Les signes d’une possible future guerre entre la Russie et l’OTAN

Les signes d’une possible future guerre entre la Russie et l’OTAN

https://www.slate.fr/story/258801/signes-probable-future-guerre-russie-otan-menace-poutine-ukraine-armement-europe


Un conflit lancé par le Kremlin contre un État membre de l’Alliance transatlantique n’est pour l’heure que de la fiction. Mais une fois la guerre en Ukraine passée et la Russie réarmée, la menace sera extrêmement forte.

 

Le président russe Vladimir Poutine porte un toast avec des militaires, représentants des branches des forces armées russes participant à la guerre en Ukraine, lors d'une réunion à la résidence d'État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 1er janvier 2024. | Gavriil Grigorov / agence Sputnik / pool / AFP
Le président russe Vladimir Poutine porte un toast avec des militaires, représentants des branches des forces armées russes participant à la guerre en Ukraine, lors d’une réunion à la résidence d’État de Novo-Ogaryovo, près de Moscou, le 1er janvier 2024. | Gavriil Grigorov / agence Sputnik / pool / AFP

En Ukraine, le gouvernement de Kiev dénonce le non-respect par la Russie des dispositions consécutives à l’accord de paix du printemps 2025. Prétextant un blocus inacceptable de l’oblast de Kaliningrad par la Lituanie et la Pologne, la fédération de Russie lance une attaque surprise contre les pays baltes, le 1er novembre 2028. En quelques heures, les armées d’Estonie, de Lettonie et de Lituanie subissent de lourdes pertes. L’article 5 de la charte de l’OTAN est aussitôt invoqué –celui-ci prévoyant une assistance mutuelle en cas d’agression armée envers un des membres de l’Alliance transatlantique.

Le lendemain, la Pologne déclare la guerre à la Russie. Confrontés directement à une guerre de haute intensité, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni consultent la Maison-Blanche avant de s’engager dans le conflit. Le 4 novembre, Donald Trump s’exprime pour la première fois sur la situation: il vient de s’entretenir avec le président russe qui lui a promis la cessation des hostilités en échange d’une sortie des pays baltes de l’OTAN et de la protection des résidents russophones.

Bien sûr, ce scénario est une fiction. Mais pour combien de temps?

Le grand mensonge des guerres que l’on ne voit pas venir

Depuis la guerre de Troie, les historiens ont cette fâcheuse habitude d’exagérer le caractère «imprévisible» ou «inattendu» d’une guerre: invasion de la Pologne en septembre 1939, attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, plus récemment «l’opération militaire spéciale» en Ukraine en février 2022, ou encore l’attaque terroriste du Hamas le 7 octobre 2023.

Pourtant, à chaque fois, les signes étaient là. Adolf Hitler avait déjà réarmé la Rhénanie en mars 1936 (en violation du traité de Locarno de 1925) avant de réaliser l’Anschluss (l’annexion de l’Autriche) en mars 1938. En juillet 1941, les avoirs des Japonais avaient été gelés aux États-Unis, l’archipel nippon avait rejoint les forces de l’Axe en septembre 1940 et était soumis à un embargo total sur le pétrole et l’acier, qui menaçait son économie de guerre.

Plus proche de nous, beaucoup d’Ukrainiens –par exemple, Oleksiy Arestovych, ancien conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky– s’attendaient à une invasion russe. Enfin, l’attaque du Hamas du 7 octobre avait été anticipée par les services de renseignement égyptiens, saoudiens, américains et même israéliens, puisque le Shin Bet et le Mossad avaient identifié certains signes et que le Premier ministre Benyamin Netanyahou était au courant.

Comme le dit le statisticien et théoricien Nassim Nicholas Taleb, les «cygnes noirs» sont avant tout le fait d’un biais cognitif, c’est-à-dire l’incapacité des populations et de leurs dirigeants à appréhender des faits qui ne correspondent pas à une structure narrative établie.

L’invasion de l’Ukraine est la première étape d’un projet de reconstitution des frontières de l’Empire russe.

