LRM et LRU : le passage de la saturation à la précision

LRM et LRU : le passage de la saturation à la précision

par le Chef de bataillon (TA) Alban Coevoet – Revue militaire général n°58 –

Histoire & stratégie
Saut de ligne
Saut de ligne

Prenant le virage de la précision face au type d’ennemi considéré comme le plus probable à la fin des années 2000, le passage du lance-roquettes multiples (LRM) au lance-roquette unitaire (LRU) a su intégrer l’évolution de la conflictualité et les nouveaux impératifs associés. La perspective d’un retour à la haute intensité face à un ennemi « à parité » interroge pourtant sur la nécessité de retrouver une capacité de saturation du champ de bataille. Pour compenser la perte de volume, des solutions technologiques existent, allant de la munition « thermobarique » à la munition « rodeuse », capables de recréer un effet de masse. Par l’utilisation de ces moyens innovants, l’artillerie s’inscrit dans une approche plus large combinant effets matériels (destruction, neutralisation) et immatériels (dissuasion, sidération, déception).

La roquette unitaire : contrainte politique et impératif stratégique.

En décembre 2008, la France signait la convention d’Oslo visant à interdire « l’utilisation, la production, le stockage et le transfert de toutes les armes à sous-munitions définies comme telles ». Selon un rapport d’information du Sénat de la même année, la ratification de cette convention devait logiquement entraîner le retrait du système d’arme LRM, ce dernier « ne [paraissant] pas répondre aux hypothèses d’engagement les plus courantes ». Conçu pour disperser à distance d’importantes quantités de grenades sur une force ennemie menant une offensive de grande envergure, ce système fut déclaré non opérationnel à partir du retrait de la roquette M26 décidé par la France en 2008. Selon le même rapport, la fiabilité des sous-munitions incorporées dans les roquettes était jugée notoirement insuffisante. N’explosant pas toutes, il était avéré que ces munitions généralement utilisées pour « saturer » une zone définie occasionnaient de nombreuses victimes post-conflit.

Pour beaucoup, le LRM restait un équipement correspondant typiquement aux scénarios d’emploi de la guerre froide, à savoir l’action face à une attaque massive d’éléments blindés. Dès le mois de mai 2008 lors de la conférence de Dublin, les autorités françaises avaient en réalité déjà annoncé le retrait de ce système d’armes. C’est donc très logiquement que la LPM 2009-2014 confirma le remplacement des roquettes à sous-munitions par des roquettes de précision à charge unitaire. Aux 57 lanceurs LRM devaient succéder ainsi 26 lanceurs à charge unitaire (LRU). Car à l’inverse du LRM, le LRU est destiné à neutraliser des objectifs ponctuels avec des effets collatéraux réduits au maximum. Finalement, c’est un marché de modification de 13 LRM français en LRU qui a été passé en 2011 avec la société Krauss Maffei Wegmann (KMW).

Dans un contexte stratégique marqué par la contre-insurrection (Irak, Afghanistan, BSS), l’impératif de précision semble prévaloir sur tout autre aptitude du tir indirect. Dans des engagements expéditionnaires où nos intérêts vitaux ne sont pas directement menacés, l’un des principaux enjeux politiques pour les démocraties occidentales consiste en effet à convaincre l’opinion du bien-fondé de leur intervention. Coûteuse pour le contribuable, payée au prix du sang, plus que jamais la guerre pour être comprise et acceptée se doit d’être juste et circonscrite au maximum. Dans les années 90, cette pression populaire et médiatique exercée sur les décideurs politiques est à l’origine du mythe de la « guerre propre », de la guerre « zéro mort », laquelle reposerait exclusivement sur des frappes dites « chirurgicales » visant à supprimer tout risque de dommages collatéraux. L’expérience acquise au cours de la réalité des différents engagements que la France a connus depuis, nous permet de très largement relativiser ce concept.

Par ailleurs, la prégnance d’affrontements asymétriques ces dernières années tend à désigner les populations comme centre de gravité de l’adversaire. Elles constituent toujours le refuge à partir duquel les groupes armés tirent leur soutien moral et financier. Dès lors qu’il s’agit de « gagner les cœurs et les esprits », on ne peut raisonnablement obtenir de gain stratégique à travers l’utilisation d’armements qui provoquent des pertes « collatérales » au sein de la population.

Conservatoire Historique de l’Aéronautique Navale à Nîmes (C.H.A.N.)

Conservatoire Historique de l’Aéronautique Navale à Nîmes (C.H.A.N.)

                                                    

 

Par le Lieutenant de Vaisseau (H) Yannick RUELLAN – publié le 11 avril 2022,

En 1961, était créée sur le plateau de Garons entre Nîmes et Saint-Gilles une base Aéronautique navale pour accueillir les formations de retour d’Algérie. Pendant 50 ans cette base opérationnelle a fonctionné jusqu’au 1er juillet 2011. Après sa fermeture, l’Armée de Terre y a installé une Base de Défense et le 503ème Régiment du Train et l’ex-BAN est devenue le Quartier El Parras. Pendant ces 50 années d’existence, beaucoup de personnels se sont établis localement, à Nîmes et dans les villages environnants, à l’issue d’un contrat avec la Marine ou pour prendre leur retraite. Une amicale des Anciens de l’Aéronautique Navale les a regroupés, comptant jusqu’à 350 membres. Un certain nombre d’entre eux, soucieux de la survie du patrimoine aéronautique a mis sur pied le « Conservatoire Historique de l’Aéronautique Navale à Nîmes » en octobre 2010.

Cette association loi 1901 a pour objet :

  • D’assurer, dans le cadre de la conservation et de la mise en valeur du patrimoine historique militaire, l’entretien des aéronefs mis à sa disposition par la Marine sur décision du Ministre des Armées, et de leurs zones d’exposition afin qu’ils restent en bon état de conservation et de présentation.
  • De concourir au rayonnement de l’Aéronautique Navale, de la Marine et des Armées par une présentation de ces aéronefs à un public aussi large que possible.

Deux avions mythiques de l’Aéronautique Navale les Breguet 1050 Alizé N°48 et 1150 Atlantic N°31 ont été sauvegardés en leur évitant le parc à ferraille. Ces 2 aéronefs sont exposés à l’intérieur de l’enceinte militaire, pour l’Alizé face à la stèle à la mémoire des équipages disparus devant la chapelle et pour l’Atlantic le long de la route départementale 42 bien visible des touristes y circulant.

                        

 

Il a fallu convaincre les autorités militaires du bien-fondé de ce conservatoire et dépenser beaucoup d’énergie avant d’obtenir enfin l’autorisation ministérielle.

Au cours des 11 dernières années il a fallu à une vingtaine de membres bénévoles particulièrement enthousiastes et motivés de la Section Patrimoine Aéronautique beaucoup de travail pour mettre en place ces avions, rapatrier et rechercher les pièces et équipements manquants, réparer les affres du temps, peindre les cellules. Un travail qui n’est jamais terminé car il manque toujours quelques précieuses pièces intérieures et c’est ainsi qu’en ce début avril, une équipe est partie à la base de Lann-Bihoué pour compléter les manques.

