Guerre en Ukraine : Vers un nouvel ordre mondial ?

Guerre en Ukraine : Vers un nouvel ordre mondial ?

(2ème partie)

Jean-Claude Allard (*) – Esprit Surcouf – publié le 1er décembre 2023
Général de Division (2s)

https://espritsurcouf.fr/geopolitique_guerre-en-ukraine-vers-un-nouvel-ordre-mondial_par-jean-claude-allard/


Dans une première partie (voir N°225), Jean-Claude Allard dressait un état global de la guerre russo-ukrainienne du conflit. Ici, il se penche sur le caractère multifactoriel du conflit, porteur d’un nouvel ordre mondial en gestation.
.

L’Ukraine a rapidement rassemblé derrière elle une alliance dont le soutien politique, économique, militaire, humanitaire n’a cessé de s’amplifier[1] pour atteindre un montant de 157 Mrds€ fourni par une cinquantaine d’Etats. Dès avril 2022 l’aide militaire multilatérale est coordonnée par le Centre de Coordination Internationale des Donateurs et le Groupe de Contact Défense pour l’Ukraine dirigé par les Etats-Unis[2]. Cette aide militaire comporte la fourniture de renseignements, l’aide à la décision, la formation opérationnelle (par exemple le Royaume-Uni doit entrainer 30 000 soldats ukrainien en 2023 et l’UE le même nombre sur deux ans[3]) ; la fourniture de tous types d’armements (y compris désormais avions de combat) et de munitions. Elle amplifie l’aide apportée principalement par les Etats-Unis, le Royaume-Uni (garants de la sécurité de l’Ukraine depuis les accords de Budapest – 1994-) et l’OTAN entre 2014 et 2022[4].

Russie, Chine : vers une nouvelle diplomatie bicéphale ?
.

La Russie poursuit méthodiquement sa politique de construction d’un monde de « non alignés » en multipliant les tournées diplomatiques (notamment de Lavrov), en organisant des réunions internationales sur les thèmes politiques, économiques, militaires, ainsi qu’en développant des coopérations bilatérales. Poutine, qui n’est allé qu’une fois en Ukraine pour visiter le chantier de Marioupol, a en revanche piloté directement toutes ces actions. Il est nécessaire d’aussi citer la stratégie russe en Afrique : cette diplomatie vise aussi à acquérir de l’armement et des munitions.

La Chine s’immisce aussi dans cet ébranlement du monde pour faire avancer ses objectifs. C’est le cas entre autres de sa diplomatie, bousculant les acquis, au Proche-Orient. Une diplomatie certes gelée par l’attaque terroriste du Hamas contre Israël, qui déclenche une onde de choc dont les effets pourraient cependant aggraver la scission Occident versus Sud Global, et bénéficier au couple sino-russe. Gardons en mémoire la visite, le 18 octobre 2023, de V. Poutine à Pékin[5], où il a confirmé que le changement se conduit bien « ensemble » comme le soulignait Xi Jinping.

Ressources et capital dans la guerre
.

Cette guerre, par l’ampleur des destructions, aspire de grandes quantités des armements et des munitions disponibles, notamment dans le monde occidental. La Russie, elle, mobilise son industrie de défense pour subvenir à ses besoins. Outre une guerre d’influence, c’est aussi une guerre industrielle qui demande un effort important aux industries de défense dans les deux camps et ponctionne les ressources nécessaires dans le monde.

Les approvisionnements en énergie, en matières premières, y compris alimentaires sont en difficulté, et ce dans la presque totalité des pays. Cela peut être observé comme le résultat des sanctions prises par la coalition occidentale, ainsi que les contre-sanctions prises par la Russie, qui ont, mécaniquement, eu des effets sur les équilibres politiques, économiques, financiers mondiaux et régionaux, donnant in fine un caractère total et mondial à cette guerre.

Nucléaire et cyber : vecteurs de la guerre de la peur
.

N’oublions pas la dimension nucléaire. En premier, la menace du conflit nucléaire qui bride les efforts de la coalition occidentale. Mais aussi le double enjeu du nucléaire civil avec d’une part la menace d’une « fortune de guerre[6] » sur une centrale nucléaire (notamment Zaporijjia) et d’autre part la contestation de la crédibilité de la Russie sur l’immense marché du nucléaire mondial[7].

Enfin, cette guerre a, grâce aux outils numériques, une ligne d’action informationnelle et médiatique, avec une dimension émotionnelle voire propagandiste, qui a profondément orienté la perception populaire dans chacun des deux camps. La fracture entre les deux blocs antagonistes s’enfonce loin au cœur des peuples, participe au « changement du monde » et en accélère peut-être même la venue.

L’identité culturelle fait le ciment de la Nation et conforte sa défense
.

Les Etats-majors travaillent avec acharnement sur les enseignements tactiques de la guerre, surtout en France dont la phase de construction de la Loi de Programmation Militaire a chevauché la première année de guerre. Nous aurons seulement trois réflexions pour poser des principes vitaux : l’assurance pour l’armée de disposer de capacités opérationnelles ; de s’inscrire dans la durée et de savoir s’appuyer sur des initiatives privées ;

Oublions le discours médiatique à la recherche de l’arme miracle ou critique vis-à-vis d’armements ou tactiques qualifiés d’obsolètes (La tranchée protégera toujours le combattant). Rappelons que pour gagner une guerre il faut arriver à prendre l’ascendant dans chacune des phases génériques du combat : renseigner, reconnaitre, fixer, déborder, attaquer, exploiter et pour cela avoir les systèmes tactiques adaptés techniquement, en nombres suffisants et utilisés avec intelligence pour dominer l’ennemi. Ces systèmes doivent pouvoir occuper, défendre et utiliser les trois espaces : aéroterrestre, aéromaritime, aérospatial. La construction d’une armée ne souffre aucune impasse capacitaire.

