L’armée de terre française va-t-elle au-devant d’un cataclysme avec le retrait d’Afrique ?

L’armée de terre française va-t-elle au-devant d’un cataclysme avec le retrait d’Afrique ?


L’armée de terre française va-t-elle au-devant d’un cataclysme avec le retrait d’Afrique ?


Sommaire


Le retrait du Niger et le désengagement français en Afrique, sonne comme le tocsin pour une Armée de Terre jusque-là entièrement tournée vers la projection de puissance et les opérations extérieures. Quelles sont les conséquences prévisibles ou nécessaires sur son organisation, ainsi que sur ses grands programmes d’équipement en cours, alors les perspectives opérationnelles ont radicalement changé en seulement quelques années ?

C’est donc par la petite porte que les forces françaises vont devoir quitter le Niger, et avec lui, réduire considérablement leur présence en Afrique, rompant avec plus d’un siècle de présence ininterrompue l’ayant en grande partie formatée.

Après la Centrafrique en 2015, le Mali en 2022, et le Burkina Faso en 2023, les forces armées françaises quitteront donc le Niger en 2024, comme vient de l’annoncer le Président Macron, a l’issue d’une décennie de lutte intensive contre la menace djihadiste dans la zone sahélo-saharienne.

Au-delà du contexte politique et opérationnel spécifique à ces retraits successifs, ceux-ci marquent également la fin d’une époque durant laquelle les armées françaises avaient développé de grandes compétences pour intervenir sur ce théâtre, tant du point de vue tactique que logistique, leur conférant une aura de forces professionnelles aguerries et efficaces dans le monde, et plus particulièrement en Europe.

L’influence des campagnes africaines sur l’Armée de terre d’aujourd’hui

Toutefois, ces succès militaires, fautes d’avoir été politiques, ne se sont pas faits sans certains renoncements. Ainsi, l’Armée de terre française aujourd’hui dispose d’une force de quatre brigades moyennes ou légères entrainées et spécialement équipées pour ce type de mission, et de seulement deux brigades lourdes, plus adaptées pour des engagements symétriques.

Armée de terre VBMR griffon afrique
L’Armée de terre est structurée pour la projection de puissance, comme le montre son parc blindé composé à 80 % de véhicules de 24 tonnes et moins.

Cette surreprésentation des forces légères, comme l’infanterie de Marine, la Légion, les chasseurs alpins ou les parachutistes, se retrouvent d’ailleurs au sommet de sa hiérarchie.

80 % des chefs de l’Armée de terre depuis 2010 sont issus des forces légères

En effet, sur les neufs Chefs d’état-major et Majors généraux de l’Armée de terre nommés depuis 2010, seuls deux, le général Ract-Madoux (CEMAT 2011-2014) et lé général Margueron (MGAT 2010-2014) n’en étaient pas issus, appartenant respectivement à l’arme blindée cavalerie et à l’artillerie.

Cette spécialisation de fait de l’Armée de terre, très utile lorsqu’il fallut intervenir en Afghanistan, au Levant et en zone sub-saharienne, s’avère désormais un handicap face aux besoins en centre Europe de l’OTAN.

80 % des blindés français en 2030 feront moins de 24 tonnes

Ainsi, si l’Armée de Terre est, et demeurera au-delà de 2030, celle qui disposera du plus grand nombre de véhicules blindés de combat en Europe, avec 200 chars Leclerc, plus de 600 VBCI, et surtout presque 1900 VBMR Griffon, 300 EBRC Jaguar et plus de 2000 Serval, elle sera aussi l’une des plus légères, avec seulement 200 blindés chenillés de plus de 32 tonnes, le Leclerc, alors que l’essentiel de son parc évoluera entre 16 et 24 tonnes.

Or, comme l’ont montré sans surprise les AMX-10RC envoyés en Ukraine, les blindés légers, tout mobiles qu’ils puissent être, s’avèrent aussi sensiblement plus vulnérables que les véhicules plus lourds et mieux protégés dans un engagement de haute intensité.

AMX-10RC ukraine
Les AMX-10RC ont montré qu’ils étaient vulnérables dès lors qu’ils s’approchaient de la ligne d’engagement en Ukraine.

Qui plus est, outre le manque de protection, les blindés français souffrent aussi parfois d’un manque de puissance de feu. C’est notamment le cas du VBCI, le véhicule de combat d’infanterie de l’Armée de Terre, dont l’armement principal repose sur un canon de 25 mm que l’on sait léger face à des véhicules blindés moyens comme des VCI ou des chars légers, et inadapté face à des chars de combat, même anciens.