Mais les avions grâce à ce travail régulier ont fière allure et ont été présentés aux autorités Marine de passage. Des visites sont régulièrement organisées par les bénévoles de l’association au profit des stagiaires de la Préparation Militaire Marine, des élèves du Brevet d’Initiation Aéronautique, des militaires de l’Armée de Terre, d’écoles ou d’associations… Ces visites sont possibles uniquement par l’intermédiaire du CHAN.

Dernières précisions concernant ces aéronefs :

Le Breguet Br 1150 Atlantic est un avion bi-turbopropulseur de patrouille maritime qui a commencé à voler en 1961 pour être livré à la Marine fin 1965. Cinq pays (France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Pakistan) ont utilisé les 87 exemplaires de série. Il a été remplacé par l’Atlantique qui arme les Flottilles basées sur la BAN Lann-Bihoué à Lorient.

Le Breguet Br 1050 Alizé est un avion de surveillance maritime et de détection de sous-marins, embarqué sur porte-avions qui a volé de 1956 à 2000. Un de ces aéronefs, le N°59 est maintenu en état de vol et présenté lors de meetings aériens par une association « Alizé Marine » basée à Nîmes Garons.

                                   

Par ailleurs le CHAN est membre fondateur de la fédération « Les Marins du ciel » qui regroupe les amicales d’anciens marins de l’aéronautique navale ainsi que les marins du ciel d’active.

Des visites sont possibles uniquement par l’intermédiaire du CHAN, pour prendre contact :

soit sur le site du CHAN : https://chan-nimes.org/)

soit par mail : president@chan-nimes.org  et/ou secretaire@chan-nimes.org.

Colonel Paul PAILLOLE : Regard sur le renseignement français

Colonel Paul PAILLOLE : Regard sur le renseignement français


 

Sorti de St Cyr en 1927, affecté en 1935 au service de renseignement et de contre-espionnage militaire, le colonel Paul Paillole a dirigé l’activité du service clandestin de contre-espionnage français pendant la première phase de l’occupation, de 1940 à 1942.

Après l’invasion de la zone libre, il s’évade via l’Espagne, Gibraltar et Londres, pour rejoindre l’Afrique du Nord où il prend, en 1943, la direction de la Sécurité Militaire à Alger. A la tête de cet organisme, il maintient les liaisons avec les réseaux implantés en France occupée, renseigne les services anglo-américains, contribue à induire les Allemands en erreur sur les intentions des Alliés et prépare la remise en ordre de la métropole au moment de la Libération. Il sera le seul officier français à participer aux réunions préparatoires du Débarquement en Normandie.

En novembre 1944, ne pouvant accepter la réorganisation du contre-espionnage et le démantèlement de son service, alors que la guerre n’est pas terminée, il préfère démissionner.

La paix revenue, il occupera d’importantes fonctions au sein d’une grande société, et sera également maire de la commune de La-Queue-les-Yvelines pendant de nombreuses années.

En 1953, il fonde, avec d’autres ex-membres des services français pendant la guerre, l’Amicale des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale (ASSDN) dont il sera le Président pendant près de 50 ans.

Le colonel Paillole est l’auteur de plusieurs ouvrages sur le renseignement français de la Seconde Guerre mondiale[1].

Il est décédé le 15 octobre 2002.

Propos recueillis en 1999 par Eric Denécé[2]

* * *

Mon colonel, il ressort clairement aujourd’hui que le gouvernement et le haut commandement français étaient, dès le milieu des années 1930, parfaitement informés par vos services des intentions de Hitler. Avec du recul, quel regard portez-vous sur leur attitude afin d’éviter le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale ?

Il est vrai que l’inertie du pouvoir avant 1939 était très marquée, que cela soit le gouvernement (Daladier, Sarrault) ou le haut commandement (Gamelin). L’un et l’autre se sont d’ailleurs, après la guerre, renvoyé les responsabilités du désastre que nous avons vécu. Daladier se plaignait que le commandement soit resté inerte, tandis que Weygand affirmait que le gouvernement n’avait pas écouté l’état-major. Mais pourquoi le commandement n’a-t-il pas démissionné s’il considérait que les renseignements qu’il transmettait au gouvernement n’étaient pas pris en compte ? D’autant qu’après la guerre, Daladier et Weygand ont reconnu l’un et l’autre qu’ils avaient été bien informés et que nos services avaient entièrement joué leur rôle.

Beaucoup d’historiens considèrent aujourd’hui que, jusqu’en mars 1936, la France aurait pu tenter quelque chose contre Hitler avec de fortes chances de succès. En réalité, il était déjà trop tard. La décision d’une intervention militaire française en Rhénanie était très difficile à prendre, car elle risquait de provoquer le déclenchement du conflit sans pour autant déloger la Wehrmacht de la rive gauche du Rhin. Or, le gouvernement de 1936 sentait que le pays ne voulait pas la guerre et refuserait la mobilisation. De plus, la Wehrmacht était déjà puissante à cette date. Dès 1934/35, l’essentiel de l’implantation militaire allemande en Rhénanie était préparé. Le consul de France à Cologne — un de nos honorables correspondants de l’époque — en témoignait régulièrement dans ses messages. En mars 1936, Hitler avait de quoi faire face à une intervention française dans la Ruhr et en Rhénanie. L’armée française n’était pas prête pour la guerre et nos alliés britanniques l’étaient encore moins. Les Anglais étaient très opposés à un affrontement et leur position a confirmé la France à ne pas s’engager. Par leur attitude, ils ont de lourdes responsabilités sur la suite des événements. Je ne crois pas qu’Hitler aurait fait marche arrière en cas d’une intervention française symbolique et isolée.

Avec le temps, mon opinion a évolué et mon jugement est aujourd’hui moins critique qu’auparavant. Bien qu’il ait été informé par nos services, le gouvernement de l’époque n’avait pas les moyens d’agir rapidement avec une force militaire suffisante. La résistance aux actes de force des nazis apparaissait – dans le contexte de l’époque – comme une mission impossible.

Pourtant, on continue de faire du syndrome de Munich un slogan facile, aujourd’hui repris par nos dirigeants pour justifier une intervention au Kosovo. Nous mêmes, au service de renseignement (SR) de l’époque, n’étions nullement convaincus qu’il faille alors entrer en guerre, notamment parce que, comparée à son adversaire allemande, l’armée française n’était pas au point. Les politiques ont pris l’habitude, depuis 1918, de signer des traités à travers lesquels chacun s’engage, sans avoir les moyens de faire respecter les engagements. C’était notre cas, en 1939, vis-à-vis de la Tchécoslovaquie et de la Pologne.

Si l’histoire politique et militaire de la Seconde Guerre mondiale est aujourd’hui bien connue, vous militez, mon colonel, pour une véritable reconnaissance du rôle des services français. Pouvez-vous évoquer la contribution de nos compatriotes au renseignement allié pendant le conflit ?

J’ai appartenu à des organismes qui n’ont pas l’habitude de faire parler d’eux, tout en faisant correctement leur travail. Je commence à en avoir assez de voir certains s’attribuer tous les mérites et les historiens anglo-saxons tirer la couverture à eux. Le rôle des services secrets français pendant le conflit demeure largement méconnu ou sous-évalué. C’est la conséquence d’une éthique rigoureuse et de traditions fondamentales qui les contraignent au devoir de réserve, sinon au silence absolu.

