M. Macron acte la fin du modèle d’armée « expéditionnaire » au profit d’un « pivot vers la haute intensité »

M. Macron acte la fin du modèle d’armée « expéditionnaire » au profit d’un « pivot vers la haute intensité »

 

par Laurent Lagneau – Zone militaire – publié le 20 janvier 2023

https://www.opex360.com/2023/01/20/m-macron-acte-la-fin-du-modele-darmee-expeditionnaire-au-profit-dun-pivot-vers-la-haute-intensite/


Dès son retour au pouvoir, en 1958, le général de Gaulle mena un politique de défense reposant sur l’indépendance nationale, la dissuasion et la conscription. Ainsi, il s’agissait de privilégier la souveraineté et l’autonomie stratégique dans un monde alors marqué par la rivalité entre les États-Unis et l’Union soviétique, ce qui supposait d’accélérer le processus de décolonisation [et donc de mettre au pas l’armée « coloniale »].

Par la suite, le Mur de Berlin tombé et l’Union soviétique disloquée, le modèle d’armée français s’inscrivit dans une logique « expéditionnaire », avec notamment la professionnalisation, sur fond de baisse des dépenses militaires. Les capacités qui étaient autrefois indispensables furent réduites à l’état échantillonaire, avec l’argument que ce ne serait pas avec tel ou tel matériel que l’on gagnerait les guerres de demain, l’époque étant aux « opérations extérieures », menées dans des environnements permissifs.

Sauf que, et malgré des signaux pourtant difficiles à ignorer, la compétition entre puissances ne s’était jamais vraiment estompée. La guerre en Ukraine le montre actuellement… Comme les tensions dans la région Indo-Pacifique. Qui plus est, les menaces se multiplient et s’aditionnent désormais…

D’où le constat du général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA], lors d’une audition parlementaire, en juillet. « Notre capacité à être une force expéditionnaire ne nous rend pas instantanément aptes à conduire une guerre de haute intensité », avait-il lâché devant les députés.

D’où les « grandes transformations » et les « choix difficiles » annoncés par Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, à l’occasion de son ordre du jour, le 4 janvier dernier. Et lors de ces voeux aux Armées, ce 20 janvier, depuis la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan, le président Macron en a livré les grandes lignes.

Ainsi, celui-ci a annoncé que le modèle d’armée issu de la prochaine LPM devra privilégier « la cohérence sur la masse » ainsi que la « réactivité sans sacrifier l’endurance ». En clair, a-t-il ajouté, cela signifie qu’il s’agira de « consolider notre cœur de souveraineté, là où le modèle de la précédente Loi de programmation militaire mettait plutôt l’accent sur la capacité expéditionnaire et la lutte contre le terrorisme ».

« La transformation, […] c’est être capable de passer d’un modèle fait pour assurer des opérations dans des milieux où notre liberté d’action était forte à une capacité d’évolution dans des environnements contestés, face à des adversaires aguerris, parfois technologiquement redoutables sur tout le spectre de la conflictualité », a insisté M. Macron.

Aussi, au regard de l’ampleur des menaces [qui concernent aussi les départements et collectivités d’outre-Mer, qu’il a cités à plusieurs reprises dans son discours], le président a annoncé que l’effort budgétaire de la LPM 2024-30 serait de 400 milliards d’euros. Soit 30% de plus que celle en cours [295 milliards, ndlr]. Cette somme « permettra de couvrir 413 milliards de besoins militaires » et d’amorcer « un changement profond qui sera irréversible ».

Sans surprise, la dissuasion sera confortée et « renforcée » car elle « fait de la France un pays différent en Europe ». Les postures permanentes feront également l’objet d’une attention particulière. « Cela suppose des capacités accrues de renseignement qui doivent nous permettre d’anticiper les crises et les menaces », a justifié M. Macron, tout en insistant sur « l’autonomie de décision et d’action ». La fonction « connaissance et anticipation » bénéficiera d’un nouvel effort substantiel de +60% au total, avec des ressources de la Direction du renseignement militaire [DRM] et de la Direction du renseignement et de la sécurité de Défense [DRSD] qui seront doublées.

 

Les capacités de surveillance seront aussi renforcées significativement, avec des « drones et des moyens d’intervention », en particulier dans les outre-Mer, « où des capacités apportant une première réaction locale devra pouvoir être complétée par la projection de renforts conséquents », a détaillé M. Macron, sans donner plus de détails.

En outre, au titre de la « résilience », le locataire de l’Élysée a également dit vouloir « doubler la capacité de traitement des attaques cyber majeures » ainsi que le format de la réserve opérationnelle, ce qui « permettra de renforcer notre armée d’active » ainsi que la création « d’unités territoriales et de flottilles côtières ». Évidemment, cela supposera de revoir la carte militaire… ainsi que l’organisation des soutiens, comme celle du Service de santé des Armées [SSA].

Cela étant, abandonner la logique expéditionnaire suppose de gérer les crises « autrement », en maîtrisant « l’empreinte et la durée de nos opérations lointaines », celles-ci devant revenir en particulier aux forces spéciales, qui seront également renforcées, a expliqué M. Macron.

