L’économie chinoise : douleurs transitoires ou début d’effondrement

L’économie chinoise : douleurs transitoires ou début d’effondrement

par Alex Wang – revue Conflits – publié le 14 février 2024


L’économie chinoise est confrontée à une série de défis sérieux, à la fois cycliques (court terme) et structurels (long terme). Mais ce n’est pas l’effondrement. Les fondamentaux économiques sont solides. Son gouvernement dispose d’un espace de régulation suffisant pour faire face à son ralentissement économique actuel. Son développement industriel l’a positionnée favorablement pour l’avenir. La croissance de la Chine, malgré les sceptiques et bien que ralentie pour le court terme, devrait se poursuivre.

Nous sommes dans un monde interconnecté où l’économie chinoise contribue à la hauteur de 30% de la croissance globale. Il n’est pas exagéré de dire que quand la Chine éternue, le monde pourrait s’enrhumer. L’économie chinoise a un impact significatif sur le reste du monde en raison de sa taille, de sa croissance rapide et de son intégration dans les réseaux commerciaux et financiers mondiaux. 

Quand la Chine éternue, le monde s’enrhume

Après plusieurs décennies de croissance rapide, l’économie chinoise connaît un ralentissement, dû à de multiples problèmes aussi bien cycliques que structurels. Face à des obstacles tels que le vieillissement de la population, la diminution des retours sur investissement et la fragmentation géoéconomique, susceptible de limiter les perspectives de croissance à moyen terme, la Chine se dirige-t-elle vers un effondrement imminent, selon la prédiction de Gordon Chang il y a déjà une vingtaine d’années, répétée inlassablement depuis, chaque année ?   

Le réseau d’information américain CNN est persuadé que « L’économie chinoise a connu une année misérable. 2024 pourrait être encore pire » (“China’s economy had a miserable year. 2024 might be even worse” ). Dans la même veine, Paul Krugman, prix Nobel d’économie, a également prédit un avenir très sombre à l’économie chinoise. Selon lui, elle semble trébucher. À l’entendre, il y a des raisons de croire que la Chine entre dans une ère de stagnation à la japonaise.  

Le tableau est-il vraiment aussi sombre ? Examinons les faits, les chiffres et les tendances.

Spécificités chinoises : un rappel 

Avant tout, il nous paraît utile de rappeler quelques spécificités de la Chine afin de mieux comprendre ses marges de manœuvre et son style de management.

1/ La Chine opère une économie dirigée avec un contrôle étroit sur les flux d’argent et de crédit, contrairement aux économies capitalistes où les banques centrales ajustent les taux d’intérêt pour influer sur le coût de la monnaie et du crédit. En Chine, les autorités gouvernementales prescrivent aux grandes banques publiques le montant et les destinataires des prêts. Ainsi, les défauts de paiement en Chine sont souvent le résultat de décisions politiques.

2/ La Chine adopte une approche de « politique transcyclique », axée sur des actions progressives à long terme, même si cela implique des sacrifices à court terme. Cette approche guide le cycle réglementaire chinois : en période de croissance économique, de nouvelles réglementations sont introduites pour traiter les problèmes structurels, tandis qu’en période de ralentissement, les réglementations antérieures peuvent être assouplies pour stimuler la confiance et corriger les déséquilibres.

Performance de l’année 2023

Pour 2023, l’économie chinoise était dans une phase de reprise après les perturbations causées par la pandémie de COVID-19. La Chine avait réussi à contenir efficacement la propagation du virus et à relancer ses activités économiques. Le FMI atteste que la Chine a atteint l’objectif de croissance du gouvernement pour 2023 (5,2 %), reflétant une forte reprise post-COVID,  alors que les Etats-Unis étaient à 2,5%. Il est vrai que 5,2% est nettement inférieur à 8%, le niveau de la performance moyenne des décennies passées, mais il est loin d’être misérable.

La prévision pour 2024 se situerait, selon le FMI, à 4,6% pour la Chine et 2,1% pour les États-Unis. Nous pensons que 4,6 % est une estimation quelque peu conservatrice. Nous allons voir plus loin les raisons.

Dans les douleurs transitoires ou au début d’un effondrement ?

Face aux défis gigantesques, la Chine est-elle capable de s’en sortir ? Faisons un reality check détaillé avec M. Weijian Shan, éminent économiste en Asie, qui a fait une analyse documentée et éclairante. 

Crise immobilière : Le secteur immobilier, qui représente directement 11 % du PIB (et indirectement environ 25 %), a largement sous-performé par rapport aux autres secteurs de l’économie. En fait, le secteur immobilier chinois a contribué négativement à la croissance économique globale de la Chine depuis 2022 et a été un moteur du ralentissement économique récent. Bien que le secteur immobilier soit le plus grand frein à l’économie, ses problèmes semblent se résorber. La contribution négative du secteur à la croissance du PIB est passée d’environ 4 % en 2022 à moins de 2 % en 2023. 

