovations, ainsi que par la nécessaire « durcification » du HUD.

L’attribution du marché interviendrait dès novembre prochain, Microsoft devant logiquement en être le grand bénéficiaire. Les plus geeks d’entre vous l’auront sans doute remarqué : les prototypes sont en réalité une version militarisée du modèle HoloLens 2 conçu par le géant de l’informatique. En misant sur une technologie civile mature, l’US Army espère en effet « basculer de manière fluide d’un prototypage rapide à un déploiement rapide, » souligne le document budgétaire. Un premier lot de 850 exemplaires est donc attendu en mai 2021. Si la trajectoire budgétaire du programme se confirme et que le coût à l’unité ne varie pas, les financements requis pour la période 2022-2025 devraient autoriser la production de 75 000 exemplaires supplémentaires. Selon l’US Army, jusqu’à 200 000 HUD seront acquis afin d’équiper toutes les unités de combat, de l’infanterie aux sections de reconnaissance et du génie.

Loin d’en être à ses balbutiements, le programme IVAS a d’ores et déjà été l’objet de deux évaluations menées par l’US Army en partenariat avec Microsoft. La dernière en date, menée en novembre dernier, aura permis de recueillir les RETEX issus d’une première prise en main par la 82e division aéroportée, le 2e bataillon de rangers et le 5e groupe des forces spéciales. La prochaine étape, prévue pour cet été, verra le déploiement d’un nouveau prototype du HUD au niveau de la compagnie. La quatrième et dernière phase de ce processus de tests est attendue au printemps 2021.

À terme, le militaire augmenté disposera d’une vision infrarouge, d’une capacité d’acquisition de cible de jour comme de nuit ainsi que d’une meilleur protection des yeux et de l’audition. L’affichage tête haute présentera un point de situation continu sur base des données transmises par le réseau tactique. Des éléments de blue force tracking, de navigation et de planification opérationnelle, par exemple, seront projetés de manière intuitive et en temps réel sur un espace tridimensionnel. De même, l’usage de l’intelligence artificielle devrait contribuer à écourter et dérisquer la phase de ciblage en distinguant instantanément les éléments menaçants des non-combattants. D’après les documents budgétaires, la trajectoire d’évolution pourrait ensuite inclure une capacité de reconnaissance faciale. En combinant ces lunettes au futur système d’entraînement des forces américaines (Synthetic Training Environment), tant l’infanterie que les Marines optimiseront par ailleurs « la capacité des groupes de combat à mener des exercices et entraînements de terrain à réalité mixte, » explique le document budgétaire.

En cas de succès, le programme IVAS devrait déborder du cadre de l’infanterie et trouver des débouchés dans les unités de cavalerie. L’intégration de « technologies émergeantes telle que celles proposées par IVAS » est dès à présent l’un des axes d’évolution étudiés pour le blindé à roues 8×8 M1126 Stryker et le standard M2A4 du chenillé Bradley.

Et du côté de la France ? L’industrie française se met timidement en ordre de marche, les quelques expériences réalisées jusqu’à présent provenant pour majeure partie du domaine civil et sont limitées à des applications de maintenance et de formation. Parmi la poignée de solutions ayant approché le monde militaire, citons le casque RAFT (« Réalité augmentée pour le fantassin du futur ») développé par Scalian en partenariat avec la Direction générale de l’armement (DGA). Dévoilé en 2018 lors du dernier Forum innovations défense (dont l’on regrette la mise au frigo), ce casque reprend les fondamentaux du programme IVAS : un affichage tête haute à réalité augmentée faisant état de la situation tactique. Outre une carte tactique et le blue force tracking, il intègre des caméras de jour et de nuit dont le flux vidéo peut être transmis aux échelons supérieurs par Wi-fi ou Bluetooth. Une innovation encore aperçue en mai 2019 à Paris lors du salon Viva Technology mais depuis… plus rien.

Sahel : La France espère que les États-Unis seront assez « lucides » pour maintenir leur soutien à Barkhane

Sahel : La France espère que les États-Unis seront assez « lucides » pour maintenir leur soutien à Barkhane

7 423 missiles et bombes tirés sur des cibles afghanes en 2019

7 423 missiles et bombes tirés sur des cibles afghanes en 2019

 

reaper1000w_q95.jpg

 

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 27 janvier 2020

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

 

L’AFCent (le commandement Centre de l’Air Force) a diffusé les derniers chiffres concernant ses activités au cours de l’année 2019. Ces chiffres portent sur le nombre de sorties aériennes effectuées en Afghanistan, le nombre de sorties pendant laquelle un tir ou un largage de munitions a eu lieu et le nombre de munitions tirées:

 

weapons.jpg

Les chiffres de 2019 sont éloquents: c’est l’an dernier que le nombre de munitions tirées a été le plus important (7423), non seulement depuis 2013 mais aussi depuis 2009 (voir ci-dessous), soit sur dix ans:

Année Sorties  Vols avec tirs Nombre de munitions tirées
2009 27815 2050 4147
2010 32928 2517 5100
2011 34282 2678 5411
2012 28640 1974 4082