Mais cette « transformation », ou ce « pivot vers la haute intensité » comme a dit le chef de l’État, passera par un renforcement de l’Échelon national d’urgence [ENU], afin de « disposer des moyens nécessaires pour une intervention sur court préavis, même loin de la Métropole » [dans les outre-Mer?]. Il s’agira également « d’augmenter la capacité à durer et à résister à des efforts et des effets d’usure », grâce à une préparation opérationnelle plus intense, une disponibilité des matériels accrue et des stocks de munitions en conséquence.

Lors de son allocution, Emmanuel Macron a livré peu de détails sur les capacités qui seront inscrites dans la future LPM. « Face à des adversaires plus forts, nous devrons agir plus fort aussi pour obtenir rapidement des effets militaires décisifs. Cela implique de durcir notre outil », a-t-il dit.

Ainsi, parmi les décisions qu’il a annoncées par le président, les Mirage 2000 s’effaceront plus tôt que prévu [alors que la modernisation des Mirage 2000D est en cours, ndlr], le passage au « tout Rafale » étant acté. « Nous maintiendrons cet avion d’exception au meilleur niveau mondial », a-t-il assuré. La modernisation de l’armée de Terre, via le programme Scorpion, sera évidemment poursuivie. Quant à la Marine nationale, ses frégates verront leur puissance et leur protection augmentées. Et le porte-avions de nouvelle génération [PA NG] sera confirmé.

« Nous devons également innover en développant des munitions guidées à distance [des munitions téléopérées?], en élargissant l’usage des drones par un doublement, à cet égard, de nos investissements », a dit M. Macron. Les efforts en matière de technologies quantiques et d’intelligence artificielle seront poursuivis [ce qui profitera au cyber et au renseignement].

Le chef des armées a annoncé un renforcement des capacités dans les domaines à forte valeur ajouté opérationnelle. Et de citer la défense sol-air, dont les moyens seront augmentés de 50%. Et ceci parce que, a-t-il expliqué, « même avec la dissuasion, notre territoire n’est pas à l’abri de frappes isolées, du fait, par exemple, de perturbateurs, en particulier non étatique ». Les feux dans la profondeurs, la suppression des défenses aériennes adverses [SEAD] et la lutte anti-sous-marines figureront parmi les priorités.

Un autre volet de ce « pivot » concerne les « espaces communs » que sont le cyber, l’espace et la mer. C’est dans ceux-ci que se déploient généralement les modes d’actions relevant de la « guerre hybride ». La LPM donnera les moyens nécessaires pour détecter les signaux faibles… Ce qui devra se faire en adoptant une « approche décloisonée, pro-active et d’influence », qui ne relèvera pas uniquement des seules armées.

« Nous renforcerons notre capacité à surveiller et à réagir mais aussi à prendre l’initiative, à passer de clairs messages stratégiques dans l’espace exo-atmosphérique, dans l’espace numérique et dans les espaces maritimes », a aussi promis M. Macron. Les capacités « cyber » seront évidemment mises à contribution et l’effort sur le volet spatial ne sera pas relâché. Au-delà de la maitrise des fonds marins, la Marine devrait bénéficier de moyens renforcés, « à la hauteur des atouts martimes de notre pays », a-t-il dit, en citant, à nouveau, l’importance des outre-Mer.

Enfin, le quatrième volet de cette transformation porte sur les « partenariats internationaux ». Là, il s’agira de capitaliser sur ceux qui ont été récemment noués [Grèce, Inde, Émirats arabes unis, etc], de revoir les modalités de certains et, surtout, de permettre à la France de prendre tout sa place au sein de l’Otan et de l’Union européenne.

D’ailleurs, l’objectif de la future LPM pourrait se résumer par cette phrase de M. Macron : « Si, demain, tel grand partenaire [les États-Unis?] doit regarder ailleurs, nous devrons être en mesure d’agir avec les Européens, à l’intérieur de l’Otan ou en dehors, et, si nécessaire, d’assurer les capacités de commandement qui permettront de mener ensemble une opération d’ampleur. Pour nous, cela impliquera de pouvoir déployer une capacité interarmées représentant jusqu’à 20’000 hommes. Cela vous donne la mesure de défis et de l’ambition qui est la nôtre ».

“Est-il encore possible d’enquêter ?” : trois journalistes français convoqués à la DGSI après des investigations sur l’armée

Est-il encore possible d’enquêter ?” : trois journalistes français convoqués à la DGSI après des investigations sur l’armée

  • Trois journalistes sont convoqués par la DGSI.
    Trois journalistes sont convoqués par la DGSI. Pixabay

L’essentiel : Trois journalistes français à l’origine d’une enquête en 2018 sur des soupçons de trafic d’influence dans l’armée sont convoqués par la DGSI le 14 décembre prochain. 

Trois journalistes auteurs d’une enquête en 2018 sur des soupçons de trafic d’influence dans l’armée française sont convoqués mercredi 14 décembre à la DGSI pour des soupçons d’atteinte au secret de la défense nationale, a appris l’AFP mercredi de sources proches du dossier.

Benoît Collombat et Geoffrey Livolsi, auteurs de l’enquête “Transport aérien : soupçons de trafic d’influence dans l’armée”, sont convoqués en audition libre en compagnie de Jacques Monin, directeur des enquêtes et de l’investigation de Radio France qui avait diffusé l’enquête dans l’émission “Secrets d’info” sur France Inter, selon ces sources proches du dossier. L’enquête avait aussi été diffusée sur internet.

