Industrie de la défense : Verney-Carron pourra bénéficier de l’aide de réservistes de l’armée

Industrie de la défense : Verney-Carron pourra bénéficier de l’aide de réservistes de l’armée

Par Paolo Garoscio –  Publié le 19 juillet 2024

ndustrie de la Défense : Verney-Carron pourra bénéficier de l'aide de réservistes de l'armée

Un partenariat stratégique pour la réserve industrielle

Le 17 juillet 2024 marque une date importante pour l’industrie de défense française. Emmanuel Chiva, délégué général pour l’armement, et Hugo Brugière, PDG de Verney-Carron, ont signé une convention de partenariat à Saint-Étienne, Loire. Cette collaboration pionnière permet à une entreprise de l’industrie française de défense de bénéficier pour la première fois du renfort de réservistes, mettant en lumière un nouveau modèle de réactivité industrielle en période de crise.

La convention, établie pour cinq ans, s’inscrit dans la dynamique de montée en puissance de la Base industrielle et technologique de défense (BITD). Le ministère des Armées joue un rôle central en avançant la rémunération ainsi que les cotisations et prestations sociales des réservistes, tandis que Verney-Carron s’engage à rembourser ces sommes. Les réservistes, mobilisables sur des missions spécifiques grâce à leurs compétences, peuvent ainsi renforcer rapidement les cadences de production lors de crises majeures, répondant ainsi efficacement aux besoins étatiques.

Emmanuel Chiva a souligné l’importance de cette convention en déclarant : « Ce partenariat inédit renforce notre capacité à répondre rapidement et efficacement aux besoins de défense nationale en période de crise » . Hugo Brugière a ajouté : « Verney-Carron est fier de contribuer à l’effort national en intégrant des réservistes au sein de nos équipes ».

La réserve industrielle de défense : un atout pour la BITD

La Réserve industrielle de défense (RID) est un dispositif innovant ouvert aux professionnels possédant des compétences industrielles, visant à renforcer les chaînes de production et le maintien en condition opérationnelle de l’industrie d’armement en cas de crise. Destinée prioritairement aux ouvriers qualifiés, techniciens et ingénieurs, la RID englobe également des compétences en fabrication, usinage, chaudronnerie, contrôles non destructifs, et qualité produit.

Les réservistes s’engagent sur une base de 10 jours par an, avec un dépassement autorisé pour la formation, l’entretien des compétences et la mise en situation. Leur statut de militaire, avec une rémunération calculée sur la même base qu’un militaire d’active du même grade, leur permet d’intégrer les équipes de la BITD ou des industriels étatiques tels que le SMITer, le SLM, le SIAé, et le SIMu.

Le dispositif ambitionne de constituer un vivier de 3 000 réservistes industriels, prêts à être déployés chez les industriels de la BITD en cas de besoin. Pour intégrer la réserve, plusieurs conditions sont requises : être actif dans l’industrie civile ou récemment retraité des domaines industriels, être de nationalité française, être en règle avec le service national, et être apte médicalement. De plus, les candidats doivent s’engager à respecter la charte de déontologie du réserviste.


Paolo Garoscio

Journaliste chez EconomieMatin. Ex-Chef de Projet chez TEMA (Groupe ATC), Ex-Clubic. Diplômé de Philosophie logique et de sciences du langage (Master LoPhiSC de l’Université Paris IV Sorbonne) et de LLCE Italien.

Des perspectives de cessions de matériels en baisse pour les armées françaises

Des perspectives de cessions de matériels en baisse pour les armées françaises

– Forces opérations Blog – publié le

De la cartouche de 7,5 mm mm au bâtiment d’expérimentation de guerre des mines, les armées françaises ont mis à jour le catalogue des matériels susceptibles d’être revendus d’ici à 2028. Si plusieurs équipements font leur apparition, les volumes de cessions baissent afin de « conserver des capacités opérationnelles et de réserve ». 

Quelques milliers d’équipements et plusieurs millions de munitions issus des stocks des armées françaises pourront être revendus entre 2024 et 2028. De quoi permettre à certaines nations alliées disposant de budgets limités de s’équiper à moindre coût en mobilisant parfois la filière française pour des actions de régénération ou de formation. 

À elle seule, l’armée de Terre projette de mettre en vente 7380 équipements majeurs sur la période, dont près de 1200 potentiellement cédés dès cette année. Des quantités importantes mais néanmoins en baisse par rapport aux années précédentes. En cause : le maintien en service d’une grande majorité des parcs « pour divers raisons », dont un « contexte général conduisant à conserver des capacités opérationnelles et de réserve ». 

De fait, la résurgence de l’hypothèse d’engagement majeur et le degré élevé d’attrition qu’elle impliquerait suppose de réinvestir dans l’épaisseur stratégique des forces armées pour leur permettre d’ « être et durer ». Faute d’augmenter les cibles d’équipements neufs, reste donc l’éventualité d’une conservation au moins partielle des parcs en service. De même, l’objectif de doublement de la réserve opérationnelle des armées supposera de se pencher sur la question de l’équipement d’une force portée à 80 000 réservistes d’ici à 2030. 