Espace de régulation : Contrairement à de nombreux pays développés, la Chine ne fait pas face à des problèmes d’inflation. Toutefois, elle maintien des taux d’intérêt relativement élevés, avec des taux de prêt prévalents oscillant autour de 4 à 4,5 %. Le ratio de réserve obligatoire (CRR) en Chine, qui représente le pourcentage des dépôts que les banques commerciales doivent placer auprès de la banque centrale, est d’environ 10,5 % pour les grandes banques, alors qu’il est de 0 à 1 % dans les pays occidentaux. Par conséquent, la politique monétaire chinoise bénéficie d’une marge de manœuvre pour s’assouplir en réduisant les taux d’intérêt, le CRR, voire les deux, une option qui n’est pas disponible pour d’autres grandes économies.

Sur le plan fiscal, la Chine se distingue parmi les grandes économies avec un bilan financier net positif, contrairement à d’autres comme les États-Unis, le Japon et l’Allemagne qui affichent des bilans négatifs. La dette publique centrale chinoise ne représente que 21 % du PIB, tandis que la dette des administrations locales oscille entre 50 % et 80 % du PIB, y compris les passifs cachés. Même en considérant le ratio de la dette publique globale le plus élevé de la Chine, soit 110 % du PIB, il reste favorable comparé à celui du gouvernement fédéral américain, qui atteint environ 140 % du PIB, et à la dette publique centrale du Japon, qui est d’environ 260 % du PIB. De plus, les actifs financiers du gouvernement chinois dépassent ses passifs financiers totaux. Ces chiffres ne prennent pas en compte les vastes terres et ressources naturelles de la Chine, toutes propriétés de l’État. Ainsi, la politique fiscale du gouvernement chinois dispose d’une marge de manœuvre importante pour s’élargir.

La santé du système bancaire chinois : Le problème du marché immobilier ne devrait pas entraîner de crise bancaire. Le ratio moyen prêt-valeur des prêts hypothécaires dans les grandes villes chinoises est d’environ 40 %, et les prêts résiduels aux promoteurs immobiliers ne représentent que moins de 6 % du portefeuille de prêts du système bancaire chinois, tous soutenus par des garanties. De plus, les banques chinoises sont bien capitalisées, avec un ratio de fonds propres moyens de plus de 15 % et un ratio de prêts non performants (NPL) moyen d’environ 1,6 % qui sont traités et sortis presque en temps réel.

Les perspectives de croissance de la Chine : Les problèmes immobiliers en Chine n’infecteront pas le système bancaire dans son ensemble, bien que le secteur immobilier reste un contributeur négatif à la croissance chinoise. En 2022, l’économie verte et l’économie numérique ont ajouté 4,7 % au taux de croissance de la Chine, compensant largement la contribution négative de 3,7 % du secteur immobilier.  En effet, la Chine est en tête du monde dans les industries permettant, et permises par, la quatrième révolution industrielle – énergie verte, numérisation, robots industriels, intelligence artificielle, etc.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine : Elle n’a pas freiné le commerce entre les États-Unis et la Chine, et le commerce bilatéral a atteint un niveau record d’environ 700 milliards de dollars en 2022. Depuis le début de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine en 2018, les exportations vietnamiennes vers les États-Unis ont augmenté, mais ses importations en provenance de Chine ont encore plus augmenté. En 2020, l’ASEAN a remplacé les États-Unis pour devenir le plus grand partenaire commercial de la Chine,

Le progrès technologique de la Chine : Les États-Unis ont interdit les exportations de haute technologie vers la Chine dans des domaines allant des puces semi-conductrices avancées à l’informatique quantique et à l’intelligence artificielle. À court terme, cela pourrait affecter la capacité technologique de la Chine, mais à long terme, cela ne le fera pas. La Chine dispose d’une base technologique solide ; elle a les moyens de rattraper son retard dans les domaines où elle est en retard, grâce à ses années de fabrication à valeur ajoutée et d’innovation ; et grâce aux interdictions d’exportation, elle est fortement incitée à développer ses propres versions des technologies concernées. 

La Chine possède désormais toutes les conditions pour développer ses propres versions de technologies désormais indisponibles à l’import : 1/ concentration des meilleurs talents ; 2/ concentration des instituts de recherche ; 3/ disponibilité du capital ; 4/ capacité de fabrication profonde 5/ marché suffisamment grand. Ensemble, ce n’est qu’une question de temps. 

La Chine a dépassé les États-Unis quant au nombre d’articles scientifiques publiés annuellement dans des revues internationales respectées. L’activité de dépôt de brevet en Chine a augmenté de manière « explosive ». Le nombre de demandes de brevet en Chine par an est désormais supérieur à celui des États-Unis, de l’Europe, du Japon et de la Corée du Sud réunis. Les sanctions technologiques sur la Chine ont provoqué une accélération du progrès technologique.

Bombe démographique – ou atout ? Les données démographiques de la Chine, notamment le vieillissement et le déclin de sa population, ne freineront pas sa croissance à long terme.