Plainte d’un membre des forces spéciales

Selon l’une de ces sources, les trois journalistes sont convoqués le 14 décembre à 10h car ils sont “soupçonnés d’avoir commis ou tenté de commettre l’infraction de révélation ou divulgation d’information permettant l’identification d’un membre d’une unité des forces spéciales“.

Selon une autre de ces sources, la convocation intervient dans le cadre d’une information judiciaire ouverte après une plainte avec constitution de partie civile déposée par un ancien membre des forces spéciales dont le nom était mentionné dans leur article.

Leur enquête révélait que “le Parquet national financier (PNF) enquête sur des soupçons de favoritisme et de trafic d’influence au sein de l’armée française. Au cœur de ses investigations : les contrats de sous-traitance du transport aérien”, qui auraient donné lieu à une perquisition à l’état-major des armées.

Dans le collimateur de la justice

Elle évoquait notamment le nom d’un responsable du Commandement des opérations spéciales (COS) présenté comme étant “dans le collimateur de la justice”, sans que l’on sache à ce stade si ce lieutenant-colonel est effectivement le plaignant.

Sollicité pour savoir si l’enquête principale était toujours en cours, le PNF n’avait pas répondu mercredi matin. Contacté sur la convocation visant ses journalistes, Radio France n’a pas non plus répondu dans l’immédiat. Joint par l’AFP, le journaliste Geoffrey Livolsi a indiqué que “ces convocations sont une nouvelle tentative d’intimidation contre les journalistes enquêtant sur l’armée.”

Est-il encore possible d’enquêter sur ce sujet sans être inquiété par les services de renseignements ? Pour rappel, notre média Disclose”, qu’il a co-fondé en 2018, “est aussi visé depuis un an par une enquête pour violation du secret de la défense nationale”, a-t-il rappelé. Benoît Collombat et Jacques Monin n’ont pas souhaité s’exprimer publiquement.

Drones armés : des recommandations pour faire émerger une solution française

Drones armés : des recommandations pour faire émerger une solution française


« À la bourre ». Trois mots suffisent pour résumer la position de la France dans le développement des drones armés. Pour rattraper le retard, des acteurs industriels et étatiques ont planché durant six mois sur une liste de recommandations, sous l’égide du Groupement des industries de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres  (GICAT).

La France à la traîne

La surprise fut de taille lorsque, en 2008 au cours d’une mission sur les drones, une délégation française découvrit qu’Israël maîtrisait la totalité du spectre disponible depuis près d’une décennie. Quatorze ans plus tard, les États-Unis, la Turquie, la Chine ou encore la Pologne sont venus gonfler le peloton de tête. La France, elle, est toujours à la traîne malgré quelques alertes, notamment en provenance des rangs parlementaires.

L’industrie française n’est aujourd’hui pas en mesure de répondre aux besoins opérationnels des armées qui, pourtant, disposent de capacités « bien en deçà de ce qu’elles devraient être ». Et ce retard a désormais pour conséquence d’obliger le ministère des Armées à envisager une solution américaine pour équiper les forces spéciales françaises.

Face à ce constat, le GICAT a initié une réflexion globale avec l’appui du Centre de recherche des écoles de Saint-Cyr Coëtquidan (CreC Saint-Cyr), « matrice de transfert entre les besoins capacitaires et l’aspect industriel ». De décembre 2021 à juillet 2022, des industriels de toutes tailles, membres ou non du GICAT, ont été invités à échanger deux fois par mois avec les représentants du ministère des Armées et du ministère de l’Intérieur.

Les objectifs de ce groupe de réflexion sur les « DRones Aériens à charges OpératioNnelles actives », (GR DRAGON) ? Contribuer à l’émergence de solutions souveraines, mettre à niveau l’ensemble des acteurs quelle que soit leur carrure et dialoguer avec les utilisateurs potentiels. Le tout, en se focalisant sur les drones de moins de 150 kg dont la charge utile génère des effets sur les personnels, véhicules et infrastructures.

Soutenir l’émergence d’une filière

Plusieurs recommandations ont émergé au terme de six mois de réflexions et ont été présentées début juillet lors d’une séance de restitution. Qu’importe l’objet, les acteurs s’accordent tous pour dire qu’il faut désormais « aller vite, très vite », le retard étant aggravé par l’évolution rapide des technologies, l’intérêt croissant engendré par les conflits au Haut-Karabagh et en Ukraine et la densification de l’offre étrangère.

Une première tentative de rattrapage émergeait dernièrement à l’initiative de l’Agence de l’innovation de défense (AID). Ce sont les appels à projets Colibri et Larinae, émis avec l’objectif de déboucher sur des démonstrateurs en 9 à 12 mois pour le premier, en 12 à 18 mois pour le second. Là aussi, il est question aboutir rapidement. Au point d’avoir dû décliner quelques demandes de report de délai. L’effort à consentir dépasse le seul périmètre de Larinae et Colibri. Pour être plus plus agile, plus rapide et créer de nouveaux matériels « non pas en cinq ou six ans mais en quelques mois », il faut donner de la liberté, de l’espace et de l’oxygène aux entreprises, estime le GR DRAGON.

Les règles de certification et de qualification, par exemple, sont « trop contraignantes et pas assez agiles au regards des bonds technologiques prévisibles ». « Le drame de ce début de siècle, c’est le principe de précaution », pointait un intervenant. Ces règles doivent devenir incrémentales et agiles. Le GR DRAGON recommande à ce titre d’établir au plus vite des groupes de travail entre l’État et l’industrie pour plancher sur les règles d’emploi et sur la problématique des zones d’essais et d’entraînement.

