L’armée de l’Air et de l’Espace a reçu un nouvel avion de guerre électronique

L’armée de l’Air et de l’Espace a reçu un nouvel avion de guerre électronique

https://www.opex360.com/2024/05/10/larmee-de-lair-et-de-lespace-a-recu-un-nouvel-avion-de-guerre-electronique/


Avec la guerre en Ukraine, d’aucuns ont estimé que le retrait de ces deux appareils n’était pas opportun. Alors major-général de l’AAE, le général Frédéric Parisot s’en était expliqué, lors d’une audition parlementaire. « Je suis le responsable de l’arrêt des Transall ‘Gabriel’ et je l’assume : dix Transall nous coûtaient plus de 80 millions d’euros par an, pour une disponibilité de 20 %. Plutôt que de faire des coupes ailleurs, j’ai choisi de les retirer du service », avait-il dit. Et d’assurer que des mesures avaient été prises pour maintenir les compétences dans le domaine de la guerre électronique.

Pour autant, même si elle n’était pas totalement démunie en matière de ROEM, avec les satellites CERES [Capacité d’écoute et de renseignement électromagnétique spatiale], les capacités dédiées de l’Avion légers de surveillance et de renseignement [ALSR] « Vador », la suite MSE [Mesures de soutien électronique] de ses quatre E-3F AWACS, les nacelles ASTAC [Analyseur de Signaux TACtiques] de ses Mirage 2000D ou encore ses drones MQ-9A Reaper, l’AAE se mit en quête d’une solution « intérimaire » pour palier le retrait des deux C-160G Gabriel.

D’où le contrat SOLAR, censé permettre de disposer d’une capacité ROEM aéroportée dans l’attente de la mise en service des trois Falcon Archange, prévue entre 2028 et 2030. Celui-ci n’a fait l’objet de beaucoup de publicité… Si ce n’est que l’intention de l’AAE était de louer un avion de type Saab 340, équipé de « capteurs de nouvelle génération ».

Le contrat SOLAR a été attribué à CAE Aviation, partenaire de « confiance » du ministère des Armées [et en particulier de la Direction générale de la sécurité extérieure].

Quoi qu’il en soit, depuis quelques temps, un Saab 340, à la livrée blanche et rouge, peut être aperçu aux abords de la base aérienne 105 d’Évreux, où est implanté l’escadron 01.054 Dunkerque. Via sa boutique en ligne, l’unité commercialise même un « patch » représentant cet appareil.

Pouvant emporter jusqu’à 34 passagers, le Saab 340 est doté de deux turbopropulseurs General Electric CT7 lui permettant de voler à une vitesse de croisière de 270 nœuds [500 km/h]. Son autonomie est de 1730 km. Quant aux capteurs qu’il est censé mettre en œuvre, ils font probablement partie – du moins pour certains – de la suite AGOMS [Air Ground Operational Management System] développée par CAE Aviation

« AGOMS est le seul système de mission qui permet de piloter et fusionner la totalité des capteurs embarqués sur nos avions ISR : radars de surveillance terrestre ou maritime, systèmes ROEM, boules gyro-stabilisées EO/IR, AIS, etc. », explique en effet l’entreprise.

Grand Duc 2024 : décollage réussi pour le Commandement des actions dans la profondeur et du renseignement

Grand Duc 2024 : décollage réussi pour le Commandement des actions dans la profondeur et du renseignement

– Forces opérations Blog – publié le

À peine créé, le Commandement des actions dans la profondeur et du renseignement (CAPR) s’est confronté pour la première fois à la réalité du terrain à l’occasion de l’exercice Grand Duc. Un exercice autant qu’une expérimentation source de premiers résultats encourageants en matière de construction des synergies et d’accélération de la boucle renseignement-feux.

Une édition inédite

Inhabituel, Grand Duc l’aura été à plus d’un titre. De par son ampleur, premièrement. Conduit du 15 au 29 mars dans le quart nord-est de la France, cet exercice annuel des unités du renseignement de l’armée de Terre a cette fois été joué entre Amiens et Belfort. Inspiré de l’exercice d’hypothèse d’engagement majeur ORION 2023, son scénario voyait l’ennemi symétrique Mercure et sa milice Tantale envahir la nation voisine Arnland. Un allié fictif de l’OTAN opposé à des ennemis tout aussi fictifs et dont l’agression entraînait la formation d’une vaste coalition, déploiement de divisions française, britannique et américaine à la clef. 

Trois divisions formant un corps d’armée au profit duquel oeuvrait un groupement de recherche multicapteurs (GRM) déployé dans la profondeur avec l’ensemble de ses moyens. Ses quelques 400 combattants provenaient essentiellement du 2e régiment de hussards, spécialiste du renseignement de source humaine et de l’infiltration à travers les lignes ennemies. Des éléments des 54e, 61e et 1er régiments d’artillerie, du 28e groupe géographique, des 54e et 44e régiments de transmissions ainsi qu’un sous-groupement aéromobile armé par le 5e régiment d’hélicoptères de combat sont venus s’y agréger. 

Ce GRM intégrait un détachement belge du bataillon ISTAR, signe parmi d’autres des liens grandissants entre forces terrestres des deux pays. Cette unité de chasseurs à cheval a pour l’occasion envoyé son escadron A renforcé d’une section radar Squire, d’une équipe drones et d’une section de génie (EARS). Une « belle unité » dont les membres « apportent une certaine philosophie et une certaine approche de la planification d’une opération. Nous avons beaucoup à apprendre de nos camarades belges tout comme, je l’espère, ils ont beaucoup de choses à apprendre de nous », soulignait le colonel Nicolas Louis, chef de corps du 2e RH et commandant du GRM. 

La mission de ce GRM à l’accent belge ? Trouver l’ennemi, comprendre ses modes d’action, déterminer des cibles et faire remonter ces informations jusqu’au corps d’armée. Par le lien direct qu’il crée avec les feux et les moyens de guerre électronique, le GRM contribue ainsi au grignotage, à l’affaiblissement de l’ennemi au profit des divisions et brigades de la ligne de contact. Dans un espace de jeu grand comme la Bulgarie, impossible de se la jouer « big brother ». Bien que dédoublée fictivement, l’envergure du GRM impliquait « de manoeuvrer, de faire des choix en utilisant au mieux les compétences de chacun », relève le colonel Louis. 

Surtout, Grand Duc constituait un premier essai grandeur nature pour le CAPR, mis en place le 1er janvier 2024 pour succéder au Commandement du renseignement (COM RENS). Organisé autour d’un état-major implanté à Strasbourg, ce nouveau commandement Alpha rassemble le centre de renseignement Terre (CRT) ainsi que trois brigades : la 4e brigade d’aérocombat (4e BAC) et les futures 19e brigade d’artillerie (19e B.ART) et brigade de renseignement et de cyber électronique (BRCE). Ces unités opérant au profit de la division et du corps d’armée, focalisent leur action sur un compartiment profond de 50 à 500 km, tant au sol que dans la 3e dimension. Ce CAPR est commandé par le général de division Guillaume Danès, dont la carrière a démarré au 13e régiment de dragons parachutistes avant de se poursuivre au 2e RH puis à la tête de l’ex-COM RENS. 

