Pour le caporal-chef Maxime Blasco

Pour le caporal-chef Maxime Blasco

 

Par Michel Goya Publié dans Le Figaro, 27 septembre 2021.

https://lavoiedelepee.blogspot.com/

Nous sommes dans la nuit du 14 juin 2019 au Mali. Ils sont trois dans l’hélicoptère Gazelle, Kevin et Adrien dans le cockpit et Maxime, le tireur d’élite, à l’arrière les pieds sur les patins. Tous les trois sont engagés dans un combat qui a déjà commencé depuis plusieurs heures contre une quarantaine de combattants djihadistes. Cela se passe mal. Dès son arrivée dans la zone, l’hélicoptère est accroché, percé et chute. Le crash est très rude et tous se retrouvent brisés à l’intérieur alors qu’un incendie menace de tout faire exploser. N’écoutant que son courage, qui lui disait beaucoup, Paco, le chef de bord de l’hélicoptère Tigre évoluant à proximité, décide de se poser à une cinquantaine de mètres de là pour tenter de récupérer ses camarades au milieu de la zone de combat. Voyant cela et les flammes qui montent, Maxime surmonte ses douleurs et va chercher ses deux camarades encastrés dans le cockpit. Ils sont incapables de marcher. Qu’à cela ne tienne, Maxime les traîne jusqu’au Tigre. Petit détail : l’hélicoptère Tigre n’a aucune capacité de transport. Les trois hommes s’accrochent donc comme ils peuvent au train d’atterrissage et tiennent à la force des bras pendant les cinq minutes de vol jusqu’à un lieu plus sûr. En tout, du crash au posé du Tigre, douze minutes de courage pur.

Vous en avez entendu parler ? Il est probable que non, même si un petit reportage a été fait et bien fait. Éternel problème : la France a des hommes et des femmes ordinaires qui font régulièrement des choses extraordinaires loin de chez eux, mais peu le savent. Et quand par chance, on les voit sur le petit écran, on ne cite que rarement leur nom complet.

Maxime est tombé le 24 septembre dernier. Pour l’honorer complètement, on peut donc enfin dire son nom complet : Maxime Blasco. Pas sorti d’une grande école, pas riche héritier, pas joueur au Paris–Saint-Germain, pas influenceur sur Instagram, Maxime n’avait pas de chance de faire la une, sauf peut-être en passant par le Meilleur Pâtissier, son premier métier. En fait, la pâtisserie ce n’était pas son truc, son truc, comme beaucoup d’hommes et de femmes qui s’engagent dans un régiment de combat c’était justement le combat. Il a voulu une vie forte en échange du risque qu’elle soit brève et comme il était des Alpes, il s’est engagé au 7e bataillon de chasseurs alpins où il a trouvé ce qu’il cherchait. Dès sa première opération, en Centrafrique, Maxime a participé au combat de Batangafo au nord du pays les 4 et 5 août 2014. Ce combat très violent a fait au moins 70 morts parmi ceux qui avaient attaqué les soldats français qui n’avaient alors eu que deux blessés, sans doute pas assez pour que cela intéresse plus les médias que les fausses accusations de pédophilie. Mais si on ne veut pas les voir et si l’armée ne sait pas les montrer, les bons combattants sont au moins reconnus en interne. Maxime Blasco, alors tireur d’élite, a reçu là la Croix de la Valeur militaire et sa première citation. Pour les non-initiés, c’est la version de temps de paix de la Croix de guerre, qui récompense de la même façon le courage au combat. Pour dévoiler la suite, Maxime Blasco en recevra quatre en sept ans.

Car bien entendu cela ne s’est pas arrêté là. Comme il était très bon, il a rapidement rejoint le Groupement de commandos montagne, ce qui se fait de mieux à la 27e brigade d’infanterie de montagne. À partir de là, il a rejoint tous les ans à partir de septembre 2016 et pour quatre mois à chaque fois, l’unité d’intervention aéromobile au camp de Gao au Mali. Il a donc enchaîné aussi les combats à terre ou depuis l’hélicoptère où il servait comme tireur d’élite, un rôle d’autant plus lourd que l’on voit qui on tue et qui est également essentiel dans des engagements où il faut à tout prix éviter de tuer des innocents. L’importance des tireurs d’élite est considérable dans notre armée, quasi stratégique quand on considère le poids d’une seule erreur. Clint Eastwood a fait un film sur l’un d’entre eux, mais Clint Eastwood est américain et Maxime Blasco était infiniment plus humble que Chris Kyle, mais tout aussi accroché à sa mission et à ses potes, refusant tout poste « tranquille » après ses blessures pour les rejoindre plus vite.