La démarche s’accompagne aussi d’un effort de sensibilisation. Systèmes d’armes « de rupture », ces drones « kamikazes », « tueurs » et autres munitions rôdeuses jouissent, premièrement, d’une image peu reluisante aux yeux du grand public. Le déploiement de ces matériels ne pourra se faire que s’ils sont « socialement acceptés » grâce à l’usage du bon vocabulaire et à une intransigeance vis-à-vis des questions éthiques.

Une équation économique à trouver

Bien qu’elle dispose des talents nécessaires, l’industrie doit encore se structurer autour de quelques grands champions. Sans visibilité ni stratégie nationale, il reste par ailleurs difficile pour les industriels de se positionner à long terme sur un sujet exigeant des investissements majeurs en R&D. « Il est indispensable que l’État donne de la visibilité aux acteurs industriels en leur garantissant son aide financière sur la durée tout en hiérarchisant ses besoins prioritaires en termes de souveraineté », souligne le GICAT. L’amorce reposerait sur un plan d’urgence d’au moins 150 M€ sur trois ans. L’effort permettrait de dépasser le stade du démonstrateur pour expérimenter des CONOPS et offrir in fine une capacité initiale susceptible de répondre à un besoin urgent. L’intervalle serait également mis à profit pour structurer un écosystème national.

L’équation est conditionnée par le niveau élevé de R&D qu’exigent ces développements. Il ne s’agit pas seulement de combler l’écart avec la concurrence, mais aussi de plancher sur des briques naissantes ou à venir, comme le vol en essaim, la résilience des communications ou le rôle de l’intelligence artificielle. Et ne pas limiter la réflexion aux seuls conflits récents. « Ce que l’on voit en Ukraine n’est pas nécessairement ce que l’on verra dans cinq ans », pointait un intervenant.

Pour maintenir la dynamique dans la durée, l’État français devrait y consacrer plusieurs centaines de millions d’euros en moyenne par an à compter de la fin de la décennie, estime le GICAT. Si elle évolue avec un temps de retard, la lutte anti-drones se généralise et se durcit en parallèle. Désormais, aucun drone n’est indétectable, et encore moins indestructible. L’attrition est donc une donnée intrinsèque à leur emploi. Réponse parmi d’autres, la massification entraîne une réflexion sur l’équilibre à trouver entre les coûts d’acquisition et le degré de technicité. Autres paramètres clés, la normalisation et une logique de modularité doivent être privilégiées afin de réaliser des économies d’échelle.

Cette équation économique inclut aussi dès l’origine la question de l’export. À l’instar des autres filières, celle-ci ne peut se développer en ne misant que sur le marché intérieur. La clientèle étrangère s’avère cruciale en termes économiques, conformément au souhait de la BITD d’exporter 50% de sa production. Les principes d’exportation doivent néanmoins être anticipés afin de ne pas subir le veto d’un éventuel fournisseur étranger ou, pire, de devoir brider l’emploi par les opérationnels.

La nouvelle voile des chuteurs opérationnels français qualifiée par la DGA

La nouvelle voile des chuteurs opérationnels français qualifiée par la DGA

 


La Direction générale de l’armement (DGA) a qualifié fin juillet le nouveau système de mise à terre des chuteurs opérationnels (SMTCOPS), conçu pour les sauts à très grande hauteur à ouverture commandée et sous oxygène.

Notifié en 2016 à Zodiac Aerosafety Systems, depuis absorbé par Safran, ce marché d’un montant maximal de 80 M€ couvre le développement et la livraison de 755 ensemble, ainsi que le soutien associé. Les premiers exemplaires arriveront dans les forces d’ici à la fin 2022.

Le SMTCOPS vise à équiper les chuteurs opérationnels des forces armées et de la Gendarmerie nationale d’un ensemble complet d’équipements et d’accessoires de parachutage de haute performance.

« Là où son prédécesseur permettait de sauter de 7000 m d’altitude avec une charge de 160 kg, le nouveau système permettra de sauter de 9000 m avec 200 kg de charge et une dérive sous voile de 50 km », précisait le ministère des Armées lors de son point presse hebdomadaire.

Un système repose sur une voile PHANTOM 400, des moyens de communication et de navigation, des équipements de sécurité, de protection thermique et balistique, ainsi que sur une capacité d’emport sous gaine ou de colis autoguidés. Cette dernière capacité autorisera le largage de colis pouvant suivre jusqu’à 18 chuteurs simultanément.

Pour l’heure, la qualification prononcée porte uniquement sur le parachute, l’emport de charge sous gaine et les équipements de sécurité. Les autres matériels feront l’objet d’une qualification ultérieure.

Le SMTCOPS pourra être utilisé « aussi bien pour des missions d’infiltration sous voile (ISV), notamment de nuit, que pour des sauts à ouverture basse (SOB), ou encore pour la formation et la préparation opérationnelle des chuteurs opérationnels », complète le ministère des Armées.

Ce système avait reçu la certification QAC121 de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) en mars dernier, devenant le seul parachute au monde certifié par une agence civile pour des sauts à 10 000 m.

