Pour l’US Marine Corps, les pertes russes en Ukraine justifient l’abandon de ses chars M1A2 Abrams

Pour l’US Marine Corps, les pertes russes en Ukraine justifient l’abandon de ses chars M1A2 Abrams

 

 

par Laurent Lagneau – Zone militaire – publié le 10 mai 2022

http://www.opex360.com/2022/05/10/pour-lus-marine-corps-les-pertes-russes-en-ukraine-justifient-labandon-de-ses-chars-m1a2-abrams/


Dévoilé en mars 2020 et faisant régulièrement l’objet de mises à jour, le plan « Force Design 2030 » vise à restructurer d’une manière radicale l’US Marine Corps, afin de permettre à celui-ci de disposer d’unités plus légères et réactives. L’objectif est de « se concentrer sur la guerre maritime, en refusant l’utilisation des mers aux adversaires et en garantissant la liberté d’action des forces américaines », en particulier en Indo-Pacifique. En clair, il s’agit avant tout de contrer les visées chinoises dans la région.

Aussi, ce plan prévoit une réduction des effectifs de l’USMC [ainsi que, paradoxalement, leur fidélisation, l’idée étant de disposer de combattants expérimentés] et la suppression de capacités « traditionnelles » jugées « trop lourdes », tout en misant sur de nouvelles capacités reposant sur des technologies émergentes.

L’une des mesures emblématiques de ce plan est la dissolution des unités mettant en oeuvre des chars lourds M1A2 Abrams, ceux-ci étant jugés inadaptés pour reprendre de vive force des îles tombées aux mains de l’Armée populaire de libération [APL] chinoise. Un tournant pour l’USMC qui se dota pour la première fois de chars en 1923 [des Renault FT en l’occurrence, ndlr].

Cependant, cette restructuration n’est pas du goût de tout le monde. Et trois anciens officiers de premier plan de l’USMC, dont le général Charles Krulak [qui en fut le commandant entre 1995 et 1999], le général John Sheehan [ex-Commandant suprême allié de l’Atlantique ou SACLANT] et le général Anthony Zinni [ex-chef de l’US CENTCOM], en ont dit tout le mal qu’ils en pensaient dans une tribune publiée par le Washington Post en avril dernier.

« Le plan reflète certaines notions erronées sur l’avenir de la guerre. En termes simples, c’est de la folie de miser sur la technologie qui nous permettrait de mener des batailles à distance. La guerre est inévitablement une sale affaire, et la guerre en Ukraine est un exemple de ce que nous pourrions rencontrer à l’avenir. La technologie n’a pas éliminé le besoin en capacités d’artillerie et de blindés », ont-ils ainsi fait valoir.

Et d’insister : « La guerre est aussi souvent inattendue : Force Design 2030 prépare les Marines à un ensemble restreint de conflits possibles – mais le monde pourrait tout aussi bien nous lancer une balle courbe [une référence à un type de lancer au base ball, ndlr]. Les menaces à la sécurité mondiale sont à la fois variées et étendues, et elles ne se limitent pas à la Chine et à la Russie. La Corée du Nord, l’Iran et des acteurs non étatiques du monde entier ont le potentiel de transformer les tensions et les désaccords en conflits. »

En outre, ces trois généraux ont aussi mis en doute l’affirmation selon laquelle les unités légères de Marines décrites dans le plan puissent rester discrètes alors qu’elles auront à se déplacer, à se réapprovisionner et à communiquer avec le commandement. Cela « ne tient pas compte tenue de la technologie dont dispose la Chine. Dès que les hostilités commenceront, il va de soi que l’ennemi les visera avec une force écrasante », ont-ils estimé.

Enfin, « placer de petits groupes de Marines sur des îles pour attendre que les navires ennemis passent à leur portée n’est pas une innovation. Réduire les capacités de combat importantes qui peuvent être nécessaires dans tous les théâtres pour développer des capacités douteuses sur un théâtre n’est pas une innovation », ont conclu ces trois anciens généraux de l’USMC.

Pour autant, ceux qui ont concocté ce plan de transformation voient dans la guerre ukraine la confirmation de leurs intuitions. Tel est le cas du général Karsten Heckl, le commandant adjoint de l’USMC, qui s’en est récemment expliqué lors d’une intervention devant le le Center for International and Strategic Studies et l’US Naval Institute.

S’agissant des chars Abrams, « je n’en vois tout simplement pas le besoin » [en Indo-Pacifique], a affirmé le général Heckl. « Et quand vous considérez l’environnement opérationnel dans cette région, où voyez-vous que les chars peuvent être utiles? Taïwan? Ok. Où d’autres? », a-t-il ensuite demandé.

« Les chars sont, comme on l’a vu avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ont d’énormes besoins en carburant. Nous avons appris, il y a longtemps, en Irak et en Afghanistan, que les camions-citernes sont des cibles. Nous devons trouver les moyens de réduire notre dépendance car c’est maintenant une faiblesse. C’est devenu une vulnérabilité importante », a justifié le général Heckl, en faisant allusion aux problèmes rencontrés par les blindés russes face aux forces ukrainiennes.

