Quelle tectonique de la plaque géopolitique européenne ?

Quelle tectonique de la plaque géopolitique européenne ?

Par AB PICTORIS, Pierre Verluise – publié le 11 juin 2024

https://www.diploweb.com/Quelle-tectonique-de-la-plaque-geopolitique-europeenne.html


  Conception des cartes : Blanche Lambert et Pierre Verluise.

Réalisation des cartes : AB Pictoris. AB Pictoris est une jeune entreprise française fondée par Blanche Lambert, cartographe indépendante. Passionnée de cartographie et de géopolitique, elle a obtenu un Master en Géopolitique (parcours cyber, IFG, Paris VIII) et en Géostratégie (Sciences Po Aix) après une licence de Géographie et Aménagement du Territoire (Paris I).
Commentaire des cartes : Pierre Verluise, Docteur en Géopolitique, fondateur du Diploweb.com, enseignant dans plusieurs Master 2. Auteur, co-auteur ou directeur d’une trentaine d’ouvrages. Producteur de trois Masterclass sur Udemy : “Les fondamentaux de la puissance” ; “Pourquoi les données numériques sont-elles géopolitiques ?” par Kévin Limonier ; “C’était quoi l’URSS ?” par Jean-Robert Raviot.

Les élections législatives françaises de juin et juillet 2024 se jouent dans un contexte géopolitique marqué par des dynamiques internes et externes qui interagissent. Ces trois cartes commentées situent dans l’espace l’évolution des paramètres externes.
L’Europe géographique post-Guerre froide voit sa tectonique géopolitique profondément renouvelée sous la pression de forces qui étendent ou réduisent les regroupements – plaques – politiques. Post-Guerre froide, l’OTAN comme la Russie réorganisent leurs influences, avec des résultats variables et non sans tensions. La relance de la guerre russe contre l’Ukraine accélère un nouveau cisaillement de l’Europe géographique. Les pays Baltes, l’Ukraine et le Caucase forment plus que jamais une zone de cisaillement liée à des frottements d’influence, entre la plaque russe et la plaque “OTAN – UE”. Dans ce contexte, au vu des enquêtes de Viginum, les opérations d’influences russes sont particulièrement dynamiques dans les pays de l’UE.

Carte. 1/3. L’Ouverture du projet communautaire à de nouveaux Etats après la dislocation du Bloc de l’Est (1991-2023)

A TRAVERS la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) et la Communauté économique européenne (CEE), la construction de l’Europe communautaire engagée dans les années 1950 se fait dans le contexte de la Guerre froide (1947-1991). Bien sûr, la tension Est-Ouest génère des dépenses, mais paradoxalement la Guerre froide est aussi un stimuli qui produit des effets politiques, comme le dépassement d’une partie des rancœurs franco-allemandes, du moins avec la RFA. Autrement dit, la peur de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) pousse quelques pays ouest-européens à dépasser leurs divergences pour mettre en place des convergences institutionnelles. Il est intéressant de souligner que depuis 2014 et plus encore 2022, la peur de la Russie post-soviétique a encore produit des effets politiques de rapprochement ou regroupement, par exemple au bénéfice de l’OTAN ou de l’UE. [1] Mieux encore, la crainte de la Russie et la méfiance à l’égard de la Biélorussie sont à l’origine même de la création de la Communauté politique européenne. [2]

 
Carte 1/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne. Ouverture du projet communautaire à de nouveaux Etats après la dislocation du Bloc de l’Est
Conception : B. Lambert et P. Verluise. Réalisation B. Lambert AB Pictoris. Voir la carte au format PDF haute qualité d’impression
Lambert-Verluise/Diploweb.com

La CEE puis l’Union européenne doivent être attractives pour avoir déjà connu sept élargissements et une seule sortie – pacifique – avec le Brexit (2016-2020). L’Europe communautaire s’étend vers le Sud et vers l’Est, jusqu’à intégrer trois anciennes Républiques soviétiques – Baltes – en 2004. Après celui de 1995, les élargissements de l’UE se font souvent dans la foulée de ceux de l’OTAN qui donne le rythme et prend en charge la dimension défense. D’anciens membres du Pacte de Varsovie (1955 – 1991) deviennent membres de l’OTAN dès 1999. A partir de 2004, en partie sous l’inspiration des nouveaux États membres, l’UE met en place une Politique européenne de voisinage (PEV). En deux décennies, la PEV connait plusieurs redéfinitions. Il s’agit de tenter de construire des relations aussi coopératives que possible avec les pays des marges extérieures, avec des résultats inégaux sous la pression des évènements internes et externes. Ainsi, le conflit israélo-palestinien et les printemps arabes (2011) pénalisent le développement de la dimension méditerranéenne.