Focus sur le 13ème régiment de Dragons Parachutistes

Focus sur le 13ème régiment de Dragons Parachutistes


par Jean de Saint Blancard (*)- Esprit Surcouf – publié le 12 août 2022

https://espritsurcouf.fr/defense_focus-sur-le-13eme-regiment-de-dragons-parachutistes_par_jean-de-saint-blancard-n195-12082022/


Approcher le 13ème Régiment de Dragons Parachutistes (13° RDP),  c’est s’approcher d’un régiment au fonctionnement particulier. Le « 13 » est une unité des Forces Spéciales, spécialisée dans le renseignement. Ses soldats doivent être protégés par le plus grand anonymat, pas de visage, pas de localisation, pas d’information publique sur leurs actions. Le secret est une force pour garantir le succès de leurs missions. L’auteur nous en dit un peu plus.

Le Commandement des Forces Spéciales Terre (CFST) regroupe trois régiments de l’armée de terre, le 1er Régiment Parachutiste d’Infanterie de Marine (1° RPIMA), le 13eme régiment de Dragons parachutistes (13° RDP) et le 4eme Régiment d’Hélicoptères de Forces Spéciales (4° RHFS). Il est aux ordres du Commandement des Opérations Spéciales (COS) et de la DRM (Direction du renseignement militaire).

Ce CFST, commandement de niveau divisionnaire, est basé à Pau-Uzein, dans les Pyrénées françaises. La majorité de ses opérations sont classées « Secret Défense ». A ce jour, il compte environ 2500 hommes et femmes et dispose de 45 hélicoptères. Il ne doit pas être confondu avec le le Groupement d’Appui des Opérations Spéciales, qui permet de greffer des unités conventionnelles spécialisées (NRBC, Génie, Cyno, etc) en fonction de la mission préparée.

Un peu d’histoire…

Créé en 1676, portant successivement les noms de ses colonels sous la royauté, le régiment devient 13e régiment de dragons sous la Révolution. Il s’illustre à Valmy en 1792, puis sous l’Empire à Hohenlinden, à Austerlitz, à Iéna et à la Moskova.  Sous Napoléon lll, il devient régiment des dragons de l’Impératrice, et retrouve son numéro dès 1870. Lors du premier conflit mondial, il s’illustre à Ypres en 1914, puis à Verdun en 1916.

Durant la deuxième guerre mondiale, équipé de quatre-vingts chars, il combat du 10 mai au 25 juin sans interruption, en Belgique, à Dunkerque, puis sur le « front de Seine » où il se retrouve pratiquement anéanti. 13ème régiment de dragons parachutistes 1952, il  prend part aux opérations d’Algérie dans la 10° division parachutiste du général Massu.

Rapatrié en métropole, il est transformé en régiment interarmes de recherche et de renseignement. Il s’installe alors en Lorraine, à Dieuze, pendant 48 ans. À l’été 2011, le 13ème RDP prend ses quartiers dans le camp de Souge à Martignas-sur-Jalle, près de Bordeaux, permettant un regroupement cohérent des forces spéciales dans la région sud-ouest. La devise du régiment n’a jamais changé.

 

Le travail du « 13 »

Le 13è RDP est un système complet et autonome de renseignement. Les Dragons recueillent, traitent et diffusent l’information. Toujours en uniforme, ils utilisent tous les moyens de pénétration imaginables au service d’un seul et même objectif : le renseignement humain.

« Voir sans être vu » pourrait être leur devise, car leur régiment n’est pas là pour faire le coup de force, mais tout au contraire pour s’infiltrer en profondeur dans les lignes ennemies sans se faire repérer. Les progressions se font toujours dans un silence absolu et tous les ordres sont donnés par gestes et signaux. Les groupes de reconnaissance et d’observation sont peu armés, ils sont munis le plus souvent de pistolets mitrailleurs Uzi ou MP5, toujours dotés de silencieux. La seule utilisation de ces armes ferait échouer la mission et conduirait tout le groupe à une mort certaine.

Les hommes peuvent se terrer plusieurs semaines, c’est pour cela qu’ils emportent avec eux vivres et matériels qui pèsent au total une soixantaine de 60 kilos. Ils disposent de caméras numériques associées à des intensificateurs de lumière pour observer des camps ou bases ennemis à plusieurs centaines de mètres, et de nuit. Ils sont dotés de tous les moyens nécessaires pour pouvoir transmettre au commandement,  situé à plusieurs centaines de kilomètres en arrière. Toutes les communications sont évidemment codées et les radios n’envoient que des informations compressées, selon des fréquences variables.

La mission peut être aussi de désigner au laser des cibles à l’aviation. Et ils sont bien sûr capables de poser des charges, sur des antennes de télécommunications par exemple, dans des zones où l’aviation ne pourrait pas intervenir.

Il s’agit donc de faire la guerre autrement. Réussir une mission demande aux dragons d’accumuler un grand nombre de qualités : résistance physique, rusticité, adaptabilité, grande intelligence de situations, sang-froid, courage et force mentale.

Les escadrons du « 13 ».