Derrière l’entraînement et l’évaluation Antarès du PC du GRM, cette édition devait « mettre en synergies toutes ces compétences » qui évoluaient auparavant dans leur couloir de nage et de « tester une nouvelle organisation, de nouvelles procédures pour aller toujours plus vite et être toujours plus efficaces face à ces défis qui prennent une importance beaucoup plus grande par rapport à ce que les armées françaises ont connue ces 15-20 dernières années », résume le commandant du 2e RH. Un séminaire organisé en janvier dernier avec tous les acteurs du CAPR avait débouché sur de premières réflexions communes d’amélioration. Des idées pour la première fois mises en pratique lors de Grand Duc.

Un militaire du bataillon ISTAR belge survolé par un Tigre HAD du 5e RHC, illustration de la volonté du CAPR d’inclure dans ses réflexions tout acteur susceptible d’agir dans la profondeur, en ce y compris les unités alliées, la 11e brigade parachutiste, les forces spéciales ou encore les observateurs d’artillerie
(Crédits image : Bn ISTAR)

À l’instar de l’ensemble des armées, les unités du CAPR ont définitivement pris le tournant de la « haute intensité », cette volonté de durcissement de la préparation opérationnelle face à l’hypothèse d’un engagement majeur. Essentiel au bon déroulé d’un exercice, le réalisme de l’animation est l’une des spécialités de la major Stéphanie. « On nous demande depuis 2-3 ans de basculer vers la haute intensité », explique cette équipière « recherche au contact » (RAC) du 2e RH rattachée à la section entraînement-exercice du CAPR. 

Grand Duc n’y a pas coupé et prolongeait quelques grandes idées d’ORION 2023. C’est ainsi que la milice Tantale aura généré des actions de harcèlement et de sabotage les arrières de la force alliée pour déstabiliser celle-ci et faciliter l’avancée des divisions Mercure. Réalisme oblige, 23 « sources » ont été créées parmi la population arnlandaise, pour moitié réellement jouées. Des joueurs auxquels l’animatrice « fait dire des choses plus ou moins intéressantes à creuser ensuite ». Ces sources, additionnées aux événements conçus de toute pièce, auront atteint un volume inédit. « J’adore faire vivre l’exercice », se réjouit la major Stéphanie. Celle-ci a imaginé un monde artificiel d’associations, de médias, de réseaux sociaux alimentés à l’occasion par la petite force adverse présente sur le terrain. Jusqu’à l’écriture d’un journal quotidien : « Le Roseau », canal d’information exploitable jusque dans ses encarts publicitaires. 

Étendue d’Amiens à Belfort, la zone d’action profonde de plus de 400 km se voulait la plus représentative possible des élongations dans lesquelles les unités du CAPR sont appelées à opérer. Des distances sources de challenges, dont celui de l’accélération. « Notre objectif, c’est de réduire la boucle renseignement-feu, le délai entre la détection d’une cible et sa neutralisation quel que soit l’effecteur retenu », relève le général de division Danès. Pourquoi ? « Parce que, face à un ennemi à parité, il faut savoir saisir les opportunités. Nous n’avons pas toujours l’initiative, nous sommes contraints par les combats contrairement aux opérations extérieures conduites ces 20 dernières années ». Ces fenêtres d’action peuvent être très courtes, « d’où cette nécessité d’accélérer ». 

Le CAPR a en effet cela d’utile qu’il permet de « faire des choix un peu innovants en matière d’équipements » grâce au dialogue renforcé entre acteurs d’un même monde. Durant Grand Duc, la focale aura surtout porté sur les transmissions. L’acquisition rapide de systèmes disponibles sur le marché et en partie civils est ainsi venu soutenir le concept d’hybridation, cette combinaison de moyens civils et militaires privilégiée pour éviter les ruptures de communication et compenser les éventuelles perturbations adverses. 

« Comment j’utilise internet, le réseau GSM, les satellites à orbite basse en complément des satellites et liaisons radios militaires, c’est un sujet que l’on travaille à l’occasion de l’exercice Grand Duc », pointe le général de division Danès. L’armée de Terre a, entre autres, acheté des boîtiers GSM sur lesquels elle intègre un chiffrement « maison » pour pouvoir les relier à ses propres systèmes d’information. « Nous avons mis en oeuvre des passerelles automatiques et intelligentes qui nous permettent de faire basculer une information d’un niveau de classification à l’autre tout en en interdisant la redescente vers le niveau inférieur », confie le colonel Louis. Les transmetteurs auront par ailleurs réussi à pallier à l’absence de liaison 16 sur les cinq hélicoptères du SGAM, facilitant par là le positionnement ami et la coordination dans la 3e dimension. 

Résultat parmi d’autres des expérimentations, la patrouille de recherche opérant à Vesoul a pu transmettre ses informations en moins de deux minutes au poste de commandement du GRM installé à Mourmelon-le-Petit. Soit près de 300 km parcourus sans anicroches ni intervention technique. Certes, le processus n’est pas encore instantané, mais « gagner deux minutes, c’est déjà énorme », assure le général de division Danès. Ce petit gain de temps devient effectivement précieux lorsqu’il s’agit d’avoir un impact sur la manoeuvre ennemie. « Nous sommes sur une très bonne voie, car nous réussissons à prendre des décisions de tirs en quelques minutes », constate le colonel Louis. « Le pari de création de ce CAPR incubateur et laboratoire est donc gagné », estime pour sa part le général de division Danès.

Crédits image : armée de Terre

Face à un ennemi puissant et protéiforme, la réduction des délais de la boucle renseignement-feux n’est pas le seul enjeu. Repenser certains modes d’action, en concevoir de nouveaux et faire évoluer les matériels en sont d’autres. Hormis l’écriture doctrinale, il s’agira par exemple de déterminer quel sera le meilleur « pion multicapteurs » à déployer selon le contexte. Une compagnie de recherche humaine ? Une compagnie de guerre électronique ? Une section, voire une patrouille ? L’intégration de plusieurs capteurs est-elle nécessaire ? Quel est la combinaison offrant le meilleur équilibre en termes d’efficacité et de discrétion ? Bref, où placer les différents curseurs pour obtenir « un renseignement précis, fiable » ? 

Laboratoire à ciel ouvert, Grand Duc offrait le terrain idéal pour tester de nouveaux équipements. « Nous avons mis en oeuvre un certain nombre de matériels assez innovants dans le domaine du renseignement électromagnétique », explique le colonel Louis. Des systèmes de guerre électronique qui auront conduit à la capture anticipée d’un chef de la milice Tantale infiltré à proximité du PC du GRM. Un fait inattendu mais sans réelle conséquence pour le travail de la major Stéphanie, car le cadre scénaristique de Grand Duc n’a rien de figé et évolue tout au long de l’exercice. Le conflit russo-ukrainien influence certainement ce travail d’écriture mais « je me sers du monde entier », assure celle qui, à l’heure où nous la rencontrons, planche déjà sur la prochaine action de Tantale : l’attaque d’un aéroport à coup d’engins explosifs improvisés et de drones. 