La taille de la population active chinoise a atteint un plateau en 2012 et a commencé à décliner progressivement. Pourtant, son PIB a doublé au cours des 10 dernières années. Bien que l’augmentation de la productivité en Chine ait ralenti ces dernières années, elle a néanmoins réussi à propulser la croissance économique. Certains pensent que la Chine est sur le point de tomber dans le « piège des revenus intermédiaires ». Les dépenses de R&D et l’augmentation de la productivité en Chine montrent une autre image. La Chine est désormais à l’avant-garde de l’automatisation industrielle, comme en témoigne l’installation de 50% des robots industriels dans le monde. Il est peu probable que la démographie chinoise entraîne une pénurie de main-d’œuvre dans un avenir prévisible ; en fait, sa population active est susceptible d’être significativement sous-utilisée. 

Si la communauté internationale des investisseurs est si optimiste à propos du Japon, qui connaît des problèmes démographiques plus graves, pourquoi ne pas l’être au sujet de la Chine ? 

L’opportunité chinoise : Si l’on inclut les transferts sociaux en nature – c’est-à-dire des avantages tels que l’aide sociale, la sécurité sociale et d’autres formes d’assistance gouvernementale et non gouvernementale – le revenu disponible des ménages chinois en tant que part du revenu national brut est assez élevé. Les mauvaises nouvelles sont que la consommation privée, même en incluant les transferts sociaux en nature, reste trop faible, à environ 45 % du PIB, contre 72 % pour les États-Unis. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il y a encore beaucoup de place pour la croissance. 

Donc, selon M. Shan, les fondamentaux économiques de la Chine sont très solides, bien qu’elle doive faire face à une combinaison de défis. Son gouvernement dispose d’un espace politique suffisant pour faire face à son ralentissement économique actuel. Son développement industriel l’a positionnée favorablement pour l’avenir. Les douleurs qu’elle subit sont transitoires. Sur le moyen et long terme, la croissance, malgré les sceptiques, devrait se poursuivre.

Sentiment des entreprises étrangères en Chine

Cette analyse est partagée, quoique timidement pour le moment, par une bonne partie des entreprises étrangères opérantes en Chine. Prenons les exemples des entreprises américaines et allemandes en Chine.

Résultat de l’AmCham survey 2024  : Les entreprises américaines exerçant leurs activités en Chine sont devenues plus optimistes quant aux perspectives du pays et à son attrait en tant que destination d’investissement, selon la dernière enquête menée par la Chambre de commerce américaine (AmCham) en Chine.

Notamment, environ 50 % des entreprises interrogées identifient la Chine comme l’une des trois principales cibles d’investissement, ce qui signifie un changement stratégique dans leurs priorités d’investissement, ce qui représente une amélioration de cinq points de pourcentage par rapport à l’enquête de l’année précédente.

Pendant ce temps, la majorité des membres de l’AmCham, tous secteurs confondus, sont restés attachés au marché chinois, sans projet de délocaliser leur production et leur approvisionnement hors du pays.

Résultat du German Chamber Survey 2024  : L’économie chinoise est confrontée à une trajectoire descendante, ont déclaré environ 86 % des entreprises allemandes dans l’enquête, même si la plupart considèrent que cette trajectoire est temporaire et prédit un rebond dans les trois prochaines années. 

La reprise de la Chine après la pandémie s’est révélée plus fragile que prévu, avec une crise immobilière qui s’aggrave, des risques déflationnistes croissants et une demande timide qui jette un voile sur les perspectives de cette année. Quelque 54 % des entreprises allemandes interrogées ont déclaré qu’elles envisageaient néanmoins d’augmenter leurs investissements pour rester compétitives.

Conclusion

L’économie chinoise est en pleine transition. Les douleurs dues aux multiples transformations en cours sont bien réelles. La Chine trébuche, mais il est peu probable qu’elle tombe.  Comme l’a dit Lawrence Wong, vice-premier ministre et ministre des Finances de Singapour (probablement le prochain Premier ministre de Singapour) : « Ne pariez jamais sur la récession chinoise », car l’économie chinoise est énorme avec des fondamentaux très solides et présente de nombreux avantages dans les domaines de la fabrication de pointe, de l’économie verte et dans d’autres domaines.  

En suivant le style de management chinois « transcyclique », Li Qiang, Premier ministre du Conseil d’État de Chine, a récemment déclaré lors du Forum économique mondial « Nous insistons sur le fait de ne pas nous engager dans des mesures de relance fortes, et nous ne courons pas derrière la croissance à court terme en laissant se cumuler des risques à long terme. Nous concentrons nos efforts sur le renforcement de la dynamique de développement endogène. » 

Avec des transformations profondes et radicales en cours, une nouvelle Chine est en train d’émerger.  Une nouvelle économie, celle de l’économie verte et numérique, compensera bientôt le ralentissement de l’investissement fixe, y compris sur le marché du logement saturé. Sa croissance, malgré les sceptiques, devrait se poursuivre, bien que modérément pour le court terme, dans un avenir prévisible.


Alex Wang

Titulaire de deux doctorats (philosophie et ingénierie) et familier des domaines clés de la NTIC, Alex Wang est ancien cadre dirigeant d’une entreprise high tech du CAC 40. Il est également un observateur attentif des évolutions géopolitiques et écologiques.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.