Qui sont les 5 militaires morts dans le crash d’hélicoptères dans le Var ?

Qui sont les 5 militaires morts dans le crash d’hélicoptères dans le Var ?

Par Cyril Brioulet  – La dépêche.fr 03/02/2018

ladepeche.fr/article/2018/02/03/2734536-sont-5-militaires-morts-crash-helicopteres-var.html

Les cinq pilotes décédés dans l’accident dans le Var./ Photos Facebook Armée de Terre

Quentin, François, Stéphane, Patrick et Sébastien. Ces cinq militaires ont trouvé la mort dans l’accident entre deux hélicoptères survenu ce vendredi matin dans le Var dans le secteur de Cabasse-Carcès.

Les deux hélicoptères de l’Ecole de l’aviation légère de l’armée de terre du Cannet-des-Maures participaient à un vol d’entraînement au combat dans le cadre de la préparation des pilotes de l’Armée de Terre. “L’hypothèse de travail est celle d’une collision entre les deux appareils”, a indiqué le Procureur de Marseille Xavier Tarabeux aux côtés de la ministre des Armées Florence Parly. L’adjoint au directeur de l’Ecole de l’aviation légère de l’Armée de Terre ne croit “pas à une erreur de pilotage, peut-être une erreur d’inattention ou un problème mécanique”.

L’enquête confiée au parquet de Marseille est menée par la section de recherches de la gendarmerie de l’air. Le Bureau enquête accident Défense est également saisi. Ce type d’accident est l’un des plus lourds de ces dernières années. 

Des militaires chevronnés

– Quentin Gibert, 29 ans, originaire de Roanne (Loire). Entré dans l’armée en 2007, il avait servi au Mali et à Djibouti. Il était un spécialiste des hélicoptères Gazelle et était élève pilote au 4e RHFS de Pau. Il était marié.

François Mille, 35 ans, originaire de Dieppe (Seine-Maritime). Il a rejoint l’armée en 2001. Il a servi en Côte d’Ivoire et en Afghanistan entre 2005 et 2010. Avec plus de 3000 heures de vol, il était devenu moniteur. Il était marié et avait trois enfants.

Stéphane Chaon, 44 ans, originaire de Grenoble (Isère). Ce lieutenant-colonel était dans l’armée depuis 23 ans. Il avait participé au conflit de l’ex-Yougoslavie en 1998. Il était chef de la formation “hélicoptère reconnaissance attaque” depuis 2003. Il était marié et avait un enfant.

Patrick Vasselin, 52 ans, originaire de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne). Entré dans l’armée en 1985, il avait servi en Arabie Saoudite, au Kosovo et en Côte d’Ivoire. Il s’occupait à présent de formation. Il était marié et avait quatre enfants.

Sébastien Grève, 30 ans, originaire de Valence (Drôme). Engagé dans l’armée en 2009, il avait obtenu son brevet de pilote deux ans plus tard. Il avait participé à l’opération Sangaris en Centrafrique en 2014. En 2016, il est devenu pilote d’hélicoptère Gazelle. Il était élève pilote au 4e RHFS de Pau. Il était marié et avait quatre enfants.

De nombreuses réactions

Le général d’armée Jean-Pierre Bosser, chef d’état-major de l’armée de Terre, a fait part de sa profonde tristesse et présente ses sincères condoléances aux familles. Le Président Emmanuel Macron affirme avoir appris ces décès avec “une grande émotion”. Même réaction du Premier ministre Edouard Philippe. La ministre des Armées Florence Parly fait part de sa “très vive émotion”.

Le crash des deux hélicoptères a aussi suscité une pluie d’hommages d’actuels et anciens militaires à leurs “frères d’armes”. L’un d’eux cite Antoine de Saint-Exupéry qui disait : “Un pilote ne meurt jamais, il s’envole juste et ne revient pas”.