L’Europe géographique post-Guerre froide voit donc sa tectonique géopolitique profondément renouvelée sous la pression de forces qui étendent ou réduisent les regroupements – plaques – politiques. Preuves d’attractivité plus que d’un « complot », l’OTAN et l’UE marquent des points, s’étendent. Ce qui n’empêche pas des contradictions et tensions, aussi bien internes qu’externes. Il n’y a aucune raison de s’en étonner puisque le rapport de forces est au cœur même de l’action politique.

. Voir cette carte au format PDF haute qualité d’impression

Carte 2/3. Sécuriser sa sphère d’influence jusqu’à se frotter à l’« étranger proche » russe (1991-2024) ?

A la faveur de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs pays précédemment indépendants sont intégrés de force à l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques : Estonie, Lettonie, Lituanie… D’autres pays deviennent des satellites de l’Union soviétique : zone soviétique en Allemagne devenue République Démocratique d’Allemagne, Pologne, Tchécoslovaquie [3], Hongrie, Roumanie, Bulgarie… Ils forment alors avec l’URSS le « bloc de l’Est ».
Durant le second semestre 1989 s’engage un processus complexe et interdépendant de désatellisation, via l’ouverture du Rideau de fer, sous l’effet de forces internes et externes, convergentes et divergentes. Cette histoire reste pour partie à écrire mais ce sera difficile puisque les archives des différents services de renseignement qui y ont participé ne sont toujours pas ouvertes.

L’année 1991 est à la fois marquée par l’éclatement de la Yougoslavie – communiste mais en froid avec Moscou – et l’implosion de l’URSS, à l’initiative de la Russie, de l’Ukraine et de la Biélorussie. Ici encore, l’accès à toutes les archives permettrait d’avoir une vision plus précise des calculs et erreurs des uns comme des autres, mais aussi des résultats. En admettant que nous disposions d’une vision complète des résultats.

Quoi qu’il en soit, ces évènements coproduisent progressivement de nouvelles dynamiques.

Carte 2/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne. Sécuriser sa sphère d’influence jusqu’à se frotter à l’« étranger proche » russe (1991-2024) ?
Conception : B. Lambert et P. Verluise. Réalisation B. Lambert AB Pictoris. Voir au format PDF haute qualité d’impression
Lambert-Verluise/Diploweb.com

D’anciens satellites de Moscou et d’anciennes Républiques soviétiques (Baltes) continuent à craindre la Russie. Parce que l’Union européenne des années 1990 n’a pas la volonté et encore moins la capacité d’incarner une protection face à une Russie que l’on a enterré un peu vite, l’OTAN s’étend vers l’Est, à la demande de ces pays. La Pologne, la République Tchèque et la Hongrie font leur entrée dès 1999.

La Russie, de son côté, tente de restaurer son autorité sur ce qu’elle appelle dès les années 1990 son « étranger proche », soit les autres anciennes Républiques soviétiques. Moscou y voit sa zone d’intérêts privilégiés et attend que les populations de ces quatorze pays fassent leur deuil d’une possible divergence avec la Russie. La proximité géographique avec la Russie leur imposerait de prendre en compte les intérêts économiques, politiques et stratégiques de Moscou. Bref une forme de retour à la doctrine de souveraineté limitée chère au dirigeant soviétique Léonid Brejnev (1964-1982) Après avoir contribué à faire imploser l’URSS, la Russie tente de restaurer son influence sur les anciennes Républiques soviétiques via diverses organisations : la Communauté des États Indépendants (CEI), l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) bras armé de la CEI, et l’Union économique eurasiatique (UEE) qui se veut le pendant économique de la CEI.

Pour diverses raisons liées à des représentations mentales et politiques, l’Ukraine est considérée comme « le gros morceau » que Moscou entend impérativement reprendre sous sa coupe. Vue de la Russie poutinienne, l’Ukraine n’existe pas en tant que nation, et encore moins comme souveraine.
`
A partir de la Révolution orange (2004) s’engagent des mouvements complexes et parfois contradictoires. Les dirigeants ukrainiens sont loin d’être homogènes et cohérents dans leur désir de rapprochement avec l’Union européenne. Et les pays membres de l’UE ont des approches différentes de l’Ukraine. Cependant, la fin de l’année 2013 et le début de l’année 2014 marque un moment de bascule quand la Russie entend empêcher la signature d’un accord d’association Ukraine / Union européenne. Sous la pression de l’Euromaïdan, le Président ukrainien pro-russe doit quitter son pays. L’annexion illégale de la Crimée en février 2014 par la Russie puis son soutien aux séparatistes du Donbass ont pour fonction de complexifier un rapprochement Kiev / Bruxelles.