Si la porosité d’un front – ou son absence dans le cas sahélien – facilite l’infiltration, celle-ci se trouve complexifiée lorsque ce front s’avère dense, parsemé de capteurs, de champs de mines, fortifications et autres obstacles présents dans les trois dimensions. La relative stabilité du front russo-ukrainien et les difficultés éprouvées par les belligérants pour le franchir en sont des rappels quotidiens. 

Traverser la ligne pour s’enfoncer dans le dispositif adverse, c’était déjà la préoccupation principale de Chamborant quand le général de division Danès était à sa tête, il y a plus d’une décennie. Pour ce dernier, « il y a toujours des moyens de passer, il faut être audacieux » et « chercher les espaces lacunaires, en espérant qu’ils existent ». Quitte à remettre au goût du jour des savoir-faire passés au second plan au cours des dernières décennies afin de « faire très mal, dès ce soir, à un ennemi disposant de capacités équivalentes », indique le colonel Louis. Grâce à Grand Duc, « nous avons pu mettre en oeuvre des savoir-faire spécifiques dans les conditions les plus réelles possibles », poursuit-il. Exemple avec ces VB2L engagés dans une phase de franchissement d’ « un cours d’eau assez profond qui allait contraindre notre manoeuvre », un procédé exceptionnellement joué de nuit.

Le défi est tout aussi prégnant pour les hélicoptères de la 4e BAC, vecteurs de mobilité, de reconnaissance, de destruction d’objectif et d’escorte par excellence mais confrontés aux capacités d’interdiction de l’adversaire. Aux équipages d’à leur tour chercher et exploiter le trou dans la raquette adverse tout en comptant sur leur maîtrise du vol tactique et sur le renouvellement progressif des parcs d’hélicoptères. De là à agir jusqu’à 500 km ? « Nous pourrions, car nous sommes capables de réaliser des FARP [Forward Arming and Refueling Point] pour pouvoir aller plus loin. C’est ce que nous avons fait durant cet exercice », précise le lieutenant François, officier contrôleur de circulation aérienne au sein du 5e RHC. Couramment déployés lors des opérations au Sahel, ces FARP sont autant de points de ravitaillement avancés permettant d’accroître l’élongation des machines, au prix d’une exposition accrue. 

Plus encore, la transparence du champ de bataille qu’amène la combinaison de satellites, drones et autres capteurs suppose un risque d’érosion de la discrétion chère au 2e RH. « D’ores et déjà, on voit les Russes comme les Ukrainiens s’adapter à cette situation. On le voyait sur les autres théâtres d’opération aussi, les gens s’enterrent », remarque le général de division Danès. Mais chez les hussards, l’effort relève plutôt du camouflage, à l’instar de cette bâche en aluminium à mémoire de forme « remontée » du 13e RDP et de solutions atténuants le rayonnement infrarouge. Faute de pouvoir traverser, d’autres voies subsistent pour le renseignement d’origine humaine, à l’image des sources disséminées sur les arrières par l’équipe animation de Grand Duc et susceptibles d’être en lien avec les populations situées au-delà du front. 

Le retour d’un ennemi à parité pose, enfin, la question de la maîtrise du ciel. Le défi est surtout prégnant pour les hélicoptères de la 4e BAC, vecteurs de mobilité, de reconnaissance, de destruction d’objectif et d’escorte par excellence mais confrontés aux capacités d’interdiction de l’adversaire. Aux équipages d’à leur tour chercher et exploiter le trou dans la raquette adverse tout en comptant sur leur maîtrise du vol tactique et sur le renouvellement progressif des parcs d’hélicoptères. De là à agir jusqu’à 500 km ? « Nous pourrions, car nous sommes capables de réaliser des FARP [Forward Arming and Refueling Point] pour pouvoir aller plus loin. C’est ce que nous avons fait durant cet exercice », précise le lieutenant François, officier contrôleur de circulation aérienne au sein du 5e RHC. Couramment déployés lors des opérations au Sahel, ces FARP sont autant de points de ravitaillement avancés permettant d’accroître l’élongation des machines, au prix d’une exposition accrue. 

Surveiller et protéger l’espace aérien, c’est justement la mission principale du lieutenant Philippe. Grand Duc « permet de travailler avec tous les acteurs des brigades de la 3e dimension et, parce que nous sommes plus hauts dans la chaîne de commandement, la qualité d’information est beaucoup plus claire et précise tandis que les interlocuteurs sont moins nombreux », explique ce chef de centre de management de la défense dans la 3e dimension (CMD3D) au sein du 54e régiment d’artillerie. Son compartiment de travail s’étendait sur environ 100 km2, « ce qui est quand même assez conséquent et contient énormément de nouveaux acteurs car c’est la première fois que l’on se déploie avec le GRM du 2e RH », continue-t-il. La manoeuvre exige donc une vigilance de tous les instants. Gagner du muscle et traiter les menaces actuelles et futures demandera à la fois de la multiplicité et de nouvelles technologies. « Nous nous adapterons, et l’armée s’adapte déjà », souligne-t-il. En témoigne le rattrapage engagé sur la défense sol-air grâce à la loi de programmation militaire 2024-2030, un effort qui se traduira notamment par l’arrivée au 54e RA de véhicules Serval de lutte anti-drones (LAD) et de Serval équipés de missiles MISTRAL. 

Le CAPR tel qu’il s’organisera à compter de l’automne prochain
(Crédits image : armée de Terre)

Pari gagné

À quelques jours de la fin de l’exercice, le colonel Louis se disait « plus que satisfait et même fier de ce qui a été réalisé », ce dernier relevant « des résultats remarquables, ne serait-ce que dans le délai de transmission ». Un sentiment partagé par son supérieur, le général de division Danès. « C’est très concluant. La réorganisation autour de ces commandements Alpha, c’est déjà un pari gagnant pour le CAPR ».

Si les premières impressions sont positives, Grand Duc 2024 n’était qu’une étape préliminaire dans un vaste chantier soutenu par une LPM de « transformation ». Son enveloppe de 413 Md€ sur sept ans « apporte pas mal de choses en ce qui concerne le triptyque majeur de la défense sol-air, des feux dans la profondeur et de la guerre électronique ». Derrière les Serval LAD et MISTRAL, le CAPR bénéficiera du renouvellement des lance-roquettes unitaires (LRU), un projet pour lequel « il est bien dans les intentions des armées d’augmenter la portée au-delà des 70-80 km autorisés aujourd’hui pour aller bien au-delà, et pourquoi pas jusqu’à 500 km ».

L’hélicoptère interarmées léger (HIL), le (re)décollage du drone Patroller, les moyens radars intégrés avec l’armée de l’Air et de l’Espace seront d’autre axes d’effort à matérialiser. Sans oublier cet essai à transformer dans le champ de la guerre électronique, car « le conflit ukrainien nous montre bien que c’est un sujet d’importance face à un adversaire à parité ». Qu’importe le domaine, « nous allons essayer de tirer le maximum de la LPM en cours. Et tout ce qu’on aura pas réussi à faire, il faudra, si la situation internationale ne change pas, que ce le soit dans la prochaine », indique le patron du CAPR. 