En effet, des centaines de chars russes, principalement des T-72, ont été détruits ou capturés quand d’autres ont été abandonnés sur le terrain, faute d’essence [et une chaîne logistique défectueuse]. Cela étant, et au-delà de l’efficacité des missiles anti-chars fournis aux Ukrainiens, le T-72 a un point faible : les obus qu’il transporte sont stockés « en collier », au niveau de sa tourelle, là même où la protection est minimale…

Cependant, l’USMC aura toujours besoin de blindés… Et même s’il pourra éventuellement compter sur les Abrams de US Army dans le cadre d’une manœuvre interarmées, il mise sur le véhicule blindé amphibie ACV-30, lequel doit remplacer les AAV, dont l’emploi a été restreint après un accident qui a coûté la vie à huit des siens ainsi qu’à un membre de l’US Navy, en juillet 2020.

Quoi qu’il en soit, le char de combat a régulièrement été remis en cause depuis son apparition sur le champ de bataille, durant la Première Guerre Mondiale…. Mais ses détracteurs n’ont jamais eu gain de cause jusqu’ici. Cependant, les pertes subies par les forces russes en Ukraine ont rouvert le débat, alors qu’il faudrait sans doute considérer les déficiences de ces dernières… Ainsi que celles des engins qu’elles utilisent… D’ailleurs, les Philippines viennent à nouveau de se doter d’un bataillon de chars – légers – de type Sabrah, conçu par Elbit Systems.

33 sites pour stocker le matériel de guerre prépositionné par le Pentagone

33 sites pour stocker le matériel de guerre prépositionné par le Pentagone

650 JLTV.jpg

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 29 novembre 2021

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


L’annonce britannique de l’envoi des matériels d’une brigade blindés en Allemagne m’incite à refaire le point sur les fameux “pre-positioned war reserve materiel” (PWRM) américains. On lira ici un document doctrinal US sur ces stocks.

Ces stocks prépositionnés d’armement, munitions, carburant, véhicules (comme ces 650 JLTV en Allemagne, photo ci-dessus) et pièces de rechange constituent un des trois vecteurs de renforcement US avec les vecteurs aériens et maritimes qui permettent d’acheminer hommes et équipements sur des théâtres d’opération et d’y renforcer les moyens déjà déployés. 

Actuellement, il existe 33 sites de PWRM comme le montre cette carte du CRS:

pwrm carte.jpg

L’USMC en dispose de trois dont un en Norvège et deux embarqués dans les navires des maritime prepositioning ship squadrons (un MPSRON dans l’océan Indien, l’autre dans le Pacifique).

L’US Army dispose de 7 Army Pre-Positioned Stocks (APS):
– le 1 aux USA
– le 2 en Europe de l’Ouest (pour l’année fiscale 2022, l’US Army va consacrer 1,2 milliard de $ à cet APS)
– le 3 embarqué, dans l’océan Indien
– le 4, au Japon et en Corée
– le 5, au Koweït et au Qatar
– le 6 dans les Caraïbes
– le 7 en Italie, au profit de l’US Army Africa.

L’USAF (les points bleus sur la carte) a aménagé 23 sites de prépositionnement. Pas d’aéronefs dans ces sites, mais du matériel roulant, de levage, de ravitaillement, du carburant etc. Pour les sites de l’USAF, lire le récent rapport de la Rand Corporation. Il s’intitule: “Analysis of Global Management of Air Force War Reserve Materiel to Support Operations in Contested and Degraded Environments”.

Un rapport du GAO de mars 2021: “DOD Needs a Complete Picture of the Military Services’ Prepositioning Programs“, détaille les stocks du DoD, tout en avertissant que leur gestion n’est pas toujours satisfaisante (une critique émise à plusieurs reprises et déjà dans un rapport de ce même GAO en 2005), que la disponibilité de certains équipements n’est pas bonne et que le stockage est parfois insuffisant ou inadapté…

Externalisation
Dernier point à rappeler: la gestion et l’entretien de ces réserves sont externalisés. 

Ainsi, l’APS-2 (Allemagne) et l’APS-5 (Koweït et Qatar) sont en partie gérés par l’entreprise britannique M&E Global. L’APS-2 est également soutenu par des personnels d’Amentum (photo ci-dessous) et d’URS Federal Services Inc.

1000w_q95 (1).jpg

KBR se charge de l’APS-3 et de certaines opérations à l’APS-4.

Catastrophes et guerres: l’Amérique s’entraîne au Muscatatuck Urban Training Center

Catastrophes et guerres: l’Amérique s’entraîne au Muscatatuck Urban Training Center

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 24 juin 2019

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Prenez 400 ha et bâtissez-y un centre de préparation aux interventions de crise et au combat urbain, voire au cybercombat, et plongez-y vos primo-intervenants civils,  secouristes, pompiers,  sapeurs (comme sur la photo ci-dessus prise lors de Guardian Response 19), marines, fantassins, spécialistes NBC et transmetteurs… Bienvenu au Muscatatuck Urban Training Center, l’une des composantes du complexe de formation et d’entraînement d’Atterbury-Muscatatuck, un complexe de 14 000 ha situé dans l’Indiana.