Pourtant, Kiev signe peu après un accord d’association avec l’UE. Et l’ Ukraine met fin à sa participation aux organes statutaires de la CEI en 2018. Les candidatures informelles ou formelles de l’Ukraine à l’OTAN et à l’UE sont des irritants pour Moscou. Quand la Russie prétend « neutraliser » l’Ukraine, c’est en fait pour l’avoir à sa botte et pouvoir l’utiliser dans sa bataille contre l’OTAN et l’UE.

La Moldavie a également annoncé son retrait de la CEI, mais ce pays est fragilisé depuis le début des années 1990 par la sécession illégale de la Transnistrie où stationne la XIV e armée russe. Un territoire que la Russie pourrait utiliser pour peser sur la situation en Ukraine, en Roumanie et plus largement sur l’OTAN et l’UE. La Moldavie est également candidate à l’UE.

La relance de la guerre d’agression russe en Ukraine, le 24 février 2022 a même conduit deux États membres de l’Union européenne précédemment très attachés à leur neutralité à sauter le pas d’une adhésion à l’OTAN : la Finlande et la Suède. Autrement dit, cette guerre que la Russie n’ose même pas appeler par son nom durant plus de deux ans a conduit à un nouvel élargissement de l’OTAN.

Aux représentations de l’URSS durant la Guerre froide viennent donc s’ajouter les crimes de guerre russes en Ukraine. Autrement dit, la Russie s’est remise en difficulté pour quelque temps.

Soulignons, cependant, que V. Poutine bénéficie de soutiens internes et externes, notamment la République populaire de Chine, l’Iran, la Corée du Nord et de bien d’autres, trop heureux de contester les pays dits « Occidentaux » qui n’ont pas toujours brillé, il est vrai, par leur non-violence et leur cohérence.

Voir cette carte au format PDF haute qualité d’impression

Carte 3/3. Quand le cisaillement de l’Europe géographique s’accélère : les conséquences de la guerre en Ukraine (24 février 2022-Avril 2024)

A l’initiative de Moscou, la relance de la guerre russe contre l’Ukraine, le 24 février 2022, accélère le nouveau cisaillement de l’Europe géographique. Loin de l’unification de l’Europe géographique fantasmée par certains post-Guerre froide, l’Europe géographique reste divisée, voire fracturée, mais sur des lignes déplacées et par d’autres regroupements. Il existe cependant un point commun pendant et après la Guerre froide : la crainte de l’URSS devenue Russie post-soviétique produit des effets de regroupements chez ceux qui veulent s’en préserver.

 
Carte 3/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne. Quand le cisaillement de l’Europe géographique s’accélère : les conséquences de la guerre en Ukraine (24 février 2022-Avril 2024)
Conception : B. Lambert et P. Verluise. Réalisation : B. Lambert AB Pictoris.
Lambert-Verluise/Diploweb.com

Après avoir violé une première fois les frontières de l’Ukraine en 2014 (annexion illégale de la Crimée, soutien à des séparatistes dans le Donbass) la Russie relance le 24 février 2022 une guerre qui n’ose pas dire son nom contre l’Ukraine. L’Ukraine chasse assez rapidement les troupes russes du nord de son territoire, mais la Russie gagne du terrain à l’est et au sud de l’Ukraine.

Dès mars 2022, la Russie est exclue du Conseil de l’Europe qui passe de 47 à 46 états membres, avec une importante diminution de sa superficie. La Biélorussie [4] sert de base arrière à l’armée russe pour mettre en œuvre pressions et opérations contre l’Ukraine. Réélu frauduleusement en 2020, le dictateur biélorusse Alexandre Loukachenko tombe de plus en plus sous la coupe de Vladimir Poutine. Des sanctions sont prises par nombre de pays occidentaux contre la Biélorussie et la Russie. Celle-ci fait cependant preuve d’une forme de résilience, en partie explicable par l’emprise de l’exécutif sur l’économie et la presse.

