Le Royal United Services Institute for Defence and Security Studies se penche sur la guerre en Ukraine

Le Royal United Services Institute for Defence and Security Studies se penche sur la guerre en Ukraine

rui.jpg

 

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 1er décembre 2022

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Le Royal United Services Institute for Defence and Security Studies vient de publier un intéressant rapport sur le conflit russo-ukrainien. Il est intitulé “Preliminary Lessons in Conventional Warfighting from Russia’s Invasion of Ukraine: February–July 2022“.  

On lira en particulier le chapitre V sur les “Lessons Identified for the British Military“. Certains de ces enseignements valent pour l’armée français, entre autres.

Voici un échantillon des leçons tirées des opérations en Ukraine:

Il n’y a pas de sanctuaire“:

– l’ennemi peut mener des raids dans la profondeur. Pour survivre, il faut donc être capable de dispersion, ce qui apparaît essentiel pour les forces aériennes qui doivent  disposer de moyens techniques en nombre suffisant et les disperser sur des terrains de dégagement. Pour les forces terrestres, cette dispersion est essentielle de façon à éviter des frappes sur les stocks (qui doivent être déplacés aisément), les centres de formation et les sites de maintenance. Ces derniers sites doivent être éloignés du front et disséminés de façon à accroître les efforts de l’ennemi pour les localiser.
– Eviter les postes de commandement avec une trop grande emprise au sol (ceux sous tentes en particulier). imposer une discipline stricte sur les communications téléphoniques personnelles pour éviter d’être repéré par des moyens du renseignement d’origine électromagnétique ou ROEM. 

 

La haute intensité demande de l’épaisseur“:

– Ce n’est pas une découverte mais la consommation de munitions est extrêmement élevée, ce qui inquiètent les experts britanniques au regard du rythme de tir des Russes et Ukrainiens. Les forces britanniques sont, dans ce domaine, totalement sous-équipées et incapables d’égaler les cadences  de l’artillerie ukrainienne qui, au plus fort des combats dans le Donbass, a tiré en deux jours l’équivalent du stock d’obus des Britanniques (photo ci-dessous AFP). 

obus.jpg

Les moyens de défense antiaérienne sont tout aussi insuffisants et le manque de munitions pour les systèmes déployés est criant. Quelle que soit la valeur des systèmes, le manque de stocks fait que ces défenses ne sont pas crédibles dans un conflit de haute intensité. 
– Il faut rester en mesure de former les troupes qui vont être déployées en renfort ou en deuxième échelon. Pour cela, de vastes camps d’entraînement doivent rester disponibles, tout comme les formateurs qu’il faut éviter d’envoyer au front. 
– Autres domaines qui exigent de l’épaisseur: la logistique et la maintenance. Bien que l’Ukraine ait eu du mal à garder ses logisticiens en temps de paix (le turn-over était élevé), elle a pu les rappeler très vite et bénéficier de leur expérience. D’où l’intérêt de disposer d’unités d’active spécialisées dans le soutien mais aussi de travailler avec le secteur privé de la logistique qui constitue un vivier de réservistes.

drones.jpg

Des drones pour tous“:

Les drones doivent équiper toutes les unités et tous les échelons des forces. Leur présence massive (aux drones amis s’ajoutent ceux de l’adversaire) oblige à une formation poussée des opérateurs (photo ci-dessus Reuters).
– Les unités équipées de drones doivent disposer d’une liberté d’action qui garantit la vitesse et la réactivité. 
– Les procédures actuelles sont souvent trop lourdes, elles pénalisent les opérateurs sur le terrain et obligent à disposer de personnels spécialisés, ce qui s’avère coûteux, alors qu’un maximum de soldats doivent être en mesure de manier des drones. 
– Les drones ne devraient pas être classés comme des aéronefs mais comme des munitions; le cadre réglementaire doit donc changer.

 

Dispersion, enfouissement et vitesse de déplacement“:

Les troupes au sol doivent être dispersées pour assurer leur survie, une pratique éprouvée par les Ukrainiens. Mais cette dispersion pose des problèmes de commandement et de contrôle; elle met la pression sur les cadres au niveau des compagnies et des bataillons.
– Autre problème: le risque d’isolement et d’encerclement. Pour l’éviter, il faut se déplacer et bannir tout posture statique. D’où une mobilité extrême.
– Toutefois, en cas d’arrêt prolongé, il faut s’enterrer et se protéger d’une agression venant du dessus. Dans les zones non-urbaines, il faut s’enterrer et donc disposer des équipements individuels et collectifs de creusement.
Enfin, l’identification des amis. Les Ukrainiens ont préféré réduire le camouflage au profit de signes d’identification (bandes bleues ou jaunes) pour éviter les tirs fratricides (nombreux au déclenchement du conflit).

RETEX

Les industriels se penchent aussi avec avidité sur les retex. 

Ainsi, BAE Systems qui est l’un des cinq candidats du programme de remplacement du blindé chenillé Bradley a revu sa copie (voi un article sur ce sujet dans Defense One). Mercredi, la société a précisé qu’elle envisageait de mieux protéger son véhicule contre les attaques venant du dessus (il s’agit de contrer les menaces des missiles de type Javelin ou celle des munitions kamikazes).

Dans le cadre de ce futur marché d’une valeur de 45 milliards de $, l’US Army doit choisir trois candidats et soumettre leurs véhicules à des tests pour annoncer son choix vers 2027. Les cinq candidats sont: General Dynamics Land Systems, BAE Systems, Oshkosh Defense, American Rheinmetall, et Point Blank Enterprises.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.