Bien qu’âgé de plusieurs décennies et pour la plupart visés par un programme de remplacement, les AMX 10 RC, TRM 2000, VBL, AUF1, FAMAS et autres pistolets automatiques sont globalement conservés. La baisse des cessions relève essentiellement des armes légères, des véhicules de l’avant blindé et des poids lourds. Côté VAB, l’essentiel des 150 exemplaires inscrits au tableau prévisionnel seront des véhicules spécialisés de types OBS, RATAC, CARTHAGE, LOG ou ELI. Les VAB d’infanterie, majoritairement bénéficiaires de rénovations et livrés à près de 300 exemplaires à l’Ukraine, ne sont concernés que de manière marginale malgré l’arrivée des Griffon et Serval du programme SCORPION.

Même perspective pour l’AMX 10 RC. Progressivement remplacé par le Jaguar, il voit son retrait de service être à nouveau repoussé. Seuls 20 exemplaires seront offerts à la revente à partir de 2027. Le maintien s’applique également aux flottes logistiques, l’instar des TRM 2000. Ce « parc majeur pour l’outre-mer » sera préservé et « ne pourra faire l’objet que de cessions ponctuelles » évaluées à une quinzaine de véhicules par an. Idem pour des GBC 180 pour lesquels il n’existe pas d’excédent. Deux exemples parmi d’autres de porteurs appelés à faire des heures sup’ en l’absence de visibilité sur les prochains incréments du programme majeur de flotte tactique et logistique terrestre. 

Si les volumes se contractent, la gamme s’élargit aussi ponctuellement. Dans le domaine du génie, notamment, quelques engins Buffalo et véhicules blindés hautement protégés Aravis seront proposés à compter de 2024 et 2027. Signe parmi d’autres de l’évolution de la trame antichar, 200 postes de tir ERYX seront cessibles à compter de 2027. Autant de postes de tir MILAN le seront dès cette année et l’an prochain. De mêmes, 71 postes de tir Javelin « sont à nouveau proposables mais restent soumis à une levée de certificat d’utilisateur final par les États-Unis ». 

Derrière les fusils de précision FRF2 et mitrailleuses ANF1, la MINIMI 5,56 rejoint pour la première fois le catalogue des cessions. Quelque 600 exemplaires seront proposés à partir de 2026, un autre indice d’une possible acquisition de la nouvelle mitrailleuse Evolys. Dans le segment de l’optronique et de la simulation, près d’un millier de jumelles de vision nocturne OB70 Lucie sont au catalogue suite à leur remplacement par les JVN O-NYX conçues par Thales. L’arrivée du système d’instruction et d’entrainement au tir de combat (SINETIC) devrait permettre à 12 systèmes de simulation de tir aux armes légères (SITTAL) d’entamer une seconde vie ailleurs. 

La réduction de l’offre est également perceptible du côté de la Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), en charge des aéronefs militaires. Ainsi, il n’y aura aucun avion de chasse, d’école ou de liaison transmissible durant la période. La flotte de Puma de l’armée de Terre poursuit quant à elle sa déflation entre 2024 et 2027. Des 12 appareils consignés, quatre font depuis peu l’objet d’une mise en prospection. Enfin, une nouveauté dans l’aéronautique navale : un premier avion de patrouille maritime ATL2 cessible à partir de 2028. 

Crédits image : KNDS France

Pour le chef d’état-major de l’armée de Terre, la « masse » n’est pas un sujet tabou

Pour le chef d’état-major de l’armée de Terre, la « masse » n’est pas un sujet tabou

https://www.opex360.com/2024/06/23/pour-le-chef-detat-major-de-larmee-de-terre-la-masse-nest-pas-un-sujet-tabou/


Après l’implosion de l’Union soviétique et la fin de la Guerre froide, la question de la « masse » ne s’est plus posée, les forces armées occidentales ayant privilégié la supériorité technologique [c’est-à-dire la qualité] aux dépens de la quantité. À vrai dire, ce choix a été le plus souvent dicté par des contraintes budgétaires… En tout cas, il s’est traduit par la suspension de la conscription dans plusieurs pays, dont la France.

Seulement, cette période n’a été qu’une parenthèse, le contexte actuel étant marqué par le retour de la compétition stratégique entre les puissances, la contestation du droit international et la guerre. Les dépenses militaires sont reparties significativement à la hausse et la question de la « masse » est de nouveau sur la table. Et cela d’autant plus que l’Otan encourage ses 32 États membres à renforcer leurs forces armées tant au niveau capacitaire qu’à celui de leurs effectifs, son objectif étant actuellement de pouvoir mobiliser plus de 300’000 hommes en moins de 30 jours.

D’où la décision de quelques pays de rétablir la conscription qu’ils avaient suspendue, afin de pallier, pour certains d’entre eux, leurs difficultés en matière de recrutement. Tel est le cas de la Lituanie, de la Suède, de la Lettonie et, plus récemment, de l’Allemagne. Le débat sur le retour du service militaire est ouvert en Pologne, en Roumanie et même au Royaume-Uni.