Trop peu de gens savent qu’entre 1940 et 1945, une somme considérable d’informations a été délivrée aux Alliés par nos services. Ils s’en sont largement servi pour préparer leurs opérations, dont le débarquement, comme pour induire les Allemands en erreur. Or certains Français, à Londres à cette époque, nient l’existence de liens étroits entre les services spéciaux français et l’Intelligence service (MI 6). Il est vrai que ces liens étaient rigoureusement secrets.

Depuis la fin de la guerre des lettres personnelles du général Stewart Menzies, alors patron du MI 6 et du colonel Cawghill, mon homologue de l’époque, rendent un vibrant hommage à nos actions et à la collaboration que nous avions établie pendant toute cette période. Les Britanniques y reconnaissent pleinement notre efficacité, leurs dettes à l’égard des services français et l’excellent résultat de notre collaboration avant et pendant le second conflit mondial.

Il existe par ailleurs une seconde idée contre laquelle je m’insurge. Certains auteurs continuent de faire le procès des services de renseignement et de contre-espionnage militaires de 1939. Nous sommes en effet accusés d’avoir intrigué pour assurer toutes les missions de renseignement et de sécurité. Si une telle situation s’est effectivement produite, c’est que les informations dont nous disposions via nos réseaux nous faisaient percevoir l’imminence de la catastrophe ; or personne ne réagissait. Il nous a fallu prendre les choses en main avec d’autant plus de facilité que le pouvoir ne donnait au renseignement et au contre-espionnage qu’une importance secondaire.

Est-ce la raison qui est à l’origine de la création de l’Association des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale (ASSDN) ?

L’AASSDN est née du désir de rétablir la vérité, mais aussi de continuer à honorer la mémoire de ceux des nôtres qui sont morts pour la France. Il convenait de faire reconnaître ce pourquoi ils ont donné leur vie. L’AASSDN se fait un devoir impérieux de promouvoir la culture du renseignement en France. Dans cet esprit, nous avons signé en 1997 un partenariat avec les écoles de St Cyr-Coëtquidan et créé un prix d’histoire du renseignement militaire. Les premiers lauréats ont été récompensés en début d’année. Je veux témoigner de la qualité des travaux de ces jeunes sous-lieutenants sur la riche histoire de nos services spéciaux dans le second conflit mondial, mais aussi sur les tribulations de ces services depuis l’affaire Dreyfus. 

Aujourd’hui, lorsqu’un chercheur se penche sur l’histoire des services de renseignement français, de quelles sources peut-il disposer ?

À l’heure actuelle, outre les archives personnelles de certains acteurs, les seules archives disponibles sur l’action des services français pendant la Seconde Guerre mondiale sont celle du Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) de Londres. Daniel Cordier fut chargé par Dewawrin, en 1946, de mettre de l’ordre dans les archives du BCRA et les a déposées aux archives nationales en 1947 ou en 1948. Il eut été légitime, me semble-t-il, qu’elles fussent déposées au service historique des armées au fort de Vincennes. Ces archives ont été largement consultées à l’occasion de l’affaire Jean Moulin. Elles sont malheureusement aujourd’hui dans un grand désordre ; à tel point qu’un journal a récemment publié une note datant de 1943, provenant du poste TR 120 de Tunis, relative aux activités allemandes vues depuis la Tunisie. Or ce poste ne dépendait en aucune façon du BCRA.

Les archives du BCRA ne donnent qu’une vision partielle de l’action d’ensemble des services français pendant la guerre. Les autres archives, celles de la Direction générale des services spéciaux (DGSS) de Jacques Soustelle – qui comportaient celles de la Direction de la Sécurité Militaire (DSM) à Alger de 1939 à 1945 et des SR traditionnels — demeurent aujourd’hui introuvables, ce qui est scandaleux et représente une grave lacune de la mémoire nationale.

Comment expliquez-vous que l’administration du ministère de la Défense ait perdu la trace de ces archives ?

Je l’ignore mais n’ai de cesse de les rechercher. D’autant que c’est moi qui, en avril 1944, avait été chargé par le Général de Gaulle du regroupement de toutes les archives des services de sécurité français : Londres et Alger, réseaux TR et Kléber, autres services et réseaux… Fin août 1944, j’ai fait rapatrier en France libérée la totalité des archives de la DSM. Il y avait plusieurs tonnes de documents dont 20 000 à 30 000 fiches. Les archives particulières de mon réseau SSMF/TR suivirent la même voie.

Or ces archives demeurent aujourd’hui introuvables, alors même qu’elles représentent un fond essentiel pour la connaissance de l’histoire du renseignement et de la sécurité pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est là quelque chose de regrettable. Ceux qui les détiennent se doivent les déposer au service historique des armées. J’ai alerté les autorités à cet égard. Seul le Secrétariat général de la Défense nationale (SGDN) a répondu, par l’intermédiaire du général de Costedoat, en soulignant les difficultés d’une opération d’envergure pour mettre de l’ordre dans les archives dépendant de la Défense. Il reste que la question est posée.

Mon colonel, quel est votre jugement quant à la qualité des services de renseignement français aujourd’hui ?

L’évolution de la DGSE et son adaptation au nouveau contexte international parait bonne. Les problèmes militaires n’ont plus la priorité qui fut longtemps la leur et le service travaille de plus en plus sur l’économie, la politique, le terrorisme, etc. Je remarque par ailleurs que la recherche secrète du renseignement est bien faite. Il ne faut donc pas critiquer les services sur ce point. Leurs résultats sont globalement satisfaisants à ma connaissance.

Il existe certes des rivalités et des redondances entre les différents services spéciaux dont notre pays dispose et la coordination en est toujours difficile. Le général Rondot peut en témoigner. Mais le véritable problème se situe à mes yeux au niveau de l’utilisation qui est faite de ces renseignements par le pouvoir politique. D’une certaine façon, nous retrouvons la situation observée en 1939.

Que pensez-vous du principe de la mise en place d’une commission de contrôle parlementaire du renseignement ?

J’ai eu récemment l’occasion de m’en entretenir avec un parlementaire proche de Paul Quilès. Il estime indispensable de mettre en place une commission parlementaire de contrôle de l’exploitation du renseignement. Je partage ce point de vue, mais il me semble que l’activité devrait s’y concentrer, avec discrétion et prudence, sur deux points : le contrôle de la réalité et de la qualité de l’effort de renseignement, c’est à dire vérifier le bon usage des fonds publics ; et surtout, le contrôle de l’utilisation du renseignement qui est faite par les autorités gouvernementales. Il me parait nécessaire qu’une commission issue de la représentation nationale veille à ce que nos dirigeants prennent des mesures adéquates face à des événements dont les services ont décelé l’occurrence.

L’exploitation du renseignement par les responsables politiques : là est le nœud gordien du problème. Il faut que l’utilisation des informations secrètes échappe à la seule responsabilité des patrons des services spéciaux. En effet, lorsque le gouvernement est informé, que fait-il ? Que faire lorsque le Directeur général de la sécurité extérieure n’arrive pas à convaincre le gouvernement de réagir devant la certitude de l’imminence d’une crise ? Il n’a guère d’autre solution que de peser de toute sa détermination (mais là se pose le problème du poids du DG dans la hiérarchie gouvernementale) ou de démissionner. Il est à mes yeux essentiel que la représentation nationale soit informée de ces situations et puisse éventuellement réagir en toute connaissance de cause.

