Une transmission radio qui pourrait être en lien avec les services de renseignement russes

Une transmission radio qui pourrait être en lien avec les services de renseignement russes

par Alain Charret – CF2R – publié le 18 décembre 2023


Durant la Guerre froide, les Anglo-Saxons les avaient baptisées Numbers Stations. Il s’agissait d’émissions composées d’une voix synthétique qui égrenait une suite de chiffres dans différentes langues allant du russe, au roumain en passant même par le français. À l’époque, pas d’Internet, seules quelques publications dédiées à l’écoute des ondes courtes les évoquaient. Si de nombreux amateurs s’amusaient à les répertorier, il était impossible de savoir d’où elles provenaient et encore moins quels étaient leurs destinataires. Ces derniers, pour les recevoir, n’avaient besoin que d’un antique récepteur radio possédant la bande des ondes courtes. Aucune métadonnée à analyser, ni d’adresse IP ; ils étaient donc totalement indétectables.

 

Un antique récepteur radio possédant la gamme des ondes courtes suffit pour recevoir ces émissions

 

Quelques années après la chute de l’URSS et l’ouverture de certaines archives, il fut établi qu’elles émanaient de différents services de renseignement et qu’elles étaient destinées à leurs agents clandestins à travers le monde.

Aujourd’hui, si ce type d’émission a considérablement diminué, on observe ponctuellement la reprise de certaines transmissions. Cela a été le cas notamment au début de l’opération russe en Ukraine. S’il est quasiment impossible de déchiffrer ces messages sans en détenir le code, on peut parfois les rattacher à une activité particulière.

C’est dans ce contexte que le 14 décembre 2023, des amateurs d’écoute radio ont pu entendre une émission en langue allemande qui n’avait plus été active depuis mars 2021. Selon différentes études menées par des passionnés, cette transmission de chiffres proviendrait d’un émetteur situé près de Smolensk, en Russie. Il serait opéré par le GRU, le service de renseignement militaire de la Fédération de Russie.

La langue utilisée lors de ce type d’émission indique généralement la région cible. Cela signifierait que le ou les destinataires se trouveraient en Allemagne. Depuis le début de la guerre en Ukraine, la recrudescence d’activité des agents russes dans ce pays a été à plusieurs fois soulignée par les services allemands. Donc rien de bien nouveau. Cependant, difficile de ne pas également noter que la veille s’est ouvert à Berlin ce qui est déjà qualifié par la presse allemande comme le « plus grand procès pour espionnage dans le pays depuis des décennies ».

« Des précautions exceptionnelles entourent ce procès puisque des informations sensibles pourraient être divulguées, dans le contexte de la guerre en Ukraine. Les deux accusés, séparés par une vitre, se retrouvent assis dans des cages de verre. La salle du tribunal est protégée contre les écoutes. Les journalistes n’ont le droit d’utiliser qu’un stylo fourni par la justice pour rendre compte de ce procès [1]».

L’un des deux accusés n’est autre qu’un membre du BND[2], le service de renseignement extérieur allemand. Il est accusé d’espionnage au profit de la Russie. Difficile de croire à une simple coïncidence. Compte tenu de la sensibilité de ce procès, on peut raisonnablement penser que cette transmission a un lien avec cette affaire.

S’il est impossible d’en connaître la signification, on peut imaginer deux options. Il s’agit de l’activation ou de consignes envoyées à un ou plusieurs agents en Allemagne en lien avec le procès. Ou alors tout simplement un leurre destiné à occuper le contre- espionnage allemand obligé de consacrer du personnel sur cette fausse piste au détriment d’autres affaires.


[1] Deutsche Welle le 13/12/2023.

[2] BundesNachrichtenDienst.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.