Leçon inaugurale du cycle confrontations et recompositions stratégiques. Général d’armée T. Burkhard

Leçon inaugurale du cycle confrontations et recompositions stratégiques. Général d’armée T. Burkhard

Par Gabrielle GROS, Louis GAUTIER, Thierry BURKHARD – Diploweb – publié le 23 février 2024      

https://www.diploweb.com/Video-Lecon-inaugurale-du-cycle-confrontations-et-recompositions-strategiques-General-d-armee-T.html


Le 7 juillet 2021, le général d’armée Thierry Burkhard est nommé en Conseil des ministres chef d’état-major des armées à compter du 22 juillet 2021. Il est commandeur de la Légion d’honneur, commandeur de l’Ordre national du Mérite, titulaire de la Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures et de la Croix de la Valeur militaire. Louis Gautier, directeur de la Chaire Grands enjeux stratégiques contemporains, professeur associé à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Synthèse de la conférence par Gabrielle Gros pour Diploweb.com.

Conférence organisée par la Chaire Grands enjeux stratégiques contemporains, le 22 janvier 2024 à l’amphithéâtre Richelieu en Sorbonne (Paris). La Chaire a pour objectif de mieux ancrer les études stratégiques dans le paysage universitaire français, de donner la parole à tous et d’établir des relations avec de grandes universités étrangères afin de pérenniser les activités d’enseignement, d’assurer le passage de relais à de nouvelles générations et de contribuer au rayonnement de la pensée stratégique française. Pour ce faire elle organise son 11e cycle de conférences du 22 janvier au 25 mars 2024. Le propos introductif de cette leçon inaugurale a été tenu par le Professeur Louis Gautier, Procureur général près la Cour des comptes et président de la Chaire ainsi qu’Elie Tenenbaum, docteur en Histoire et directeur du centre des études de sécurité de l’IFRI. Puis le général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées françaises a pris la parole pour une vaste présentation des bouleversements stratégiques à l’oeuvre. La synthèse est rédigée par Gabrielle Gros pour Diploweb.com

Cette vidéo peut être diffusée en amphi pour nourrir un cours et un débat. Voir sur youtube

Synthèse pour Diploweb.com de la conférence du général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées françaises, par Gabrielle Gros

Richelieu, qui avait le souci de la maîtrise de l’information, s’est en particulier distingué par sa capacité à inscrire son action dans le temps long. Dans son sillage, le général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées françaises, rappelle que pour continuer à peser, il est impératif d’anticiper afin se saisir des sujets, d’agir et de se positionner. Trois éléments sont ici explorés : l’environnement stratégique, les bouleversements stratégiques à l’œuvre et la réponse des armées à ces états de fait.

En premier lieu l’environnement stratégique se comprend aujourd’hui par quatre marqueurs appuyant son importance. Il faut d’abord voir la dynamique de la force dans le contexte du retour du rapport de force comme mode de règlement des conflits. Le moyen d’imposition de la volonté d’un État est de plus en plus le recours à la force ; le Haut Karabagh qui fut une question réglée en 24 heures en est un exemple. L’escalade des moyens et la recherche de la létalité via l’artillerie et les frappes en profondeur, témoignent de cette dynamique. De même l’emploi du nucléaire est une question rapidement revenue au centre de la dialectique dans le cadre de l’extension des domaines d’emploi des forces. L’emploi de la force est probablement aussi lié à une atténuation de l’ordre international qui peine à réguler les conflits, preuve en est le poids déclinant des résolutions de l’ONU. Par ailleurs, la puissance de l’information est d’une valeur stratégique exceptionnelle. Dans la lutte informationnelle, il n’existe pas de victoire décisive, la palette d’effets est extrêmement large et en conséquence l’ensemble des perspectives doivent être prises en compte. L’intelligence artificielle générative est une piqure de rappel acerbe de cette réalité. En outre, il convient de porter une attention particulière à la manœuvre de désoccidentalisation à laquelle nous assistons dans la volonté, notamment à l’initiative du Sud global, de créer un ordre alternatif. Nous faisons face à des compétiteurs extrêmement offensifs qui cherchent à accéder à de nouvelles ressources et à contester les acquis. Enfin le changement climatique, instrumentalisé contre nous par certains grands compétiteurs est un catalyseur du chaos. Il est une préoccupation majeure pour un certain nombre de nos partenaires et est un paramètre de plus en plus structurant en particulier en garnison avec la question des moteurs thermiques qui resterons à l’usage exclusif des armées alors que l’électrique va devenir la norme pour le reste des véhicules civils.

 
Général d’armée Thierry Burkhard, chef d’état-major des armées françaises
Conférence organisée par la Chaire Grands enjeux stratégiques contemporains, le 22 janvier 2024 à l’amphithéâtre Richelieu en Sorbonne (Paris)
Chaire grands enjeux stratégiques contemporains, Université Paris I Panthéon Sorbonne, 2024

Ainsi nous nous trouvons dans un monde qui est en recomposition par la rupture. Le point de bascule est identifié comme le 24 février 2022 mais cette réalité était déjà inscrite bien avant. De ce fait, l’évolution en tendance ne suffit plus aujourd’hui et il nous faut penser de manière beaucoup plus stratégique c’est-à-dire dans le temps long et en ayant la capacité d’inclure d’avantage d’acteurs. Pour mieux échanger et faire évoluer les affrontements, une nouvelle grille de lecture stratégique composée du triptyque compétition, contestation, affrontement, paraît aujourd’hui plus pertinent que le continuum paix, crise, guerre mis en place après la Seconde Guerre mondiale. La compétition désigne en réalité l’état dans lequel nous vivons puisqu’elle s’applique à tous les domaines de l’activité humaine. Elle a pour objectif d’infléchir la résolution de compétiteurs et de resserrer les liens. En cela il s’agit d’une forme de guerre avant la guerre qu’il s’agit donc de gagner. La contestation désigne le moment où un Etat décide de transgresser les règles admises afin d’obtenir en avantage. Cela a été le cas en Crimée. Pour empêcher l’affrontement, l’objectif est de forcer l’adversaire à se déplacer, ce qui nécessite de la réactivité. Quant à l’affrontement, qui ne doit être que le dernier recours dans une situation de crise, il requiert une grande attention de la part des armées qui doivent détecter les signaux faibles, anticiper la bascule et in fine être capable de monter en puissance voire de livrer la guerre en cas de nécessité.

En second lieu, un bouleversement stratégique est à l’œuvre et il faut en voir aussi bien les réalités que les conséquences. Nous voyons d’abord le retour de la guerre imposée. Dans une armée, agir dans une situation de guerre imposée change radicalement la manière de voir les choses. Si les opérations menées par la France ont pu être complexes, il existait une capacité relative de l’État et des autorités militaires françaises à réguler le tempo de l’engagement sans que cela se traduise par une défaite sur le terrain. Cependant, en rupture avec les opérations de maintien de la paix, l’engagement en Afghanistan a marqué le retour d’adversaires dont l’objectif est de nous tuer. Cela nous mène à un second point qui est le changement de paradigme opérationnel. Il est accompagné d’un changement d’échelle en ce qui concerne les opérations qui étaient auparavant de l’ordre du bataillon, de quelques bâtiments ou appareils. Aujourd’hui des centaines de milliers d’hommes sont impliqués en Ukraine. Une opération concernant des corps d’armée se dirige d’une toute autre façon et cela a été cruellement rappelé aux Ukrainiens qui ont eu du mal à maîtriser la mobilisation à grande échelle au cours de l’offensive. Pour faire face, l’entraînement interarmées est essentiel ainsi que la préparation dans le domaine capacitaire puisque le changement d’échelle se traduit de manière visible dans la consommation de munitions ainsi que les pertes humaines. Par ailleurs, sur le théâtre, ce changement de paradigme se traduit également par la fin du confort opérationnel. Nous devons désormais être préparé à la contestation simultanée de tous les milieux alors que par exemple au Sahel, seul l’espace terrestre nous était contesté. Vouloir acquérir et conserver la supériorité sur un milieu devient désormais probablement illusoire et contre le principe d’économie des forces.