Ma conviction est donc qu’en matière d’exploitation du renseignement on ne peut échapper à un contrôle parlementaire, à l’image de ce qui s’est fait pour le Secret Défense. En revanche, il ne me parait pas opportun que les parlementaires se mêlent du fonctionnement intérieur des services spéciaux. Certes, l’orientation de la recherche devrait être davantage guidée, mais les SR doivent rester maîtres de leurs méthodes de travail et assumer à cet égard leurs responsabilités.

Pensez-vous qu’une telle commission aurait pu éviter les événements de 1939 ?

Si l’on imagine qu’un tel système ait existé en mars 1936, je suis à peu près sûr que les choses n’auraient pas été différentes. Compte tenu du climat politique de l’époque, le parlement n’aurait probablement pas voté l’intervention en Rhénanie devant les risques de conflit. L’utilisation du renseignement doit être entièrement tributaire de la volonté politique. Les élus ne sont que le reflet de l’électorat ; si la nation baisse les bras, il n’y a rien à faire que de le constater par le vote de ses représentants. Par contre, si l’on prend l’exemple de l’affaire Greenpeace, il est probable que les députés consultés auraient exigé des mesures différentes de celles qui ont été prises et peut-être ainsi évité les dérapages.

Le nouveau contexte international entraîne, on l’observe chaque jour, une évolution des conditions dans lesquelles s’exercent les métiers du renseignement. Mon colonel, pensez-vous qu’il faille en revenir à une unification des différents services s’occupant de contre-espionnage ?

Ne parler que de contre-espionnage (CE) est insuffisant. Ce qui doit être assuré, c’est la sécurité au sens large, face à toutes les menaces extérieures qui pèsent sur notre pays.

En matière de contre-espionnage stricto sensu ce qui est essentiel, c’est de pénétrer l’adversaire, car les sources du danger sont toujours à l’extérieur du pays. Au sein du service, le rôle du CE n’est pas de surveiller le travail du SR. Il revient aux officiers traitants de vérifier qu’ils ne se font pas intoxiquer par leurs sources, parmi lesquelles pourraient se trouver des agents doubles. Si l’on considère qu’ils n’en sont pas capables, où va-t-on ! Le CE doit se borner à tenter d’éclaircir les situations anormales que signalent les responsables du SR.

Au cours des années 1937/38, avec notre patron le général Schlesser, nous nous étions attachés à une définition plus « scientifique » du rôle et de l’organisation des services de sécurité. En juin 1940 tout a été laminé et il a fallu rebâtir. J’ai alors appliqué l’organisation issue de nos réflexions. En juillet 40, lorsque j’ai créé les réseaux clandestins, je n’ai pas voulu que la recherche (SR) et le CE soit regroupés dans une même équipe. Le réseau des « travaux ruraux » (TR), couverture de départ du service de sécurité, était donc indépendant de celui du SR (réseau Kléber). Les TR ne surveillaient pas Kléber mais pénétraient l’Abwehr pour s’opposer à ses visées, notamment en Afrique du Nord.

L’Intelligence service avait la même conception de la répartition des rôles mais travaillait différemment. Le MI 6 avait en son sein son propre service de recherche et de sécurité, dirigé par le colonel Cawghill, mon homologue. En revanche, c’est le MI 5 qui avait la responsabilité du traitement des agents de pénétration allemands. 

Le fait que le contrôle des agents de pénétration ait été confié au MI 5, au lieu de l’être au MI 6, correspondait-il selon vous aux mesures à prendre dans une situation d’exception ?

Vous soulevez là un aspect essentiel. Les problèmes sont totalement différents selon que le pays se trouve en situation de paix, de crise ou de guerre. D’où l’importance de préparer dès le temps de paix un dispositif adapté à un conflit, sinon, il est toujours trop tard.

Etant l’auteur du décret interministériel de 1939, qui précise les attributions respectives des ministères de la Défense et de l’Intérieur, je peux dire qu’avant l’entrée en guerre, rien n’avait été envisagé pour préparer une telle situation. D’où les conflits d’autorité qui apparurent entre les armées et le ministère de l’Intérieur. Il est important de rappeler que nous nous trouvions alors sous le coup de la loi de 1849 sur l’état de siège. Celle-ci confère, en situation de guerre, la responsabilité des services de police aux armées sur le territoire national. Mais l’autorité militaire n’ayant pas l’habitude d’exercer ce type de responsabilité, nous n’avons pas su faire respecter cette loi. Ainsi, pendant la « drôle de guerre », nous voulions que les consulats italiens dans la zone des armées soient fermés car ils étaient de véritables nids d’espions au service de l’Abwehr. Le ministère des Affaires étrangères s’y est opposé et le ministère de l’Intérieur a refusé de nous suivre. Nous n’avons rien pu faire. Je me permets de faire remarquer que cette loi de 1849 n’a jamais été abrogée. Elle reviendrait donc en vigueur si la France connaissait de nouveau une situation similaire à celle de 1940. J’espère que l’on en a conscience en haut lieu !

Pour revenir à votre question, mon sentiment est qu’il faut, dans les situations d’exception un organisme de sécurité unique. J’ai eu la chance de mettre en œuvre un tel organisme centralisé à partir de 1942, à Alger. D’Astier de la Vigerie et Jean-Pierre Pierre-Bloch — commissaires à l’Intérieur du Comité National — étaient en parfaite adhésion avec moi, en considération de la situation dans laquelle nous nous trouvions. Cela me permit de participer en mai 1944 à Londres, dans le cadre de l’état-major du général Eisenhower, à la préparation des opérations de débarquement et de libération, en pleine souveraineté dans le domaine de la sécurité. Le problème en France reste de donner la priorité, en cas de crise à une organisation unique et centralisée de sécurité. Mais j’insiste : le plus urgent demeure la mise en place d’un système de contrôle de l’exploitation du renseignement.

Au cours du second conflit mondial, les Britanniques ont choisi de créer, pour l’action clandestine un service spécifique : le Special Operations Executive (SOE). Or, de nos jours, la quasi-totalité des pays ont intégré cette mission au sein de leur services dits de renseignement. Comment jugez-vous cette évolution ?

Il convient d’éviter le mélange des genres. Entre l’action clandestine et les activités de renseignement, il ne saurait y avoir confusion et interférence ! Avant la guerre le service Action (SA) n’existait pas. Nous estimions que ce type d’opérations n’était pas de notre ressort. Dans les premiers jours de 1940, nous avions demandé à l’amiral Darlan de mettre en oeuvre les moyens de stopper la navigation fluviale sur le Danube, afin de limiter le ravitaillement de l’Allemagne en pétrole. La réponse fut négative. On en est resté là.

Pendant l’occupation, de 1940 à 1944, il était inévitable de passer à « l’action » contre l’occupant. Tout le monde le faisait. Mais à cette différence près que les Britanniques avaient créé un organisme spécifique, le SOE. L’Intelligence service ne faisait pas ce genre de choses. Il considérait que cela portait préjudice à sa mission de renseignement. Côté français, le BCRA regroupait les deux métiers. Une fois cette coutume prise, elle est restée et, depuis la guerre, le SA est demeuré une constante du service, rattaché à la recherche.