Pour le moment, en France, l’armée de Terre se tient à l’écart de cette tendance. Cependant, en 2015, elle avait déjà bénéficié d’une hausse assez substantielle de ses effectifs après la décision de porter sa force opérationnelle terrestre [FOT] de 66’000 à 77’000 soldats, afin de lui permettre de mener l’opération intérieure Sentinelle. Mais, à l’heure actuelle, il n’est pas question d’aller plus loin, même si le sujet de la « masse » n’est pas tabou. C’est en effet ce qu’a expliqué le général Pierre Schill, son chef d’état-major [CEMAT], dans les pages du numéro 96 de la revue DSI.

« La résurgence de la concurrence stratégique entre grandes puissances et du combat de haute intensité que des États envisagent impose de se poser de nouveau la question de la masse. Il ne s’agit pas ici d’opposer, mais bien d’équilibrer le rapport entre quantité et qualité, avec la conviction que le fil directeur de la réflexion réside dans la cohérence », a d’abord affirmé le général Schill.

Cela étant, les termes de ce débat se posent différemment en France, où le modèle d’armée, « complet », repose sur la dissuasion nucléaire, censée garantir l’intégrité de son territoire et, plus largement, de ses intérêts vitaux.

« La France a fait le choix de n’abandonner aucune capacité. Elle continue de couvrir ‘tout le spectre’. Elle a conservé une expertise dans chaque domaine et elle peut ainsi décider de monter en puissance sans avoir à reconstruire toute une filière : c’est un atout considérable », a d’ailleurs relevé le CEMAT.

Cependant, comme l’a écrit Antoine de Saint-Exupéry, on n’a pas à prédire l’avenir mais à le permettre. A priori, le général Schill s’inscrit dans cette logique quand il dit que « nous devons préparer un possible engagement dès ce soir ».

« À cet égard, il n’y a pas de tabou au sein de l’armée de Terre sur cette problématique récurrente de la masse. Il s’agit d’un débat ancien. Faut-il privilégier la quantité ou la qualité ? Porter l’effort sur des effectifs nombreux ou sur des unités resserrées très bien formées et équipées ? À mon sens, la réponse est de s’adapter au contexte et de conserver la possibilité de monter en puissance rapidement. La priorité est celle de la cohérence », a poursuivi le CEMAT.

Cette cohérence a deux dimensions : verticale et horizontale. Ainsi, un blindé « seul […] ne sert qu’à défiler », a-t-il ironisé. Pour qu’il puisse incarner une capacité, il lui faut un « environnement », c’est-à-dire les munitions, les pièces de rechange, le carburant et un équipage entraîné. C’est ce que doit permettre justement la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30.

Ensuite, cette cohérence passe par la capacité à agir en « interarmes ». L’armée de Terre est « composée de nombreuses capacités qui doivent interagir pour manœuvrer. Je pense aux capacités de mêlée [infanterie, cavalerie, hélicoptères] mais aussi à celles d’appui [artillerie, génie], de soutien et de logistique. Un équilibre entre ces capacités est indispensable », a fait valoir le général Schill.

Cette cohérence doit servir de socle pour toute remontée en puissance éventuelle. Elle « précède la masse » et « ce dont nous disposons doit être ‘bon de guerre’ », a-t-il insisté.

Si jamais la situation l’exige, l’armée de Terre peut compter sur ses réservistes opérationnels, dont le nombre sera porté à environ 50’000 à l’horizon 2035. Mais le général Schill a également évoqué un possible recours à la réserve opérationnelle de 2ème niveau [RO 2], laquelle concerne les anciens militaires soumis à une obligation de disponibilité durant les 5 années qui suivent leur départ de l’institution.

« Au-delà de ses effectifs permanents, l’armée de Terre s’appuie sur des réservistes formés et entraînés, mais aussi sur d’anciens militaires d’active, pour disposer d’effectifs supplémentaires et renforcer son organisation au quartier comme en opération; elle contribue ainsi à la résilience de la Nation », a-t-il a souligné.

La RO 2 est « en mesure d’être engagée en cas de crise majeure », souligne l’armée de Terre. Seulement, comme il n’a jamais été mis en œuvre, ce dispositif est régulièrement testé lors d’exercices VORTEX, lesquels visent à recenser les anciens militaires d’active concernés, puis à les convoquer pour des formalités administratives et médicales ainsi que pour des séances de formation.

En mai 2022, selon le site interarmées des réserves militaires, la RO 2 était composée de 60’000 anciens militaires, ce qui constitue une ressource à ne pas négliger.

Photo : EMA

Deux autres unités de Renseignement de Réserve Spécialisée créés en 2025

Deux autres unités de Renseignement de Réserve Spécialisée créés en 2025

réserves intell.jpg

 

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 20 juin 2024

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/06/20/deux-autres-bataillons-de-renseignement-de-reserve-specialis-24710.html


Suite de mon post du 4 juin sur le Bataillon de Renseignement de Réserve Spécialisée (B2RS).

Je rappelle que le 3 juin a vu la création du Bataillon de Renseignement de Réserve Spécialisée (B2RS). Cette unité est dédiée à la recherche du renseignement en sources ouvertes. Elle rassemble des réservistes opérationnels qui sont recrutés comme spécialistes (analystes, linguistes, data scientists et développeurs informatiques). 

Une compagnie de ce B2RS est désormais établie à Strasbourg où se trouve le Commandement des actions dans la profondeur et du renseignement [CAPR].