Le régiment a la particularité de se décliner en plusieurs escadrons, dont sont spécialisés dans la recherche humaine en tous milieux. A ce titre ils suivent des entraînements dans le monde entier, comme à Djibouti, en Guyane, en Suède ou ailleurs le « 13 » a été projeté sur les cinq continents et dans plus de trente pays

Les 7 escadrons spécialisés sont les suivants : le 1er escadron est celui de l’instruction, c’est donc l’académie de formation du 13ème RDP ; le 2ème escadron est spécialisé dans les milieux nautiques et détient une expertise jungle. A cet effet il regroupe des nageurs- palmeurs, plongeurs et des navigateurs qui sont en mesure de se déplacer et d’intervenir discrètement, à proximité immédiate d’une façade maritime ou de réseaux fluviaux.

Le 3ème escadron est spécialisé dans les milieux montagnes et détient l’expertise grand froid ;le 4ème escadron est spécialisé dans les milieux désertiques et détient l’expertise mobilité ; le 5ème escadron est spécialisé dans les milieux urbains, avec une expertise dite troisième dimension, donc la possibilité d’effectuer des sauts en parachute à très grande hauteur, avec masque à oxygène et pilotes biplaces ; le 6ème escadron sert d’appui technique ; le 7ème escadron se consacre au traitement et à l’analyse du renseignement. Il existe enfin un dernier escadron, l’ECL (Escadron de Commandement et de Logistique).

Volontaires pour servir au « 13 ».

Chaque année, le régiment recrute une centaine de jeunes. Ils viennent d’autres régiments de l’Armée de Terre ou du monde civil. Dans ce dernier cas, le candidat doit être âgé de 18 à 27 ans, être de nationalité française, jouir de ses droits civiques, présenter un casier judiciaire vierge, avoir effectué sa journée Défense et Citoyenneté (JDC), être en bonne condition physique à la date de signature du contrat, avoir réussi des tests de sélection ainsi que des tests d’agrément technique « unités spéciales ».  Les qualités souhaitées sont la motivation et la volonté, la rusticité et l’endurance, l’autonomie et le sens des responsabilités.

Chaque volontaire commence par suivre une formation initiale mois, qui permet d’obtenir le brevet parachutiste. Certains seront alors dirigé vers des régiments plus classiques, d’autres enchaîneront sur la « filière forces spéciales » pendant 13 mois. Cela consiste en des aguerrissements longs et des spécialisations approfondies en techniques de combat commando, une initiation au tir toutes armes, notamment à longue distance, en corps-à-corps, en identification de matériels adverses, en survie, en techniques secrètes d’infiltration et de renseignement chez l’ennemi, en informatique, en dépiégeage, en techniques de photo-vidéo, en camouflage, en langues rares, etc…

Il est aussi possible de s’engager dans d’autres formations plus pointues telles que celle d’équipier SIC (cyber guerre), de traitant et d’analyste renseignement, d’expert en géopolitique et en investigations, à des fins par exemple d’identification et de localisation des réseaux ennemis.

Ce parcours très exigeant est caractérisé par sa durée mais aussi par le niveau de son instruction qui impose un travail et un investissement personnels quasi quotidiens…

Encore plus loin

À l’occasion d’un entraînement organisé à « Bordeaux Lac » début décembre 2021,  permis d’approcher des équipiers de recherches spécialement formés pour s’infiltrer discrètement par voies nautiques, ceux du 2ème escadron dont la devise est « Encore plus

loin… ».

Ces militaires opèrent soit en surface à l’aide de palmes ou d’embarcation, soit sous l’eau en plongée, équipés de respirateurs à circuit fermé. Certains sont qualifiés « Plongeurs Offensifs » et peuvent mener des infiltrations subaquatiques en toute discrétion et sur de longues distances. Les insertions nautiques sont généralement menées de nuit.

Au cours de l’exercice, ont été utilisés des embarcations et du matériel adaptés aux opérations spéciales, des Kayaks, des propulseurs sous-marins, le « Squale ». L’adaptation des modes opératoires et des matériels est une exigence primordiale répondre aux attentes du COS et de la DRM, car le « 13 » est un maillon essentiel du renseignement et de la lutte antiterroriste en opérations extérieures.

***

(*) Jean de SAINT VICTOR de SAINT BLANCARD est à la fois plongeur et photographe. Plongeur, il l’est depuis 1974 après un baptême de plongée dans la piscine de l’Université de Paris X lorsqu’il était étudiant en droit… Il a effectué son Service National « palmes aux pieds » comme « plongeur de l’armée de terre » et a poursuivi avec une formation pédagogique pour enseigner la plongée. Il est moniteur Fédéral 1er degré, Moniteur Nitrox confirmé FFESSM.

Photographe, évidemment spécialisé dans les prises de vues subaquatiques, il a reçu de multiples récompenses dans les concours et compétitions organisées par les fédérations de l’image. Il collabore à plusieurs magazines de plongée et expose régulièrement ses clichés lors de manifestations culturelles.

La nouvelle guerre secrète

La nouvelle guerre secrète


par Pascal Le Pautremat (*) – publié le 29 novembre 2021
Rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF

https://espritsurcouf.fr/defense_la-nouvelle-guerre-secrete_par_pascal-le-pautremat/


Dans le domaine de la polémologie, le principe de la guerre de l’ombre, entre « petite guerre » et guerre clandestine, a traversé les âges et s’est particulièrement étoffé au gré du XXe siècle. Dans la « nouvelle guerre secrète », un ouvrage qui vient de paraitre aux éditions Mareuil, les auteurs proposent une plongée dans le monde du renseignement occidental.