Je suis pour ma part convaincu qu’il faut établir une distinction entre ces deux activités. Des actions violentes commanditées par l’Etat sont concevables, mais elles doivent avoir lieu en dehors des activités de renseignement. Recherche et contre-espionnage sont des missions tellement complexes par elles-mêmes qu’il ne faut les mélanger avec l’action. Si la recherche a recours parfois à des procédés à la limite de la morale (chantage, manipulation …), il ne faut pas aller plus loin. L’action secrète, dont je ne discute pas la nécessité, est une opération éminemment politique. Si l’on considère l’affaire Greenpeace, l’échec du SA a porté tort à l’ensemble de la DGSE. D’où, à mon sens, l’importance de séparer les deux. Le service de renseignement peut suggérer, voire même proposer des « actions » sur des cibles données, mais l’exécution devrait en être confiée à des organismes extérieurs spécialisés.

Les services spéciaux ont souvent tendance à faire autre chose que ce pourquoi ils ont été désignés. Ce fut, hélas, le cas fréquent pendant l’occupation. Cela fut généralement sanctionné par une répression impitoyable.

Mon colonel, si l’on considère la situation actuelle au Kosovo, ne croyez-vous pas qu’une action secrète à l’encontre de Slobodan Milosevic aurait pu éviter l’engrenage actuel ?

La question s’était déjà posée pour Hitler. En 1938, un certain organisme était venu demander ce que le service penserait d’un attentat contre Hitler. Cela n’était pas de notre compétence. Nous avons donc posé la question au gouvernement, en l’occurrence à Daladier. Il nous a répondu « gardez-vous en bien, vous en feriez un martyr ! ». En l’état actuel des événements dans l’ex-Yougoslavie et de la popularité de Milosevic chez les Serbes, il ne me semble pas opportun d’envisager une action de ce genre.

 

  1. Services Spéciaux (1935-1945), Robert Laffont, 1975 ; Notre espion chez Hitler, Robert Laffont, 1985 ; L’homme des services secrets : Entretiens avec Alain-Gilles Minella, Julliard, 1995.
  2. Interview initialement publiée dans la revue Renseignement et opérations spéciales, n°2, juillet/août 1999, CF2R/L’Harmattan.

Déroute à Beyrouth

Déroute à Beyrouth

 


Par Michel Goya –  La Voie de l’épée – Publié le 23 octobre 2013

https://lavoiedelepee.blogspot.com/

L’opération Diodon a coûté la vie à 89 soldats français en dix-mois de septembre 1982 à mars 1984 pour un bilan humiliant. C’est la plus grande défaite militaire de la France depuis la fin de la guerre d’Algérie.

Une micro-guerre mondiale

Lorsque les Occidentaux interviennent à Beyrouth en 1982, la guerre civile libanaise dure déjà depuis sept ans. Ce conflit est d’abord un affrontement entre le Front libanais chrétien et la coalition islamo-progressiste, alliée aux Palestiniens dont l’archipel des camps constitue un proto-Etat autonome. Les combats sont particulièrement violents dans la capitale, coupée en deux entre l’ouest musulman et l’est chrétien par une « ligne verte ». La guerre prend vite une dimension régionale avec l’alliance des chrétiens maronites et de la Syrie qui intervient militairement en 1976 et occupe Beyrouth. Conformément aux accords de Riyad (novembre 1976) l’armée syrienne est inclue dans la Force arabe de dissuasion (FAD) reconnue par tous les belligérants.

Les combats s’arrêtent jusqu’à ce que le parti Kataëb de Bachir Gémayel s’impose par la force aux autres mouvements chrétiens et se retourne contre les Syriens vus désormais comme des occupants. Les combats reprennent en février 1978. En mars, l’armée israélienne lance une opération limitée jusqu’au fleuve Litani pour détruire les organisations palestiniennes qui se servent du territoire du Sud-Liban comme base d’opérations. La Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL) est mise en place. Elle n’empêche en rien les Israéliens de revenir une nouvelle fois en juin 1982 avec des moyens et des ambitions beaucoup plus importants. En une semaine, l’armée israélienne repousse l’armée syrienne dans la plaine de la Békaa et assiège les combattants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) réfugiés dans Beyrouth Ouest. Il y a alors 150 000 combattants de dix-huit nationalités (dont les 8 000 Casques bleus de la FINUL) sur un territoire grand comme le département de la Gironde. Bachir Gémayel devient Président de la république du Liban porteur de l’espoir de règlement des conflits entremêlés.

La force multinationale d’interposition

Le 12 août, après deux mois de siège et alors que la tension est à son comble au Proche Orient, les Etats-Unis imposent l’idée d’un cessez-le-feu et l’envoi à Beyrouth d’une force multinationale d’interposition (FMI) afin de protéger le départ simultanée de l’OLP et de l’armée israélienne. La France et l’Italie acceptent d’y participer. La mission de cette FMI, limitée à un mois et à un volume de 2 000 hommes, est triple : assurer la sécurité physique des combattants palestiniens en instance de départ de Beyrouth, assurer la sécurité physique des autres habitants de la région de Beyrouth et y favoriser la restauration de la souveraineté du gouvernement libanais. La FMI est une force d’interposition, finalement guère différente dans son esprit de la FINUL, à ce détail près que les contingents restent sous commandement national.

L’aéroport étant aux mains des Israéliens, c’est par le port que la FMI pénètre dans Beyrouth. Pour les Français, c’est l’opération Olifant qui mobilise une partie importante des moyens de la Marine nationale depuis Toulon et le port chypriote de Larnaka. Les légionnaires du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP) sont les premiers à débarquer, le 21 août, pour sécuriser le port jusqu’à la relève par les Américains, le 25. Le 26, le reliquat des forces françaises et le contingent italien viennent compléter le dispositif. Avec 850 hommes, les légionnaires et marsouins de l’opération Epaulard constituent le contingent le plus important.

Le départ des combattants palestinien par mer s’achève sans incident le 31 août avec l’évacuation de Yasser Arafat. Le détachement français est alors sur la ligne verte pour escorter les convois évacuant les Palestiniens et certains éléments syriens en direction de la Syrie. Au 1er septembre, 11 000 membres de l’OLP ont été évacués dans le monde arabe. La FMI, et le 3e Régiment parachutiste d’infanterie de marine (RPIMa) en premier lieu, aide alors la petite armée libanaise à reprendre le contrôle de Beyrouth Ouest. Grâce au petit détachement du 17e Régiment de génie parachutiste (RGP) les rues sont dépolluées tandis que la population revient dans les quartiers placés sous la protection des Français.

La mission est cependant interrompue plus tôt que prévu par la décision unilatérale des Américains qui décident de mettre fin à leur participation le 10 septembre, suivis deux jours plus tard par les Italiens. La France, accusée par ailleurs d’être trop favorable aux Palestiniens, peut difficilement poursuivre seule. L’opération Epaulard prend fin le 13 septembre. Au prix de trois marsouins blessés, elle est considérée comme un succès.