Le Caucase et l’Ukraine forment plus que jamais une zone de cisaillement liée à des frottements d’influence, entre la plaque russe et la plaque OTAN – UE. Cette expression « OTAN – UE » est pratique mais trompeuse. Certes, 23 pays membres de l’UE-27 sont membres de l’OTAN à 32 (OTAN-32). La plupart des Etats membres de l’UE sont donc également membres de l’OTAN-32, dont la France. Cependant, plusieurs pays de l’UE ne sont pas de l’OTAN et plusieurs pays de l’OTAN ne sont pas de l’UE. Il n’en demeure pas moins que les traités européens articulent les relations de ces deux institutions et que la pression de la relance de la guerre russe en Ukraine remet l’OTAN dans une position assez favorable de dernier – voire premier – garant.

Un arc de cisaillement s’étend de la Finlande – sur laquelle Moscou tente des manœuvres de déstabilisation pour la punir d’avoir rejoint l’OTAN – jusqu’au Caucase, en passant par les Pays Baltes frontaliers de la Russie et bien sûr l’Ukraine voire la Moldavie. Cette dernière est fragilisée par les jeux russes en Transnistrie, sécessionniste depuis le début des années 1990. En quelques rotations aériennes, la Russie pourrait considérablement augmenter ses troupes stationnées en Transnistrie pour attaquer l’Ukraine par l’Est afin de faire la jonction avec la Crimée… ou à l’Ouest… la Moldavie, voire la Roumanie, donc l’OTAN. Le long de cet arc de cisaillement, la Biélorussie joue en faveur de la Russie, mais le régime de Loukachenko pourrait payer cher cet alignement si la Russie n’était pas victorieuse dans sa relance de sa guerre en Ukraine.

La Géorgie est sous pression de la Russie qui cherche à y contenir les forces en faveur d’un rapprochement avec l’OTAN et l’UE. L’Azerbaïdjan utilise les sanctions de l’UE contre la Russie pour renforcer sa coopération énergétique avec l’UE, mais ne s’interdit pas de contribuer en mai 2024 à des opérations de déstabilisation d’un pays membre de l’OTAN et de l’UE – la France – dans une opération d’influence en Nouvelle-Calédonie [5]. Enfin, avec la Turquie dans les reins, l’Arménie paie cher d’avoir choisi la Russie pour la soutenir face à l’Azerbaïdjan. Erevan en a récemment perdu dans une indifférence troublante le contrôle sur l’enclave du Haut-Karabagh. Voilà ce qui arrive quand on choisit le mauvais cheval à un moment charnière.

Cet arc de cisaillement qui traverse l’Europe géographique – dont la limite orientale conventionnelle est l’Oural – pourrait rester crisogène durant quelque temps. Les traces dans les représentations géopolitiques pourraient être durables. Ce qui pourrait générer ou renforcer des effets structurants.

Des facteurs intérieurs, endogènes et / ou manipulés par des puissances extérieures, peuvent amoindrir la cohésion des soutiens à l’Ukraine.

Des facteurs extérieurs – les élections aux Etats-Unis, la question taiwanaise, les crises au Moyen-Orient et en Afrique, etc. – peuvent rebattre les priorités donc les cartes.

D’expérience, les pays de l’Union européenne, l’esprit embrumé par des vapeurs d’idéologie, attendent d’être dans les cordes pour commencer à considérer le réel stratégique. Ils partent de loin, leurs fondamentaux démographiques, économiques et stratégiques sont diminués. Les efforts en matière de défense sont tardifs et encore insuffisants.

Il faudrait des pays de l’UE véritablement mobilisés, sachant réduire les manœuvres des puissances étrangères, et engager des efforts cohérents sur tous les fondamentaux de la puissance et sur une longue durée pour faire de cette pression un facteur de rebond.

Dans le cas contraire, la sanction sera plus ou moins rapide. Vae victis. [6]

Copyright pour le texte Mai 2024-Verluise/Diploweb.com.
Copyright pour les cartes Avril 2024-Lambert-Verluise/Diploweb.com


En résumé

. Voir la carte 1/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne. Ouverture du projet communautaire à de nouveaux Etats après la dislocation du Bloc de l’Est (1991-2023)

. Voir la carte 2/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne. Sécuriser sa sphère d’influence jusqu’à se frotter à l’« étranger proche » russe (1991-2024) ?

. Voir la carte 3/3 Tectonique de la plaque géopolitique européenne Quand le cisaillement de l’Europe géographique s’accélère : les conséquences de la guerre en Ukraine (24 février 2022-Avril 2024)

. See Map. Tectonics of the European Geopolitical Plate. When the Fracture of Geographical Europe Accelerates : The Consequences of the War in Ukraine (February 24, 2022 – April 2024)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.