Plein de combats donc, dont un où il a stoppé un convoi ennemi à lui tout seul et cette fameuse nuit de juin 2019. Au bout du compte, Maxime Blasco est un des Français qui a fait le plus de mal à nos ennemis djihadistes. Le président de la République l’a même décoré de la Médaille militaire, il y a quelques mois seulement. Il faudra qu’on arrête un jour cette distinction aristocratique entre la Légion d’honneur pour les officiers et la Médaille militaire pour les autres, mais il faut que les Français se rendent compte que recevoir la Médaille militaire comme caporal-chef après neuf ans de service, c’est très exceptionnel. C’est recevoir une médaille d’or aux Jeux olympiques, mais discrètement.

Mais le combat est aussi forcément un risque. Pénétrer dans une zone de danger, c’est lancer un dé. Selon le résultat, on en sort le plus souvent indemne, on est parfois blessé dans son corps et son âme, on y perd aussi de temps en temps la vie. Le 24 septembre dernier, dans cette mission de reconnaissance près de la frontière burkinabé, le dé est mal tombé. L’ennemi n’était pas détruit après le passage des Tigre et il restait encore un homme pour tirer à bout portant sur Maxime, qui n’a sans doute et comme souvent, même pas vu qui lui tirait dessus. Comme les héros de l’Illiade, le puissant destin s’est emparé de ses yeux et son âme s’est envolée sans souffrir. Celle de son ennemi n’a pas tardé à le rejoindre.

Ce n’est pas parce que nos soldats tombent que nous perdons les guerres. Si nos soldats tombent, c’est parce que nous acceptons comme nation qu’ils prennent des risques, ce qui reste à ce jour le seul moyen de vaincre nos ennemis. Pour autant, ils sont peu nombreux ceux qui acceptent de pénétrer volontairement dans ces bulles de violence, quelques dizaines de milliers tout au plus. Ils constituent un trésor national qui mérite sans doute plus, plus de moyens, d’attention, de considérations. À tout le moins, le minimum est de ne pas attendre qu’ils soient tombés pour voir qu’ils sont grands.

Un caporal-chef du 7e BCA tué au combat au Mali

Un caporal-chef du 7e BCA tué au combat au Mali

FAE4v6EVQAExQxM.jpg

 

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 24 septembre 2021

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/09/24/un-caporal-chef-du-7e-bca-tue-au-combat-au-mali-22446.html


Le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e BCA, a été tué ce vendredi matin lors d’une opération de combat à 50km à l’est de Hombori et à 15km de la frontière avec le Burkina, dans la forêt de N’Daki.

Ce matin, selon l’EMA, un drone Reaper a localisé un GAT d’une dizaine d’hommes vers 8h50 (heure française). Des Tigre venant de Gao ont lancé une frappe et simultanément un groupe de commandos de montagne d’une trentaine d’hommes a été héliporté pour effectuer une reconnaissance de la zone.

Cette reconnaissance s’est déroulée vers 11h (heure française). Trente minutes après le posé du GCM, un tireur embusqué a ouvert le feu sur les soldats française et a touché le caporal-chef Blasco qui, touché à la tête, est décédé de ses blessures.

Son corps a été évacué vers Gao à 13h30 alors que des actions aériennes étaient en cours. Un drone Reaper a largué une bombe GBU12 et une patrouille de deux Mirage 2000 a procédé à deux frappes. L’EMA n’était pas en mesure hier soir de préciser le volume des pertes ennemies.

Le caporal-chef Blasco était âgé de 34 ans, titulaire de quatre citations. Il en était à son 4e déploiement sur Barkhane. Il s’était distingué en juin 2019 alors que la Gazelle dans laquelle il se trouvait, en tant que tireur d’élite, s’était écrasée. Il avait extrait le pilote et le copilote et avait réussi à les extraire via un hélicoptère Tigre.

Sa mort porte à 58 le nombre de soldats français mort au Sahel depuis 2013.