La mise en place d’un colosse aux pieds d’argile

Le lendemain même du départ des derniers français, Bachir Gémayel est assassiné. L’armée israélienne en repli revient immédiatement dans Beyrouth et cerne les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila où on soupçonne la présence résiduelle de combattants de l’OLP. Le 16 septembre, des phalangistes chrétiens, partisans de Gémayel, pénètrent dans les camps et se livrent pendant deux jours au massacre de civils (le nombre des victimes varie entre 700 et 3 500). L’émotion est immense dans le monde entier.

Le 19 septembre, le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte la résolution 521 qui propose l’intervention d’une nouvelle force multinationale. Celle-ci est demandée le même jour par le gouvernement libanais. La FINUL propose d’intervenir mais cette solution ne plait ni aux Israéliens ni surtout au gouvernement libanais, sceptique sur l’efficacité des Casques bleus. Sous l’impulsion des Etats-Unis, toujours soucieux d’accroître leur influence dans la région, les trois alliés de la FMI et le Liban s’accordent par échanges de lettres sur le retour de leurs contingents. Il est bien proposé à d’autres pays de participer à la force mais seuls les Britanniques y répondront en envoyant une unité de renseignement d’une centaine d’hommes en février 1983. Le 24 septembre, la Force Multinationale de Sécurité à Beyrouth (FMSB) est créée et commence à se mettre en place dans Beyrouth Ouest. Sa mission principale, sans limite de temps, est d’appuyer les forces armées du gouvernement libanais dans la protection des populations civiles dans Beyrouth et ses alentours. Le caractère très large de cette mission laisse cependant place à autant d’interprétations que de membres. Si tout le monde est d’accord pour aider matériellement les forces armées libanaises (FAL), les avis divergent sur l’emploi des forces.

Pour l’administration Reagan, soucieuse d’éviter la qualification de guerre ou d’opération de guerre qui nécessiterait un vote du Congrès, la FMSB a une fonction essentiellement dissuasive. Les 1 200 Marines s’installent autour de l’aéroport au sud de Beyrouth ouest, avec des moyens lourds, chars de bataille, pièces d’artillerie, hélicoptères d’attaque, etc. mais avec de grandes restrictions dans l’ouverture du feu et la consigne de ne pas bouger de ses emprises. Les 1 200 Italiens sont au centre du dispositif et se concentrent sur la surveillance des camps palestiniens de Chatila et Bourj-el-Brajneh et l’aide humanitaire.

Au Nord, les 1 160 Français l’opération Diodon sont renforcés au bout de quelques jours par un bataillon « prêtée » par la FINUL et un autre venu de métropole en février 1983, pour atteindre un effectif total de 2 000 hommes, relevés tous les quatre mois. Répartis sur 35 postes et reprenant des habitudes héritées des opérations en Afrique, ce sont les seuls à aller sciemment au contact de la population que ce soit par une présence « militaire » (points de contrôle, patrouilles, missions de dépollution) ou plus informelle (achats auprès des commerçants locaux, footings, aides à la population, etc.). Cette approche permet de montrer la force à la population et, surtout, par les renseignements et la sympathie qu’elle procure, elle apporte une « protection invisible » souvent plus efficace que les murs de sacs à terre.

Les Français, comme les Italiens, peuvent faire usage de leurs armes pour leur autodéfense et protéger les camps palestiniens (le camp de Sabra est dans la zone française) mais, contrairement aux Américains, aussi pour appuyer les FAL. Dans les faits, les règles seront très restrictives. Le « soldat de la paix », concept nouveau, n’est pas là pour combattre.

Cette force à terre en appui des FAL, est elle-même appuyée par une puissante force navale croisant au large de Beyrouth. Pour la France, la force Olifant comprend un groupe aéronaval permanent, centré autour d’un des deux porte-avions Foch et Clemenceau qui se succèdent et d’une force amphibie comprenant en général deux transports de chalands de débarquement (TCD). Au total, la force multinationale, à terre et en mer, mobilise aux alentours de 20 000 hommes. Elle souffre cependant de trois faiblesses : les divergences déjà évoquées et qui ne seront pas corrigées par une direction commune, l’absence d’accord sur sa présence avec les acteurs politico-militaires locaux et régionaux et surtout l’absence de volonté réelle d’engagement au combat pour soutenir le gouvernement libanais.

Le début de la mission est pourtant encourageant. Le 1er octobre 1982, par une cérémonie organisée place du Musée, lieu symbolique de combats entre les deux Beyrouth, le Président Amine Gemayel, frère ainé de Béchir, élu le 21 septembre, consacre la réunification de la capitale. Equipée et entrainée par les Alliés, l’armée libanaise prend une certaine consistance et se déploie à nouveau dans l’ensemble de la ville. Une prise d’armes réunit les contingents de la FMSB et des FAL. C’est le point culminant de l’action de la FMSB alors que des phénomènes souterrains sont à l’œuvre.

Le retour de la Syrie et l’arrivée de l’Iran

En même temps qu’elle participe à la FMSB, la France a un contentieux financier avec Téhéran (elle refuse de rembourser le prêt d’un milliard de dollars accordé par le Shah) et, comme les Etats-Unis, elle aide militairement l’Irak dans sa guerre contre l’Iran des Mollahs. Début octobre 1983, elle fournit même cinq avions Super-Etendard (livrés par le porte-avions Clemenceau) aux Irakiens. On ne perçoit pas alors que l’Iran est capable de frapper par procuration au Liban grâce à son influence sur la milice chiite Amal et surtout grâce au Hezbollah, création commune avec la Syrie.

Cette cécité stratégique se double d’une cécité tactique. Si le suicide est prohibé dans les actes et paroles du Prophète, il imprègne, sous la forme du sacrifice et de martyr (shahid), tout l’islam chiite depuis la mort de Hussein ibn Ali, « roi des martyrs », à Kerbala en 680. Le premier emploi systématique de combattants suicides est le fait de Chiites ismaéliens connus sous le nom d’ « assassins » qui firent régner la terreur dans le califat de Bagdad et la Palestine du XIe au XIIIe siècle. Les combattants suicide sont remis au goût du jour lors de sa guerre entre l’Iran et l’Irak à partir de 1980. Le premier attentat suicide moderne avec emploi d’explosif est le fait de membres d’Amal, le 15 décembre 1981, contre l’ambassade irakienne à Beyrouth puis le quartier-général israélien à Tyr en novembre 1982. Le 18 avril 1983, un pick-up chargé d’explosifs s’écrase contre l’ambassade américaine. Le bilan est terrible : 63 personnes sont  tuées, dont 17 américains. L’enquête qui a suivi n’a pas permis pas de déterminer avec certitude le commanditaire de l’attaque, mais les soupçons se portent sur Imad Moughniyah, un important membre du Hezbollah.