La première compagnie du B2RS comptera à terme (très bientôt) 150 réservistes dont un quatuor de commandement. Le recrutement est local et vise le vivier des étudiants et jeunes universitaires. Ils rejoignent la réserve avec le grade de sergent et un contrat initial de 2 ans. Selon le commandant du bataillon strasbourgeois (un colonel de réserve), le recrutement a été aisé mais ralenti par des contrôles légitimes effectués par la DRSD. La formation des réservistes du B2RS est express avec deux périodes trois jours, l’une d’acculturation militaire et l’autre de présentation de l’OSINT au sein de l’armée de Terre.

Deux autres compagnies verront le jour en 2025: l’une à Toulouse (avec 150 pax) au profit de la 11e BP et l’autre en région parisienne (avec un effectifs de 250 pax). Ces choix sont dictés par plusieurs paramètres: d’abord les besoins de l’armée de Terre, ensuite la présence d’un vivier de jeunes spécialistes prêts à s’engager dans une réserve un peu particulière et enfin des locaux disponibles. 

D’autres créations sont envisagées pour 2026, avec d’éventuels points de chute comme Rennes.

L’Allemagne envisage de rétablir un service militaire d’au moins six mois sur la base du volontariat

L’Allemagne envisage de rétablir un service militaire d’au moins six mois sur la base du volontariat

https://www.opex360.com/2024/06/13/lallemagne-envisage-de-retablir-un-service-militaire-dau-moins-six-mois-sur-la-base-du-volontariat/


Aussi, depuis qu’il a pris ses fonctions, M. Pistorius souhaite revenir sur la mesure prise il y a maintenant treize ans, en cherchant l’inspiration dans les pays scandinaves, en particulier la Suède, qui a rétabli la conscription, sept ans après l’avoir suspendue. A-t-il trouvé la bonne formule ? L’avenir le dira…

En tout cas, selon les orientations dévoilées le 12 juin, l’idée maîtresse est de présenter ce « nouveau » service militaire comme une opportunité et non plus comme une « contrainte ». Ainsi, tous les jeunes allemands ayant l’âge d’être appelés sous les drapeaux devront retourner un questionnaire censé évaluer leur degré de motivation et leur aptitude physique. Celui-ci sera facultatif pour les femmes.

« Actuellement, il n’est pas possible d’exiger des femmes qu’elles remplissent et renvoient le questionnaire. Elles ne peuvent pas non plus être soumises à des tests contre leur gré, cela nécessiterait une modification de la Loi fondamentale », justifie le ministère allemand de la Défense.

Ce recensement a deux objectifs : susciter l’intérêt des jeunes pour les forces armées [lequel sera encouragé par des « campagnes d’informations numériques »] et sélectionner les plus motivés, ceux-ci devant être ultérieurement convoqués pour un entretien. Ensuite, la décision d’effectuer un service militaire d’une durée de six mois [et pouvant être prolongé jusqu’à 23 mois] leur appartiendra. Du moins, « dans un premier temps ».

« La Bundeswehr offrira des possibilités de formation continue à ceux qui s’engageront pour plus de six mois », souligne par ailleurs le ministère. À l’issue de leur service, les appelés seront admis dans la réserve, avec l’éventualité d’avoir à effectuer au moins une période par an.

Cette formule présente l’avantage d’une « sélection ciblée selon des critères définis » dans la mesure où la Bundeswehr pourra ne retenir que le nombre de conscrits dont elle a besoin et, surtout, qu’elle sera en mesure de former. Or, actuellement, ses capacités d’accueil et de formation ayant été en grande partie démantelées après la suspension de la conscription, il lui faudra du temps pour remonter en puissance. Aussi, seulement 5000 appelés pourront être sélectionnés dès la première année de ce « nouveau service militaire », probablement à partir de 2025.

Photo : Ministère allemand de la Défense

Un Bataillon de Renseignement de Réserve Spécialisée (B2RS) a vu le jour à Strasbourg

Un Bataillon de Renseignement de Réserve Spécialisée (B2RS) a vu le jour à Strasbourg

capr réserve.jpg

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 4 juin 2024

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/06/03/commandement-des-actions-dans-la-profondeur-et-du-renseignem-24675.html


Le Commandement des actions dans la profondeur et du renseignement [CAPR], établi à Strasbourg, compte désormais une nouvelle unité.

En effet, le 3 juin a vu la création du Bataillon de Renseignement de Réserve Spécialisée (B2RS). Cette unité est dédiée à la recherche du renseignement en sources ouvertes. Elle rassemble des réservistes opérationnels qui sont recrutés comme spécialistes (analystes, linguistes, data scientists et développeurs informatiques). 