Sa biographie.
Né le 4 décembre 1986 à Grenoble, le caporal-chef Maxime BLASCO a accompli toute sa carrière au 7e bataillon de chasseurs alpins. Il s’y engage le 1er août 2012 et se distingue rapidement au cours de sa formation initiale, par son excellent état d’esprit et ses compétences.

Il devient tour à tour tireur de précision puis tireur d’élite du groupe commando montagne (GCM). Il est projeté en juin 2014 en République centrafricaine, au Tchad et au Sénégal dans le cadre des opérations SANGARIS et BARKHANE comme tireur de précision. Il se distingue à chaque reprise dans des actions de combat par sa précision et son sang-froid. Cela lui vaudra d’être décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze. De septembre 2016 à janvier 2017, il est projeté au Mali dans le cadre de l’opération BARKHANE en tant que tireur d’élite du GCM.

Il est ainsi engagé dans plusieurs missions d’infiltration en profondeur où, ses actions courageuses permettront l’arrestation ou la neutralisation de groupes armés terroristes (GAT). Son engagement lui vaudra l’attribution d’un témoignage de satisfaction. Il est à nouveau projeté sur l’opération BARKHANE de septembre 2017 à janvier 2018 où il s’illustrera à deux reprises. D’abord, en participant de nuit à l’assaut d’une maison abritant cinq djihadistes armés où, en tête du dispositif d’assaut, il se trouve face à quatre ennemis qu’il fait prisonniers. Il contribue plus tard à la saisie d’un dépôt important d’armes et d’explosifs où, après une infiltration en zone hostile, il participe à l’immobilisation des sentinelles ennemies. Il sera alors à nouveau décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze. Lors de sa projection sur BARKHANE de mai à septembre 2018, tireur embarqué sur hélicoptère Gazelle, il appuie avec efficacité les troupes au sol, et renseigne sur les positions amies et ennemies tout en appliquant des feux précis, empêchant à plusieurs reprises, la réorganisation d’un groupe armé terroriste dans une zone boisée très dense. Par ses tirs précis, il parvient également à neutraliser un convoi de véhicules. Il est décoré pour la troisième fois de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze.

Projeté sur BARKHANE pour la quatrième fois de suite en mai 2019, il connait une action de feu d’une rare intensité dans la nuit du 13 au 14 juin. Engagé en tant que tireur embarqué depuis un hélicoptère Gazelle suite à la détection d’un regroupement de terroristes dans une zone boisée, il applique des tirs de neutralisation sur un groupe d’une trentaine de terroristes embusqués. Touché par des tirs ennemis, l’hélicoptère est contraint de se poser en urgence et le CCH BLASCO est éjecté à l’impact. Malgré de graves blessures et la proximité immédiate des ennemis, il n’hésite pas à extraire le pilote ainsi que le chef de bord, blessés et encastrés dans l’aéronef en feu. Il les traine jusqu’à une zone dégagée sur près de cinquante mètres puis, toujours sous le feu ennemi, les arrime par une manœuvre de fortune sur un hélicoptère Tigre venu en renfort avant de s’accrocher par la seule force des bras au train d’atterrissage. Son action permettra le sauvetage et la survie de l’équipage de l’hélicoptère. Blessé au dos et souffrant de multiples fractures vertébrales, il est rapatrié en France le 18 juin 2019.

En récompense de ses services exceptionnels, il est décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de Vermeil puis de la Médaille Militaire des mains du Président de la République.
Le caporal-chef Maxime BLASCO était pacsé et père d’un enfant

L’histoire oubliée d’Albert Roche, le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !

L’histoire oubliée d’Albert Roche, le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !

Albert Roche est un véritable héros, un soldat modèle et un exemple de dévouement à sa patrie : réformé puis finalement engagé volontaire, blessé à neuf reprises au combat, déployé lors de la bataille du Chemin des Dames, il va capturer près de 1200 soldats allemands pendant la guerre ! Surnommé « le premier soldat de France » par le maréchal Ferdinand Foch, chef des forces alliées à l’Ouest, Albert est le soldat français le plus décoré de la Première Guerre mondiale !
Pourtant, il est aujourd’hui totalement oublié 

