Méditerranée : Un chasseur russe “menaçant” contre un navire de la marine française

Méditerranée : Un chasseur russe “menaçant” contre un navire de la marine française

Par Sebastien Veyrier – 24matins.fr-  publié le 11 avril 2018

24matins.fr/mediterranee-un-chasseur-russe-menacant-contre-un-navire-de-la-marine-francaise-754973

Photo d’illustration. Un avion de chasse. jointstar/Shutterstock.com

Si les survols de ce type ne sont pas rares, l’appareil russe aurait eu une attitude qualifiée « d’agressive » par l’armée française.

L’armée russe a-t-elle voulu faire passer un message à la France ou s’agit-il d’un simple malentendu ? Ce qui est certain, c’est que les membres d’équipage de la frégate militaire française Aquitaine décrivent tous un incident inhabituel.

Il y a quelque jour, un avion de chasse de l’armée russe aurait survolé le navire français à basse altitude. Ce dernier était visiblement armé et n’aurait pas choisi sa « cible » par hasard.

Attitude « inamicale »

Ce sont nos confrères du Point qui relaient l’incident qui se serait déroulé ce week-end. La frégate française croisait dans les eaux de la Méditerranée orientale dans le cadre de l’opération Chammal au Levant lorsque l’avion russe l’aurait survolé de très près. Une attitude jugée « agressive », car d’habitude, les avions de chasse se tiennent à bonne distance pour ne laisser aucun doute sur leurs intentions.

Aussi, l’appareil russe était équipé de missiles ce qui laisse une nouvelle fois planer le doute sur ses intentions réelles. Selon une source citée par nos confrères le message était « très clair ».

Objectif stratégique dans un contexte tendu

La frégate Aquitaine est l’un des navires les plus importants de la marine française. Son emplacement actuel est stratégique, car il peut frapper des cibles situées à plus de 1000 kilomètres grâce à ses missiles de croisière. L’Aquitaine pourrait ainsi frapper le régime syrien de Bachar al-Assad à la vue de sa position.

Rappelons que la situation est très tendue dans la zone. Mardi, la Russie a opposé son veto au Conseil de sécurité de l’ONU au projet de résolution des États-Unis qui demandent une enquête sur l’utilisation des armes chimiques par le régime syrien, allié de Moscou.