Un caporal-chef du 7e BCA tué au combat au Mali

Un caporal-chef du 7e BCA tué au combat au Mali

FAE4v6EVQAExQxM.jpg

 

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 24 septembre 2021

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/09/24/un-caporal-chef-du-7e-bca-tue-au-combat-au-mali-22446.html


Le caporal-chef Maxime Blasco, du 7e BCA, a été tué ce vendredi matin lors d’une opération de combat à 50km à l’est de Hombori et à 15km de la frontière avec le Burkina, dans la forêt de N’Daki.

Ce matin, selon l’EMA, un drone Reaper a localisé un GAT d’une dizaine d’hommes vers 8h50 (heure française). Des Tigre venant de Gao ont lancé une frappe et simultanément un groupe de commandos de montagne d’une trentaine d’hommes a été héliporté pour effectuer une reconnaissance de la zone.

Cette reconnaissance s’est déroulée vers 11h (heure française). Trente minutes après le posé du GCM, un tireur embusqué a ouvert le feu sur les soldats française et a touché le caporal-chef Blasco qui, touché à la tête, est décédé de ses blessures.

Son corps a été évacué vers Gao à 13h30 alors que des actions aériennes étaient en cours. Un drone Reaper a largué une bombe GBU12 et une patrouille de deux Mirage 2000 a procédé à deux frappes. L’EMA n’était pas en mesure hier soir de préciser le volume des pertes ennemies.

Le caporal-chef Blasco était âgé de 34 ans, titulaire de quatre citations. Il en était à son 4e déploiement sur Barkhane. Il s’était distingué en juin 2019 alors que la Gazelle dans laquelle il se trouvait, en tant que tireur d’élite, s’était écrasée. Il avait extrait le pilote et le copilote et avait réussi à les extraire via un hélicoptère Tigre.

Sa mort porte à 58 le nombre de soldats français mort au Sahel depuis 2013.

Sa biographie.
Né le 4 décembre 1986 à Grenoble, le caporal-chef Maxime BLASCO a accompli toute sa carrière au 7e bataillon de chasseurs alpins. Il s’y engage le 1er août 2012 et se distingue rapidement au cours de sa formation initiale, par son excellent état d’esprit et ses compétences.

Il devient tour à tour tireur de précision puis tireur d’élite du groupe commando montagne (GCM). Il est projeté en juin 2014 en République centrafricaine, au Tchad et au Sénégal dans le cadre des opérations SANGARIS et BARKHANE comme tireur de précision. Il se distingue à chaque reprise dans des actions de combat par sa précision et son sang-froid. Cela lui vaudra d’être décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze. De septembre 2016 à janvier 2017, il est projeté au Mali dans le cadre de l’opération BARKHANE en tant que tireur d’élite du GCM.

Il est ainsi engagé dans plusieurs missions d’infiltration en profondeur où, ses actions courageuses permettront l’arrestation ou la neutralisation de groupes armés terroristes (GAT). Son engagement lui vaudra l’attribution d’un témoignage de satisfaction. Il est à nouveau projeté sur l’opération BARKHANE de septembre 2017 à janvier 2018 où il s’illustrera à deux reprises. D’abord, en participant de nuit à l’assaut d’une maison abritant cinq djihadistes armés où, en tête du dispositif d’assaut, il se trouve face à quatre ennemis qu’il fait prisonniers. Il contribue plus tard à la saisie d’un dépôt important d’armes et d’explosifs où, après une infiltration en zone hostile, il participe à l’immobilisation des sentinelles ennemies. Il sera alors à nouveau décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze. Lors de sa projection sur BARKHANE de mai à septembre 2018, tireur embarqué sur hélicoptère Gazelle, il appuie avec efficacité les troupes au sol, et renseigne sur les positions amies et ennemies tout en appliquant des feux précis, empêchant à plusieurs reprises, la réorganisation d’un groupe armé terroriste dans une zone boisée très dense. Par ses tirs précis, il parvient également à neutraliser un convoi de véhicules. Il est décoré pour la troisième fois de la croix de la Valeur militaire avec étoile de bronze.

Projeté sur BARKHANE pour la quatrième fois de suite en mai 2019, il connait une action de feu d’une rare intensité dans la nuit du 13 au 14 juin. Engagé en tant que tireur embarqué depuis un hélicoptère Gazelle suite à la détection d’un regroupement de terroristes dans une zone boisée, il applique des tirs de neutralisation sur un groupe d’une trentaine de terroristes embusqués. Touché par des tirs ennemis, l’hélicoptère est contraint de se poser en urgence et le CCH BLASCO est éjecté à l’impact. Malgré de graves blessures et la proximité immédiate des ennemis, il n’hésite pas à extraire le pilote ainsi que le chef de bord, blessés et encastrés dans l’aéronef en feu. Il les traine jusqu’à une zone dégagée sur près de cinquante mètres puis, toujours sous le feu ennemi, les arrime par une manœuvre de fortune sur un hélicoptère Tigre venu en renfort avant de s’accrocher par la seule force des bras au train d’atterrissage. Son action permettra le sauvetage et la survie de l’équipage de l’hélicoptère. Blessé au dos et souffrant de multiples fractures vertébrales, il est rapatrié en France le 18 juin 2019.

En récompense de ses services exceptionnels, il est décoré de la croix de la Valeur militaire avec étoile de Vermeil puis de la Médaille Militaire des mains du Président de la République.
Le caporal-chef Maxime BLASCO était pacsé et père d’un enfant

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.