Albert naît le 5 mars 1895 à Réauville (Drôme) dans une famille de cultivateurs. À 19 ans, il se porte volontaire pour la guerre, à l’été 1914. De nature chétive (il ne mesure 1m58), il est immédiatement renvoyé de l’armée. Peu importe : Albert sera soldat, il se l’est juré ! Il se présente de lui-même au 30e bataillon de chasseurs à Grenoble, où il est finalement jugé apte au service.
Après un entraînement difficile et peu apprécié de ses supérieurs, Roche sait qu’il ne sera jamais envoyé au front. Il décide de déserter et se laisser attraper sciemment : les déserteurs sont invariablement envoyés au front comme punition ! Devant l’officier qui lui demande les raisons de sa désertion, il tient ce discours : « Les mauvais soldats, on les expédie là-haut [au front], et moi je veux aller où l’on se bat.»
Il est muté au 27e bataillon de chasseurs alpins, combattant dans les Vosges. Ils sont surnommés les « diables bleus » par les Allemands à cause de leur pugnacité au combat dans leurs uniformes bleu nuit. Et la légende de Roche va débuter presque immédiatement. Un soir d’été 1915, un capitaine se présente dans sa section et demande 15 volontaires pour aller réduire un nid de mitrailleuses ennemi. Albert Roche se lève et se porte volontaire en demandant d’y aller avec seulement deux camarades, ce que l’officier accepte.
Roche, armé d’un revolver et de quelques grenades, s’approche de la tranchée allemande sans faire le moindre bruit : il fait exploser un poêle avec l’une des grenades, tuant plusieurs soldats ennemis. Effrayés, les autres soldats jettent leurs armes à terre ! Roche descend dans la tranchée, fait aligner les huit soldats allemands et leur intime de prendre la direction de la ligne française … en récupérant les mitrailleuses au passage !
Ce type d’opérations, Roche va le répéter des dizaines de fois pendant la guerre ! Ses officiers prennent l’habitude de lui laisser toute latitude. Alors Roche disparait, seul ou avec quelques camarades. Et revient avec des prisonniers.
À CHACUNE DE SES SORTIES NOCTURNES !

Toutes ces actions lui valent bientôt les honneurs et le grade de soldat de 1ère classe le 15 octobre 1915. Fin 1915, il réalise un exploit qui le fait entrer dans l’Histoire, alors que l’artillerie allemande dévaste sa tranchée : il ramasse et installe les fusils de ses camarades morts, et les actionne tous, tour à tour, suffisamment rapidement pour que les Allemands, qui attaquaient, se replient, persuadés que les Français n’ont pas été tués par le feu roulant ! Roche vient de sauver des milliers de vies françaises en conservant la tranchée !!!
Mais la chance le quitte parfois : Roche est notamment capturé avec son lieutenant qui l’accompagne dans l’une de ses balades nocturnes ! Mais Roche n’est pas impressionné : il se saisit du pistolet de l’officier allemand qui l’interroge, l’abat à bout portant et charge son lieutenant sur ses épaules. Sortant de l’abri, il prend totalement à dépourvu les soldats allemands de la tranchée et les fait tous avancer. Roche retourne aux lignes françaises, l’officier sur l’épaule … et 42 Allemands prisonniers !
En 1917, durant la bataille du Chemin des Dames, Roche brille encore : alors qu’une attaque française est repoussée, le chasseur Roche se précipite dans le no man’s land. Il va ramper près de six heures pour atteindre son capitaine, blessé. Les deux hommes mettent quatre heures pour rentrer sous les tirs allemands. Mais Roche, lorsque l’officier est évacué sur des brancards, s’effondre de sommeil dans un trou d’obus. Une patrouille le découvre : il est considéré comme déserteur ! C’est le peloton qui l’attend !
Roche est envoyé en prison. Au petit matin, alors que les hommes du peloton d’exécution se préparent, une estafette arrive : le capitaine a repris ses esprits et le propose pour la médaille militaire ! Son témoignage disculpe ainsi Roche, qui est innocenté. Et le 3 septembre 1918, Albert Roche reçoit la Légion d’honneur pour héroïsme.