Le Muscatatuck Urban Training Complex (ou MUTC, voir son Facebook ici) est dédié aux opérations urbaines de secours et de combat. Ainsi, du 1er au 7 juin, 1 500 pompiers s’y sont formés dans le cadre d’un  tremblement de terre fictif (lire ici). Simultanément, s’y formaient des secouristes US, sud-africains et israéliens.

Ses 1 000 acres (400 ha) abrite 200 bâtiments en dur pour l’entraînement au combat urbain, un espace aérien dédié fréquenté par des hélicoptères et des drones, 2,5 km de tunnels (photo ci-dessous), un centre de gestion des opérations conjointes(le Combined Arms Collective Training Facility ou CACTF) et un environnement cyber (le CyberTropolis) pour des actions offensives et défensives… 

tunnel2.jpg

C’est là que se sont entraînés, il y a quelques mois, les soldats de la compagnie Echo, du 2 bataillon du 6e régiment de Marines (photo tout en haut) et ceux de la 3e brigade de la 101e division aéroportée. Et c’est là qu’en août prochain, vont se déployer ceux de la compagnie Kilo du 3e bataillon du 8e régiment des Marines. Des Marines qui seront déployés avec leurs camarades britanniques pour s’entraîner au combat urbain rapproché et à manoeuvrer dans un environnement où drones et robots seront présents.

4961239.jpg

Ils s’entraîneront sous la supervision du Marine Corps Warfighting Laboratory, basé à Quantico, en Virginie. Ce “Lab” a lancé un vaste programme baptisé “Projet Metropolis 2.0” pour mieux former les combattants au combat urbain et robotisé, comme le demandait un document de 2016, le Marine Corps’ Operating Concept.

Des “marines” américains s’entraînent à Saint-Astier avec les “moblos”

Des “marines” américains s’entraînent à Saint-Astier avec les “moblos”

 

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – Publié le 26 janvier 2019

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

Des US Marines du “Special Purpose Marine Air-Ground Task Force-Crisis Response-Africa” ont passé quelques jours au Centre national d’entraînement de la gendarmerie à Saint-Astier. Ils se sont entraînés avec des gendarmes mobiles dans le cadre d’un scénario incluant une émeute et la protection d’une emprise diplomatique US.

Ce type de formation n’est pas nouveau. Depuis déjà plusieurs années, des unités de l’USMC travaillent avec les gendarmes mobiles français sur les questions de contrôle des foules.

 

1000w_q95.jpg

La SPMAGTF-CR-AF est une force de réaction rapide de l’USMC (US Marine Corps photo, 2nd Lt. Taylor Cox). Ces photos ont été prises le 18 janvier.

1000w_q95.jpg

Lourd, lourd: comment réduire la charge du combattant?

Lourd, lourd: comment réduire la charge du combattant?

Par Philippe Chapleau – Lignes de défense – 28 septembre 2018

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/

L’USMC vient de commander 225 886 porte-plaques pour une valeur de 62,6 millions de dollars. La commande a été passée à une société inconnue du New Jersey: Vertical Protective Apparel LLC qui va fournir des porte-plaques de génération III.

Voici l’avis d’attribution:
Vertical Protective Apparel LLC,* Shrewsbury, New Jersey, is awarded a ceiling $62,612,464 five-year, firm-fixed-price, indefinite-delivery/indefinite-quantity contract for the purchase of up to a maximum 225,886 Plate Carrier Generation IIIs and data reports. Work will be performed in Shrewsbury, New Jersey, and is expected to be complete by September 2023. Fiscal 2018 operations and maintenance (Marine Corps) funds in the amount of $2,952,438 will be obligated on the first delivery order immediately following contract award and funds will expire the end of the current fiscal year. This contract was competitively procured via the Federal Business Opportunities website, with four offers received. The Marine Corps Systems Command, Quantico, Virginia, is the contracting activity (M67854-18-D-1309).”

Elles pèsent 25% de moins que les actuels porte-plaques en dotation au sein de l’USMC. 8 tailles seront disponibles à partir de juin 2019.

Cette commande intervient alors que le Pentagone se repenche sur la question du poids des équipements de ses soldats. On a vu ses efforts pour faire mettre au point des robots de transport, des “mules” capables de décharger le combattant de charges individuelles ou collectives.

Pour sa part, CNAS vient de publier une étude intitulée “The Soldier’s Heavy Load”; elle s’inscrit dans la série “Super Soldiers”  commandée par l’Army Research Laboratory à ce Think Tank proche du parti républicain.

CNAS a publié des chiffres éloquens, comme par exemple le poids des équipements susceptibles d’être portés:

poids équipte.jpg

CNAS a aussi évalué le poids par fonction et démontré que la barre des 50 livres est en moyenne toujours dépassée:

charge combattant.jpg

Même si certains chiffres du rapport de CNAS sont dépassés (le poids des casques par exemple), les données illustrent bien, et une fois encore, le problème de la surcharge qui ralentit les soldats, limite leurs performances et provoque de nombreuses blessures parmi les soldats en opération.

Ce rapport est à consulter ici.