Entre golfe arabo-persique et mer Rouge, la nouvelle caravane du désert

Entre golfe arabo-persique et mer Rouge, la nouvelle caravane du désert

par Eugène Berg – Revue Conflits – publié le 29 janvier 2024

https://www.revueconflits.com/entre-golfe-arabo-persique-et-mer-rouge-la-nouvelle-caravane-du-desert/


Le passage en mer Rouge étant bloqué par les houthis, plusieurs compagnies maritimes envisagent un transbordement terrestre via l’Arabie saoudite. Un moyen d’éviter le cap de Bonne Espérance et de limiter les temps de transport. Si un tel passage est techniquement possible, il reste compliqué à effectuer.  

L’entrée en guerre des houthis du Yémen contre Israël en solidarité avec le peuple « martyrisé » de Gaza a d’abord prêté à sourire. Or, voilà que ces farouches guerriers entièrement armés par l’Iran en sont venus à menacer le commerce international et les chaînes d’approvisionnement Asie-Europe. Près de 12% des échanges maritimes (qui constituent à eux seuls 90% des échanges mondiaux en volume) transitent par le détroit de Bab el-Mandeb, étroite voie maritime d’une centaine de kilomètres sur trente qui séparent la côte occidentale du Yémen, dans la péninsule arabique, du littoral de Djibouti, en Afrique orientale, pour rejoindre la mer Rouge avant d’atteindre la Méditerranée par le canal de Suez. Depuis l’arraisonnement spectaculaire du Galaxy Leader, cargo appartenant à un homme d’affaires israélien, le 19 novembre par un commando héliporté, la plupart des grandes compagnies de transports et les pétroliers choisissent la voie maritime du cap de Bonne Espérance, longue de 25 600 kilomètres d’Europe à l’Asie contre 19 500 kilomètres pour la route de la mer Rouge. Ce qui allonge le temps d’acheminement de 12 à 17 jours qui était de 35 à 37 jours.

Répercussions mondiales

Les répercussions n’ont pas tardé à se manifester : transférer un conteneur de 40 pieds de Shanghai à Gênes coûte en janvier 6 282 $ contre 1 344 $ le 26 octobre. En décembre, on a constaté une baisse de 2% des exportations européennes vers l’Asie. Et en Asie, c’est l’Inde qui est le plus touché : 80% de ses échanges de marchandises avec l’Europe transitent par la mer Rouge. Même si les houthis s’arrêtaient de bombarder les bateaux au large du Yémen, il faudrait, selon Drewry, un cabinet anglais spécialiste du transport maritime, à peu près deux mois pour effacer les conséquences de cette crise.

Bien que l’Italie soit le pays le plus affecté d’Europe – 40% de ses échanges commerciaux passent par la mer Rouge, c’est la compagnie allemande Hapag-Lloyd qui a pris une initiative en la matière en décidant de transporter ses marchandises à sec à travers le désert d’Arabie. Parce que c’est toujours plus rapide que de faire le tour par l’Afrique. Selon le service de planification de la compagnie, les cargaisons maritimes en provenance d’Extrême-Orient sont traitées dans les ports de Jebel Ali (EAU) et/ou de Dammam et Jubail (Arabie Saoudite). Elles sont par la suite transportées par des convois de chalutiers porte-conteneurs à travers le désert d’Arabie jusqu’à Jeddah, sur la côte de la mer Rouge. Ils sont ensuite à nouveau chargés sur des navires à vapeur et partent pour l’Europe en passant par le canal de Suez. Un acheminement routier met 15 à 16 heures pour traverser le désert. Reste à savoir quel volume pourra être expédié par cette voie sachant qu’un vaisseau peut charger plus de 20 000 boîtes, un train 150 conteneurs et un camion, un seul. Trouvera-t-on suffisamment de poids lourds ou ne seront envoyés par cette voie que les marchandises les plus coûteuses et les plus urgentes ? Une autre question est de savoir si les houthis s’aventureront à frapper ces convois de camions, ce qui paraît peu probable. Certes ils disposent de missiles balistiques d’origine iranienne, Fateh – 313 d’une portée de 350 kilomètres, ou de Radd- 500 d’une portée de 500 kilomètres ou de missiles de croisière Noor d’une portée de 300 kilomètres ou Paveh/351 d’une portée de 800 kilomètres.

Mais est-ce le souhait de leur protecteur iranien d’endommager ses relations avec l’Arabie Saoudite avec lequel furent renouées les relations diplomatiques, le 10 mars 2023 sous l’égide de Pékin ? Une Chine qui, malgré sa présence militaire à Djibouti, reste en retrait, ne voulant pas dilapider son capital diplomatique. La Chine vient toutefois de demander à l’Iran d’aider à limiter les attaques des Houthis en mer Rouge.

Cela illustre, en tout cas, l’importance de l’Arabie saoudite, et de la péninsule arabique, située entre golfe arabo-persique et mer Rouge, ce vaste rectangle gorgé d’hydrocarbures, enserré dans le triangle formé du canal de Suez, du détroit d’Ormuz et du Bab el-Mandeb qui porte bien son nom.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.