La situation évolue rapidement à partir de l’été 1983. La milice d’Amal, alliée de la Syrie, tente de pénétrer dans les quartiers de Beyrouth-Ouest mais elle est refoulée par les FAL. La FMSB n’a pas bougé malgré sa mission d’appui aux FAL. Cela ne l’empêche pas d’être frappée notamment le 31 août lorsque le bombardement de l’ambassade de France tue quatre soldats et un policier français. Le 4 septembre, l’armée israélienne évacue soudainement les montagnes du Chouf, au sud-est de Beyrouth. Le vide est occupé par les Druzes du Parti socialiste progressiste (PSP) alliés de la Syrie et qui se trouvent désormais à portée d’artillerie de la capitale libanaise. Les combats avec les FAL sont très violents dans le secteur de Souq El-Gharb à quelques kilomètres au sud de la capitale. Le 11 septembre, pour appuyer l’armée libanaise en posture délicate et protéger ses forces de la menace d’artillerie, le département d’État américain autorise ses troupes à riposter et à faire appel à l’appui naval et aérien. C’est chose faite les 19 et 20 septembre. Le 22 septembre, c’est au tour des Français de faire appel aux forces navales pour lancer un raid de huit Super-Etendards pour anéantir une batterie druze au-dessus de Beyrouth à Dour El-Cheir.

La FMSB est ainsi entrée malgré elle dans la guerre, en sortant par ailleurs du cadre prévu initialement pour l’emploi des forces. Les frappes de l’US Navy, qui se renouvelleront une fois en décembre et trois fois en février 1984, dépassent le cadre géographique du Grand Beyrouth et le raid français, survenant cinq jours après un bombardement qui a tué deux soldats à la résidence des Pins, n’est plus de la légitime défense. La FMSB continue pourtant à conserver l’illusion de la neutralité en n’engageant pas les forces terrestres. Tous les partis opposés au gouvernement libanais et son armée, considèrent désormais la FMSB comme hostile. Au bilan, alors que la France ne déplore qu’un mort, seize seront tués du 22 juin au 23 octobre. Les pertes françaises sont le double de celles des Américains alors que les Italiens ont un soldat tué.

Pour réduire la vulnérabilité des forces françaises celles-ci sont regroupées. C’est ainsi que lorsque la 3e compagnie du 6e Régiment d’infanterie parachutiste (RIP), formée d’appelés volontaires du 1er Régiment de chasseurs-parachutistes (RCP),  débarque le 27 septembre, elle est affectée toute entière dans un immeuble de huit étages face à la plaine des Jhah et du quartier Chatila, à quelques centaines de mètres de l’Ambassade d’Iran. Le bâtiment, baptisé Drakkar par le commandant de la compagnie, le capitaine Jacky Thomas, a été occupé par les Syriens l’année précédente et dépollué par les sapeurs du 17e RGP. A la mi-octobre, la situation se tend encore. A ce moment-là, Téhéran a déjà ordonné aux Gardiens de la Révolution présents au Liban d’attaquer les Français et les Américains à Beyrouth. Imad Moughniyah, chef de l’Organisation du Jihad islamique, est chargé de l’exécution de la mission. 

L’attaque de drakkar

Le 22 octobre au soir, le capitaine Thomas a mis en alerte ses sections. La nuit est pourtant calme jusqu’à 6h17 lorsque la sentinelle en observation sur le toit de Drakkar voit exploser le quartier-général des forces américaines. Sept minutes plus tard, un camion chargé d’explosifs (la charge de plusieurs missiles de croisière) force l’entrée du poste jusqu’à la rampe d’accès de l’immeuble. A 6h30, Drakkar n’existe plus. Les Américains ont perdu 241 hommes (plus que pendant la première ou la deuxième guerre contre l’Irak) et les Français 58 dont 55 du 1er RCP et 3 du 9e RCP. Quinze autres sont blessés. Seuls vingt-six hommes de la compagnie sont indemnes car occupant un poste à l’extérieur à ce moment-là ou, pour trois d’entre eux, en allant chercher des croissants. Américains et Français n’ont plus subi autant de pertes en une seule journée depuis les guerres du Vietnam et d’Algérie.

L’implication de la Syrie et de l’Iran parait évidente mais aucune preuve formelle ne sera avancée. La France, malgré la demande de plusieurs députés, ne constituera jamais de commission d’enquête laissant le champ libre à plusieurs théories alternatives dont celle de l’immeuble piégé par les Syriens avant de l’abandonner.

Pendant quatre jours et quatre nuits, les sauveteurs s’acharnent pour tenter d’extraire ce qui reste de vie de cet amas de pierres. Le président François Mitterrand se rend sur place le 24 octobre pour apporter son soutien au contingent français. Le trouble est immense. Le ministre de la défense déclare que la France n’a pas d’ennemi au Liban, ce qui fait dire au général Cann que ses hommes « ont été tués par personne ». Le 4 novembre, c’est au tour de l’armée israélienne de perdre 50 hommes dans une autre attaque suicide.

En représailles, « non pas pour se venger mais pour que cela ne se reproduise pas », le Président Mitterand fait déclencher l’opération Brochet le 17 novembre 1983. Huit Super-Etendard de la Marine nationale décollent du porte-avions Clemenceau et effectuent un raid sur la caserne Cheikh Abdallah, une position des Gardiens de la Révolution islamique et du Hezbollah dans la plaine de la Bekaa. Les avions français larguent 34 bombes de 250 kg et 400 kg sur une position opportunément évacuée quelques minutes plus tôt. La rumeur prétend que les occupants ont été avertis par une source française au Quai d’Orsay. Ce sera de toute façon la seule véritable réaction française. Ce sont les Américains et les Israéliens qui tueront, bien plus tard, Imad Moughniyah.

Le 20 décembre, la marine française évacue 4 000 combattants palestiniens de Tripoli. Le lendemain, une nouvelle attaque à la voiture piégée a lieu contre le PC du 3e RPIMa. La voiture est arrêtée par les merlons de terre mais les 1 200 kilos d’explosif tuent un parachutiste et treize civils. On compte également plus de 100 blessés dont 24 Français.

Une fin sans gloire

Dès lors, la priorité n’est plus à la protection des populations ou à la restauration de l’Etat libanais mais à l’autoprotection, ce qui finit de couper la force de la population. Du 15 décembre 1983 au 15 janvier 1984, les postes français sont regroupés sur deux pôles, au centre de Beyrouth et sur la ligne verte, tandis qu’une batterie de cinq canons automoteurs de 155 mm AMX-13 est amenée de France. En février 1984 à l’occasion de la relève de la 11e division parachutiste par les marsouins de la 9e Division d’infanterie de marine (DIMa), le bataillon emprunté à la FINUL lui est rendu et le contingent à Beyrouth passe de 2 000 à 1 200 hommes regroupés sur une dizaine d’emprises.

Le début du mois de février est l’occasion de nouveaux combats dans la capitale. L’armée libanaise se désagrège dans la montagne face aux Druzes de Walid Joumblatt et dans Beyrouth face aux chiites d’Amal. La force multinationale impuissante soutenant une armée fragile au service d’un Etat faible n’a plus de raison de perdurer sinon pour prendre des coups qu’elle ne pourra rendre malgré ses cuirassés, porte-avions et ses hélicoptères d’attaque. La France propose pourtant de remplacer la FMSB par une force des Nations-Unies, qui, d’évidence, aurait été encore plus impuissante. Les Alliés évacuent Beyrouth en ordre dispersé, Britanniques en tête le 8 février, suivis par les Italiens le 20 et les Américains le 26, arguant simplement d’un « bond de trois à quatre kilomètres à l’Ouest » sur les bâtiments de la Navy. Le 29 février, le veto soviétique met définitivement fin au projet français de force des Nations-Unies. Isolée, la France n’a plus d’autres choix que de se replier également car, selon les mots du Président de la République, « elles ont rempli leur mission ». Du 22 au 31 mars, les Français évacuent Beyrouth (opération Carrelet). La mission de la FMSB prend fin officiellement le 31 mars 1984 après dix-huit mois d’existence.

