La DGSE mise sur le recrutement d’officiers sous contrat spécialistes pour préserver sa militarité

La DGSE mise sur le recrutement d’officiers sous contrat spécialistes pour préserver sa militarité

https://www.opex360.com/2023/12/10/la-dgse-mise-sur-le-recrutement-dofficiers-sous-contrat-specialistes-pour-preserver-sa-militarite/


Ainsi, hors Service Action [SA], la DGSE comptait 29% de militaires dans ses rangs en 2008. Puis, cette proportion s’est lentement érodée durant les années suivantes, pour approcher désormais les 20%. Et cela, malgré plusieurs rapports parlementaires ayant mis en garde contre le risque d’une perte de la « militarité » de ce service de renseignement.

Lors d’une récente audition parlementaire, son directeur général, Bernard Émié, s’en était inquiété. « Lorsque j’ai pris mes fonctions, les militaires représentaient 25 % des effectifs, ils ne sont plus que 20 % aujourd’hui car les armées ne parviennent pas à mettre à notre disposition des personnels, non par manque de volonté mais par absence de ressources », avait-il déploré. Et d’ajouter : « Compte tenu de la hausse des effectifs, même si l’armée a maintenu son effort en valeur absolue, la composante militaire de la DGSE baisse. C’est un sujet de préoccupation car le service fait partie du ministère des Armées ».

Cette évolution est due à la combinaison d’au moins deux facteurs.

Les suppressions massives de postes au sein des armées, entre 2008 et 2014, ont ainsi réduit le vivier de recrutement de la DGSE, qui s’adressait aux sous-officiers possédant des qualifications particulièrement difficiles à trouver ailleurs que dans le monde militaire.

Dans le même temps, ayant besoin de compétences rares et de davantage d’ingénieurs, de mathématiciens et de techniciens pour ses spécialités techniques [cyber, chiffre, intelligence artificielle, big data, etc.], la DGSE a dû orienter son recrutement vers le monde civil.

Quoi qu’il en soit, la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30 appelle à inverser cette tendance, ou, du moins, à la contenir. « La militarité des services de renseignement relevant du ministère de la Défense conduit à préserver un équilibre entre personnels militaires et personnels civils, notamment à la DGSE », indique-t-elle en effet, sans toutefois préciser où il fallait placer le « curseur ».

Alors qu’elle devra compter 5987 postes en 2024 [soit 264 de plus par rapport à cette année], la DGSE connaît toujours des difficultés pour son recrutement.

« Le constat de la pénurie de techniciens et d’ingénieurs cyber touche toutes les composantes des armées au même titre que le marché de l’emploi civil. Plusieurs problèmes sont soulevés : l’attractivité des rémunérations, le développement d’une concurrence entre services et l’évaporation des compétences », avancent en effet les sénateurs Pascal Allizard et Gisèle Jourda, rapporteurs pour avis sur le programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense ».

« Concernant la DGSE, il a été indiqué lors de l’audition qu’une politique de recrutement proactive [présence dans les écoles, sur les salons et les réseaux sociaux] portait ses fruits. Sur la fidélisation des personnels, des efforts importants ont été réalisés sur la rémunération [alignement sur la grille mise en place par la DINUM du ministère des Armées], sur la formation et la valorisation des parcours professionnels. Cette politique a permis de réduire significativement le nombre des démissions, y compris sur les métiers en tension », poursuivent-ils. Pour autant, cela ne répond pas à la préservation de sa militarité…

Aussi, se disant « attachée à la préservation de son double ADN civil et militaire », expliquent les rapporteurs, la DGSE a commencé à « mettre en pratique » la « solution du recrutement d’officiers sous contrat ». Et d’ajouter : « Cela renvoie à la question plus générale de la politique de recrutement des armées abordée dans le cadre du programme 212 « Soutien de la politique de défense ».

Cela étant, le processus de recrutement, qui s’adresse aux titulaires d’un diplôme de niveau minimum Bac +3, est assez long puisqu’il s’étend sur six à huit mois. Pour rejoindre la DGSE en tant qu’officier sous contrat spécialiste [OSC/S], il faut d’abord envoyer un curriculum vitae et une lettre de motivation à un Centre d’information et de recrutement des forces armées [CIRFA], qui les transmettra au service.

Le cas échéant, le candidat aura des entretiens avec un chargé de recrutement de la DGSE, qui aura à évaluer ses compétences et ses motivations. Puis il fera l’objet « d’études psychologique et de sécurité », avant de passer des tests d’aptitude militaire. Ces étapes franchies, il pourra signer un contrat d’engagement « correspondant à l’armée et à la fiche de poste DGSE choisies » et entamer sa formation militaire initiale dans une école d’officiers [Saint-Cyr Coëtquidan, École navale de Brest ou Salon-de-Provence].

La durée de cette dernière varie selon l’armée d’appartenance : elle est de douze semaines pour l’armée de Terre et l’armée de l’Air & de l’Espace alors qu’elle est de seulement trois semaines pour la Marine nationale.

Sur son site Internet, la DGSE précise que la durée du contrat d’OSC/S est de quatre à cinq ans. Mais celui-ci peut être « renouvelable jusqu’à vingt ans » [cela dépend de la gestion du personnel de l’armée d’appartenance, ndlr].

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.