Tout ceci demande d’adapter profondément notre système unitaire. Cela demande également une adaptation au niveau civil. Non seulement par les industriels mais encore par une implication sociale et une implication des mentalités. Nous voyons bien aujourd’hui que si l’armée ukrainienne est capable de résister à l’armée russe c’est aussi parce qu’ils sentent que la nation est derrière eux.

En dernier lieu, la réponse des armées face à ces enjeux multiples se regroupe sous divers axes. Premièrement l’héritage et l’ambition, deuxièmement l’exercice de la souveraineté, troisièmement la gestion de la singularité française, en particulier sur le plan nucléaire car la dissuasion est au cœur de notre stratégie de défense et quatrièmement le soutien de la logique de défense collective de l’Europe en étant capable de peser. En somme, l’ambition pour les armées est de gagner la guerre avant la guerre tout en étant apte à s’engager dans un affrontement de haute intensité par souci de cohérence et de crédibilité. En effet dans une guerre imposée, il faut avoir une construction cohérente en fond qui permet le maintien en condition opérationnelle, la possession de munition et l’entraînement par les hommes. Pour cela il faut agir avec les autres. Tout ceci ne fonctionnera que grâce à la détermination et l’abnégation ici saluée, d’hommes et de femmes engagés au service de la France.

Copyright pour la vidéo 2024-Burkhard-Chaire Grands enjeux stratégiques contemporains

Copyright pour la synthèse Février 2024-Gros/Diploweb.com

Pour le chef de la British Army, la société britannique doit se préparer à l’éventualité d’une guerre

Pour le chef de la British Army, la société britannique doit se préparer à l’éventualité d’une guerre

https://www.opex360.com/2024/01/24/pour-le-chef-de-la-british-army-la-societe-britannique-doit-se-preparer-a-leventualite-dune-guerre/


« Si le conflit s’arrête aujourd’hui, quel serait le bilan? L’Ukraine a résisté contre toute attente. La Suède et la Finlande ont rejoint […] l’Otan [du moins, Stockholm est sur le point de le faire, ndlr]. L’armée de terre russe est dans un état critique. Elle ne constitue plus une menace pour l’Otan. La Russie a installé un lien de vassalisation avec la Chine. Elle s’est placée dans une situation de défaite stratégique », a en effet expliqué le CEMA.

Cependant, Grant Shapps, le ministre britannique de la Défense, n’est pas exactement sur la même ligne. « Un autre facteur inquiétant apparaît désormais : nos adversaires sont davantage liés les uns aux autres », a-t-il récemment estimé, dans un discours prononcé le 15 janvier à Lancaster House. « La Russie entretient […] un ‘partenariat sans limites’ avec la Chine » et « compte sur les drones iraniens et les missiles balistiques nord-coréens pour bombarder l’Ukraine », a-t-il ajouté.

En attendant, le ministre allemand de la Défense, Boris Pistorius, a de nouveau mis en garde contre le risque d’une guerre [ce qu’il fait régulièrement depuis plusieurs semaines…], à l’occasion d’un entretien diffusé par la ZDF, le 21 janvier. Même si une attaque russe ne paraît pas probable « pour l’instant », il a expliqué qu’elle pourrait l’être dans quelques années. « Nos experts s’attendent dans cinq à huit ans à une période au cours de laquelle cela pourrait être possible », a-t-il dit. Aussi, « nous devons être capables de faire la guerre », a-t-il insisté.

En octobre, M. Pistorius avait déjà dit peu ou prou la même chose… « Nous devons nous habituer à nouveau à l’idée qu’il pourrait y avoir une menace de guerre en Europe » et cela « signifie que nous devons nous préparer à la guerre, que nous devons être capables de nous défendre et d’y préparer la Bundeswehr et la société », avait-il en effet déclaré, sur la même antenne. Depuis, la question de rétablir une nouvelle forme de service militaire est évoquée outre-Rhin.

En Suède, il est aussi question de préparer la population civile à une possible guerre. « Mon intention première n’est pas de faire peur, mais plutôt à faire prendre conscience de la situation. Je cherche à ouvrir une porte : une porte qui est souvent bloquée et encombrée par les exigences et les défis de la vie quotidienne. Une porte que de nombreux Suédois ont peut-être gardée fermée toute leur vie. Une porte vers un espace où nous sommes confrontés à une question importante : qui êtes-vous si la guerre éclate? », a en effet déclaré Carl-Oskar Bohlin, le ministre suédois de la Défense civile, le 7 janvier.

Visiblement, cette question « travaille » aussi le général Sir Patrick Sanders, le chef de la British Army. Ainsi, lors d’une conférence organisée à Twickenham [dont le stade pourrait réunir tous les soldats de l’armée britannique], il a estimé que la société d’outre-Manche devait se préparer à l’éventualité d’une guerre.

Il est « essentiel et non seulement désirable » de « prendre les mesures préparatoires en vue de placer nos sociétés sur le pied de guerre si besoin. C’est une action qui doit mobiliser toute la nation », a en effet déclaré le général Sanders. « L’Ukraine illustre le fait que les armées professionnelles commencent les guerres et que les armées de citoyens les gagnent », a-t-il ajouté.

« Nos prédécesseurs n’ont pas compris les implications de ce qu’on appelle la crise de juillet 1914 et se sont retrouvés dans la plus horrible des guerres. Nous ne pouvons pas nous permettre de commettre la même erreur aujourd’hui », a ensuite enchaîné le chef de la British Army.

Pour autant, il n’est pas question pour lui de rétablir la conscription. Cependant, a-t-il continué, « nous avons besoin d’une armée conçue pour se développer rapidement à partir d’un premier échelon et fournir des ressources à un second échelon, puis pour former et équiper l’armée citoyenne qui suivra. Dans les trois prochaines années, on devrait pouvoir parler d’une armée britannique de 120’000 hommes, en intégrant les réservistes. Mais ce ne sera pas encore assez ». En clair, il s’agirait de poser les bases rendant possible une éventuelle « mobilisation nationale »… à un moment où les forces armées britanniques – et la British Army en particulier – connaissent une crise des vocations.

De tels propos font écho à ceux récemment tenus par le président du Comité militaire de l’Otan, l’amiral néerlandais Rob Bauer. « Nous avons besoin que les acteurs publics et privés changent de mentalité pour passer d’une époque où tout était planifiable, prévisible, contrôlable et axé sur l’efficacité à une époque où tout peut arriver à tout moment », a-t-il déclaré, la semaine passée.