Désormais, la guerre de l’ombre est indissociable de toute démarche géopolitique, s’intègre dans les processus géostratégiques, sans que tous les pays soient à égalité quant aux moyens et savoir-faire en la matière.

Éric Denécé, directeur du Centre français de Recherche sur le Renseignement (CF2R), auteur prolifique sur les questions de renseignement et d’opérations spéciales, Alain-Pierre Laclotte, ancien cadre du 1er Régiment de Chasseurs parachutistes puis du 11ème Régiment parachutiste de choc,  plus connu sous l’appellation de « 11ème Choc », offrent, dans leur ouvrage, une plongée au cœur de quelques-uns des États les plus emblématiques dans le domaine des actions spéciales, à savoir : la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et Israël.

Les auteurs rappellent ainsi combien ces trois pays phares ont, depuis la Seconde Guerre mondiale, une longue et large expérience dans les guerres secrètes et dans le contre-terrorisme polymorphe. Ces trois États ont su forger des milieux militaires non-conventionnels, grâce à des hommes qui ont fait preuve d’un sens profond de l’adaptation au gré d’adversités diverses, elles-mêmes en perpétuelle évolution. Entre recherche du renseignement, actions de coercition et surtout d’attrition, la quête de l’information côtoie les opérations « coup de poing » destinées à neutraliser la menace…

L’ouvrage permet ainsi de disposer d’un large panorama sur ces petites unités qui, avec un sens hors norme de l’adaptation, agissent ou ont été particulièrement impliquées, notamment à partir de la fin des années 1980, dans l’antiterrorisme. Tantôt en uniformes, tantôt en tenues civiles, les agents spéciaux interviennent en parallèle ou en amont des opérations conventionnelles, apportent les informations qui les rendent possibles. Inscrites dans une totale clandestinité, la plupart des unités présentées ici sont quasi inconnues des non-spécialistes, tant leurs dénominations ne cessent d’évoluer et sans que l’on connaisse précisément les budgets et les effectifs qui leur sont alloués.

Prudents et méthodiques, les auteurs rappellent combien leur démarche n’est pas non plus figée et ne doit pas être prise comme une fin en soi, tant de nombreuses archives demeurent classifiées et donc inaccessibles.

Ainsi, les auteurs se penchent-ils sur l’exemple emblématique de la Grande-Bretagne, véritable socle fondateur de toutes les structures et unités relevant à la fois du renseignement et des opérations spéciales et clandestines. L’occasion pour les auteurs de les présenter tour à tour, au gré des périodes chronologiques et des zones géographiques sur lesquelles elles interviennent.

La précocité méthodique et la rigueur des Britanniques sont confirmées quant à la remarquable montée en puissance de plusieurs « départements », au gré des décennies, avec un éventail de cellules qui montrent la puissance étatique, sans que cela empêche les rivalités interservices…Les analyses des modes opératoires des uns et des autres, les comparaisons s’intègrent parfaitement et de manière fluide dans l’ouvrage prolifique.

La plongée dans les arcanes du renseignement et des opérations spéciales des USA est toute aussi intéressante, avec un large panorama de toutes les structures et organisations connues à ce jour, depuis la Seconde Guerre mondiale, via l’OSS, par exemple, jusqu’aux années 2000. Là encore, anecdotes, éclairages, témoignages donnent un certain relief au propos et confirment l’évolution et la réflexion pour adapter au mieux les moyens à la guerre non conventionnelle.

Si l’on connaît bien l’OSS, on n’a découvert qu’au début des années 2000, The Pond, organisation secrète parallèle qui exista de 1942 à 1955, et ne rassembla qu’une trentaine d’agents. Disposant de leurs propres réseaux, ils ont ainsi opéré dans une trentaine de pays.

On apprécie aussi les conclusions d’opérations assez récentes, comme en témoigne le chapitre consacré aux enseignements tirés par le JSOC (Joint Special Operations Command – JSOC), pôle intégré au United States Special Operations Command (USSOCOM), des actions menées en Irak.

En ce qui concerne les opérations paramilitaires de la CIA, on notera les informations concernant l’opération Timber Sicamor, qui fait intervenir la CIA dans le conflit syrien à partir du printemps 2012 jusqu’au courant de l’année 2017. Elles soulignent le soutien apporté aux mouvements djihadistes, avec le concours des Qataris et des Saoudiens qui leur fournissaient des armes.

Près d’un autre tiers du livre est consacré, enfin, à Israël. Il porte un éclairage là encore synonyme d’un bel esprit de synthèse pour relater opérations spéciales, actions paramilitaires clandestines, entre renseignement et attrition, avec des démarches d’hybridation ou de juxtaposition. À  une nuance près : pour Israël, l’asymétrie y tient une place prépondérante.

La quatrième et dernière partie consacrée à la France, à travers deux chapitres, est sans doute la moins convaincante car très sommaire, sans qu’il faille pour autant en nier la pertinence. La problématique récurrente d’une difficile distinction entre clandestinité et action spéciale y est soulevée. Et les auteurs rappellent combien, finalement, la France dispose de moyens somme toute limités, mais peut se targuer d’avoir une remarquable maîtrise des savoir-faire qui la porte au meilleur niveau des nations en pointe.

Telles sont donc les questions centrales que met en exergue cet ouvrage, indispensable à ceux qui veulent saisir toutes les dimensions de la « guerre secrète » ou non conventionnelle, en saisir tous les enjeux, les complexités et prendre connaissance de toutes les unités qui constituent les maillons précieux d’une côte de fer indispensable aux États, à travers leurs évolutions et les théâtres sur lesquels ils ont opéré.