De niveau divisionnaire, le CAPR rassemblera à terme quelque 3000 militaires. Si la 4e BAC a été créée en 2016, les deux autres brigades le seront au 1er août prochain. Le CAPR sera officiellement mis sur pied début septembre, cérémonie suivie de quelques bascules internes d’unités actées le 1er novembre. Les 1er, 61e et 54e régiments d’artillerie rejoindront la 19e B.ART, par exemple. Quelques éléments de commandement seront sensiblement renforcés, notamment au profit de la 4e BAC. Après petite année de transformation, « la réorganisation sera alors terminée », annonce le général de division Danès. 

Plusieurs rendez-vous sont déjà au programme. Après l’exercice préfigurateur réalisé le mois dernier, le CAPR contribuera aux exercices des brigades qu’il englobe, à commencer par l’exercice BACCARAT que la 4e BAC conduira à l’automne prochain. Autant de jalons qui mèneront au franchissement d’un nouveau pas, celui d’un exercice de corps d’armée baptisé DIODORE. Attendue pour l’automne 2025, la première édition visera à continuer les travaux engagés sur la coordination 3D et l’accélération de la boucle renseignement-feux. « Quand je vois les résultats de Grand Duc, je sais que nous continuerons à avancer à toute vitesse d’ici-là », se félicite le général de division Danès. 

La France veut se tourner vers le Saab GlobalEye suédois pour remplacer ses avions Awacs

La France veut se tourner vers le Saab GlobalEye suédois pour remplacer ses avions Awacs

L’acquisition possible, par la France, du système d’alerte aérienne avancée Saab GlobalEye suédois, pour remplacer les AWACS E-3F Sentry de l’Armée de l’Air et de l’Espace, sera incontestablement un des sujets majeurs abordés par le Président français, à l’occasion de sa visite officielle en Suède, qui débute de 30 janvier, alors que Paris et Stockholm vont approfondir leurs coopérations industrielles en matière de défense.

Mais les enjeux de cette visite, pourraient bien dépasser de beaucoup ce seul cadre pourtant déjà stratégique. En effet, tout indique qu’à cette occasion, le président français va aborder la possible participation suédoise au programme SCAF, et peut-être même d’autres coopérations ambitieuses, comme dans le domaine des drones de combat. Car, en bien des aspects, la France et la Suède partagent la même vision en matière de défense et de coopération industrielle européenne, mais aussi des besoins proches.

Sommaire

La Suède, une grande nation militaire et industrielle Défense en Europe

Bien qu’attachée à sa neutralité pendant longtemps, ou peut-être à cause d’elle, la Suède a été, au long de la Guerre Froide, et après, l’un des pays européens partageant le plus les positions de la France en matière de Défense.

Pour assurer la protection de son immense territoire, en dépit d’une population relativement faible de seulement 8 millions d’habitants en 1980, Stockholm avait développé un puissant outil militaire, ainsi qu’une importante industrie de défense lui permettant de produire l’essentiel de ses équipements, du sous-marin à l’avion de combat.

Sous-marin A26 Blekinge
La Suède est l’un des rares pays capables de concevoir des sous-marins conventionnels à hautes performances, comme le nouveau A26 classe Blekinge.

Comme tous les pays européens, la Suède a baissé la garde dans les années 2000, avec un budget défense à ce point réduit que les armées suédoises n’alignaient plus que 2 bataillons d’active opérationnels en 2015, contre 15 brigades en 1990. Toutefois, Stockholm n’a jamais cessé de soutenir son industrie de défense, produisant certains équipements particulièrement réussis comme le chasseur JAS 39 Gripen, le véhicle de combat d’infanterie CV90, ou le sous-marin A-19 de la classe Götland.

Surtout, la Suède a pris, dès 2016, la mesure de l’évolution de la menace en Europe de l’Est, réintroduisant un service militaire obligatoire, mais partiel, en 2017, adossé à une nouvelle doctrine dite de Défense Globale, conçue pour dissuader un éventuel adversaire de vouloir s’emparer militairement du pays.

Son implication budgétaire a évolué proportionnellement sur la même durée. Alors que Stockholm ne consacrait que 1 % de son PIB à ses armées en 2015, soit 55 milliards de couronnes (5 Md€ 2015), celui-ci a été amené, en 2024, à 115 Md de couronnes (10 Md€ 2024) et 2,1 % de son PIB, lui permettant de faire progresser son dispositif défense jusqu’à 3 brigades, ainsi qu’une vingtaine de bataillons auxiliaires, prêts sous 48 heures d’ici à 2025.

Ainsi, si la Suède va prochainement rejoindre l’OTAN, après l’accord donné par le Parlement turc, elle continue, de manière évidente, à s’investir pleinement dans sa propre défense, et dans la défense collective régionale et européenne.

La visite d’État d’Emmanuel Macron en Suède pour approfondir les liens industriels de défense entre les deux pays

C’est dans ce contexte que le président français, Emmanuel Macron, va entamer, ce 30 janvier, une visite d’État en Suède. Si de nombreux sujets vont être discutés entre le président français, et son homologue suédois, Ulf Kristersson, la coopération franco-suédoise en matière de défense européenne, et d’industrie de défense, sera en tête de liste.

Missile MMP Akheron Jaguar
Paris et Stockholm vont entamer une coopération visant à étendre les performances et capacités du missile antichar Akheron de MBDA.

En effet, si, à son habitude, Paris avait tancé Stockholm, en 2018, après que la Suède a arbitré en faveur du système antiaérien et antimissile américain Patriot, au détriment du SAMP/T Mamba franco-italien, les relations se sont rapidement normalisées par la suite, avec plusieurs coopérations industrielles de défense efficaces, qu’il s’agisse des munitions antichars (roquettes VT4, missile Akheron, obus Bonus), de systèmes de détection (radar giraffe, avion Awacs GlobalEye…), et d’autres.

Car si les industries françaises et suédoises sont souvent en compétition, comme dans le cas du Rafale face au Gripen, du sous-marin Blekinge face au Scorpene ou Marlin, ou du canon CAESAR face à l’Archer, elles savent aussi très bien collaborer, comme dans le cas du programme Neuron ou du missile Meteor.

Surtout, Paris et Stockholm partagent des positions proches concernant la coopération industrielle européenne de défense, et le renforcement de l’autonomie stratégique européenne, même si la Suède demeure un partenaire proche, en particulier dans le domaine de l’industrie de défense, des États-Unis (motorisation du Gripen, avion d’entrainement T-7A…).

La France envisage le Saab GlobalEye pour remplacer ses 4 avions radar AWACS E-3F

Pour entamer la discussion, Emmanuel Macron n’arrivera pas, en Suède, uniquement avec de belles paroles. En effet, plusieurs programmes de coopération industrielle Défense vont être lancés à l’occasion de cette visite, en particulier concernant l’évolution du missile antichar Akheron de MBDA, qui sera doté de nouvelles capacités avec Saab.

