Vidéo. « Parade », le nouveau dispositif de l’armée française pour contrer la menace des mini-drones

Vidéo. « Parade », le nouveau dispositif de l’armée française pour contrer la menace des mini-drones

À quelques mois de la Coupe du monde de rugby et des JO en France, le système de lutte anti-drones « Parade » cible les engins de petite taille.

 

5 décembre 2022

https://www.leparisien.fr/video/video-parade-le-nouveau-dispositif-de-larmee-francais-pour-contrer-la-menace-des-mini-drones-05-12-2022-HD6IVLXWUNHYBMUVJNEQXWXU74.php


Coupe du monde de rugby 2023, JO de Paris 2 024… A quelques mois de ces événements sportifs majeurs qui se dérouleront en France, le ministère des Armées va voir son dispositif anti-drones s’étoffer. Thales et CS Group ont présenté, mi-octobre à Brétigny-sur-Orge (Essonne), lors d’une démonstration et d’un exercice simulé, leur système baptisé « Parade ». Ce dernier vise à neutraliser les micros et mini-drones dont le poids varie de quelques centaines de grammes à 25 kg, comme ceux que l’on peut trouver dans le commerce.

« Le danger a différents niveaux », explique Thierry Bon, directeur des solutions anti-drones chez Thales. « Cela peut être un pilote de loisirs qui a son drone et qui, sans le faire exprès, va pénétrer dans une zone qui est interdite ; il peut y avoir aussi des drones qui veulent faire de la reconnaissance, du renseignement, avec des caméras, sur des sites qui ne sont pas autorisés ; et puis il y a le drone qui pourrait avoir certains types de charges et qui serait donc beaucoup plus dangereux… »



Ces petits drones, transformés ou non, sont de plus en plus utilisés, comme lors de la guerre en Ukraine par exemple, pour faire de la reconnaissance ou même larguer des projectiles. « On se rend compte que, plus on descend dans le poids des drones et surtout leur grosseur, plus c’est plus compliqué de pouvoir les détecter, les identifier et les neutraliser, poursuit Thierry Bon. Donc il y avait besoin, à ce niveau-là, de compléter la sécurisation de cette couche de l’espace aérien et contre ce type de drones. »

Le système Parade se définit comme « multicouches » : il fusionne les données fournies par un radar, un goniomètre (qui détecte les fréquences), une caméra électro optique et infra-rouge, et les présente, via une interface unique, à un opérateur. En cas de menace, cet opérateur peut alors activer un brouilleur, qui coupe le lien entre le drone et la télécommande du pilote. Dans ce cas, le drone change de direction ou se pose.

« C’est un contrat sur onze ans, qui prévoit des évolutions », précise Thierry Bon. « Il y a une anticipation qui est déjà faite pour pouvoir adapter ce système en fonction des nouvelles menaces (…) Ce n’est pas infaillible mais on fait tout pour préparer l’avenir ». « Parade » est par ailleurs conçu pour éventuellement intégrer d’autres méthodes d’interception.

Un laser, le Helma-P de la société Cilas, capable de griller en moins de dix secondes un drone à 1 000 m, doit être disponible en 2024 ; Thales travaille sur un « effecteur électromagnétique », sorte de grosse boule qui émet une onde puissante à plusieurs centaines de mètres contre un drone, le rendant inopérant en une seconde. D’autres ajouts potentiels pourraient être des drones intercepteurs qui jetteraient un filet sur le drone hostile ou des drones brouilleurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.