Armées / Innovation – Faciliter les hommes innovants (5/5)

Armées / Innovation – Faciliter les hommes innovants (5/5)

21 février 2018

http://mars-attaque.blogspot.com/

Suite et fin d’une série en 5 volets sur l’innovation dans les armées, après les propos introductifs, la nécessité d’une politique ambitieuse d’expérimentations, les évolutions possibles de la définition du besoin à la production, et la nécessaire mise en œuvre de processus innovants. Une fin peut-être que temporaire… 

Comme il a été tenté de l’illustrer dans les volets précédents, il ne s’agit pas de jeter le bébé innovant avec l’eau du bain, ou de prétendre orgueilleusement qu’absolument tout est à changer et rien n’est fait. Les armées peuvent s’appuyer sur d’actuelles richesses, notamment humaines, qu’il s’agit de mieux exploiter. L’essentiel est de tout faire pour faciliter cette exploitation possible, en poursuivant l’émergence institutionnelle de conditions rendant possibles cette innovation, plus qu’en la décrétant (par décret ou non). Ainsi, pas d’approche binaire entre du tout blanc ou du tout noir, mais bien souvent de nouveaux équilibres à trouver, pour miser sur l’élément central relevé dans les propos introductifs : le volet humain, réfléchissant et agissant, au cœur de cette activité guerrière, encore pour un temps, fondamentalement humaine. 

Entre concentration et saine dispersion des efforts 

Ainsi, les efforts développés précédemment sont parfois déjà pensés, expérimentés, engagés, combinés avec d’autres, etc. par un ensemble d’acteurs extrêmement disparates (sans connotation négative de fait), engagés dans cette promotion de l’innovation : unités, états-majors, organismes divers, laboratoires, centres de recherches, incubateurs, initiatives transverses d’expérimentations, laboratoires tactiques, entreprises de tailles diverses, structures de financement, structures ad hoc, etc. Avec des inconvénients et des avantages, entre une extrême diversité devant faciliter le fait que le plus grand nombre de projets et d’idées trouvent son ou ses porteur(s)s, parfois un manque de lisibilité du fait de la diversité potentiellement rebutante (en plus d’un manque d’informations sur certains acteurs), une dispersion des efforts empêchant parfois d’atteindre un effet de levier assez fort, etc. Entre innovation opérationnelle (EMA-DGA notamment), simplification administrative (SGA-DGA notamment), innovation dans les programmes d’armement (DGA-EMA notamment), etc.

Une histoire de couple entre besoin opérationnel et veille technologique – Mini-drone Black Hornet et quad Polaris (crédits : 2ème régiment de Hussards)

Ainsi, au sein de certaines structures et écosystèmes, quels apports pourraient avoir un commandement ou un réseau d’animation de l’innovation et du futur ? A la fois interface pour la mémoire opérationnelle, la doctrine, le retour d’expérience, l’aiguillon du changement (“Fou du Roi” et “Red Team” qui challenge) et pool de conseillers/d’accompagnateurs ? Permettant de séparer, au juste niveau (pour ne pas nuire au partage d’informations), la partie “Exécution” de celle “Innovation” (en charge de générer les hypothèses, expérimenter, etc.), et éviter en partie de faire porter les mêmes risques par tous (notamment en cas d’insuccès, bien que ces derniers soient toujours porteurs d’enseignements, à rentabiliser quoiqu’il en soit).

Lire la suite… http://mars-attaque.blogspot.com/