Décès du Général(2S) Vittorio TRESTI

Décès du Général(2S) Vittorio TRESTI


Le Général (2s) Vittorio TRESTI est décédé le jeudi 15 février à 06h00 à son domicile des suites d’une longue maladie.
Né le 22 janvier 1939 à San Urbano en Italie, après sa scolarité, il s’engage au titre de la légion étrangère à Lyon le 21 octobre 1958 et rejoint Sidi-Bel-Abbès le 9 novembre pour les formalités d’incorporation avant de suivre son instruction initiale à Saïda.
Affecté au 1er Régiment étranger, il est promu caporal le 1er avril 1960.
Nommé sergent  le 1er janvier 1962, il est admis au peloton préparatoire de l’école militaire interarmes en 1965. Il obtient son brevet parachutiste au 2e REP la même année. Promu sergent-chef le 1er avril 1966, il satisfait au concours d’entrée de l’EMIA où il suit sa scolarité pour en sortir sous-lieutenant à titre étranger le 1er octobre 1967.
A sa sortie de l’école, le sous-lieutenant Tresti est affecté au Groupement d’instruction de la légion étrangère en Corse (GILE) en qualité de chef de peloton d’élèves gradés.
Le 9 septembre 1969, il est affecté au 3eme Régiment étranger d’infanterie basé à Madagascar en qualité de chef de peloton porté.
Naturalisé, il est promu au grade de lieutenant à titre français le 1er octobre 1969.
Le 1er juillet 1970, il est détaché en qualité de chef de cabinet et d’aide de camp des généraux de Seguins-Pazzis puis Bigeard qui commandent successivement les Forces Françaises du sud de l’océan Indien (FASZOÏ).
De retour en métropole, il est promu capitaine le 1er juillet 1974 et se voit confier le poste d’officier renseignement au 2e Régiment étranger/GOLE en Corse. Le 4 novembre de la même année, il prend le commandement de la 6e compagnie du Groupement opérationnel de la Légion étrangère avec laquelle il est projeté en intervention à Djibouti dans le cadre de l’affaire de Loyada de février à juin 1976. Puis il est désigné avec son unité pour une mission de courte durée à Mayotte de juillet 1976 à février 1977.
Le 17 août 1977, le capitaine Tresti est affecté au Centre de sélection N°1 à Vincennes où il assure successivement les fonctions d’officier orienteur et commandant d’une brigade d’instruction.
Le 1er septembre 1980, il intègre la 94e promotion de l’Ecole supérieure de guerre. Le 1er octobre 1980, il est promu chef de bataillon. Après avoir obtenu son brevet d’études militaires supérieures, il est affecté le 7 juin 1982 au 3eme Régiment étranger d’infanterie en Guyane où il exerce la fonction  de chef du bureau opération instruction.
De retour en métropole, il est affecté le 3 septembre 1984 à l’Etat-major  de la 6e Division légère blindée. Chef de la section opération du bureau emploi de la division, il met au service de tous sa solide expérience militaire et sa grande culture. Il est promu au grade de lieutenant-colonel le 1er octobre 1984.
Le 1er août 1987, il prend le commandement du 3e Régiment étranger d’infanterie à Kourou où il met au point le dispositif rapproché du Centre spatial guyanais dont le régiment assure une part prépondérante.
Promu colonel le 1er juillet 1989, il rejoint l’État-major de la  3e Région militaire comme chef du bureau plans-emploi. Le 1er août 1991, le colonel Tresti est affecté à la Direction de l’enseignement militaire supérieur de l’armée de Terre où pendant deux années, en qualité de professeur, il fait preuve d’une pédagogie remarquée, s’affirmant ainsi comme un instructeur de grande qualité.
Le 2 août 1993, il rejoint l’État-major de la Circonscription militaire de défense de Marseille-Méditerranée comme sous-chef emploi. Sa grande expérience en fait un collaborateur de premier plan.
Promu général de brigade dans la 2e section du cadre des officiers généraux le 23 janvier 1996, il quitte le service actif à cette date.
Il était Officier de l’ordre de la Légion d’honneur et de l’ordre national du Mérite et titulaire de la médaille commémorative des opérations de sécurité et de  maintien de l’ordre en Afrique du Nord, de la médaille Outre-mer, de la croix du combattant volontaire avec agrafe Afrique du Nord et de la médaille des service militaires volontaires. Il était, de plus, chevalier de l’ordre national malgache.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.