Mais le gros dossier, de cette visite, sera incontestablement les discussions qui seront entamées entre les deux pays, pour remplacer les 4 avions de veille aérienne avancée AWACS E-3F Sentry de l’Armée de l’Air et de l’Espace, par le GlobalEye suédois.

le Saab Globaleye suédois va t il rempalcer les E-3F français ?
Un E-3F SDCA du 36e Escadron de Détection et Contrôle Aéroportés. © A. Jeuland / Armée de l’air

LOGO meta defense 70 Awacs et guerre électronique | Analyses Défense | Aviation de chasse

Le reste de cet article est réservé aux abonnés

Guerre informationnelle : La Marine nationale veut brouiller les cartes en cachant le nom de ses navires

Guerre informationnelle : La Marine nationale veut brouiller les cartes en cachant le nom de ses navires

 

http://www.opex360.com/2022/11/16/guerre-informationnelle-la-marine-nationale-veut-brouiller-les-cartes-en-cachant-le-nom-de-ses-navires/


« L’idée pour nous c’est de prendre l’initiative en réponse à l’extension des conflits dans le champ de l’information. C’est cohérent avec les annonces du président de la République [faites à Toulon le 9 novembre] et nous pensons que l’incertitude sur l’identité des navires peut apporter un avantage tactique », a indiqué l’état-major de la Marine nationale.

D’ailleurs, celui-ci est resté vague sur le profil de la mission Antarès, dont le lancement a été annoncé le 15 novembre. Ainsi, par exemple, la composition exacte du groupe aéronaval formé autour du porte-avions Charles de Gaulle n’a pas été communiquée. Pas plus que le nombre d’aéronefs [Rafale F3R et E-2C Hawkeye] embarqués. En revanche, l’accent a été mis sur « l’imprévisibilité », qui est un « atout majeur pour garantir la liberté d’action et celle de manœuvre en haute mer, y compris dans les zones contestées ».

Cette « imprévisibilité » a également été mise en avant dans la réponse faite par la Marine nationale à l’AFP, qui l’interrogeait sur cette anonymisation de ses navires… Anonymisation qui, par ailleurs, ne concerne pas la seule FREMM DA Alsace mais aussi la frégate de défense aérienne [FDA] « Forbin », comme en témoigne une photographie publiée sur les réseaux sociaux à l’occasion du départ du groupe aéronaval. Pour rappel, la seconde FDA, le « Chevalier Paul », accompagne actuellement le porte-avions américain USS Gerald Ford.

 

Cette mesure, expérimentale pour le moment, a été prise « dans le cadre du renforcement des capacités françaises en matière de lutte informatonnelle », a dit le porte-parole de la Marine nationale.

L’objectif, a-t-il précisé est de « chercher l’imprévisibilité » et « entretenir le brouillard de guerre informationnelle ». Et, a-t-il continué, « si on voit une plus-value, il n’y a pas de raison qu’on ne continue pas […] la Marine de demain pourrait ne pas avoir de numéro de coque ». A priori, une telle pratique « respecte le droit international » et ne pose « aucun risque pour la sécurité de la navigation ».

Pour rappel, le nombre de navires de premier rang en service au sein de la Marine est limité à quinze. Et elle dispose actuellement de six frégates multimissions [FREMM], deux FREMM DA, deux FDA et, bientôt, de trois frégates légères furtives rénovées, dans l’attente des cinq frégates de défense et d’intervention [FDI]. Et tous ces différents types de bâtiments sont faciles à reconnaître… Aussi, probablement que cette idée aurait du sens pour les huit FREMM… Pour les autres, l’intérêt de masquer leur identité reste à démontrer. En outre, l’US Navy ne l’a pas envisagé alors qu’elle possède 70 « destroyers » de type Arleigh Burke.

Par ailleurs, rendre anonyme un navire supposerait de restreindre la communication sur les activités de la Marine afin d’empêcher un observateur lambda de faire des recoupements sur les mouvements de ses navires. Et ceux-ci n’auraient forcément plus à utiliser le système d’identification automatique [AIS], dont l’intérêt est de renforcer la sécurité de la navigation maritime. Cependant, ce dispositif n’est pas obligatoire pour les bâtiments militaires.

Reste que, en matière de guerre informationnelle, l’AIS a fait l’objet de nombreuses manipulations, ces dernières années étant donné que ses données servent aussi à suivre le trafic maritime. En 2021, le « destroyer » britannique HMS Defender et la frégate néerlandaise HNMLS Evertsen en ont d’ailleurs fait les frais, ces deux navires ayant été signalés dans les eaux de la Crimée… alors qu’ils étaient amarrés à Odessa.

La Marine nationale a aussi eu des démêlés avec le système AIS. Ainsi, en août 2021, la FREMM Provence avait été signalée à Taïwan alors qu’elle était en mission ailleurs. Mais sans doute qu’un autre navire français s’y trouvait bel et bien, les garde-côtes taïwanais s’étant d’ailleurs emmêlés les pinceaux dans cette histoire.

Le projet TARAMMAA permettra au Rafale F4 de voir encore plus loin

Le projet TARAMMAA permettra au Rafale F4 de voir encore plus loin

 

 

http://www.opex360.com/2022/10/16/le-projet-tarammaa-permettra-au-rafale-f4-de-voir-encore-plus-loin/


Puis, le RBE2 a évolué grâce à l’apport des antennes actives [AESA, pour Active Electronically Scanned Array]. Sans trop entrer dans les détails techniques, un tel radar intègre des milliers de capteurs appelé TRM [Transmitter Receiver Module / modules émetteurs-récepteurs], lesquels renforcent à la fois sa fiabilité [grâce à la redondance de ces derniers] et ses performances étant donné qu’il est plus difficilement détectable et moins vulnérable au brouillage électronique tant en disposant d’une portée de détection accrue, y compris pour les cibles à signature radar réduite.

En effet, selon la description qu’en fait Thales, le RBE2 AESA, mis en service en 2012, peut détecter et poursuivre simultanément de « très nombreuses cibles aériennes, vers le bas ou vers le haut, pour le combat rapproché et l’interception à longue portée de nombreuses cibles terrestres ou maritimes, en environnement clair ou brouillé et par tous les temps ». En outre, il permet l’élaboration, en temps réel, de cartes 3 D pour le suivi du terrain et de « cartes radar haute résolution 2D du terrain survolé pour la navigation et la désignation de cibles ». Et avec le missile air-air METEOR longue portée, grâce à sa capacité de détection étendue, il permet au Rafale d’engager des cibles au-delà de la portée visuelle [BVR].

Cependant, le RBE2 AESA aura évidemment un successeur. Et, comme l’a souligné le magazine spécialisé Air Fan, dans son dernier numéro dédié au Rafale F4, la Direction générale de l’armement [DGA] s’y emploie, via le projet scientifique et technique [PST] « TARAMMAA », pour Technologies et architecture radar MLU multivoies à antenne active », lancé dans la continuité des programmes d’études amont [PEA] CARAA [Capacités accrues pour le radar RBE2 à antenne active] et MELBAA [Modes et exploitation large bande pour l’antenne active].

Ce projet TARAMMAA s’intéresse notamment à l’amélioration des performances des modules émetteurs-récepteurs ainsi qu’à une nouvelle architecture logicielle et matérielle. Directeur du programme Rafale au sein de la DGA, l’ingénieur général de l’armement [IGA] Guilhem Reboul explique que l’idée consiste à faire en sorte qu’une « partie de traitement se fasse directement dans l’antenne elle-même et non plus dans de calculateurs dédiés ».

