Après plus de trois mois en mer, les équipages du Bâtiment de projection et de la frégate de défense aérienne ont retrouvé leur port de base.

Après plus de trois mois en mer, les équipages du Bâtiment de projection et de la frégate de défense aérienne ont retrouvé leur port de base

La rédaction – Var matin- Publié le 03/03/2018

varmatin.com/vie-locale/apres-plus-de-trois-mois-en-mer-les-equipages-du-tonnerre-et-du-chevalier-paul-sont-de-retour-a-toulon-212427

Pressés de fouler le sol toulonnais après plus de trois mois en mer, les équipages du Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre et de la frégate de défense aérienne Chevalier Paul ont dû pester hier matin en découvrant la météo.

Sous un ciel plus gris encore que la coque de leurs navires, le vent, établi à plus de 50 nœuds devant le Mourillon, a ralenti leur progression vers la base navale.

Bloqués par les rafales à l’entrée de la rade, les bâtiments ont attendu une fenêtre favorable pour glisser en toute sécurité vers les quais. L’ultime souvenir que les quelque 700 marins à avoir participé à la mission baptisée “Bois Belleau 100” garderont de l’opération.

Depuis le 21 novembre, date à laquelle ils avaient quitté la rade, ils ont sillonné la Méditerranée orientale, la mer Rouge, l’océan Indien et le golfe arabo-persique. Ils ont aussi et surtout, resserré les liens avec leurs homologues américains.

Une mission pilotée par l’Otan

Pilotée en partie par l’Otan, la mission “Bois Belleau 100“, en référence à la bataille de la Première Guerre mondiale, visait entre autres à “entretenir un haut niveau d’interopérabilité avec les États-Unis“, explique la Force d’action navale.

Près de 150 militaires américains ont embarqué à bord du BPC Tonnerre au cours du déploiement, dans l’état-major, l’équipe médicale ou les troupes embarquées. Plusieurs exercices amphibies ont été conduits, pendant lesquels les forces et les états-majors ont opéré de manière intégrée, poursuit la FAN, en précisant qu’”en Jordanie, les hélicoptères du 1er RHC mis en œuvre depuis le BPC ont conduit un raid à terre, guidés depuis le sol.”

Au cours de leur mission, les marins ont aussi mis le cap sur Djibouti où le groupe amphibie a conduit pendant dix jours un exercice franco-américain. E

Enfin, un marin américain de l’USS Puller est entré dans l’histoire du BPC pour être le premier à y avoir subi une opération chirurgicale réalisée par l’équipe médicale, composée de médecins et infirmiers français et américains.

D’autres exercices ont été organisés avec les marines indienne et australienne.