Le chef d’état-major des armées déplore la trop faible « visibilité » des militaires au sein de la société

Le chef d’état-major des armées déplore la trop faible « visibilité » des militaires au sein de la société

https://www.opex360.com/2023/10/04/le-chef-detat-major-des-armees-deplore-la-trop-faible-visibilite-des-militaires-au-sein-de-la-societe/


 

Le chef d’état-major des armées [CEMA], le général Thierry Burkhard, le pense. C’est en effet ce qu’il a affirmé ce 4 octobre, lors d’une audition à l’Assemblée nationale dédiée à l’examen du projet de Loi de finances [PLF] 2024. Et pour lui, cela pourrait expliquer les difficultés en matière de recrutement, à un moment où le format de la réserve opérationnelle doit doubler tandis que les armées auront à renforcer, renouveler et fidéliser leurs effectifs.

« Pour les réservistes comme pour les gens d’active, on a aujourd’hui un vrai problème de visibilité. Il y a le sujet de fidélisation, qui est important, mais il y a aussi celui du recrutement. Et je pense que, aujourd’hui, il y a des gens qui ne viennent pas dans l’armée parce qu’ils ne savent pas qu’on peut venir dans l’armée. Je suis juste provocateur mais, en fait, ce n’est pas si faux que ça », a dit le CEMA.

« Nous, les militaires, on a toujours la sensation d’être extrêmement visibles… Mais, en fait, les militaires sont minuscules : 300’000 hommes sur un pays [de plus de 65 millions d’habitants, ndlr], avec le mode de fonctionnement de la société [que l’on sait]. Les militaires sont en réalité extrêment peu visibles. Je ne sais pas si c’est 50% ou 70% des Français qui peuvent passer la totalité de leur vie sans avoir été au contact de militaires », a poursuivi le général Burkhard. Évidemment, la fin de la conscription n’y est pas pour rien… de même que l’apparition des « déserts militaires » après les réformes conduites en 2008-2014.

En tout cas, a estimé le CEMA, « on doit augmenter notre surface de contact ». Et cela passera par un « travail encore plus étroit avec l’Éducation nationale, avec qui nous sommes déjà en contact, avec des choses qui avancent », a-t-il continué. Les élus – et notamment ceux des commissions parlementaires dédiées à la Défense – ont aussi un rôle à tenir, a-t-il soutenu. Mais il s’agit d’aller encore plus loin, en profitant des exercices en terrain libre…

« Les grands exercices, quand ils se déroulent en terrain libre montrent bien tout ce qu’il y a à exploiter dans ce domaine là. L’exercice Orion l’a montré, avec finalement une augmentation conséquente de la mise en contact de la population avec ses militaires. Et je peux dire que, pour les militaires, c’était quelque chose qui a été extrêmement apprécié et valorisant. Et on travaille pour que, même pour les exercices de moindre niveau, on consacre une partie pour le contact avec la population », a conclu le général Burkhard.

Cette préoccupation au sujet du manque de visibilité des militaires dans la société n’est pas nouvelle. Alors chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], le général Jean-Pierre Bosser l’avait évoquée en 2018, à un moment où il était question de réduire la voilure de l’opération intérieure Sentinelle, lancée après les attentats de janvier 2015. « Peut-être faudra-il revenir à des exercices en terrain libre, pour entretenir cette relation avec les Français? », s’était-il demandé.

Photo : EMA

Ancien chef d’état-major des armées, le général Jean-Louis Georgelin nous a quittés

Ancien chef d’état-major des armées, le général Jean-Louis Georgelin nous a quittés

https://www.opex360.com/2023/08/19/ancien-chef-detat-major-des-armees-le-general-jean-louis-georgelin-nous-a-quittes/


« Le peloton de gendarmerie de Haute Montagne [PGHM] est intervenu sur les pentes du Mont-Valier […] et a découvert le cadavre d’un homme qui a été formellement identifié comme étant le général Georgelin » a indiqué le parquet de Foix, avant de préciser que la piste accidentelle était privilégiée.

« Avec le décès du général Jean-Louis Georgelin, la Nation perd l’un de ses grands soldats. La France, un de ses grands serviteurs. Et Notre-Dame, le maître d’œuvre de sa renaissance », a réagi le président Macron, via le réseau social X/Twitter.

Admis à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1967 [promotion « Lieutenant-colonel Brunet de Sairigné], Jean-Louis Georgelin fut affecté au 9e Régiment de chasseurs parachutistes [RCP] après avoir suivi les cours de l’École d’application de l’Infanterie, où il servira en qualité d’instructeur en 1973. Promu capitaine alors qu’il servait au 153e Régiment d’Infanterie [RI] de Mutzig, il rejoignit le centre d’exploitation du renseignement militaire avant d’exercer les fonctions d’aide de camp du chef d’état-major de l’armée de Terre.

Ayant suivi les cours du Command and General Staff College à fort Leavenworth [États-Unis], il fut admis à l’École supérieure de guerre à Paris au début des années 1980. Puis il retrouva l’ESM de Saint-Cyr pendant trois ans, en tant que chef de bataillon, avait de diriger la section « Études et prospectives » du bureau « Planification-finances » de l’État-major de l’armée de Terre.

Chef de corps du 153e RI entre 1991 et 1993, il devint an auditeur au Centre des hautes études militaires [CHEM] et à l’Institut des hautes études de Défense nationale [IHEDN]. À l’issue, il fut nommé adjoint au chef de cabinet militaire du Premier ministre [1994-97]. Promu général, il fut ensuite affecté à 11e Division Parachutiste, puis à la Force de stabilisation [SFOR] en Bosnie-Herzégovine, à un moment où il fallait veiller au respect des accords de Dayton.

Après avoir rejoint l’État-major des armées à la division « Plans et programmes », le général Georgelin fut nommé chef d’état-major particulier du président de la République [qui était alors Jacques Chirac], puis, trois ans plus tard, chef d’état-major des armées.

Cet homme de culture connu pour son franc parler dut s’employer à déminer les polémiques ayant éclaté au moment des réformes du ministère des Armées, lancées en 2008. Et, quand des officiers dénoncèrent les orientations données par le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale [LBDSN], le général Georgelin mit le holà aux enquêtes lancées pour les identifier.

« Je ne veux pas de chasse aux sorcières dans les armées et j’ai fait en sorte que ce type d’enquête cesse. Je ne veux pas de chasse aux sorcières dans les armées, je connais l’histoire de l’institution militaire pour savoir les dégâts qu’ont causé des actions similaires dans le passé », avait-il en effet affirmé, à l’antenne d’Europe1.

Ayant été remplacé à la tête de l’EMA par l’amiral Guillaud en 2010, le général Georgelin fut nommé grand chancelier de l’ordre national de la Légion d’honneur et chancelier de l’ordre national du Mérite après avoir été admis en deuxième section. Il occupera ce poste pendant six ans, avant de reprendre, en quelque sorte, du service, en devenant le représentant spécial du président de la République pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris.

« Profonde tristesse après le décès du général d’armée Jean-Louis Georgelin, chef d’état-major des armées de 2006 à 2010. Admiration devant la force de caractère inébranlable de ce chef hors norme et son engagement total au service de la France poursuivi en dehors des armées », a commenté le général Thierry Burkhard, l’actuel CEMA.