Le 27 novembre 1918, Strasbourg accueille le maréchal Foch, qui présente Albert Roche au balcon de l’hôtel de ville : « Alsaciens, je vous présente votre libérateur Albert Roche. C’est le premier soldat de France ! […] Il a fait tout cela, et il n’a pas le moindre galon de laine ! ». Roche est ensuite l’un des huit Braves qui portent le cercueil du Soldat Inconnu vers l’Arc de Triomphe en 1920 puis assiste aux obsèques de French, le commandant du corps expéditionnaire britannique durant la guerre … pour finir attablé avec le roi George V !
Libéré en 1925, Roche devient pompier à la poudrière de Sorgues, près d’Avignon. Mais le 13 avril 1939, alors qu’il descend de l’autobus, il est renversé par une voiture. Son état est si grave qu’il est transporté à l’hôpital où il décède le lendemain, à l’âge de 44 ans.
Roche recevra pendant la guerre les plus hautes distinctions : officier de la Légion d’honneur, médaille militaire, croix de guerre 1914-1918 avec palme de bronze, quatre citations à l’ordre de l’armée, insigne des blessés militaires pour ses neufs blessures, médaille commémorative de la Victoire, médaille interalliée, croix du combattant et croix du combattant volontaire 1914-1918. Ce qui fait de lui le soldat français le plus décoré de toute la guerre !

Aujourd’hui, seul un monument dans sa ville natale célèbre Albert Séverin Roche en tant que soldat, et sa tombe est toujours visible au cimetière Saint-Véran d’Avignon. Il a autrement presque disparu de nos mémoires.

Flics de l’Histoire : Sur les traces du Gallois de Fougières, le premier gendarme mort au combat… en 1415

Flics de l’Histoire : Sur les traces du Gallois de Fougières, le premier gendarme mort au combat… en 1415

Un stèle rendant hommage au Gallois de Fougières a été inaugurée le 20 avril 2016 — Association Genz d’armes 1415


AU NOM DE LA LOI (1/4) Ce prévôt des maréchaux, les ancêtres des gendarmes, a été tué lors de la bataille d’Azincourt. Sa tombe a été découverte cinq siècles plus tard

par Thibaut Chevillard – 20 minutes- publié le 3 août 2021

https://www.20minutes.fr/societe/3092731-20210803-flics-histoire-traces-gallois-fougieres-premier-gendarme-mort-combat-1415

 

  • Cet été, 20 Minutes raconte l’histoire des grandes figures de la police et de la gendarmerie.
  • Le premier volet de notre série est consacré à Gallois de Fougières, le premier gendarme tué au combat, en 1415, lors de la bataille d’Azincourt.
  • La tombe du prévôt des maréchaux a été retrouvée en 1936, par un officier de gendarmerie à la retraite passionné d’Histoire.

C’est un drôle de cadavre que cherchent les gendarmes. La victime, un homme d’une soixantaine d’années, a été tuée il y a plus de cinq siècles. Ce 12 septembre 1936, l’équipe du capitaine Georges Benoît-Guyod s’affaire à creuser le sol de l’abbatiale d’Auchy-lès-Hesdin, dans l’actuel département du Pas-de-Calais. Depuis deux ans, cet officier de gendarmerie à la retraite, passionné d’Histoire, recherche inlassablement la tombe du premier gendarme mort au combat, en 1415, lors de la bataille d’Azincourt : Gallois de Fougières.

Il a découvert les indices qui lui manquaient pour arriver à son but en déchiffrant des documents vieux de 521 ans, provenant de la bibliothèque des ducs de Brabant, à Bruxelles, rassemblés au XVIIe siècle par la famille Chifflet. Et rapidement, les fouilles entreprises par le comité d’exhumation permettent de découvrir, à 1m50 de profondeur, les corps de quatre chevaliers.

« Normalement, il ne devait pas combattre »

Le prévôt des maréchaux, Gallois de Fougières, repose aux côtés du petit Hollandes, un adolescent tué d’un coup de hache le 25 octobre 1415. Ce jour-là, dans une clairière détrempée par la pluie, entre les bois d’Azincourt et de Tramecourt, l’armée du roi anglais Henri V, pourtant inférieure en nombre, a mis en déroute la fine fleur de la chevalerie française. Sur le champ de bataille, gisent les corps d’un millier de Français, décimés par les flèches des archers britanniques ou massacrés après avoir été faits prisonniers.

La commission d'exhumation devant l'église-abbatiale d'Auchy-lès-Hesdin
La commission d’exhumation devant l’église-abbatiale d’Auchy-lès-Hesdin – Association Projet Gallois de Fougières

C’est une défaite cinglante que la perfide Albion a infligée au Royaume de France, avec lequel elle est en guerre depuis soixante-dix-huit ans. Le corps de Gallois de Fougières, qui a combattu en première ligne, est retrouvé à côté de ceux de ses compagnons d’armes : le connétable Charles d’Albret, Jacques de Châtillon, les ducs de Brabant, d’Alençon et de Bar.

