L’armée de Terre rend hommage à un militaire mort lors d’un séjour à La Réunion

L’armée de Terre rend hommage à un militaire mort lors d’un séjour à La Réunion

 

L’armée de Terre fait part de sa “tristesse” à la suite du décès accidentel du caporal-chef de 1ère classe Jérémy Amoroso. Le militaire était en mission de courte durée à La Réunion. Il avait 37 ans.


Un militaire en court séjour à l’île de La Réunion depuis peu au 2e régiment d’infanterie parachutiste de marine est décédé des suites d’un malaise après une activité d’entraînement encadrée et programmée. 

Dans l’après-midi du 28 décembre 2021, le militaire a été victime d’un malaise. L’entraînement s’effectuait à Cilaos sur le sentier de la Chapelle et consistait en une marche de section. Après cette marche, le caporal-chef de 1ère classe avait été évacué vers le centre hospitalier de Bellepierre.

Mais après deux jours d’hospitalisation avec un pronostic vital engagé, le CC1 Jérémy Amoroso est décédé dans la soirée du 30 décembre 2021.

“L’armée de Terre adresse à sa famille, à ses proches et ses frères d’armes ses plus sincères condoléances. Toutes les pensées de l’armée de Terre vont à sa famille ainsi qu’à ses camarades du 13e Bataillon de chasseurs alpins et du 2e RPIMa”, salue le Général d’armée Pierre Schill, chef d’état-major de l’armée de Terre.

“Engagé en 2003, il aura montré durant toute sa carrière des qualités professionnelles et humaines rares, un profond sens du devoir et un engagement sans faille pour son pays et son bataillon”, ajoute-t-il

Son parcours militaire

Le caporal-chef de 1ère classe Jérémy Amoroso a accompli toute sa carrière au 13e bataillon de chasseurs alpins de Barby près de Chambéry. 

Il s’engage le 5 août 2003. Dès sa formation initiale, il se distingue par sa passion pour le métier des armes et pour la montagne. Animé par une ardeur peu commune, il démontre d’emblée de très belles qualités militaires et rejoint la 3ème compagnie de combat. 

En 2004, il est projeté en Guyane sur l’opération Harpie comme combattant et s’y distingue par sa rusticité. En 2005, il prend part à l’opération Boali en République Centrafricaine en tant que pilote d’engin blindé. Son sang-froid est précieux lors des missions de contrôle de zone à Bangui. Il accède au grade de caporal le 1er octobre 2006 après avoir suivi avec brio une formation générale élémentaire. 

Il sert comme combattant en 2007 lors de l’opération Pamir en Afghanistan.

Le 1er mars 2008, il accède au grade de caporal-chef puis est de nouveau engagé en Afghanistan en 2009 en tant que pilote d’engin blindé. Cette mission lui vaut d’être cité. 

Projeté en Côte d’Ivoire et au Gabon sur l’opération Licorne en 2011 comme pilote du commandant d’unité, il participe à l’évacuation de plusieurs milliers de civils. Il est de nouveau cité pour ses actions lors d’une violente prise à partie durant laquelle il manœuvre pour protéger son commandant d’unité.

Il obtient le certificat de qualification technique supérieure le 1er janvier 2012 et devient chef tireur du véhicule d’infanterie. Il obtient la distinction de caporal-chef de 1ère classe le 5 août 2014. 

En 2015, il est engagé en mission de courte durée en Nouvelle-Calédonie pour une mission de soutien à Nandai puis est déployé à plusieurs reprises dans le cadre de l’opération Sentinelle comme chef de groupe. A chaque fois, son engagement exemplaire est souligné par tous. 

En 2016, il sert de nouveau au Gabon et dispense de remarquables instructions aux armées partenaires. Sa bienveillance envers les plus jeunes et son sens aigu de la pédagogie sont particulièrement remarqués durant cette mission de courte durée. En 2017, il est projeté au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane comme pilote tactique de son commandant d’unité. Son expérience, qu’il partage avec les plus jeunes, s’avère particulièrement précieuse pour sa compagnie. Fin 2021, il est de nouveau engagé à La Réunion dans le cadre d’une nouvelle mission de courte durée.

Le CC1 Jérémy Amoroso est titulaire de la croix de la valeur militaire avec étoile de bronze ; de la médaille d’outre-mer avec agrafes « République centrafricaine », « République de Côte d’Ivoire » et « Sahel » ; de la médaille commémorative française avec agrafe « Afghanistan » ; de la médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze et de la médaille de la protection militaire du territoire avec agrafe « Sentinelle ».

Durant toute sa carrière, il aura montré des qualités professionnelles et humaines rares, un profond sens du devoir et un engagement sans faille pour son pays et l’armée de Terre.

Agé de 37 ans, le caporal-chef de 1ère classe Jérémy Amoroso était un chasseur alpin animé d’un profond sens du devoir et de la fraternité. Il laisse derrière lui son épouse et ses trois enfants.

Le colonel Vincent Moussu, chef de corps, ainsi que tous les cadres, chasseurs et personnel civil du 13e bataillon de chasseurs alpins s’associent à la douleur de ses proches et de ses frères d’arme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.