Cette guerre nous rappelle qu’une armée repose aussi sur sa capacité à durer et endurer. Entre ici en ligne de compte les stocks d’armements et de munitions, les capacités industrielles pour soutenir l’effort de guerre, l’engagement des soldats et la résilience et le soutien de la population. La fameuse interrogation de la première guerre mondiale « l’arrière tiendra-t-il ? » conserve tout son sens, notamment lorsqu’il faut faire l’effort sur le recrutement pour compenser les pertes humaines ou augmenter les cadences industrielles. De plus, à l’ère de la frugalité, n’oublions pas qu’il ne faut rien jeter qu’il s’agisse des armements, mais aussi et surtout de l’identité culturelle qui fait le ciment des Nations.

Une guerre entre Etats, mais dont le besoin en ressources a conduit à faire appel à des initiatives privées dans de nombreux domaines depuis la haute technologie (Starlink mis à disposition de l’Ukraine par son propriétaire, mais désormais financé par les Etats-Unis[8]) jusqu’aux compagnies de mercenaires (citons Wagner la plus médiatisée, même si la réalité de ses financements en fait une prolongation du gouvernement russe). Les dérapages de Wagner exclus, retenons que le caractère « total » d’une guerre de haute intensité exige la mobilisation de tous les services de l’Etat et de toutes les capacités de la Nation. Une vision gaullienne déjà codifiée dans l’ordonnance de 1959, mais qu’il faut encore et toujours faire vivre et adapter aux besoins et capacités (réservistes, mobilisation du secteur industriel, développement de l’esprit de défense, etc.).

XXX

L’enseignement majeur et englobant de cette guerre, que l’on peut juger évitable et inutile, reste néanmoins celui de la nécessité d’étudier avec objectivité l’ennemi pour identifier ses objectifs politiques et donc comprendre et anticiper sa stratégie. Les objectifs premiers de Poutine sont contenus dans son discours du 10 février 2007 lors de la conférence sur la sécurité de Munich. Lorsque l’inéluctable approche, les forces d’assaut russes sont en place aux frontières dès mars 2021. Après l’attaque, la manœuvre russe en Ukraine de saisie du Donbass est explicite dès les premiers jours de mars 2022. Nous ne pouvons revenir sur le passé, mais un enseignement majeur à tirer est d’examiner toujours toutes les hypothèses et d’étudier toutes les réponses à y apporter. Il n’y avait peut-être pas de solution pour contrer ces séquences, mais à ce stade de l’analyse, il semble qu’il n’y a pas eu non plus la volonté d’en rechercher.

Désormais l’Occident ne peut plus ergoter sur la réalité de l’advenue d’un nouvel ordre mondial, mais il doit l’admettre et y trouver sa place, nécessairement autre que ce qu’elle fut. Mais en veillant à assurer la survie et la continuité de sa civilisation originelle, ce qui suppose un effort de politique intérieure et extérieure.
.

(*) Jean-Claude Allard, saint-cyrien, diplômé de l’École supérieure de guerre, de l’Institut des Hautes Études de Défense nationale et du High Command and Staff Course, a été, entre autres, chef des opérations de la KFOR au Kosovo, représentant de la France au Central Command des Etats-Unis. Il a commandé le 4ème régiment d’hélicoptères de commandement et de manœuvre puis a été commandant de l’Aviation Légère de l’Armée de Terre (ALAT). Il   a été directeur de recherche à l’IRIS et enseignant à IRIS SUP. Il est désormais chercheur associé à l’IRIS.

Jean-Claude Allard (*)
Général de Division (2s)

?
[1]https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2023/07/07/quels-sont-les-pays-qui-ont-le-plus-aide-l-ukraine-financierement-depuis-le-debut-de-la-guerre_6126677_4355775.html
[2] L’aide militaire est fournie par les pays de l’OTAN, de l’Union européenne et par l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon. La Corée du sud pourrait rejoindre ce groupe.
https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/CBP-9477/CBP-9477.pdf
[3] https://www.eeas.europa.eu/sites/default/files/documents/2023-EUMAMUkraine.pdf
[4] https://researchbriefings.files.parliament.uk/documents/SN07135/SN07135.pdf
[5]https://www.epochtimes.fr/poutine-se-felicite-renforcement-liens-chine-xi-jinping-presente-vision-nouvel-ordre-mondial-2450594.html
[6] Analogie avec « fortune de mer ».
[7] Sur les 31 réacteurs en construction depuis 2017, 17 le sont par les Russes et 10 par les Chinois. Et le marché post 2030 pour le renouvellement ou la construction nouvelle se chiffre en milliers de milliards d’ici 2100. https://www.iea.org/reports/nuclear-power-and-secure-energy-transitions/executive-summary
[8]https://www.midilibre.fr/2023/06/01/le-systeme-de-communication-starlink-va-operer-en-ukraine-via-un-contrat-avec-le-pentagone-11234984.php

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.