« Normalement, il ne devait pas combattre », nous explique Christophe Gilliot, ancien directeur du centre Azincourt 1415 et directeur du pôle culture-patrimoine-tourisme de la communauté de communes des 7 vallées. En tant que prévôt des maréchaux, l’Auvergnat d’une soixantaine d’années, issu de la petite noblesse, a pour mission « d’empêcher les débordements, de s’assurer que les soldats soient bien payés et qu’ils ne s’en prennent pas à la population civile », précise ce passionné d’Histoire médiévale.

Progressivement, les compétences de la maréchaussée seront étendues à la quasi-totalité de la population et du territoire français. Mais ce n’est qu’en 1791 qu’elle prendra le nom de gendarmerie nationale. Gallois de Fougières en est donc probablement l’un de ses plus vieux ancêtres. « Il est l’incarnation de la bravoure et de la dévotion, estime Christophe Gilliot. Il symbolise le don de soi. Non seulement il protégeait les populations civiles, mais il a donné sa vie pour son roi, pour son royaume ».

Environ 1.000 combattants français tués

C’est par l’intermédiaire du duc de Bourgogne, Jean sans peur, dont il est proche, que Gallois de Fougières a rencontré le maréchal de France, Jehan le Meingre, dit Boucicaut. Ce dernier est chargé de représenter le roi sur les champs de bataille. « Il est le pendant du connétable qui, lui, est chargé du recrutement des armées. Il a le droit d’avoir un ou plusieurs prévôts qui sont ses représentants », explique le médiéviste. Après avoir combattu à ses côtés en Italie, Gallois de Fougières suivra une nouvelle fois Boucicaut en août 1415, lorsque les troupes d’Henry V, qui ​​revendique le titre de roi de France, débarquent en Normandie. Frappés par la dysenterie, les Anglais décident de rejoindre Calais, qui leur appartient. Mais l’armée française, forte de 12.000 à 15.000 hommes, entend lui barrer la route près du village d’Azincourt.

Elle sera, on l’a dit, taillée en pièces. Si le nombre de morts français a été très largement exagéré par William Shakespeare, il n’en demeure pas moins qu’environ 1.000 combattants français ont été tués, contre 400 côté anglais, selon les dernières estimations des historiens. La noblesse française est meurtrie. Les corps de Gallois de Fougières et de 12 autres chevaliers sont amenés à Auchy-lès-Hesdin pour être inhumés dans l’église abbatiale. Ils y resteront plus de cinq siècles.

Caché sous un escalier

En 1936, afin de rendre hommage à celui qu’elle considère comme le premier gendarme tué au combat, la gendarmerie décide d’exhumer son corps et de le transférer sous l’hypogée à la gloire de l’institution, à Versailles, dans les Yvelines. Mais rien ne se passe comme prévu. La construction de ce monument est d’abord retardée en raison de sombres problèmes administratifs. Puis vient la Seconde Guerre mondiale. Les ossements du chevalier, placés dans une boîte en bois, « passent la guerre cachée sous un escalier, dans le village d’Auchy, chez un menuisier », raconte Christophe Gilliot.

Gallois de Fougières repose désormais sous le monument national de la gendarmerie à Versailles
Gallois de Fougières repose désormais sous le monument national de la gendarmerie à Versailles – Anne-Sophie Chevillard

Le transfert est finalement réalisé en grande pompe le 22 septembre 1945. Depuis, Gallois de Fougières a donné son nom, en 2002, à une promotion de l’École des officiers de la gendarmerie nationale, ainsi qu’à une caserne dans le Pas-de-Calais. En 2016, deux jeunes gendarmes ont décidé de lui rendre hommage à travers leur association, « Projet Gallois de Fougières ». L’un d’eux a même incarné le prévôt lors de la reconstitution de la bataille d’Azincourt, organisée 600 ans après la défaite. L’une des dernières de la guerre de 100 ans.

Un chien du commando Kieffer décoré à titre posthume de la plus haute distinction britannique pour les animaux

Un chien du commando Kieffer décoré à titre posthume de la plus haute distinction britannique pour les animaux