Pour le général Burkhard, il n’y a « pas de menace militaire contre la Nouvelle-Calédonie ou la Polynésie française »

Pour le général Burkhard, il n’y a « pas de menace militaire contre la Nouvelle-Calédonie ou la Polynésie française »

https://www.opex360.com/2023/07/03/pour-le-general-burkhard-il-ny-a-pas-de-menace-militaire-contre-la-nouvelle-caledonie-ou-la-polynesie-francaise/


 

Aussi, pour l’IFRI, il était donc nécessaire de faire monter en gamme les forces françaises de souveraineté afin de prendre en compte la « prolifération » des capacités de déni et d’interdicition d’accès ainsi que le « développement des capacités de projection de forces adverses ».

« Des zones jusqu’alors hors de portée de toute menace conventionnelle, comme la Polynésie française, par exemple, ne seront à l’avenir plus aussi isolées qu’auparavant. Cet enjeu pose à terme la question des moyens français de protection de l’ensemble du territoire, y compris ultra-marin, et le cas échéant de l’émergence d’une propre stratégie nationale de déni d’accès », avait alors prévenu l’IFRI, tout en mettant aussi en garde contre les stratégies « hybrides », qui se situent entre la compétition « pacifique » et la « confrontation indirecte ». Ce qui serait un moyen de contourner la dissuasion nucléaire, qui garantit les intérêts vitaux de la France.

La Revue stratégique actualisée en 2021 était allée dans le sens de l’IFRI, en affirmant que la crise sanitaire liée au covid-19 avait « montré la réalité de la continuité stratégique entre la métropole et les territoires ultramarins » ainsi que « le besoin de réassurance face aux prédations et à la manipulation d’informations ». Et de suggérer en conséquence de reconfigurer les forces de présence et de souveraineté pour « pouvoir accueillir dans la durée et sous faible préavis, des détachements déployés en renfort depuis la métropole ».

Plus tard, dans un entretien accordé à Mer&Marine, l’amiral Pierre Vandier, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM] avait dit ne pas écarter un scénario identique à celui de la guerre des Malouines/Falklands [1982]. « L’Argentine a cru pouvoir s’emparer des possessions britanniques dans l’Atlantique sud », ce qui s’est réglé de « façon conventionnelle », avait-il rappelé. Et d’ajouter : « De la même manière, on pourrait imaginer à l’avenir une tentative d’éviction de la France de certaines régions du monde, notamment celles où nous avons des territoires. Nous devons pouvoir décourager et si nécessaire empêcher de telles initiatives ».

Cela étant, le 30 mai, lors d’une audition au Sénat [son compte-rendu vient d’être publié, ndlr], le général Thierry Burkhard, le chef d’état-major des armées [CEMA] a souligné que l’Indo-Pacifique était en train de devenir « de plus en plus le centre de gravité du monde » et que la « France y a des intérêts et des atouts importants ». Aussi, a-t-il poursuivi, « notre capacité d’action doit être conçue en prenant en compte la tyrannie des distances, et donc les délais d’action ».

Pour autant, l’accent est surtout mis sur les opérations humanitaires « à la suite d’une catastrophe humanitaire », comme l’a montré le récent exercice « Croix du Sud ». Pour le CEMA, ce « type de mission est sans doute celui qui répond le mieux aux attentes des différents pays de la zone », ceux-ci, « déjà soumis à la pression chinoise » et devant faire face « aux conséquences du changement climatique », étant « demandeurs d’une aide en la matière ».

Les interrogations sur les moyens nécessaires pour assurer la défense des intérêts français dans la zone Indo-Pacifique ont fait dévier le fil de l’audition du général Burkhard sur la question d’un second porte-avions pour la Marine nationale.

Un sujet pour lequel le CEMA a visiblement quelques réserves… « Plus que le coût d’un porte-avions, c’est le coût d’un groupe aéronaval qu’il faut considérer, avec ses matériels et ses hommes : groupe aérien, frégates d’escorte, ravitailleurs, sous-marins, etc. C’est tout cela qu’il faut considérer pour estimer si un 2ème porte-avions est ou non ‘à notre portée’ », a-t-il répondu aux sénateurs. Et il n’a pas non plus semblé favorable à la création de nouvelles bases dans le Pacifique.

« Nous disposons déjà de bases sur place. La question est de déterminer la menace. Il n’y a pas selon moi de menace militaire contre la Nouvelle-Calédonie ou la Polynésie Française », a en effet soutenu le général Burkhard. « En revanche, une menace visant l’exercice de notre souveraineté est plus d’actualité », a-t-il ajouté.

« Cette question a une dimension locale. Il faut savoir comment enraciner le sentiment d’appartenance à la France. Il y a aussi la menace liée à l’influence chinoise : ce n’est pas seulement en construisant des bases qu’on la contrecarrera. Il faut pour cela répondre aux besoins des populations et des pays de la zone », a ensuite enchaîné le CEMA, notant, au passage, que les « pays riverains ne sont pas focalisés sur l’aspect militaire, car ils ne veulent pas avoir à choisir un camp ou un autre ».

« En revanche, a-t-il conclu, ils sont préoccupés à juste titre par le changement climatique, les conséquences des catastrophes naturelles. Nous devons leur apporter une aide en ces domaines, les aider à contrôler leur ZEE [zone économique exclusive], etc. C’est dans cette voie que nous devons avancer ».

Quoi qu’il en soit, le projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30 prévoit un investissement de 13 milliards d’euros au profit des forces de souverenaité. Il s’agira notamment de les doter de « capacités de surveillance-anticipation développées qui amélioreront la couverture de nos territoires Outre-mer et de leurs zones économiques exclusives ».

« Nos forces de souveraineté bénéficieront d’un effort généralisé sur le plan capacitaire [protection, intervention et appuis, infrastructure] et constitueront un premier échelon renforcé immédiatement disponible [présence, protection et action humanitaire] afin de décourager toute tentative de déstabilisation ou de prédation », est-il annoncé dans ce texte.

ORION 23 : durcir l’ennemi et éprouver la brigade de corps d’armée

ORION 23 : durcir l’ennemi et éprouver la brigade de corps d’armée

par – Forces opérations Blog – publié le

Bien plus qu’un exercice, ORION était aussi « un laboratoire pour expérimenter de nouveaux modes d’action, de nouvelles approches », déclarait le chef d’état-major des Armées (CEMA), le général Thierry Burkhard, en clôture de la phase 4. Derrière des systèmes comme le drone Patroller, le rendez-vous était l’occasion choisie pour éprouver deux structures : une force adverse musclée et une nouvelle brigade de corps d’armée. 

 

Jouer un adversaire durci et cohérent

Ils étaient 1100 sur le terrain, en treillis noir ou désert, alliés ou français des 94e régiment d’infanterie, 2e régiment étranger de parachutistes et de la brigade franco-allemande, notamment. Avec leurs 500 véhicules inspirés de ceux en service dans certaines armées « très à l’est », ils formaient la partie visible de la force adverse (FORAD). Un opposant particulièrement musclé auquel s’ajoutaient cinq brigades manœuvrées par ordinateur (CAX) et renforcées par une division en second échelon. Soit plus de 45 000 militaires du 4e corps d’armée mercurien et miliciens retranchés face à une coalition de 70 000 alliés réels et simulés. « C’est la première fois que nous engageons une FORAD à ce niveau-là », souligne son commandant, le général de brigade en retraite Thierry Prunière.