« C’est très innovant », souligne-t-il. Et de préciser : « La technologie nitrure de gallium [GaN] sera privilégiée pour les modules de l’antenne afin de permettre des fonctions nouvelles comme l’entrelacement de modes air-air et air-sol. Alliés à des capacités de traitement renforcées grâce à des algorithmes et des moyens de calcul de plus en plus performants, ces modules garantiront des portées de détection remarquables et une grande résistance au brouillage », en lien avec le PST « Guerre électronique Aéro 2025, lequel prépare les évolutions Rafale F4 et… Rafale F5.

D’où, d’ailleurs, la priorité donnée par la DGA à la mise sur pied d’une filière française de nitrure de gallium, dans le cadre du programme NIGAMIL [pour « NItrure de Gallium pour applications MILlimétriques »]. En effet, ce matériau sert notamment à à la fabrication de circuits intégrés hautes performances fonctionnant jusqu’à 100 GHz, ce qui permettrait d’améliorer significativement le niveau de puissance, le rendement et donc la compacité des systèmes radars, d’antennes actives ou des systèmes de guerre électronique.

En attendant, explique Air Fan, le Rafale F4.1, en cours de développement, disposera d’un radar RBE2 AESA doté d’un mode GMTI [Ground Moving Target Indicator] pour la détection et la poursuite de cibles au sol [les essais de celui-ci sont d’ailleurs terminés] ainsi qu’un mode SAR [radar à synthèse d’ouverture] amélioré pour l’élaboration de cartes sol radars à très haute résolution. « Pour les équipages, ces évolutions constitueront une spectaculaire avancée opérationnelle ».

Illustration : Thales

L’armée ukrainienne a capturé l’un des plus récents chars russes

L’armée ukrainienne a capturé l’un des plus récents chars russes

http://www.opex360.com/2022/09/19/larmee-ukrainienne-a-capture-lun-des-plus-recents-chars-russes/


 

Aussi, des unités russes contraintes de battre en retraite devant l’avancée de l’armée ukrainienne ont laissé certains équipements de premier plan derrière elles… Dont un véhicule R-381T2M faisant partie du système de guerre électronique R-381TM Taran-M. Cet engin, capturé dans la région de Kharkiv, permet d’intercepter les communications par radio.

Le R-371TM Taran-M est une évolution du R-381 Taran, un système mis au point durant la Guerre Froide pour non seulement intercepter les communications mais aussi géolocaliser les sources émettrices. Normalement, pour donner la pleine mesure de ses capacités, il se compose de cinq à sept véhicules. Mais chacun d’entre-eux peut être utilisé de manière indépendante.

Si les performances du R-381 Taran sont documentées, ce n’est pas le cas pour son successeur… D’où l’intérêt de la capture faite par l’armée ukrainienne… D’autant plus qu’il s’agit de la première de ce type de matériel. Cela étant, en mars, un autre système de guerre électronique, savoir un Krashuka-4, utilisé pour brouiller les communications, les radars et autres signaux GPS, a connu un sort identique. Trouvé dans la région de Kiev, il aurait été remis aux forces américaines…

 

Par ailleurs, l’armée ukrainienne a annoncé une autre prise. Le 18 septembre, celle-ci a annoncé, via Twitter, avoir mis la main sur un char T-90M « Proryv-3 », l’un des plus modernes en dotation au sein des forces terrestres russes. Celles-ci en ont perdu au moins un autre au combat, en mai dernier.

« Le dernier char russe T-90M a été retrouvé dans la région de Kharkiv en parfait état. Nous demandons à son propriétaire de contacter l’armée ukrainienne. Veuillez vous identifier par un signe : un drapeau blanc », a ironisé l’état-major ukrainien, qui en a profité pour diffuser des photographies montrant l’intérieur de cet engin.

Les premiers T-90M ont été livrés à l’armée russe en avril 2020 par Uralvagonzavod [UVZ]. D’une masse d’environ 50 tonnes, propulsé par un nouveau moteur diesel de 1130 chevaux, ce char est une évolution du T-90A, mis en service au début des années 1990.

Bénéficiant de quelques technologies développées pour le T-14 Armata [le futur char russe, ndlr], le T-90M est doté d’un canon lisse 2A46M-4 de 125 mm, système de contrôle de tir automatisé « Kalina », d’une protection active « Relikt » et d’une mitrailleuse téléopérée de 12,7 mm. Il est estimé que l’armée russe en compte une soixantaine d’exemplaires.

Celui qui a été récupéré par l’armée ukrainienne est en bon état [si ce n’est qu’il semble avoir un problème au niveau d’une chenille, ce qui expliquerait qu’il ait été abandonné]. Il a été trouvé sous une bâche « Nakidka », fabriquée avec un matériau censé absorbé les ondes radars.

Outre ce T-90M, et toujours dans la région de Kharkiv, l’armée ukrainienne a aussi récupéré un T-62, c’est à dire l’un des chars les plus… anciens des forces russes.

Pour le ministère des Armées, une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique « n’apparaît pas nécessaire »

Pour le ministère des Armées, une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique « n’apparaît pas nécessaire »

 

Alors que l’engagement de « haute intensité » est désormais régulièrement évoqué par les chefs militaires et que les capacités d’interdiction et de déni d’accès [A2/AD], reposant notamment sur des moyens de défense aérienne en constante évolution, la question de développer une version du Rafale F4 dédiée à la guerre électronique peut se poser. En tout cas, en juin 2021, le député Jean-Christophe Lagarde interrogea, par écrit,  le ministère des Armées sur ce sujet.

« Certes, le Rafale dispose d’une certaine furtivité et d’un système d’autoprotection ‘SPECTRA’ [Système de protection et d’évitement des conduites de tir du Rafale, ndlr] réputé performant contre les radars et les missiles adverses, mais il ne dispose pas, à proprement parler, de la capacité à neutraliser les défenses anti-aériennes avancées ennemies en brouillant leurs radars de recherche et de tir et en les éliminant à l’aide de munitions antiradiations comme peuvent le faire certains appareils [comme le EA-18G Growler américain] », avait ainsi rappelé le parlementaire.

Et celui-ci de demander si, « l’accélération du réarmement mondial et à la montée du risque de conflits de haute intensité », le gouvernement envisageait de « développer rapidement un Rafale de guerre électronique dont l’armée de l’Air et de l’Espace [AAE] a besoin et qui pourrait, certainement, constituer une réussite à l’export ».

La question de M. Lagarde faisait par ailleurs écho à un souhait exprimé par l’AAE, dans un document de prospective publié en 2019. Ainsi, il y était question de « disposer le plus rapidement possible d’armements capables de neutraliser les défenses aériennes ennemies ». En clair il s’agissait de récupérer une capacité perdue à la fin des années 1990, quand il fut décidé de retirer du service les missiles anti-radar AS-37 Martel.

La réponse à la question écrite de M. Lagarde a été publiée au Journal Officiel du 28 décembre dernier. Et, sans grande surprise, le développement d’un Rafale F4 dédié à la guerre électronique n’est pas envisagé.