Ainsi, loin de la réalité complexe, «fractale», du terrain, la guerre en Ukraine peut, elle aussi, être interprétée comme une séquence de discours narratifs, marqueurs du biais cognitif du moment:
1. Avant le 24 février 2022: la guerre n’aura pas lieu.
2. Du 24 février au 1er mars 2022: la Russie va décapiter le régime ukrainien.
3. De mars à novembre 2022: le danger de la Russie a été surestimé.
4. De novembre 2022 à septembre 2023: l’Ukraine va repousser l’ennemi.
5. Depuis septembre 2023: la guerre est bloquée.

En demandant des négociations censées mettre fin au conflit, les «partisans de la paix», pétris de bonnes intentions ou non, ne font qu’exacerber le spectre d’une guerre encore plus dramatique. L’invasion de l’Ukraine est certainement la première étape d’un projet de reconstitution des frontières et de la zone d’influence de l’Empire russe (1721-1917) et de la restauration de sa grandeur passée. Pour cela, l’OTAN doit disparaître, l’Union européenne doit se diviser et l’appareil militaire russe doit être modernisé et démultiplié.

Tant que le conflit ukrainien dure, la Russie ne peut pas se permettre un second front en Europe (moyens, effet de surprise, etc.). La guerre finie, le Kremlin, fort des leçons tirées du conflit ukrainien, travaillera à reconstituer ses stocks et ses équipements, de façon à préparer le prochain assaut sur les anciennes républiques soviétiques, probablement avec une attaque sur les pays baltes, membres de l’OTAN. On entrerait dans une nouvelle dimension.

Entre trois et dix ans avant la prochaine guerre avec la Russie

L’économie de l’OTAN est à peu près vingt fois plus importante que celle de la Russie, celle de l’Europe dix fois. Et pourtant, à titre de comparaison, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et l’Italie ne peuvent aligner qu’un maximum de 1.000 chars de combat, contre 6.000 à 7.000 chars russes. Depuis février 2022, l’armée russe aurait perdu plus de 2.600 tanks, donc 2,5 fois le total de l’arsenal équivalent des quatre plus grosses économies d’Europe!

Et les usines russes fonctionnent à pleine capacité: Russes produisent en ce moment soixante chars d’assaut par mois, ce qui signifie qu’ils sont capables de fabriquer en un trimestre la totalité des tanks français! Rarement dans l’histoire a-t-on vu un tel décalage entre la puissance économique et la production d’armement.

Et, après le choc de février 2022, au lieu de se résorber, ce décalage s’accentue… Ainsi, les rapports alarmistes se multiplient, d’abord aux États-Unis et au Royaume-Uni. Mais c’est la publication en novembre 2023 d’un rapport du Conseil allemand sur la politique étrangère (DGAP), un groupe de réflexion basé à Berlin, qui a fait couler beaucoup d’encre. L’institut berlinois imagine cinq scénarios de réponse de l’OTAN face au danger du réarmement russe, avec une menace maximale estimée entre cinq et dix ans.

Les analystes du DGAP préconisent une force de l’OTAN de 300.000 hommes à haut niveau de préparation (contre 10.000 soldats répartis dans huit groupements tactiques en Europe de l’Est). Or, ce chiffre avait déjà été annoncé par Jens Soltenberg, secrétaire général de l’OTAN, il y a plus d’un an en juin 2022, mais rien n’a avancé.

La Pologne et les pays baltes semblent vivre dans une période distincte de celle des pays d’Europe occidentale.

Pour Jacek Siewiera, chef du Bureau de sécurité nationale polonais, un délai de cinq à dix ans avant la prochaine attaque russe est trop «optimiste». Il estime le risque entre trois et cinq ans. Le réarmement russe est beaucoup trop rapide, la procrastination des pays d’Europe occidentale réelle et la position américaine trop imprévisible. Alors, que faire? Pour le moment, en Europe, seule la Pologne, l’Estonie et la Lituanie semblent prendre la mesure de la menace.

Avec un budget de 4% de son produit intérieur brut (PIB) qu’elle s’était engagée à dépenser en 2023 en matière de défense, la Pologne est le seul pays européen qui a clairement joint la parole à l’acte. Initié par le gouvernement ultra-conservateur et nationaliste de Mateusz Morawiecki, l’effort polonais de réarmement (armée passant de 115.000 à 300.000 hommes, achats de 96 hélicoptères Apache, 116 tanks Abrams, de lance-missiles Himars…) est poursuivi, voire même accéléré, par le nouveau gouvernement de centre-gauche de Donald Tusk.