Inédit, le volume n’était pas de trop pour former « un ennemi de haute intensité disposant d’à peu près toutes les capacités modernes, parfois embryonnaires et parfois très développées », complète le général Prunière. Un ennemi qui ne s’interdit pas d’utiliser tout l’arsenal à disposition. « Je suis le méchant, je fais certaines choses que la France ne ferait pas ». Quitte à franchir certaines limites, tel qu’un recourt aux gaz de combat, aux mines anti-personnel ou au ciblage d’objectifs situés au milieu de civils.

L’autre originalité d’ORION ? Plutôt que de se limiter à injecter des incidents « compartimentés », la logique de continuité du combat ajoutait une difficulté supplémentaire de compréhension de l’action adverse et de réactivité. Pour le commandant des forces rouges, il s’agissait de produire une « manœuvre cohérente en réaction à celle que mènent les forces de l’état-major joueur. Je conçois la manœuvre et je l’adapte ». De même, et contrairement à ce qui était la norme auparavant, ORION aura démarré avec des rapports de force favorables à l’adversaire. La maîtrise du ciel, par exemple, lui était acquise. « Nous essayons de jouer toute la gamme de situations qui pourraient survenir dans la réalité, tout ce qui pourrait perturber la manoeuvre », à l’instar de la capture de prisonniers et de certains matériels réutilisés par la suite.

« Je suis une force crédible et sérieuse. Mon état-major travaille et pose des problèmes tactiques certains ». Installé à Mailly-le-Camp, celui-ci avait la capacité de peser sur l’ensemble du spectre des menaces et des champs et domaines dans lesquelles elles s’expriment. Jusqu’à l’influence et la guerre informationnelle. Côté rouge aussi, des équipes étaient dédiées à la production de contenus sur un réseau social interne dont il faut tenir compte dans la conduite de la manœuvre. « Par le biais des réseaux, nous avons par exemple montré que nos parachutistes s’entraînaient. Nous avons bien fait voir aux bleus que nous avions un pion aéroporté super entraîné et projetable pour qu’ils soient obligés de le prendre en compte et d’étirer leur défense ». Les commandants n’ont pas été épargnés. De chaque côté, ils ont ainsi été la cible d’attaques ad hominem. 

En attendant Titan, la milice Tantale armée, entre autres, par le 2e REP aura mené la vie dure aux forces alliées engagées sur ORION

Vers l’ennemi Titan

Sissonne n’a pas été pris par la FORAD, mais, hors de tout objectif tactique, le test s’avère concluant. « J’ai réussi, en éclatant ma brigade blindée, en faisant de la guerre électronique et de la désinformation, à l’amener assez haut dans le dispositif pour conquérir mon objectif. (…) Je les ai mis en déséquilibre, forcé à réagir et à modifier leur plan », estime le général Prunière. 

Jalon plutôt qu’aboutissement, ORION aura rempli son rôle d’étape clef dans la construction d’une FORAD durcie. Mercure n’avait en effet été utilisé qu’une seule fois auparavant, lors d’un exercice Monsabert conduit en décembre dernier mais de moindre envergure. L’objectif sera de maintenir ce rythme d’une mise à l’épreuve une à deux fois par an.

Cette refonte de la FORAD, le CEMA, alors à la tête de l’armée de Terre, l’a initiée il y a plus de deux ans « de façon à durcir les PC de niveaux division et corps d’armée » dans un contexte de retour des conflits de haute intensité. Depuis, une équipe d’une trentaine de militaires d’active et de réserve conduite par le général Prunière et régulièrement convoquée par le Commandement des forces terrestres (CFT) planche dessus.

Depuis 2019, la préparation opérationnelle se construit sur base de quatre niveaux d’adversaires différents : de l’ennemi non conventionnel Deimos à l’armée étatique du haut du spectre Titan. ORION se focalisait sur les deux adversaires intermédiaires, la guérilla Tantale et l’armée étatique de second rang Mercure. 

Demain, le niveau de difficulté sera rehaussé d’un cran. Il s’agira alors d’affronter « un ennemi plus puissant possédant l’arme nucléaire et tout le panel d’armements possible et imaginable ». Avec tout ce que cela implique en matières de compréhension des volontés et de maîtrise de l’escalade. « Les travaux sur Titan sont bien avancés mais toujours en cours. L’ennemi est à peu près défini et nous pourrions le voir arriver autant en fin de cette année qu’en fin d’année prochaine ». Titan est en tout cas pressenti pour ORION 2026, rendez-vous désormais confirmé par le chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill. 

Les hélicoptères d’attaque Tigre, un pion parmi d’autres mis à disposition de la BRICA

Premier test réussi pour la BRICA

Quand, le 17 avril, Mercure relançait l’offensive, le Corps de réaction rapide – France (CRR-Fr) engageait quant à lui sa brigade de corps d’armée « pour prendre le contact avec l’ennemi dans la profondeur ». Pour cette « BRICA » aussi, ORION 2023 constituait un premier test majeur. Structure ad-hoc, celle-ci rassemblait un groupement aéromobile constitué par la 4e brigade d’aérocombat et les FAMET espagnoles (Fuerzas Aeromóviles del Ejército de Tierra), des éléments du 1er régiment d’infanterie, du 3e régiment de hussards et du 9e régiment de soutien aéromobile ainsi qu’un bataillon de soutien logistique. « Ce qui constitue une brigade particulière d’environ 3000 hommes », soulignait le général Frédéric Barbry, commandant la 4e BAC et la BRICA. 

Le rôle de cette brigade absente de l’ordre de bataille de l’armée de Terre ? « Façonner et déceler l’ennemi dans la profondeur du dispositif du corps pour pouvoir déterminer les contours, le détruire le cas échéant et pouvoir le canaliser et le livrer au dispositif ami de la 3e division ». Complémentaire de l’artillerie et de l’armée de l’Air et de l’Espace, cette unité aura su agir sur les arrières de Mercure grâce à la quarantaine d’hélicoptères déployés sur le terrain. Elle jouait également un rôle clef dans l’ultime phase de contre-attaque, en effectuant des actions sur les flancs de l’adversaire. « De façon préférentielle, la brigade de corps d’armée agit de nuit, au plus près du sol, dans la profondeur ou dans les espaces lacunaires, c’est à dire là où il y a une moindre densité d’ennemis ». 

Le choix des régiments mandatés pour mener l’expérimentation n’est pas dû au hasard. Le 1er RI de Sarrebourg, par exemple, n’est situé qu’à 20 km du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg. Une proximité des plus pratique pour s’exercer régulièrement. Entre le 1er RI et la 4e BAC, les liens sont aussi historiques. De 1985 à 1999, Picardie fut en effet l’unique régiment de combat aéromobile (RCAM) de l’armée de Terre. Son rattachement à ce qui était alors la 4e division aéromobile revit donc aujourd’hui à l’aune de l’émergence de la BRICA.  

La première édition d’ORION se conclut sur « un énorme motif de satisfaction puisque cela fait plusieurs années qu’à la suite de mes prédécesseurs, nous avons enclenché ce mouvement de ‘BRICAnisation’ ». Les phases 2 et 4 d’ORION auront pleinement validé le concept et les premiers éléments tirés d’exercices de moindre envergure comme Cormoran, Baccarat et Manticore. 