Rappelant que la « préparation des armées aux conflits de haute intensité constitue un objectif majeur de la loi de programmation militaire » [LPM], le ministère des Armées a souligné que le standard F4 du Rafale « met l’accent sur la connectivité et la mise en réseau de nos différentes capacités », ce qui permettra de « maintenir pour les années à venir notre capacité à entrer en premier et à faire face à des menaces de haut du spectre ».

En outre, a-t-il poursuivi, des « munitions modernisées » pour « mieux prendre en compte les besoins de lutte contre les dispositifs de déni d’accès et d’interdiction de zone » devraient être disponibles à l’horizon 2030″ et il est aussi prévu de continuer d’améliorer le système d’autoprotection du Rafale.

Aussi, « dans ce contexte, le développement d’une version de Rafale ‘dédiée’ à la guerre électronique n’apparaît pas nécessaire pour assurer le maintien de notre supériorité opérationnelle », estime le ministère des Armées.

Par ailleurs, celui-ci invite à « prendre en compte l’évolution des systèmes de défense adverses qui sont de plus en plus interconnectés, pleinement intégrés, redondants et beaucoup plus robustes », ce qui « induit une nouvelle approche vis-à-vis de ce type de défense, qui se caractérise par la nécessité de pouvoir appliquer des effets diversifiés et synchronisés sur ses différents constituants [centres de commandement et de contrôle, moyens de communication, réseaux, radars, systèmes sol-air…] pour en dégrader le fonctionnement ».

Aussi, dans un conflit de haute intensité, explique le ministère des Armées, la « suppression des défenses anti-aériennes adverses est considérée au travers d’une approche interarmées et multi-milieux, afin de pouvoir tirer parti d’une vaste palette de capacités complémentaires ».

Avec les geeks en treillis de la « 7 »

Avec les geeks en treillis de la « 7 »

 


eZy Watermark_IMG_3056_18-01-2020_10-53-33AM

 

Des lignes de code incompréhensibles pour le non-initié se succèdent sur l’écran d’ordinateur du sergent-chef Quentin, l’un des « geeks en treillis » œuvrant au sein de la très discrète 785e compagnie de guerre électronique (785e CGE) de l’armée de Terre. Nul HK 416F ni VBCI pour ces soldats numériques, dont l’arsenal repose avant tout sur leurs dix doigts, un clavier et une réelle passion pour l’informatique. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Éléments de réponses en compagnie de trois d’entre-eux venus promouvoir leur unité lors de la Fabrique Défense, organisée la semaine dernière à Paris.

 

Il fallait quelque peu explorer les recoins de la Fabrique Défense avant de tomber nez à nez avec le stand occupé par la 785e CGE. C’est en effet peu dire si la discrétion est dans l’ADN de cette unité soixantenaire basée depuis 2012 à proximité du pôle COMCYBER de Rennes. Contrairement à la 807e compagnie de transmissions (807e CTrs), spécialisée dans la cyberdéfense et inféodée au COMSIC, la 785e CGE reste subordonnée au commandement du renseignement de l’armée de Terre (COMRENS) de Strasbourg. Ses missions recouvrent trois pôles de compétence, que sont la sécurité informatique, les ondes électromagnétiques et le développement et l’intégration, ce dernier visant notamment à « intégrer tout le matériel que nous créons dans des boîtiers, des châssis, voire dans des contenants spécifiques créés grâce nos imprimantes 3D, tel qu’un faux caillou, » explique l’adjudant Nicolas.

La 785e CGE compte une centaine de militaires, dont une grande majorité de sous-officiers et de 10 à 15% de femmes. Hormis une réelle fibre de l’informatique, seul le niveau baccalauréat est requis pour entrer à l’École des sous-officiers (ENSOA) de Saint-Maixent-l’École, puis à l’École des transmissions (ETRS) de Rennes afin d’être formé dans une spécialité. « Ce cursus est surtout une porte d’entrée pour notre métier. Nous sommes sous contrat avec des sociétés et organismes civils pour approfondir le cycle de formation, dont CentraleSupélec, » ajoute l’adjudant Nicolas. Autodidactes accomplis, les militaires de la 785e CGE se forment également au quotidien entre deux déploiements en OPEX ou au sein de l’opération Sentinelle.

Bien qu’elle n’ait pas vocation à être « opexée », la 785e CGE réalise néanmoins de courtes missions à l’étranger. Unité d’expérimentation et d’audit, ses missions ne sont pas à caractère offensif et concernent essentiellement le soutien des « tours d’horizon électromagnétiques », spécialité du 54e régiment de transmissions (54e RT). À savoir, la détection et l’interception de toutes les émissions de l’ennemi sur zone. « Nous ne suivons pas le principe de rotation opérationnelle des autres régiments. Nous ne partons que pour des missions de courte durée, généralement d’un à deux mois, » détaille le sergent Aurélien. Son action sur le théâtre se résume dès lors à développer et fournir des solutions aux régiments de transmission, qui les déploieront eux-mêmes par la suite. « Notre objectif sera en priorité de répondre au besoin d’une expertise professionnelle qui ne serait pas déjà présente sur le théâtre. Les personnels déployés vont requérir notre avis et notre expérience de spécialistes pour résoudre une problématique en passant par des outils et techniques peu ou pas utilisés au sein de l’armée de Terre, » précise-t-il. En moyenne, une dizaine de MCD de ce type sont réalisées tous les ans.

 

eZy Watermark_IMG_3050_18-01-2020_10-53-31AM

 

Desdites missions opérationnelles, nous n’en saurons pas beaucoup plus, la 785e CGE étant tout particulièrement attachée à sa discrétion. Tout au plus, l’adjudant Nicolas accepte de nous décrire un exemple de scénario, sujet d’un atelier présenté dans le cadre de la Fabrique Défense. « Prenons le cas d’un réseau Wifi rencontré en mission, susceptible de transmettre des données et que l’on ne saurait brouiller faute de matériel adéquat, » suggère-t-il. Sur base d’une simple radio logicielle achetée à 200€ sur internet et d’un logiciel open source, les militaires de la 785e CGE vont eux-mêmes créer des scénarios de brouillage pour déterminer de quelle manière l’attaquant est susceptible d’opérer, ce qui permettra ensuite de suggérer des solutions de protection des réseaux Wifi aux Forces. Le principe est le même pour d’autres dispositifs usuels, telle qu’une simple télécommande de garage. La radio logicielle va de ce fait parvenir à enregistrer le signal afin de pouvoir le réémettre par la suite. « Ce ne sont pas nécessairement des cas d’utilisation concrets, » temporise l’adjudant, qui justifie ce type de manoeuvre par la nécessité « d’attaquer pour mieux comprendre comment se défendre ». Les données récoltées viendront par après aider les régiments de transmission à mieux détecter les tentatives de brouillage. Pour acquérir les outils nécessaires, la « 7 » dispose d’une enveloppe budgétaire annuelle dont l’étendue « relève davantage du régiment ».

La plupart du temps, la 785e CGE reste cantonnée au territoire métropolitain. Elle est par exemple chargée de tester le matériel déployé par le 54e RT, composante « guerre électronique » du COMRENS. C’est à eux que revient la tâche d’examiner pratiquement toutes les antennes et autres nouveaux matériels de transmission perçus auprès d’opérateurs civils avant leur déploiement. Leur évaluation – tant positive que négative – est ensuite transmise aux régiments, qui définiront en conséquence les règles d’usage du matériel acquis.