Comme l’a rappelé le général Schill, le CEMAT, “cette unité, exclusivement composée de réservistes, préfigure la réserve opérationnelle de l’armée de Terre de demain, qui sera organisée en trois grands ensembles : 
– une réserve de compétences qui a vocation à agir sur l’ensemble du spectre opérationnel en s’ouvrant, dans un premier temps, aux secteurs du renseignement et du cyber puis, à terme, à ceux de la logistique et de la maintenance. Cet enrichissement de la réserve au-delà des missions de protection – largement mises en avant ces dernières années en raison du primat de la menace terroriste – permettra par ailleurs de diversifier le profil de nos recrues en termes d’âge, de genre et de profil socio-professionnel;
– une réserve de combat fondée sur une logique de complémentarité – et non plus d’appui – avec l’armée d’active, via une montée en puissance qualitative et quantitative avec l’objectif de doubler ses effectifs d’ici 2030;
– une réserve territoriale, plus dense, qui a pour objet d’offrir une meilleure couverture du territoire national en élargissant l’offre de réserve à des régions qui étaient jusque-là privées d’une présence militaire.

bataillon de réserve.jpg

 

La Flottille de réserve spécialisée “Formation” a son premier commandant

La Flottille de réserve spécialisée “Formation” a son premier commandant

flotille réserve.jpg

 

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 1 er juin 2024

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


La première flottille de réserve spécialisée a vu le jour à Toulon (à ne pas confondre avec les flottille de réserve côtière). 

Les flottilles de réserve spécialisées (FRS) constituent des pools d’experts apportant l’appui nécessaire dans les domaines transverses ou communs à l’ensemble de la Marine nationale. Ces unités rassemblent majoritairement d’anciens marins d’active et des experts issus de la société civile. L’objectif pour 2030 est de constituer une communauté de plus de 6000 réservistes supplémentaires pour la Marine nationale au sein des différentes flottilles de réserve, qui verront leur nombre augmenter progressivement pour couvrir l’ensemble des besoins.

En 2023, trois flottilles de réserve spécialisées ont été créés: l’une “Numérique et Cyber”, l’autre “Formation” et la dernière “SSF”. Comme l’explique la Marine nationale, elles sont placées respectivement sous la direction d’EMM/BNUM (implantation à Balard et antenne à Toulon), de DPM/FORM (implantation au Fort Lamalgue à Toulon) et sous la direction du DCSSF (implantation à Balard avec des antennes à Toulon et Brest).

Les FRS ont vocation à fournir des experts en appui des différents besoins de la Marine dans ces domaines spécialisés. A titre d’exemple, la FRS “formation” vient en appui du Pôle Ecoles Méditerranée (PEM) et des autres écoles de la Marine avec un nombre croissant d’intervenants réservistes venant du monde civil, dans des domaines parfois très technologiques comme les radars ou la construction navale ou pour du renforcement de l’enseignement académique. Cette contribution a représenté pas loin de 1000 heures d’enseignement en mai 2024 et est en croissance. Elle permet par ailleurs des échanges extrêmement profitables entre les marins des forces et des experts venus d’autres horizons.

Du côté des flottilles de réserve côtières

En métropole, trois flottilles de réserve côtières vont voir le jour, chacune rassemblant 10 escouades de 6 à 8 réservistes. Hors de métropole, six autres escouades seront installées à la Réunion, en Guyane, en Polynésie, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et dans les Antilles. Soit un total de 36 escouades dont le déploiement devrait être achevé en 2027.

Elément de base de la flottille, l’escouade comportera un semi-rigide côtier de moins de 8m avec deux moteurs, le véhicule et sa remorque, ainsi qu’un micro-drone.

La première flottille de réserve côtière sera installée en Atlantique “à l’été 2024” avec à terme un état-major de 120 hommes à Brest. Une seconde flottille verra le jour en Méditerranée (à Toulon) un an plus tard et une troisième en Manche (Cherbourg) à l’été 2026. Les deux premières escouades d’outre-mer verront le jour l’été 2025.

flotilz brest.jpg

Renforcement blindé

Renforcement blindé

Israeli soldiers carry heavy shells past battle tanks deployed at a position along the border with the Gaza Strip and southern Israel on December 31, 2023, amid the ongoing conflict between Israel and the militant group Hamas. (Photo by Menahem KAHANA / AFP)

par Blablachars – publié le 24 avril 2024

https://blablachars.blogspot.com/2024/04/renforcement-blinde.html


Après le 22 février 2022, plusieurs pays européens ont choisi de muscler leur composante blindée mécanisée en lançant des programmes (souvent ambitieux) de modernisation ou d’acquisition d’engins blindés, parmi lesquels l’achat de chars modernes figure en bonne place dans les différents processus en cours ou à venir. Cet engouement pour la “chose blindée” étant basée sur l’observation du conflit ukrainien et de la place tenue par les différents engins dans les opérations. Loin d’une Europe confrontée au retour de la guerre de haute intensité, un autre pays a également fait le choix de muscler sa composante blindée pour répondre aux menaces actuelles et futures. 

On a appris aujourd’hui que les Forces de Défense Israéliennes (FDI) avaient décidé d’augmenter le nombre de compagnies de chars dans chaque bataillon du Corps blindé. Cette décision semble être le résultat direct des enseignements tirés des opérations menées par Tsahal, depuis six mois dans la Bande de Gaza. Cette décision qui vise à augmenter le nombre d’unités blindées annule une décision prise il y a plus de dix ans, qui visait à réduire le nombre de chars dans l’armée israélienne. L’observation des engagements dans la bande de Gaza a confirmé l’utilité des chars dans la conduite des opérations en milieu urbain, au sein duquel les destructions contribuent à entraver l’action des engins. Les zones ouvertes hors des localités ont également permis aux chars de tirer le meilleur parti de leurs capacités de jour comme de nuit, comme ce fut le cas lors des premières incursions de Tsahal au mois d’octobre dernier. 

