Pour rester en service jusqu’en 2040, le char Leclerc devra sans doute changer de moteur

Pour rester en service jusqu’en 2040, le char Leclerc devra sans doute changer de moteur

 

https://www.opex360.com/2023/11/05/pour-rester-en-service-jusquen-2040-le-char-leclerc-devra-sans-doute-changer-de-moteur/


La première, qui a, semble-t-il, la préférence du général Pierre Schill, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT] consisterait à lancer un nouveau programme de modernisation du char Leclerc, lequel fait déjà l’objet d’une « rénovation » devant le porter au standard XLR et le rendre compatible avec « l’écosystème » SCORPION.

Quant à la seconde, elle reposerait sur l’acquisition de chars E-MBT, dont un démonstrateur « amélioré » a été présenté par KNDS France [ex-Nexter] et KNDS Allemagne [ex-Krauss-Maffei Wegmann] lors du dernier salon EuroSatory. « Cette option se doit d’être condidérée », a estimé le ministère des Armées, dans une récente réponse à une question posée par le député [LR] Philippe Gosselin.

Cela étant, la prolongation de la durée de vie du char Leclerc pourrait se heurter au problème posé par l’obsolescence de son groupe moto-propulseur [GMP]. En tout cas, c’est un point soulevé par le député François Cormier-Bouligeon, dans son dernier avis budgétaire concernant les crédits alloués à l’armée de Terre dans le cadre du projet de loi de finances 2024.

« Le segment char est concerné par une légère baisse de sa disponibilité, en raison de l’immobilisation d’une partie du parc, liée au programme de rénovation Leclerc, sans toutefois remettre en cause l’accomplissement du contrat opérationnel », souligne d’abord le rapporteur. Et, selon lui, cette disponibilité devrait s’améliorer grâce à la « renégociation des contrats de soutien en service en 2025, du fait notamment de l’intégration de pièces de rechange ».

Cependant, a prévenu M. Cormier-Bouligeon, « le coût du marché de soutien en service du Leclerc, s’il devrait effectivement diminuer grâce à l’opération de rénovation du char qui doit permettre de régler certaines obsolescences, notamment sur les turbomachines, resterait contraint par la problématique du moteur ».

Pour rappel, lors du développement du Leclerc, il fut décidé de le doter d’un moteur Diesel V8X-1500 Hyperbar, développant une puissance de 1500 chevaux à 2500 tours par minute, grâce à l’adjonction d’une turbomachine Turbomeca TM-307B. À l’époque, la production du groupe moto-propulseur avait été confiée à la Société Alsacienne de Construction Mécanique [SACM], rachetée depuis par Cummins Wärtsilä.

Le traitement de l’obsolescence des turbomarchines du Leclerc a été rendu compliqué après la décision de ne pas investir les 4 millions d’euros nécessaires pour le maintien des chaînes industrielles qui les produisaient… Les « petites économies à court terme réalisées hier créent parfois des surcoûts colossaux à long terme », avait souligné l’ex-deputé Sereine Mauborgne, dans un rapport publié en 2020.

Quant au système de propulsion du Leclerc, M. Cormier-Bouligeon explique que le ministère des Armées « n’a pas fait le choix d’une remotorisation » alors que celle-ci, « bien que coûteuse à court terme [puisque le V8X-1500 n’est plus fabriqué, ndlr] permettrait d’économiser ensuite sur le coût de la maintenance du char, compte tenu de [sa] prolongation probable jusqu’en 2040 ».

Pour le rapporteur, une solution passerait par « l’ajout d’un moteur sur le même modèle que celui du char actuellement en dotation dans les forces émiriennes ». En clair, il s’agirait du moteur diesel MT883 KA-500 de l’allemand MTU.

Par ailleurs, le décalage du programme SCORPION implique la prolongation de certains blindés, comme l’AMX-10RC et le Véhicule de l’avant blindé [VAB]. Et cela ne sera pas sans conséquence sur le coût de leur Maintien en condition opérationnelle [MCO].

« Pour la maintenance terrestre, le maintien d’un parc d’ancienne génération oblige à une gestion fine des obsolescences pour des parcs dont les principaux rechanges réparables ne sont souvent plus produits par l’industrie, comme c’est le cas de l’AMX-10 RC en service depuis les années 1970 et devant être remplacé par le Jaguar à terme », souligne M. Cormier-Bouligeon.

Et selon les informations qui lui ont été fournies par le ministère des Armées, la prolongation des VAB jusqu’en 2030 devrait engendrer un surcoût de 80 millions d’euros. Même chose pour l’AMX-10RC, avec un surcoût estimé à 30 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.