Le propos aurait pu tourner à l’énumération ou à l’inventaire. L’écueil est évité. Car le texte colle au plus près des hommes, rapporte de multiples anecdotes, réalise des focus sur des acteurs majeurs et leurs démarches.

Cet ouvrage dense, bien écrit et bien documenté, offre ainsi un large et riche panel des unités spéciales notables à travers les pays les plus représentatifs dans de l’art de la guerre de l’ombre.

;
La Nouvelle guerre secrète d’Éric Denécé et Alain-Pierre Laclotte
Éditions Mareuil, Paris, 2021, 432 pages

Source bandeau : Photo Tsahal


(*) Pascal Le Pautremat est Docteur en Histoire Contemporaine, diplômé en Défense et Relations internationales, officier (diplômé ORSEM) dans la Reserve opérationnelle depuis 1993. Il a enseigné à l’Ecole Spéciale militaire de Saint-Cyr et au collège interarmées de Défense, et est Conférencier et Chargé de cours dans l’Enseignement supérieur sur les crises et conflits contemporains. Auditeur de l’IHEDN (Institut des Hautes Études de Défense nationale), ancien membre du comité de rédaction de la revue Défense, il est le rédacteur en chef d’ESPRITSURCOUF.
Depuis 2017, Pascal Le Pautremat s’est tourné vers les sociétés et les structures publiques en matière d’analyses géopolitiques et géoéconomiques, de positionnement à l’étranger, d’analyses des Risques et Opportunités Pays. Son dernier ouvrage “Géopolitique de l’eau : L’or Bleu” est présenté dans le numéro 152 d’ESPRITSURCOUF du 30 novembre 2020

Les forces spéciales françaises vont expérimenter une version adaptée à leurs besoins du « Flyboard Air »

Les forces spéciales françaises vont expérimenter une version adaptée à leurs besoins du « Flyboard Air »

14-Juillet. Hommage à la police de Nice, demande en mariage… Les temps forts du défilé militaire

14-Juillet. Hommage à la police de Nice, demande en mariage… Les temps forts du défilé militaire

Le défilé militaire du 14-Juillet s’est tenu ce mercredi à Paris. Plusieurs moments forts ont émaillé la cérémonie, comme l’hommage à la police municipale de Nice ou la présence des forces de Takuba. Plus anecdotiques, une demande en mariage et le survol des Youtubers McFly et Carlito avec la Patrouille de France.

 

Défilé militaire sur l’avenue des Champs-Elysées, à Paris le 14 juillet.
Défilé militaire sur l’avenue des Champs-Elysées, à Paris le 14 juillet. | MICHEL EULER / AFP

Le traditionnel défilé militaire du 14-Juillet s’est tenu ce mercredi à Paris. Les forces armées ont investi l’avenue des Champs-Elysées, après une année sans défilé à cause de la pandémie de Covid-19.

À cause du virus, l’accès a encore été limité mais les tribunes ont tout de même pu accueillir 10 000 personnes masquées et munies d’un pass sanitaire. Si vous n’avez pas pu la suivre, retour sur les évènements marquants de la cérémonie.

L’arrivée d’Emmanuel Macron avec le général François Lecointre

Comme le veut la tradition, Emmanuel Macron a parcouru sous un ciel gris les Champs-Élysées en « command car » aux côtés de son chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, qui cédera sa place dans quelques jours à l’actuel chef d’état-major de l’armée de Terre, le légionnaire Thierry Burkhard.

 

Emmanuel Macron avait rendu un hommage appuyé mardi soir au général Lecointre, en saluant son « admirable vaillance », son « engagement » et sa « loyauté », au terme de quatre ans de services. Ce défilé du 14-Juillet est aussi symbolique pour Emmanuel Macron puisqu’il s’agit du dernier avant la fin de son mandat.

Le défilé des forces spéciales européennes de Takuba

Après le traditionnel défilé aérien ouvert par la Patrouille de France, un contingent des forces spéciales européennes participant à la « Task Force Takuba » a lancé le défilé à pied sur les Champs-Élysées.

Huit nations (France, Belgique, Estonie, Italie, Pays-Bas, République tchèque, Portugal, Suède) contribuent à ce groupement initié par la France pour accompagner les forces maliennes au combat. Takuba occupera une place centrale dans le futur dispositif anti-djihadiste au Sahel, où Paris compte réduire ses effectifs militaires après huit ans de présence.

La police municipale de Nice honorée, cinq ans après les attentats

Cinq ans jour pour jour après les attentats de Nice, la police municipale de la ville des Alpes-Maritimes a défilé sur les Champs-Élysées. Le contingent était composé de membres de forces spéciales qui sont intervenus le soir de l’attaque du camion ayant fait 86 morts mais aussi lors de l’agression terroriste de la basilique de Nice, le 29 octobre 2020, où trois personnes ont perdu la vie.

La police de Nice, qui fête ses 60 ans cette année, devient la première police municipale à défiler lors du 14-Juillet.

Sahel : Le Danemark confirme l’engagement de ses forces spéciales au sein de Barkhane

Sahel : Le Danemark confirme l’engagement de ses forces spéciales au sein de Barkhane