Même l’artillerie française a évolué vers cette exigence de légèreté et de mobilité. C’est ainsi que le CAESAR, il est vrai une réussite incontestable, s’est révélé beaucoup plus vulnérable que le Pzh2000 allemand en Ukraine, même si par son allonge et sa mobilité, il est aussi bien plus efficace que les M109 et autres AS91, mieux protéger, mais handicapés par un canon court, et donc une portée réduite.

De fait, aujourd’hui, toute l’Armée de terre est organisée, de ses programmes d’équipement à sa structure organique, en passant par son haut-commandement, afin de privilégier les forces légères, mobiles et aisément projetables.

Cette structure était, bien évidemment, pleinement tournée vers l’Afrique, son théâtre de prédilection et d’excellence ces 30 dernières années. De fait, tout porte à croire que le retrait du Niger, et plus généralement l’abandon des dernières cendres de la France-Afrique, représente un cataclysme majeur pour les armées françaises, et plus spécialement pour l’Armée de terre, toute entière tournée vers elle.

Les limites du pivot indo-pacifique annoncé par le président français

Le président français, et son ministre des Armées Sébastien Lecornu, semblent désormais privilégier le théâtre indo-Pacifique, ses nombreux territoires ultramarins (Réunion, Mayotte, Polynésie, Nouvelle-Calédonie) et ses partenariats stratégiques (Djibouti, Émirats arabes unis), comme nouveau pivot stratégique français.

Toutefois, le potentiel que représentent ces territoires est très loin de s’approcher de celui des pays africains quittés récemment, et ne justifient pas l’organisation actuelle de la Force Opérationnelle Tactique, le bras armé de l’Armée de Terre fort aujourd’hui de deux divisions de trois brigades chacune.

Inquiétudes dans les Armées sur fond de réorganisation profonde en perspective

Face à une telle inversion de perspectives, il n’est en rien étonnant que des inquiétudes se fassent jour au sein des Armées, et plus spécifiquement du corps des officiers de l’Armée de terre, probablement le plus concerné par les profonds changements à venir.

Et ce d’autant que la réorganisation, qui ne pourra être évitée, va nécessairement poser des questions quant à la pertinence des programmes actuels, et notamment du dimensionnement du programme SCORPION et des forces légères et d’infanterie françaises, face aux forces lourdes de cavalerie, d’artillerie, ainsi que les armes spécialisées sous-représentées dans la FOT comme dans le commandement.

char Leclerc Armée de Terre
Avec seulement 200 chars Leclerc en 2030, l’Armée de Terre disposera d’une capacité d’engagement de haute intensité limitée, bien en deçà du seuil requis pour compléter la dissuasion nucléaire de manière efficace.

La question se pose, en effet, de l’intérêt de disposer de plus de 4.000 VBMR, et 300 EBRC, lorsque la force de contact se limite à 200 chars lourds soutenus par à peine plus d’une centaine de tubes, et une dizaine de systèmes d’artillerie à longue portée, et sans défense antiaérienne de zone.

Une armée en 2030 conçue pour les conflits de 2015

Cette architecture des forces est de fait considérée par beaucoup de spécialistes comme répondant aux guerres de 2010, alors qu’elle sera pleinement déployée en 2030. Par ailleurs, dans ce domaine, ce n’est pas tant la responsabilité politique que les exigences exprimées par l’Armée de terre elle-même qui sont en cause.

Dans tous les cas, le retrait des forces armées françaises du Niger, et plus généralement, le désengagement français d’Afrique, appelle à une révision profonde de l’organisation même de l’Armée de Terre et de la FOT, amis aussi des programmes industriels en cours.

Cette évolution est nécessaire afin que l’Armée de Terre retrouve le rôle qui était le sien au sein du dispositif de dissuasion conventionnel français, et ne pourra se faire sans revoir, par ailleurs, son format ainsi que ses moyens budgétaires pour assurer sa transformation, notamment en actant la montée en puissance de la garde nationale pour assurer sa masse critique.

Cependant, rien ne semble indiquer, aujourd’hui, que cette dynamique a été engagée à Ballard comme à l’Hôtel de Brienne. C’est probablement cette incertitude qui aujourd’hui mine le plus les militaires français, qui redoutent de se retrouver, dans quelques années, avec le mauvais outil pour s’engager dans la prochaine guerre.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.