« Nous voyons en conditions proches de la réalité que ce qui avait été envisagé doctrinalement a une efficacité sur le terrain. Nous voyons que la BRICA est capable de se projeter avec des éléments au sol dans la profondeur du dispositif et avec des effets produits sur l’ennemi qui sont conséquents et apportent une plus-value au corps d’armée », poursuit le général Barbry. Un premier retour à chaud en attendant les autres enseignements susceptibles d’alimenter « un travail d’arrache-pied » mené ces derniers mois par les unités concernées.

Le général Burkhard tire les leçons de la guerre en Ukraine pour la future Loi de programmation militaire

Le général Burkhard tire les leçons de la guerre en Ukraine pour la future Loi de programmation militaire

http://www.opex360.com/2022/12/18/le-general-burkhard-tire-les-lecons-de-la-guerre-en-ukraine-pour-la-future-loi-de-programmation-militaire/


 

« Il ne faut pas tout sacrifier face à l’urgence des crises actuelles. L’objectif, c’est de se poser les bonnes questions. Le but n’est pas de décider tout de suite d’augmenter ou de diminuer le nombre de chars Leclerc, ce n’est pas ça l’enjeu. Le but, c’est de définir une programmation d’ensemble », a confié un interlocuteur du quotidien Le Monde, au fait des discussions en cours.

A priori, selon le journal du soir, une enveloppe d’environ 400 milliards d’euros pour la période 2024-30 serait sur la table. Soit 100 milliards de plus rapport à la LPM 2019-25. Mais cette hausse, même si elle est substantielle, sera – si elle se confirme – à relativiser à l’aune de l’inflation… En outre, une partie sera destinée à la modernisation de la dissuasion nucléaire… Et une autre aux priorités identifiées par la Revue nationale stratégique [RNS], dont l’influence, le cyber et l’espace.

Quoi qu’il en soit, la nature des combats en Ukraine évoluant à mesure que la guerre se prolonge, il serait hasardeux d’en tirer des conclusions définitives. Ainsi, quand le chef d’état-major des armées [CEMA], le général Thierry Burkhard, s’est exprimé devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le 5 octobre, la Russie n’avait pas encore systématiquement ciblé les infrastructures critiques [énergie, distribution d’eau] ukrainiennes.

Cela étant, les retours d’expérience des premiers mois de cette guerre ont permis de tirer quelques leçons que le CEMA a partagées avec les députés lors de son audition, dont le compte-rendu a été publié le 16 décembre.

Sans surprise, le général Burkhard a une nouvelle fois insisté sur « l’importance de la force morale », qui est, à ses yeux, le premier enseignement de la guerre en Ukraine. « Parce que tout le pays est derrière eux, les soldats ukrainiens défendent chaque ville, village, forêt, rivière, et cela produit des effets. Sans l’appui de la nation entière, ils ne se battraient pas comme ils le font », a-t-il souligné. D’où l’accent mis sur les réserves militaires dans la prochaine LPM et l’implication des armées dans le Service national universel [SNU].

La seconde leçon évoquée par le CEMA est que la « guerre informationnelle est partout ». Dans ce domaine, a-t-il observé, l’Ukraine a pris « habilement la main au niveau tactique et opératif » dès le début, alors que ce « n’était pas gagné d’avance ». En revanche, la Russie « réussit probablement peser davantage, avec un narratif assez bien développé » au niveau stratégique.

Sur ce point, le général Burkhard a évoqué les actions du groupe paramilitaire russe Wagner, dont l’arrivée en Centrafrique et au Mali a été précédée par une campagne de désinformation visant la France. « L’influence de la Russie augmente parce que nous lui avons laissé le champ », a-t-il dit. Aussi, un « effort important s’impose dans la lutte informationnelle, car s’en tenir au seul champ cinétique est désormais contre-productif ».

La nécessité de changer d’échelle pour la préparation opérationnelle et la troisième leçon du conflit. « L’armée russe, assez agile en Syrie, s’est trouvée confrontée à ses propres limites : une armée manquant d’entraînement, avec des cadres incapables de prendre une initiative, une logistique difficile à articuler, une difficulté manifeste à conduire un combat interarmes et interarmées et à manœuvrer », a détaillé le CEMA. Ces lacunes ont été exploitées par les forces ukrainiennes, qui ont « infligé d’emblée des pertes très sévères » aux Russes, a-t-il souligné.

Mais l’un des principaux enseignements, car il pourrait avoir des implications dans les capacités futures des armes, est sans doute la « transparence du champ de bataille, rendue possible par l’emploi massif de moyens peu sophistiqués, peu onéreux et assez répandus » car « avec des micro-drones vendus dans le commerce, on parvient à voir ce qui se passe derrière la colline, voire un peu plus loin », a constaté le général Burkhard. Et à cela s’ajoute « l’extrême létalité des frappes d’artillerie des Russes, qui peuvent aller très loin dans la profondeur du territoire, comme celle des armes antichars », ce qui plaide en faveur du besoin exprimé par l’armée de Terre au sujet des « feux dans la profondeur ».

Pour le CEMA, cette description est celle du « champ de bataille aujourd’hui » et « préfigure ce qu’il sera demain ». Et d’ajouter : « C’est contre ce type de modes d’actions que nous devons nous protéger, en tentant d’opacifier le champ de bataille pour contrer l’adversaire, car la létalité des armes employées permet la mise hors de combat de toute cible vue, même dans la profondeur des lignes adverses ».

Au niveau capacitaire, cela devrait se traduire par le développement d’un « système de combat très concentré », avec un « réseau multi-senseurs et multi-effecteurs : multi-senseurs pour voir et partager, permettant ainsi au réseau d’effecteurs de traiter ce qui a été détecté – réseau effecteurs qui, étant donné la guerre permanente de l’information, doit être à la fois cinétique et informationnel », a expliqué le général Burkhard. « Cette combinaison est cruciale », a-t-il insisté.

Une autre observation faite par le CEMA est « l’importance des localités » dans cette guerre. « Tous les combats ont lieu lieu autour des villes, où il est plus facile de se cacher pour échapper à la transparence du champ de bataille et aux armes à forte létalité précédemment évoquées ; elles deviennent des points clés que l’on prend ou que l’on perd », a-t-il développé.

Enfin, pour le général Burkhard, il faudra « renforcer la capacité d’agir de manière très fluite », ce qui passe par un « réseau très bien organisé, avec un niveau de seuil toujours capable de fournir les informations ». Et, a-t-il continué, il faudra aussi probablement « viser une organisation très plastique du commandement, s’adaptant à la phase de la bataille que l’on est en train de construire ». En tout cas, « nous y réflechissons », a-t-il conclu.

L’armée est-elle prête à un conflit de « haute intensité » ? Ce qu’ont dit les chef d’état-major aux députés

L’armée est-elle prête à un conflit de « haute intensité » ? Ce qu’ont dit les chef d’état-major aux députés


Devant la commission de la défense de l’Assemblée nationale, les différents chefs d’état-major détaillent les lacunes dont souffre le modèle militaire français et presse le gouvernement à revoir à la hausse le budget alloué au secteur pour être à même de faire face à un conflit de « haute intensité ».

