Trois sapeurs meurent en Guyane – In memoriam

Trois sapeurs meurent en Guyane

Le Mammouth – Publié le 18 juillet 2019

Trois sapeurs du 19e RG, affectés au 9e RIMa, ont perdu la vie hier en Guyane, en participant à une
opération de lutte contre l’orpaillage illégal en Guyane. Il s’agit du sergent-chef Edgar Roellinger, du caporal-chef de 1ère classe Cédric Guyot et du caporal-chef Mickaël Vandeville.

Les autorités expliquent que les trois hommes sont morts “accidentellement”, alors qu’une destruction de puits d’extraction aurifère allait être réalisée, vers 16h. Cinq autres militaires, apparemment majoritairement du 19e RG, ont aussi été touchés. L’un d’eux est dans un “état grave”.

Les autorités évoquent des “émanations toxiques au fond d’une galerie” à l’origine de l’accident. Les orpailleurs utilisent souvent de nombreux produits chimiques pour l’extraction aurifère, dont du cyanure (1), mais un problème de ventilation est aussi possible : à ce stade, aucune explication n’est donnée. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes. On ignore si l’opération se poursuit.
L’état-major des armées explique que l’opération Wilau a commencé le 11 juillet, à Saint-Jean d’Abounami (150 km au sud de Saint-Laurent du Maroni). Aucun détail n’a ét livré sur ses premiers résultats ni sur son ampleur.
Deux hélicoptères ont été mobilisés pour secourir les militaires intoxiqués : un Puma de l’escadron de transport 68 Antilles Guyane (qui en compte cinq), et un H145 de la Sécurité civile.
Par la nature des missions qui s’y déroulent et dans un environnement naturel hostile, la Guyane est un théâtre d’opérations à part entière. Deux soldats du 9e RIMA de Harpie avaient été tués en juin 2012 par arme à feu et un autre s’était noyé en juillet 2010 après que sa pirogue a été percutée par des orpailleurs. Un sergent avait été tué par un tir accidentel en décembre 2017. Un légionnaire du 3e REI était, lui, mort lors d’un accident de camion en 2018.

(1) la toxicité des produits utilisés par les orpailleurs illégaux est d’ailleurs un des motifs originels de Harpie, puisque les produits rejetés dans les rios intoxiquent les habitants de la forêt.

In memoriam : SCH Edgar Roellinger (19e RG)

Agé de 27 ans et originaire de Toulon, le sergent-chef Edgar Roellinger a servi sept ans dans l’armée
de terre. A sa sortie de Saint-Maixent en juin 2012, il est affecté au 19e RG où il a mené toute sa carrière.
Chef de groupe génie combat, il est engagé à Barkhane de septembre 2014 à janvier 2015 comme chef de groupe de déminage. Il est cité et reçoit une médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.
Il est qualifié dans le déminage l’année suivante. Puis il est projeté une seconde fois, à Djibouti, de juin à octobre 2016, comme chef de groupe génie combat, au sein du 5e RIAOM. Il y participe à un détachement d’instruction opérationnel en Ouganda comme chef d’atelier de lutte contre les IED
En 2016, il devient adjoint chef de groupe en section fouille opérationnelle spécialisée (FOS) puis progresse comme chef de groupe, puis adjoint au chef de section.
Depuis mai, il était chef de section FOS dans le cadre de la mission en Guyane.

In memoriam : CCH1 Mickaël Vandeville (19e RG)

Agé de 31 ans, le caporal-chef de 1ère classe Mickaël Vandeville était originaire de Clichy-sous-
Bois et célibataire. Il a servi pendant plus de 11 ans, au 19e régiment du génie où il s’engage le 3 juin 2008.
Il est engagé en Guyane de mars à juillet 2009 au sein du 9e RIMa, puis en Nouvelle-Calédonie de juin à septembre 2010 comme conducteur pelle hydraulique.
Promu caporal le 1er avril 2011, il sert en Afghanistan de juin à décembre 2011. Il est, cette fois, radio du sous-officier adjoint. Il reçoit une médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.
En août suivant, il est promu caporal-chef puis est projeté une deuxième fois Guyane de septembre 2012 à janvier 2013 comme chef d’équipe et conducteur d’engins.
De juin à septembre 2013, il participe à Serval au Mali comme chef d’équipe au déploiement. Il est à nouveau chef d’équipe lors d’un mandat à La Réunion de novembre 2014 à mars 2015, puis de juillet à novembre 2015 en Nouvelle-Calédonie comme sapeur organisation du terrain.
Il sert encore à Djibouti d’octobre 2016 à mars 2017 en qualité d’opérateur VAB génie.
En 2016, il avait rejoint la section fouille opérationnelle spécialisée (FOS).
Il servait en Guyane depuis mai dernier en tant qu’équipier FOS, et avait été promu caporal-chef de 1ère classe depuis juin.

In mémoriam : CCH1 Cédric Guyot

Le caporal-chef de première classe Cédric Guyot (31 ans) servait dans l’armée de terre de 13 ans. Il
avait rejoint le 19e RG le 1er février 2006, se déployant au Kosovo de septembre 2008 à janvier 2009.

Il avait été nommé caporal le 1er février 2009, puis avait été engagé au Liban de septembre 2010 à janvier 2011. L’année suivante, il était promu caporal-chef, et avait servi en Afghanistan de mai à décembre comme opérateur VAB.
Il est cité lors d’une action de feu et se voir attribuer la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.
Il est à nouveau projeté deux fois, en 2014 : d’avril à mai 2014, au Tchad, dans le cadre d’Epervier, puis à La Réunion, comme adjoint chef de groupe proterre. De juin à octobre 2016, il est engagé à Djibouti.
Il se spécialise alors en fouille opérationnelle spécialisée (FOS). Il est équipier FOS lors d’un mandat au Liban de mai à juin 2018. Il avait encore franchi un niveau de responsabilité puisqu’il servait hier en Guyane comme chef d’équipe FOS.
Il était marié.

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.