La force aérienne ukrainienne revendique une frappe contre le navire de débarquement russe Novotcherkassk

La force aérienne ukrainienne revendique une frappe contre le navire de débarquement russe Novotcherkassk

 

https://www.opex360.com/2023/12/26/la-force-aerienne-ukrainienne-revendique-une-frappe-contre-le-navire-de-debarquement-russe-novotcherkassk/


Peu après, le commandant de la force aérienne ukrainienne, le général Mikoa Olechtchouk, a revendiqué la responsabilité d’une frappe contre le navire de débarquement russe « Novotcherkassk » [Projet 775, code Otan : classe Ropucha], soupçonné de transporter des munitions téléopérées [MTO ou drones « kamikazes »] de type Shahed/Geran.

« Vers 2h30 [00h30 GMT], le 26 décembre, l’aviation tactique de l’armée de l’air a attaqué avec des missiles de croisière le grand navire de débarquement Novotcherkassk de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie dans la région de Feodossia », a en effet affirmé le général Olechtchouk, via la messagerie Telegram. « La flotte russe devient de plus en plus réduite », s’est-il réjoui.

Cette attaque a probablement été menée par au moins un bombardier tactique Su-24 « Fencer », armé de missiles de croisière SCALP ou Storm Shadow.

Le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksyonov, a confirmé l’attaque contre Feodossia, celle-ci ayant provoqué un incendie rapidement maîtrisé. « Tous les services d’urgence sont sur les lieux », a-t-il assuré, avant d’indiquer que plusieurs habitations allaient être évacuées.

Cela étant, le ministère russe de la Défense, a admis que le « Novotcherkassk » avait été endommagé par des « missiles guidés », avant d’affirmer que deux Su-24 ukrainiens avaient été abattus dans la région de Nikolaïev [ou Mykolaïv], ce qui ne peut pas être confirmé pour le moment.

Cette frappe rappelle celle qui avait été effectuée en septembre dernier contre le chantier naval S. Ordjonikidze, à Sébastopol. Alors en cale sèche, le sous-marin « Rostov-sur-Don » [classe Kilo] et le navire de débarquement « Minsk » [classe Ropucha], avaient été gravement endommagés [si ce n’est détruits].

Pour rappel, construit dans les années 1980 à Gdansk [Pologne], le « Novotcherkassk » peut transporter 10 chars de combat et 340 soldats. Il avait été touché une première fois lors d’une attaque ukrainienne alors qu’il était amarré à Berdiansk, le 25 mars 2022. Un autre navire de débarquement, le Saratov [classe Alligator] avait été coulé lors de cette frappe.

Si sa contre-offensive a échoué à percer les défenses russes, l’Ukraine, pourtant dépourvue de navires de guerre, a toutefois réussi à tenir la marine russe à l’écart, ce qui lui a permis de rouvrir le couloir maritime nécessaire pour ses exportations de céréales via ses ports de la mer Noire. La semaine passée, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a d’ailleurs salué une « grande victoire », obtenue grâce à l’usage de missiles de croisière fournis par la France et le Royaume-Uni, de munitions téléopérées, d’opérations spéciales et de drones navals.

La mise en œuvre de tels moyens a contraint la marine russe à éloigner une grande partie de ses navires de la Crimée, en les transférant à Novorossiïsk. Les détroits menant à la mer Noire ayant été fermés par la Turquie, elle n’a en effet pas la possibilité de remplacer ses unités perdues…

Par ailleurs, la frappe contre le navire de débarquement « Novotcherkassk » est survenue quelques heures à peine après que Moscou a revendiqué la prise de la ville de Marïnka [région de Donetsk], transformée en place forte par les forces ukrainiennes en 2014. « Nos troupes ont [maintenant] la possibilité d’atteindre une zone opérationnelle plus large », a fait valoir Vladimir Poutine, le président russe, le 25 décembre. Cependant, cette affirmation a été démentie par Kiev, l’état-major ukrainien ayant assuré qu’il avait toujours des troupes dans cette localité.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.