La coopération de défense franco-arménienne réaffirmée à Erevan

La coopération de défense franco-arménienne réaffirmée à Erevan

– Forces opérations Blog – publié le 2

Entre livraisons d’équipements, visites de terrain et signatures de nouveaux accords, le ministre des Armées était vendredi dernier en Arménie pour prendre acte in situ des effets du rapprochement bilatéral engagé il y a deux ans. 

Après une rencontre bilatérale en octobre dernier à Paris, Sébastien Lecornu s’est cette fois rendu en Arménie pour de nouveaux échanges avec son homologue arménien, Souren Papikian. Une première pour un ministre des Armées français, accompagné pour l’occasion de parlementaires et d’industriels français, dont MBDA, Thales, Nexter, Arquus et Safran. 

L’enjeu d’une visite présentée comme « historique » ? « Confirmer le soutien résolu de la France » envers un « partenaire de longue date qui fait aujourd’hui face à un défi de sécurité majeur, au sein d’un environnement régional incertain ». Régulièrement menacée, l’Arménie craint une nouvelle attaque du voisin azerbaïdjanais, soutenu par la Russie et la Turquie et accusé de préparer « une guerre totale ». 

« L’Arménie est dans le cadre de ses frontières. Elle doit pouvoir les défendre, elle doit pouvoir aussi défendre ses populations civiles et je rappelle que l’essentiel des armes que nous allons livrer en Arménie sont des armes purement défensives, et notamment la défense sol-air. (…) Il suffit que personne n’attaque Erevan et l’Arménie pour que ces armes soient inutiles, c’est aussi simple que cela », déclarait le ministre des Armées au micro de LCI. 

Entrepris dès 2022, le renforcement du soutien français se concentre depuis autour du triptyque équipements-formations-conseil. Ainsi, le ministre des Armées n’aura pas atterri dans la capitale arménienne les mains vides. Dans les soutes d’un A400M de l’armée de l’Air et de l’Espace, un lot de jumelles de vision nocturne conçues par Safran. Et dans les cartons, une offre pour l’acquisition de missiles sol-air Mistral 3 ainsi qu’un contrat, signé celui-là, pour la fourniture de fusils de précision par l’entreprise savoyarde PGM Précision. 

La délégation française aura également pris acte de la réception de véhicules de transport Bastion, des blindés légers produits par Arquus et dont la remise aux forces arméniennes était pressentie depuis plusieurs mois. Quant aux trois radars de surveillance GM200 de Thales commandés en octobre dernier, le premier « sera livré avant la fin de l’année », explique le ministère. 

Hormis l’envoi de conseillers de défense, la relation bilatérale s’étoffe d’un partenariat conclu entre Saint-Cyr et l’académie militaire Vazgen Sargsyan. Cinq cadets arméniens seront ainsi formés en France cette année, indique le ministère des Armées. Comme annoncé à l’automne dernier, un détachement d’instructeurs des troupes de montagne forme ce mois-ci des militaires arméniens au combat en montagne. Une formation conduite dans un camp d’entraînement de la région d’Armavir, dans l’ouest du pays, et qui sera suivie d’autres en 2024. 

Crédits image : ministère des Armées

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.