La fin peu glorieuse de la FMSB a un retentissement immense dans le monde arabe. Preuve était faite que l’action résolue de quelques hommes pouvait faire plier des Occidentaux corrompus et rétifs aux pertes humaines. Elle laisse un goût amer et une immense frustration chez tous les soldats français qui y ont participé. La FMSB s’est retrouvée au cœur d’un nœud d’affrontements locaux, régionaux et internationaux sans avoir la possibilité de combattre. Or, ne pas vouloir d’ennemi n’empêche pas d’en avoir. La leçon ne portera pas car les troupes seront engagées dix ans plus tard dans les mêmes conditions en ex-Yougoslavie et avec les mêmes résultats.

L’histoire oubliée d’Albert Roche, le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !

L’histoire oubliée d’Albert Roche, le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !

Albert Roche est un véritable héros, un soldat modèle et un exemple de dévouement à sa patrie : réformé puis finalement engagé volontaire, blessé à neuf reprises au combat, déployé lors de la bataille du Chemin des Dames, il va capturer près de 1200 soldats allemands pendant la guerre ! Surnommé « le premier soldat de France » par le maréchal Ferdinand Foch, chef des forces alliées à l’Ouest, Albert est le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !
Pourtant, il est aujourd’hui totalement oublié 

Albert naît le 5 mars 1895 à Réauville (Drôme) dans une famille de cultivateurs. À 19 ans, il se porte volontaire pour la guerre, à l’été 1914. De nature chétive (il ne mesure 1m58), il est immédiatement renvoyé de l’armée. Peu importe : Albert sera soldat, il se l’est juré ! Il se présente de lui-même au 30e bataillon de chasseurs à Grenoble, où il est finalement jugé apte au service.
Après un entraînement difficile et peu apprécié de ses supérieurs, Roche sait qu’il ne sera jamais envoyé au front. Il décide de déserter et se laisser attraper sciemment : les déserteurs sont invariablement envoyés au front comme punition ! Devant l’officier qui lui demande les raisons de sa désertion, il tient ce discours : « Les mauvais soldats, on les expédie là-haut [au front], et moi je veux aller où l’on se bat.»
Il est muté au 27e bataillon de chasseurs alpins, combattant dans les Vosges. Ils sont surnommés les « diables bleus » par les Allemands à cause de leur pugnacité au combat dans leurs uniformes bleu nuit. Et la légende de Roche va débuter presque immédiatement. Un soir d’été 1915, un capitaine se présente dans sa section et demande 15 volontaires pour aller réduire un nid de mitrailleuses ennemi. Albert Roche se lève et se porte volontaire en demandant d’y aller avec seulement deux camarades, ce que l’officier accepte.
Roche, armé d’un revolver et de quelques grenades, s’approche de la tranchée allemande sans faire le moindre bruit : il fait exploser un poêle avec l’une des grenades, tuant plusieurs soldats ennemis. Effrayés, les autres soldats jettent leurs armes à terre ! Roche descend dans la tranchée, fait aligner les huit soldats allemands et leur intime de prendre la direction de la ligne française … en récupérant les mitrailleuses au passage !
Ce type d’opérations, Roche va le répéter des dizaines de fois pendant la guerre ! Ses officiers prennent l’habitude de lui laisser toute latitude. Alors Roche disparait, seul ou avec quelques camarades. Et revient avec des prisonniers.
À CHACUNE DE SES SORTIES NOCTURNES !

Toutes ces actions lui valent bientôt les honneurs et le grade de soldat de 1ère classe le 15 octobre 1915. Fin 1915, il réalise un exploit qui le fait entrer dans l’Histoire, alors que l’artillerie allemande dévaste sa tranchée : il ramasse et installe les fusils de ses camarades morts, et les actionne tous, tour à tour, suffisamment rapidement pour que les Allemands, qui attaquaient, se replient, persuadés que les Français n’ont pas été tués par le feu roulant ! Roche vient de sauver des milliers de vies françaises en conservant la tranchée !!!
Mais la chance le quitte parfois : Roche est notamment capturé avec son lieutenant qui l’accompagne dans l’une de ses balades nocturnes ! Mais Roche n’est pas impressionné : il se saisit du pistolet de l’officier allemand qui l’interroge, l’abat à bout portant et charge son lieutenant sur ses épaules. Sortant de l’abri, il prend totalement à dépourvu les soldats allemands de la tranchée et les fait tous avancer. Roche retourne aux lignes françaises, l’officier sur l’épaule … et 42 Allemands prisonniers !
En 1917, durant la bataille du Chemin des Dames, Roche brille encore : alors qu’une attaque française est repoussée, le chasseur Roche se précipite dans le no man’s land. Il va ramper près de six heures pour atteindre son capitaine, blessé. Les deux hommes mettent quatre heures pour rentrer sous les tirs allemands. Mais Roche, lorsque l’officier est évacué sur des brancards, s’effondre de sommeil dans un trou d’obus. Une patrouille le découvre : il est considéré comme déserteur ! C’est le peloton qui l’attend !
Roche est envoyé en prison. Au petit matin, alors que les hommes du peloton d’exécution se préparent, une estafette arrive : le capitaine a repris ses esprits et le propose pour la médaille militaire ! Son témoignage disculpe ainsi Roche, qui est innocenté. Et le 3 septembre 1918, Albert Roche reçoit la Légion d’honneur pour héroïsme.

Le 27 novembre 1918, Strasbourg accueille le maréchal Foch, qui présente Albert Roche au balcon de l’hôtel de ville : « Alsaciens, je vous présente votre libérateur Albert Roche. C’est le premier soldat de France ! […] Il a fait tout cela, et il n’a pas le moindre galon de laine ! ». Roche est ensuite l’un des huit Braves qui portent le cercueil du Soldat Inconnu vers l’Arc de Triomphe en 1920 puis assiste aux obsèques de French, le commandant du corps expéditionnaire britannique durant la guerre … pour finir attablé avec le roi George V !
Libéré en 1925, Roche devient pompier à la poudrière de Sorgues, près d’Avignon. Mais le 13 avril 1939, alors qu’il descend de l’autobus, il est renversé par une voiture. Son état est si grave qu’il est transporté à l’hôpital où il décède le lendemain, à l’âge de 44 ans.
Roche recevra pendant la guerre les plus hautes distinctions : officier de la Légion d’honneur, médaille militaire, croix de guerre 1914-1918 avec palme de bronze, quatre citations à l’ordre de l’armée, insigne des blessés militaires pour ses neufs blessures, médaille commémorative de la Victoire, médaille interalliée, croix du combattant et croix du combattant volontaire 1914-1918. Ce qui fait de lui le soldat français le plus décoré de toute la guerre !

Aujourd’hui, seul un monument dans sa ville natale célèbre Albert Séverin Roche en tant que soldat, et sa tombe est toujours visible au cimetière Saint-Véran d’Avignon. Il a autrement presque disparu de nos mémoires.