Pour le ministère des Armées, une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique « n’apparaît pas nécessaire »

Pour le ministère des Armées, une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique « n’apparaît pas nécessaire »

 

Alors que l’engagement de « haute intensité » est désormais régulièrement évoqué par les chefs militaires et que les capacités d’interdiction et de déni d’accès [A2/AD], reposant notamment sur des moyens de défense aérienne en constante évolution, la question de développer une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique peut se poser. En tout cas, en juin 2021, le député Jean-Christophe Lagarde interrogea, par écrit,  le ministère des Armées sur ce sujet.

« Certes, le Rafale dispose d’une certaine furtivité et d’un système d’autoprotection ‘SPECTRA’ [Système de protection et d’évitement des conduites de tir du Rafale, ndlr] réputé performant contre les radars et les missiles adverses, mais il ne dispose pas, à proprement parler, de la capacité à neutraliser les défenses anti-aériennes avancées ennemies en brouillant leurs radars de recherche et de tir et en les éliminant à l’aide de munitions antiradiations comme peuvent le faire certains appareils [comme le EA-18G Growler américain] », avait ainsi rappelé le parlementaire.

Et celui-ci de demander si, « l’accélération du réarmement mondial et à la montée du risque de conflits de haute intensité », le gouvernement envisageait de « développer rapidement un Rafale de guerre électronique dont l’armée de l’Air et de l’Espace [AAE] a besoin et qui pourrait, certainement, constituer une réussite à l’export ».

La question de M. Lagarde faisait par ailleurs écho à un souhait exprimé par l’AAE, dans un document de prospective publié en 2019. Ainsi, il y était question de « disposer le plus rapidement possible d’armements capables de neutraliser les défenses aériennes ennemies ». En clair il s’agissait de récupérer une capacité perdue à la fin des années 1990, quand il fut décidé de retirer du service les missiles anti-radar AS-37 Martel.

La réponse à la question écrite de M. Lagarde a été publiée au Journal Officiel du 28 décembre dernier. Et, sans grande surprise, le développement d’un Rafale F4 dédié à la guerre électronique n’est pas envisagé.

Rappelant que la « préparation des armées aux conflits de haute intensité constitue un objectif majeur de la loi de programmation militaire » [LPM], le ministère des Armées a souligné que le standard F4 du Rafale « met l’accent sur la connectivité et la mise en réseau de nos différentes capacités », ce qui permettra de « maintenir pour les années à venir notre capacité à entrer en premier et à faire face à des menaces de haut du spectre ».

En outre, a-t-il poursuivi, des « munitions modernisées » pour « mieux prendre en compte les besoins de lutte contre les dispositifs de déni d’accès et d’interdiction de zone » devraient être disponibles à l’horizon 2030″ et il est aussi prévu de continuer d’améliorer le système d’autoprotection du Rafale.

Aussi, « dans ce contexte, le développement d’une version de Rafale ‘dédiée’ à la guerre électronique n’apparaît pas nécessaire pour assurer le maintien de notre supériorité opérationnelle », estime le ministère des Armées.

Par ailleurs, celui-ci invite à « prendre en compte l’évolution des systèmes de défense adverses qui sont de plus en plus interconnectés, pleinement intégrés, redondants et beaucoup plus robustes », ce qui « induit une nouvelle approche vis-à-vis de ce type de défense, qui se caractérise par la nécessité de pouvoir appliquer des effets diversifiés et synchronisés sur ses différents constituants [centres de commandement et de contrôle, moyens de communication, réseaux, radars, systèmes sol-air…] pour en dégrader le fonctionnement ».

Aussi, dans un conflit de haute intensité, explique le ministère des Armées, la « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.