 

 Selon le Cne AMITAI, commandant une compagnie de chars au sein du 82ème Bataillon blindé “Gaash” appartenant à la 7ème Brigade blindée “Saar me-Golan, les véhicules blindés ont joué un rôle essentiel dans le conflit. Engagée aux côtés de la 188ème Brigade blindée “Barak” et de la 401ème Brigade blindée ” Ikvot HaBarzel” dans la Bande de Gaza, la 7ème Brigade blindée a été engagée le long du littoral afin de contrôler les accès sud et centre de la ville de Gaza, en vue de l’isoler. Pour l’officier israélien, les chars ont permis de protéger et de fournir des feux aux fantassins et sapeurs engagés en zone urbaine, tout en offrant une capacité de déplacement rapide en tout terrain. A la tête d’une compagnie de Merkava IV, le Cne AMITAI a évidemment souligné le rôle essentiel du système de protection active Trophy dans l’engagement des chars à Gaza, permettant de décupler l’efficacité des engins et de renforcer la confiance des équipages. Pour illustrer l’efficacité du Trophy, l’officier israélien évoque une embuscade au cours de laquelle le char du commandant de bataillon a été ciblé par deux missiles antichars, interceptés par le système de protection israélien, tout en permettant au char poursuivre son action. 

Jonathan SPYER, chercheur à l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem indique que les forces blindées ont joué un rôle central et vital dans les combats à Gaza menés au sein de dispositifs interarmes et que la décision de recréer les compagnies dissoutes s’inscrit dans le cadre de l’augmentation du budget de la défense qui devrait suivre la guerre. Selon le chercheur, l’augmentation de la capacité blindée de  Tsahal reflète l’idée selon laquelle les FDI doivent être équipées pour lutter contre des forces semi-régulières et régulières, perspective d’emploi qui qui crée des besoins différents et exige donc des moyens également différents de ceux liés aux opérations de contre-terrorisme ou de contre-insurrection.  

 

Cette augmentation de potentiel blindé, qui se traduit par la réactivation de compagnies de chars consiste à transformer la troisième compagnie de chars des bataillons blindés. Armée jusqu’à présent par des réservistes, cette unité devrait donc devenir une unité d’active, donnant aux bataillons une véritable troisième unité, dont les réservistes disponibles pourraient être engagés dans d’autres missions. Selon les FDI, trois compagnies ont déjà été réactivées au sein du 82eme, 52eme et 71ème Bataillon blindé, appartenant respectivement à la 7ème, 401ème et 188ème brigade, les prochaines pourraient l’être d’ici la fin de l’année. Cette remontée en puissance est en outre permise par l’afflux de volontaires pour servir au sein des unités blindées, avec un accroissement de 30% du volume de recrues au sein des brigades de chars par rapport aux années passées. Cette vague pourrait constituer le plus grand volume de recrutement du Corps blindé pour les prochaines années. La transformation en unités d’active des unités de chars de réserve souligne l’objectif affiché par les FDI de ne pas compter sur les réservistes pour la mise en œuvre de leurs blindés, dont plus de 300 000 furent rappelés au lendemain des attaques du 7 octobre. Selon le Times Of Israël, de nombreux réservistes ont manifesté leur volonté de ne pas rejoindre leur unité pour marquer leur opposition au projet de réforme du système judiciaire. En dépit de la signature par 6000 réservistes d’une déclaration affirmant leur engagement à servir le pays, il est probable que la décision de ne plus confier ces unités aux seuls réservistes, ne traduit pas uniquement le manque d’adaptation de l’armée israélienne à soutenir un conflit dans la durée, mais aussi la crainte de devoir composer avec d’éventuelles oppositions en cas de mobilisation massive. Avec ces nouvelles unités, Tsahal augmente donc sa capacité à occuper plus longtemps le terrain sans que cela ne se traduise par le rappel de réservistes supplémentaires ou par l’augmentation du nombre de chars en service. Au sein du 82ème bataillon blindé, la compagnie nouvellement créée sert sur des Merkava IV, à la différence des unités de réserve habituellement équipées de chars de versions plus anciennes, comme le Merkava III. Ce choix devrait donc se traduire par une plus grande homogénéité en matière de formation et d’entrainement, synonyme d’une efficacité accrue. 