 

Les chefs d'état-major ne cachent pas leurs inquiétudes quant à la possibilité d'un conflit de « haute intensité ».
Les chefs d’état-major ne cachent pas leurs inquiétudes quant à la possibilité d’un conflit de « haute intensité ». (Ludovic MARIN / AFP)

L’entrée des forces armées russes en Ukraine le 24 février replace la probabilité d’un conflit de « haute intensité » au centre des débats dans le secteur militaire français. En juin dernier, le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense au Sénat Christian Chambon expliquait que « l’armée française est une force complète, un modèle composite, pouvant prendre en charge tout le spectre des missions mais disposant d’une faible épaisseur », notamment en termes de moyens. À l’occasion des auditions menées à huis clos en juillet par la nouvelle commission de la défense de l’Assemblée nationale, dont les comptes–rendus ont été publiés début août, les différents chefs d’état–major de l’armée française ont levé le voile sur leurs réflexions, relate Le Monde .

Ils ont notamment alerté sur les moyens peu nombreux et vétustes dont dispose l’armée française, et appelé le gouvernement à revoir à la hausse le budget de la défense alloué dans le cadre de la loi de programmation militaire (LPM) en cours (2019-2025), dont Emmanuel Macron a promis une « réévaluation ». « Notre capacité à être une force expéditionnaire ne nous rend pas instantanément aptes à conduire une guerre de haute intensité. Le changement d’échelle et le recouvrement des capacités que nous avons éclipsées sont des défis », a déclaré sans détour le général Thierry Burkhard, lors de son audition le 13 juillet, ajoutant que « vingt années de conflits asymétriques (…) ont conduit à des arbitrages réduisant certaines capacités »

Des besoins matériels criants

Malgré une « remontée en puissance » commencée en 2017, le budget français de la défense peine aujourd’hui à atteindre 2 % du PIB, alors qu’il dépassait 3 % dans les années 1980, relate Le Monde. Et c’est dans le domaine des équipements que les gradés ont formulé les plus fortes inquiétudes. S’ils reconnaissent des avancées, ils déplorent des équipements peu nombreux et parfois vétustes. « Parmi les capacités à renforcer, je citerai les capacités de défense sol-air, les drones, les feux dans la profondeur [l’artillerie de longue portée], les systèmes d’information et de communication, le renseignement ou les moyens de franchissement [les barges et ponts flottants] », a listé le général Pierre Schill, chef d’état-major de l’armée de terre, le 20 juillet.

Aucun corps de l’armée ne semble épargner par ce constat. Les généraux soulignent ainsi la nécessité d’« aller au-delà ». Dans le secteur de l’artillerie longue portée par exemple, la France ne possède que 76 exemplaires du canon autoporté Caesar, dont 18 ont été envoyés en Ukraine. Malgré un complément de 32 pièces d’ores et déjà prévu, une note rédigée au début de l’été par l’Observatoire de l’artillerie, qui regroupe des officiels et des experts, estime à 2015 le nombre nécessaire de ces canons pour que l’armée de terre soit apte à mener un conflit de « haute intensité ».

Dans l’aérien et le naval, la situation est aussi tendue. Depuis 1996, l’armée de l’air a fermé une base aérienne par an et ses effectifs ont chuté de 30 % au cours de la LPM 2014-2019. Un effort jugé « excessif » par le général Stéphane Mille, chef d’état-major de l’armée de l’air et de l’espace, qui a appelé à « rééquilibrer le modèle » devant les députés, le 20 juillet. L’armée de l’air ne dispose plus que de 195 avions de chasse, soit trois fois moins qu’il y a trente ans. « Sans doute faudrait-il tendre vers un plancher de 225 avions afin de pouvoir remplir sereinement nos missions », a indiqué le général Frédéric Parisot, numéro deux de l’armée de l’air, lors de cette même audition. De même, « depuis 1990, le format de la marine a été réduit de moitié », regrette l’amiral Vandier qui soulignent les « très fortes réductions temporaires de capacités » qui sont à attendre, du fait de l’entretien et de la remise à niveau des battements.

Des revendications « normales »

Le ministère des Armées assure entendre ces revendications. « Le président de la République s’est engagé à réévaluer la LPM en cours au vu de la situation en Ukraine. Il est normal que chacun exprime ses besoins », indique au Monde l’entourage de Sébastien Lecornu, ministre des armées. Le gouvernement a d’ores et déjà pris l’engagement de tenir les échéances budgétaires issues de la LPM 2019-2025 et promet en 2023, une augmentation du budget de la défense de 3 milliards d’euros, pour atteindre un total de 44 milliards. L’exécutif envisage également des « mises à jour » ciblées, en ce qui concerne l’artillerie ou le stock de munitions, qui constitue pour les hauts-fonctionnaires auditionnés une « priorité, pour toutes les armées ».

« Il faut désormais regarder avec lucidité (…) la perspective d’une confrontation globale », a insisté l’amiral Vandier devant la commission de la défense. « Les menaces se multiplient et le passage à l’acte, comme en Ukraine, est une réalité, même en Europe », a mis en garde le général Burkhard, rappelant que « l’emploi désinhibé de la force est redevenu pour beaucoup le mode de règlement des conflits ». De son côté, le ministre des Armées a mis en garde le 7 juillet dernier les militaires : « On peut se demander si un équipement à la pointe technologiquement, mais en faible quantité, est préférable à des matériels nombreux, plus rustiques mais indispensables ».

Pour le chef d’état-major des armées, « opposer l’Otan à l’UE est improductif »

Pour le chef d’état-major des armées, « opposer l’Otan à l’UE est improductif »

http://www.opex360.com/2022/07/04/pour-le-chef-detat-major-des-armees-opposer-lotan-a-lue-est-improductif/


 

« L’Union européenne n’est pas en mesure de défendre le Vieux Continent et ne doit pas affaiblir l’Otan avec sa volonté d’autonomie », avait ainsi déclaré l’ancien Premier ministre norvégien, en mars 2021. Toutefois, il avait dit soutenir les « efforts de l’UE pour ses dépenses de défense, pour se doter de nouvelles capacités et remédier à la fragmentation de l’industrie européenne de la défense, car tout cela sera bon pour la sécurité européenne et pour la sécurité transatlantique. »

Six mois plus tard, M. Stoltenberg affirma qu’il en « croyait pas aux efforts pour créer quelque chose en dehors du cadre de l’Otan, ou pour concurrencer ou dupliquer l’Otan ». D’autant plus, avait-il souligné que « 80% des dépenses militaires » de l’Alliance étaient alors effectuées par des pays non-membres de l’UE.

Quoi qu’il en soit, il a souvent été reproché à la France de chercher à renforcer la défense européenne aux dépens de l’Alliance atlantique. Et ce débat a été ravivé en novembre 2019, avec les propos de M. Macron sur la « mort cérébrale de l’Otan » et son appel au « réveil de l’Europe », celle-ci devant, selon lui, se doter d’une « autonomie stratégique et capacitaire sur le plan militaire » tout « rouvrant un dialogue stratégique, sans naïveté aucune […], avec la Russie ».

Depuis, la donne a changé, avec l’invasion de l’Ukraine par la Russie et le souhait de la Finlande et de la Suède de rejoindre l’Otan. Ce qui, une fois le processus de leur adhésion terminé, fera que seulement quatre pays de l’UE resteront en dehors de l’Alliance [Autriche, Chypre, Irlande et Malte].