 

eZy Watermark_IMG_3051_18-01-2020_10-53-34AM

 

Hormis l’évaluation et les « penetration tests », la 785e CGE s’acquitte d’une tâche supplémentaire de sensibilisation aux risques informatiques auprès des Forces, à commencer par Saint-Maixent. « La sécurité repose non seulement sur de l’informatique pure, mais aussi sur des règles humaines qu’il faut apprendre à respecter. C’est généralement là que la chaîne de sécurité ‘casse’, » relève le sergent-chef Quentin. Le réseau Intradef et ses 200 000 utilisateurs, par exemple, est souvent l’objet de remontées d’alertes en raison, entre autres, d’une clef USB non vérifiée connectée sur un ordinateur des Armées. « Nous énumérons et démontrons des cas concrets de bonnes habitudes à développer en matière de sécurité informatique, sur base d’évènements réels répertoriés au jour le jour par nos équipes, » souligne le sergent-chef Quentin. La veille est donc un enjeu majeur pour la « 7 », dont les membres décortiquent chaque jour la presse spécialisée pour maintenir leur connaissance des questions cyber. Parmi les exemples récurrents, l’affaire Strava survenue en janvier 2018. Ce « Facebook des sportifs » dévoilait le positionnement de soldats américains et français en zone de conflit, forçant les Armées à rappeler les troupes à l’ordre quant à l’utilisation d’applications dotées de la géolocalisation en contexte opérationnel.

Le volet sensibilisation repose aussi sur des démonstrations pratiques « durant lesquelles nous allons montrer en direct ce qu’un pirate informatique est susceptible d’utiliser comme vecteur, aussi communément admit soit-il ». Exemples « maison » à l’appui, avec ce « chauffe-tasse USB », article publicitaire parmi d’autres distribués par centaines lors des salons et autres évènements publics. En apparence inoffensif, ce chauffe-tasse recèle en réalité un mouchard, une carte électronique Arduino acquise dans le commerce et capable de prendre le contrôle de votre ordinateur par l’entremise du port USB. Le second axe de vigilance découle de la prolifération des tablettes et téléphones portables au sein des Armées. « L’un des réflexes les plus dommageables revient simplement à recharger son téléphone portable au départ du port USB d’un ordinateur professionnel, démultipliant les risques d’infection, » note le sergent-chef Quentin. « L’autre effort de prudence à intégrer impérativement relève des droits que nous conférons aux applications mobiles sans nécessairement les lire en détail avant le téléchargement. Votre application a-t-elle réellement besoin de tout savoir ? C’est la première question à se poser avant chaque téléchargement, » indique le sergent Aurélien.

Guerre électronique : Le ministère des Armées lance la réalisation du programme ARCHANGE

Guerre électronique : Le ministère des Armées lance la réalisation du programme ARCHANGE

http://www.opex360.com/2019/11/22/guerre-electronique-le-ministere-des-armees-lance-la-realisation-du-programme-archange/

Le Falcon Épicure, futur espion de l’armée de l’air française

Le Falcon Épicure, futur espion de l’armée de l’air française

Thales et Dassault préparent un avion de guerre électronique : un Falcon militarisé pour recueillir des données électromagnétiques stratégiques de l’ennemi.

Par Thierry Vigoureux | Le Point.fr – Publié le 17/03/2018

lepoint.fr/sciences-nature/le-falcon-epicure-futur-espion-de-l-armee-de-l-air-francaise-17-03-2018-2203261_1924.php

Les trois Falcon de renseignement stratégique, dotés de capacités universelles de guerre électronique (CUGE), sont attendus en 2025 © Dassault Aviation

Son nom ? Le Falcon Épicure. Le ministère des Armées a choisi un avion Dassault Falcon associé au système Thales Épicure pour conduire la guerre électronique de demain. Trois avions vont ainsi compléter les capacités de renseignement stratégique acquises par les antennes sol, mer et satellitaire. Ces triréacteurs Falcon évoluant à plus de 13 000 mètres d’altitude (hors de portée des missiles sol-air portables) déploient leurs oreilles électroniques sur des millions de kilomètres carrés. Leur mission : espionner le spectre radioélectrique de l’ennemi. En analysant ses émissions radio et radar, on peut localiser ses armements, décrypter ses communications, mais aussi en déduire ses intentions en appréciant, par exemple, une hausse du volume de ses transmissions avant le lancement d’une opération.

L’atout technologique majeur d’Épicure réside dans un capteur, nouveau pour les armées françaises, permettant simultanément d’intercepter les émissions radio et radar. C’est le résultat de près de dix années d’étude sur des technologies de pointe chez Thales, équipementier français contrôlé par le groupe Dassault. Ces trois Falcon de renseignement stratégique, dotés de capacités universelles de guerre électronique (CUGE), sont attendus en 2025. Ils devraient être affectés à l’escadron électronique 1/54 Dunkerque, basé à Évreux. Les trois Falcon remplaceront les deux Transall C-160G Gabriel entrés en service en 1989, dont l’équipement de détection a été régulièrement modernisé. Mais la conception de ces avions date du début des années soixante et leur coût de mise en œuvre devient excessif. Les C-160 Gabriel sont néanmoins quotidiennement engagés au Sahel pour traquer les groupes djihadistes.

Savoir-faire

Pourquoi un Falcon a-t-il été retenu par les armées au détriment d’un Airbus A320 militarisé ou de l’A400M, qui étaient en lice ? La petite taille (24 mètres de long) de l’avion est sans nul doute un atout de discrétion. Et reste compatible avec les composants électroniques modernes largement miniaturisés qu’il faudra installer dans la cabine de 13 mètres de long. Un Falcon (7X ou 8X, le choix n’est pas tranché) peut, par ailleurs, décoller de n’importe quel aérodrome offrant une piste de 1 500 mètres. Il y en a plus de 100 rien qu’en France métropolitaine, ce qui autorise un certain anonymat. Son autonomie de près de 12 000 km lui permet de rester en vol environ dix-huit heures. Sa configuration à trois moteurs situés à l’arrière optimise l’efficacité de l’antenne et des capteurs ventraux, qui ne connaissent pas de zones d’ombre dues à d’éventuelles nacelles de réacteurs sous les ailes.

Enfin, le savoir-faire militaire de Dassault Aviation, constructeur du Rafale, associé à Thales, architecte du radar et des systèmes électroniques du chasseur, n’est plus à démontrer. Si les programmes prennent du retard, c’est parce que l’État tarde à les lancer ! Il n’en est pas de même d’Airbus… Les coûts et les retards de l’avion de transport A400M ont explosé. Seul le ravitailleur MRTT, dérivé de l’Airbus A330 civil, tire son épingle du jeu.

Le ministère des Armées n’a pas indiqué si Épicure pourra être proposé à l’exportation. Dans le cas de technologies aussi stratégiques, il peut être proposé une version light à des pays sélectionnés. Ainsi, le Rafale est exporté, mais sans la capacité nucléaire.