 

Même si elle constitue l’un des volets d’une probable stratégie de contournement destinée à prévenir les problèmes liés au rappel des réservistes, la nouvelle organisation traduit surtout l’importance du char et des blindés dans la stratégie de Tsahal. Comme les pays européens concernés et à la différence de la France, l’armée israélienne reste convaincue de la polyvalence du char et de son utilité dans les différents conflits potentiels. Il est important de noter qu’au moment où plusieurs armées européennes se heurtent à des difficultés accrues de recrutement, Tsahal ne semble pas connaitre de problèmes pour armer ses unités blindées en raison de l’afflux de volontaires désireux de servir dans les chars. Cet afflux qui pourrait être également  lié à l’attitude de certains réservistes est probablement motivé par le côté technologique des engins utilisés ainsi que par la protection offerte aux équipages blindés, qui peuvent se sentir moins exposés que leurs camarades fantassins ou sapeurs. Cette opération, qui ne se limite pas à une simple manipulation RH souligne également l’importance de disposer d’unités de réserve équipées et spécialisées. Dans ce domaine, l’armée française a probablement raté une occasion au moment du retrait des AMX 30B2, qui aurait pu s’accompagner de la création d’escadrons de réserve au sein des Régiments de chars. Servis par des équipages de réserve (anciens d’active ou réservistes) suivant de véritables cycles d’entrainement et de contrôle, ces unités auraient pu contribuer de façon significative aux missions des régiments de chars auxquelles elles auraient été rattachées. En outre, on peut imaginer que ces unités auraient très certainement favorisé le recrutement de réservistes, attirés par ce métier et accru le rayonnement des régiments de chars. Au moment où la spécialisation des brigades revient à l’ordre du jour avec la création d’écoles de milieu au sein de la 9ème BIMa (Brigade d’Infanterie de Marine) et de la 11ème BP (Brigade Parachutiste), la constitution d’une véritable réserve blindée pourrait contribuer à confirmer la spécificité des brigades blindées et à renforcer leur attractivité, à défaut de créer une école de milieu blindé mécanisé.

Le ministère des Armées veut réduire le délai moyen de versement de la solde de ses réservistes de 79 à 65 jours

Le ministère des Armées veut réduire le délai moyen de versement de la solde de ses réservistes de 79 à 65 jours

https://www.opex360.com/2024/04/21/le-ministere-des-armees-veut-reduire-le-delai-moyen-de-versement-de-la-solde-de-ses-reservistes-de-79-a-65-jours/


Alors que, actuellement, un réserviste opérationnel sur deux est salarié, le concours des entreprises et des administrations est évidemment crucial. Cela passe par la signature de conventions entre la Garde nationale et les employeurs, à l’image de celle qui a été officialisée le 17 avril dernier par le groupe Renault, lequel s’est engagé à faciliter la disponibilité et la réactivité de ses employés réservistes, en allant au-delà des dispositions prévues par la loi.

« Cette convention accorde en outre une autorisation d’absence de 15 jours ouvrés par année civile au titre de ses activités dans la réserve opérationnelle [soit 5 jours de plus que le minimum légal] », s’est ainsi félicité le ministère des Armées.

Grâce à ce système de conventions, « nous arrivons en moyenne à multiplier par deux le nombre de jours. Autrement dit, au lieu d’effectuer dix jours chaque année dans la réserve comme le prévoit la loi, le salarié-réserviste pourra en réaliser une vingtaine sans avoir à piocher dans ses congés ou ses RTT », a par ailleurs expliqué le général Louis-Mathieu Gaspari, le Secrétaire général de la Garde nationale.

En outre, a-t-il continué, « de plus en plus d’employeurs décident même de maintenir tout ou partie de la rémunération de leurs employés-réservistes. Car dans une entreprise, le soutien apporté aux réserves opérationnelles est de plus en plus perçu comme un outil de fidélisation, voire de recrutement ».

Ces mesures produisent des effets positifs puisque, selon les derniers chiffres, 2000 réservistes opérationnels supplémentaires ont été recrutés depuis septembre 2023 [et donc la promulgation de la LPM 2024-30].

Cela étant, pour les réservistes opérationnels qui ne sont pas salariés [étudiants, travailleurs indépendants, etc.], il est important que les soldes qui leur sont dues soient versées dans des délais raisonnables… Or, ce n’est actuellement pas le cas, comme l’a admis le ministère des Armées, dans une réponse à deux questions écrites posées par les députés Christophe Bentz et Nathalie Da Conceicao Carvalho.

« Depuis le début de l’année 2023, le délai moyen de versement de la solde des réservistes sous contrat d’engagement à servir dans la réserve opérationnelle est de 79 jours. Sur cette période [de janvier à juin 2023], environ 14 % des soldes ont été versées en moins de 45 jours et 51 % en moins de 65 jours », a en effet indiqué le ministère.

Mais ces délais varient en fonction des armées et des grades. Ainsi, en 2023, les militaires du rang réservistes de l’armée de Terre ont attendu, en moyenne, 94 jours pour percevoir leur solde. Leurs camarades de la Marine nationale et de l’armée de l’Air & de l’Espace [AAE] sont à peine mieux lotis puisqu’ils ont dû patienter 90 jours.

Ces délais ont été de 89 jours pour les officiers réservistes du Service de santé des armées [SSA], qui sont souvent des médecins, et de 82 jours pour ceux de la Marine nationale. En revanche, les sous-officiers et les officiers réservistes de l’armée de Terre ont reçu leurs soldes au bout de 70 jours en moyenne.

« Le délai de versement de la solde est fonction du cycle de paiement des soldes mensuelles. D’une manière générale, les activités de réserve sont prises en compte mensuellement pour une mise en paiement le mois suivant, ce qui permet de fixer comme objectif deux mois pour le délai de paiement », a détaillé le ministère des Armées. Visiblement, cet objectif n’est pas atteint… car, a-t-il ajouté, « en fin d’année, les règles propres à la fin de gestion peuvent entraîner un allongement des délais de liquidation ».