Dans un entretien accordé à la revue « European Defence Matters« , publiée par l’Agence européenne de Défense [AED], le chef d’état-major des armées [CEMA], le général Thierry Burkhard, a évoqué les relations entre l’Otan et l’UE, et le positionnement de la France.

« Opposer l’Otan et l’UE est improductif. La pierre angulaire de notre capacité de défense collective est l’Otan. Plus les capacités militaires européennes sont fortes au sein de l’Otan, plus la défense collective est efficale et l’Europe est mieux protégée », a-t-il affirmé.

« L’Otan offre un cadre adapté à l’action militaire, notamment grâce à la standardisation des procédures. Il s’agit d’un socle commun indispensable à l’interopérabilité. La politique européenne de sécurité et de défense commune [PSDC], quant à elle, permet de mettre en oeuvre plus facilement une approche globale. En effet, l’UE dispose également d’outils complémentaires aux seules capacités militaires, comme les sanctions économiques ou les politiques de coopération et de développement. C’est un véritable atout, comme l’a prouvé la réaction européenne à la guerre en Ukraine », a détaillé le général Burkhard.

Cependant, a-t-il continué, « au-delà de la prétendue opposition UE/OTAN, la guerre en Ukraine confirme la nécessité pour les Européens de définir une stratégie à long terme pour assurer la défense de l’Europe. Je suis convaincu que le moment est venu de s’accorder sur des objectifs communs, de renforcer notre solidarité stratégique et de se réorganiser en conséquence ». Et d’ajouter : « La complémentarité entre l’UE et l’OTAN est évidente, y compris vis-à-vis de notre allié américain qui pourrait être contraint de privilégier sa posture dans le Pacifique. »

Dans la suite de cet entretien, le général Burkhard a surtout insisté sur l’acquisition commune de moyens et de capacités militaires au niveau européen.

« Il est primordial de parler de processus communs de passation des marchés et de proposer un cadre incitatif […]. À très court terme, cela pourrait permettre aux États membres de reconstituer leurs stocks de munitions et de remplacer les équipements cédés à l’Ukraine », a fait valoir le CEMA.

Puis, à moyen terme, procéder de la sorte permettrait d’amortir la hausse du coût des matières premières et de l’énergie, et donc à celle des prix de équipements. Enfin, à plus long terme, a-t-il poursuivi, « nous devons investir dans l’autonomie stratégique de l’UE, en concentrant nos efforts sur des capacités de haut niveau » et « essayer collectivement de réduire nos dépendances ».

D’un point de vue militaire, des armées « utilisant des équipements communs seront sans doute beaucoup plus interopérables. Les gains ne sont donc pas que financiers », a fait valoir le CEMA.

Par ailleurs, celui-ci a également estimé qu’il faut rester mesuré face « à l’innovation technologique » car, « lorsqu’elle est fantasmée, elle est souvent source de surcoûts et de retards avant mise en service » et les « effets sont particulièrement dommageables pour un programme d’armement mené dans le cadre d’une coopération ».

Le général Thierry Burkhard nouveau CEMA

Le général Thierry Burkhard nouveau CEMA


Le Mamouth – Publié le 13 juin 2021

https://lemamouth.blogspot.com/2021/06/le-general-thierry-burkhard-nouveau-cema.html


Un communiqué de la minarm confirme à l’instant la nomination du général Thierry Burkhard comme CEMA. Il succèdera “après le 14 juillet” au général François Lecointre, qui aura servi quatre ans à ce poste.

Cette succession était attendue depuis plusieurs mois, même si, comme à chaque fois, celui qui choisit, le présidence de la République et chef des armées, n’avait évidemment pas livré d’indices sur son choix final. A ce stade, on ignore qui lui succèdera à la tête de l’armée de terre, parmi une liste de noms qui comptait aussi aussi bien à l’origine des légionnaires que des marsouins (la piste semble-t-il la plus sérieuse). C’est aussi un marsouin qui deviendra cet été son porte-parole. Le sous-chef opérations de l’EMA pourrait également changer. Autant d’éléments qui vont accélérer les rotations de postes, notamment dans l’armée de terre.

Le général Burkhard (57 ans le 30 juillet prochain) connaît bien l’EMA, notamment son domaine opérationnel : il a servi à trois reprises au CPCO, comme officier de quart (1996-2000) après son début de carrière au 2e REP puis au sein du J3 Europe (2004-2007). Il est ensuite adjoint au conseiller communication du CEMA (2007-2008) avant de prendre le commandement de la 13e DBLE. Son régiment est alors engagé aux frontières du pays, en soutien des forces djiboutiennes.

A l’issue, il revient à l’EMACOM plutôt que de passer par la case CHEM (il est sans doute un des premiers sinon le premier CEMA à ne pas en être issu) et inaugure un style inédit dans la présentation des briefings opérationnels hebdomadaires. Il fait prendre une nouvelle dimension à la communication opérationnelle qui devient incontournable dans les rapports avec les média. La France est alors engagée en Afghanistan, puis au Sahel, avec une montée en puissance des théâtres intérieurs (Guyane, participation à la lutte contre le terrorisme). La communication opérationnelle (dont ceux qui la font sur les théâtres) et les médias sont “essentiels” aux opérations modernes, comme il rappelait encore en décernant le prix Schoendoerffer, jeudi soir.

Thierry Burkhard décroche ses étoiles en 2014, un an après avoir été promu conseiller au coordinateur national au renseignement. Il revient à nouveau au CPCO à l’issue, comme chef conduite (2015) puis chef, pour un an (2017). Inspecteur de l’armée de terre une année, il devient CEMAT à la suite du général Jean-Pierre Bosser. Il y imprime sa marque d’un entraînement plus dur et réaliste, dans une vision stratégique sans doute pensée durant son année d’IAT (si ce n’est avant) mais qui sort finalement à l’été 2020. Mais il lance aussi une prise en compte des champs informationnels qui débouchera sur une expérimentation mené en 2022 par la 11e BP afin de doter à terme tous les régiments de l’armée de terre d’un trio de spécialistes équipés et formés.

Une des rares certitudes de la période à venir est que le désengagement de Barkhane constituera une manoeuvre délicate, comme tout phase de ce type (1). Une cinquième attaque à l’IED en Côte d’Ivoire (la première meurtrière sur les militaires locaux), hier soir, à la frontière avec le Burkina Faso rappelle les dangers de cette zone, qu’emprunteront les convois du désengagement.

Ce dernier permettra aussi de faire reconditionner un certain nombre de matériels (jusqu’à quand?) placés sous pression depuis plus de vingt ans, comme les hélicoptères, les avions de transport. Les personnels aussi : la mécanique de Barkhane, bien huilée, modèle néanmoins en profondeur le principal contributeur (l’armée de terre). 

Les moyens et personnels épargnés pourront ainsi être mobilisés dans la préparation à la haute intensité, une posture qui se décline dans les trois éléments, y peut-être compris, demain, dans l’espace. 

Mes infops et photos sur le twitter @defense137.

(1) et sans doute du fait de très fortes élongations, d’un maintien d’éléments français sur place (alors qu’en 2012, en Afghanistan, la France a tout démontré) et d’une volonté des deux principaux groupes adverses de continuer à marquer des points contre Barkhane.