Par contraste, l’Allemagne, qui parlait en février 2022 d’un investissement additionnel de 100 milliards d’euros, a en réalité investi 1,5 milliard pour le moment. Le Royaume-Uni a seulement augmenté son budget défense de 5 milliards de livres (environ 5,8 milliards d’euros) et continue à diminuer la taille des effectifs dans tous les corps de son armée.

Quant à la France, la nouvelle loi de programmation militaire (LPM) 2024-2030 prévoit un budget de 413,3 milliards d’euros, soit 40% de plus que les 295 milliards d’euros de la précédente LPM –mais ces montants résisteront-ils aux coupes de Bercy? Tout se passe comme si la Pologne et les pays baltes vivaient dans un temps historique distinct de celui des pays d’Europe occidentale.

L’imbroglio du Pacifique

À une situation déjà complexe viennent s’ajouter d’autres variables. La première, c’est Taïwan. Dans son discours du Nouvel An, le président chinois Xi Jinping a renouvelé son vœu de réunification de l’île avec la Chine continentale. Selon les analystes américains, la Chine atteindra un degré de modernisation et de projection militaire «optimal» vers 2026-2028. Tandis que les États-Unis seraient prêts à une guerre aéronavale de grande ampleur dans le Pacifique à partir de 2028-2029 (programme Next Generation Air Dominance de développement d’un nouveau chasseur, nouveau bombardier stratégique B-21 Raider, etc.).

Ensuite, il y a la nouvelle dégradation des relations sur la péninsule coréenne, avec, en parallèle, l’aide de la Corée du Nord à la Russie. Et enfin, il y a l’énigme Donald Trump. On sait que l’ancien président des États-Unis, s’il est «réélu», accélérera encore davantage les dépenses militaires, tout en restant hostile à la guerre.

Au Proche-Orient, on connaît déjà sa politique: il offrira un soutien encore plus inconditionnel à Israël. En Asie, Donald Trump cherchera à contenir les ambitions de la Chine. Et il cessera l’aide à l’Ukraine, tout en cherchant une solution négociée à la guerre, offrant la voie libre à Vladimir Poutine pour relancer ses ambitions. Or, même si Donald Trump n’est pas élu, les États-Unis ne pourront pas conduire trois guerres simultanément. Or, entre Israël, Taïwan et l’Ukraine, le choix des Républicains est déjà fait.

Ainsi, la Chine a tout intérêt à soutenir la Russie sur le théâtre européen, de façon à mobiliser les États-Unis sur plusieurs fronts. La Russie pourrait être tentée d’encourager l’ouverture d’un nouveau conflit sur la péninsule coréenne pour les mêmes raisons, ce qui n’arrangerait pas la Chine, peu amène à l’idée d’une guerre à sa frontière. Et si Vladimir Poutine et Benyamin Netanyahou, pour des raisons «opposées», souhaitent à tout prix la victoire de Donald Trump, ce n’est pas nécessairement l’avis de la Chine, soucieuse d’un possible désengagement sur le front européen qui n’arrangerait pas ses affaires.

Contre-la-montre

Il y a trois décennies, la fin de la Guerre froide a correspondu en Europe à une explosion de l’endettement et des dépenses sociales, en grande partie liées au vieillissement des populations et à l’absence de croissance économique. Pour nombre de gouvernements de l’UE, les budgets de la défense sont devenus une variable comptable. Résultat: plus de trente ans de désarmement sans précédent dans l’histoire.

Si le choc de l’«opération militaire spéciale» de la Russie a suscité un légitime émoi et a permis l’envoi de dizaines de milliards de dollars/euros en aide financière et militaire à l’Ukraine, ceci s’est fait avant tout au détriment des stocks existants. On a donc beaucoup parlé et, à l’exception notable de la Pologne et de l’Estonie, les actes n’ont pas suivi les paroles. Les dirigeants européens n’ont pas encore compris la gravité de ce qui se passe en Russie: transformation du pays en économie de guerre, généralisation du discours ultranationaliste, endoctrinement à l’école, contrôle total des médias et de la société

Face au plus gros danger menaçant l’UE depuis la Seconde Guerre mondiale, la reconstruction de l’appareil militaire européen est la première priorité du continent. Comme le dit le rapport du DGAP, la course contre-la-montre a déjà commencé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.