Quant à la différence de traitement entre les militaires du rangs, sous-officiers et officiers, le ministère a expliqué qu’elle tenait aux fonctions et affectations des réservistes.

« Les sous-officiers et officiers exercent généralement leur période de réserve de manière isolée au sein d’états-majors », ce qui fait que la « validation de leurs jours d’activité est individuelle et transmise plus rapidement à l’organisme payeur », a-t-il avancé. En revanche, a-t-il poursuivi, « l’activité de réserve des militaires du rang est généralement collective. La transmission de leurs activités de réserve s’effectue de façon groupée pour l’ensemble de l’unité concernée, ce qui peut entraîner un allongement des délais ».

Quoi qu’il en soit, comme cette question peut influer sur la fidélisation des réservistes, le ministère des Armées, qui a reconnu que ces délais constatés restaient encore « trop importants », a dit s’être engagé « dans une démarche » visant à les réduire à moins de 65 jours.

« Fruit des actions entreprises sur certaines causes techniques à l’allongement des délais, entre novembre 2022 et août 2023, ces délais ont diminué de dix jours. Un travail d’harmonisation des processus doit permettre de continuer à les abaisser », a-t-il conclu.

NÎMES Les meilleures images du 40e anniversaire de la 6e BLB

NÎMES Les meilleures images du 40e anniversaire de la 6e BLB

6e blb nimes arenes
La 6e Brigade légère blindée a investi les arènes– Photo Yannick Pons


par Yannick Pons et Anthony Maurin – Objectif Gard – publié le 21 avril 2024

https://www.objectifgard.com/actualites/nimes-les-meilleures-images-du-40e-anniversaire-de-la-6e-blb-126726.php

Ce samedi, la “6” célébrait ses quarante ans en se déployant au son des cuivres dans les rues de Nîmes. La journée a terminé en apothéose dans les arènes par une prise d’armes, un concert et une opération militaire, devant 3 000 personnes.

Ce samedi 20 avril, la 6e Brigade légère blindée (BLB) célébrait ses quarante ans en se déployant dans les rues de Nîmes autour d’un colloque, de stands militaires et de déambulations musicales au son des fanfares militaires.

Les Nîmois ont une affection particulière pur la 6e BLB • Photo Anthony Maurin

Une journée qui s’est conclue en apothéose dans les arènes de Nîmes devant 3 000 personnes, des personnalités et une dizaines de généraux.

État-major nîmois

La 6e Brigade légère blindée (BLB) est une unité importante de l’armée de Terre qui comprend 7 régiments basés dans le sud de la France et dont l’État-major est basé à Nîmes. Deux troupes de marine, le 1er régiment de spahis et quatre régiments de Légion. 7 000 hommes et femmes sous les ordres du général Seiler.

On recrute devant les arènes • Photo Anthony Maurin

Créée à Nîmes en 1984, la 6e Division légère blindée, faisait partie de la mise en place d’une force d’action rapide en parallèle avec les bataillons parachutistes.

La 6e BLB sort les muscles • Photo Anthony Maurin

Une unité fulgurante, qui devait préparer des interventions amphibies notamment en Afrique. Dans la filiation de la cavalerie et puis des divisions blindées, elle est désormais une brigade légère blindée. Sur roues comme jaguars et griffons, ou sur l’eau avec les vedettes.

Des stands ornaient l’esplanade • Photo Anthony Maurin

Déploiement dans la ville

Le samedi matin, un colloque sur l’histoire de la « 6 » réunissait 200 personnes au carré d’art. Dans la journée, des stands militaires jonchaient l’esplanade. L’armée recrute ! Les déambulations musicales dans les rues de la ville se sont faites au son des fanfares militaires.

La 6e BLB, unité fulgurante et rapide montée sur roues • Photo Anthony Maurin

La journée s’est conclue par une prise d’armes, des décorations et une allocution du général Schill, chef d’État-major de l’armée de Terre.

6e blb nimes arenes
Les personnalités nîmoises Laurent Burgoa, Jérôme Bonet, Yoann Gillet, Jean-Paul Fournier, entourent le général Schill. • Photo Yannick Pons

Guerre moderne

« Les brigades blindées sont une allégorie de l’armée française. Elles peuvent aller partout. Une nouvelle ère s’ouvre et ce sera celle des blindés mais aussi de l’esprit manœuvrier. Les combats militaires à Gaza ou en Ukraine sont violents et ajoutent la technologie de l’information, la robotisation et les drones à la guerre classique », a lancé le général Schill.

6e blb nimes arenes 2 (yp)
Les Musiques de la “6” ont résonné dans les arènes • Photo Yannick Pons

Après la projection d’un film sur l’histoire de la « 6 » un concert a été donné par les Musiques et les fanfares de la brigade, au son des cuivres, du fifre et du chapeau chinois.

6e blb nimes arenes 2 (yp)
Les soldats sont arrivés par le haut des arènes • Photo Yannick Pons

La journée s’est terminée en apothéose avec la simulation d’une opération militaire. Une action commando a été effectuée en direct au sein des arènes bimillénaires.

par Yannick Pons et Anthony Maurin