Combien de livraisons françaises à l’Ukraine? Des centaines, plusieurs milliers, plusieurs millions

Combien de livraisons françaises à l’Ukraine? Des centaines, plusieurs milliers, plusieurs millions

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 16 février 2024

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Depuis le début de la guerre, la France apporte son soutien à l’Ukraine en fournissant des capacités complètes (matériels avec munitions, formation, maintenance des équipements, etc.) qui sont adaptées aux demandes et aux besoins des Ukrainiens. “Ces livraisons respectent toujours les trois mêmes critères : livrer ce dont l’Ukraine a besoin, sans fragiliser nos propres armées, et en maitrisant l’escalade”, précise l’Elysée.

Voici un tableau des principales livraisons, sans détails pour certaines dont les quantités vont d’une centaine à plusieurs millions:

livraisons FR.jpg

À ces principaux équipements s’ajoutent de nombreux équipements individuels, des systèmes optiques, de communication ou encore des moyens nautiques et sanitaires. 

A noter que dans le cadre de l’Ukraine Defence Contact Group (UDCG), la France est engagée au sein de plusieurs coalitions capacitaires visant à fournir à l’Ukraine les moyens militaires lui permettant de se défendre.

Elle a notamment pris, avec les États-Unis, la tête de la coalition capacitaire “artillerie”. À ce titre, en janvier 2024, la France a annoncé la livraison prochaine de six nouveaux CAESAR achetés par les Ukrainiens, l’achat de douze nouveaux CAESAR (pour un montant de 50 millions d’euros) et la capacité d’en produire 60 supplémentaires. Cet engagement s’accompagne d’une livraison de 3 000 obus de 155mm par mois en 2024. Par ailleurs, la France livrera plusieurs centaines de bombes A2SM, ainsi qu’une quarantaine de missiles SCALP supplémentaires, augmentant les capacités de frappes dans la profondeur de l’Ukraine.

De surcroît, la France assure la vice-présidence de la coalition “défense sol-air” menée par l’Allemagne et se place comme nation contributrice au sein des coalitions “Force aérienne”, “sécurité maritime”, “déminage” et “Technologies de l’information” (IT).

Le conflit ukrainien s’enlise-t-il du déséquilibre entre attaque et défense ?

Le conflit ukrainien s’enlise-t-il du déséquilibre entre attaque et défense ?

Sommaire

Les premières semaines du conflit ukrainien avaient été marquées par ce qui s’apparentait alors à une guerre de mouvement rapide, qui n’était pas sans rappeler les préceptes de la guerre eclair allemande ou l’offensive alliée en Irak en 1991.

Si la manœuvre russe contre Kyiv et Kharkiv se heurta à une résistance ukrainienne efficace et coordonnée, elle fut surtout handicapée par un manque évident de préparation des armées russes, qui s’attendaient, semble-t-il, à l’effondrement rapide des armées ukrainiennes.

Cette manœuvre rapide fut en revanche bien plus efficace dans le sud du pays, permettant en quelques semaines de faite la jonction avec le Donbass au nord, et la frontière russe à l’est, tout en s’emparant de l’ensemble des territoires au sud du Dniepr, et même au-delà, avec la prise de Kherson.

On pouvait remarquer, toutefois, qu’aucune offensive russe n’avait été engagée contre les défenses ukrainiennes fortifiées le long du Donbass. S’il pouvait alors s’agit d’une manœuvre de surprise, nombreux étant ceux qui attendaient une offensive russe limitée aux oblasts du Donbass, il est aussi probable que l’état-major redoutait les capacités de résistance des lignes défenses adverses.

La contre-offensive ukrainienne à l’été et à l’automne 2022, qui permit de libérer Kherson et de dégager Kharkiv, était aussi une manœuvre profonde. Néanmoins, celle-ci fut rendue possible par les lignes de défense et logistiques russes alors trop entendues, et non en raison d’une percée fulgurante ukrainienne sur le dispositif défensif russe.

Avancée russe conflit ukrainien
L’avancée russe dans le sud de l’Ukraine, lors des premières semaines du conflit, semblait encore donner la prévalence à la manœuvre offensive sur la posture défensive.

 

Le fait est, depuis le début de cette guerre, il apparait que le potentiel offensif et de manœuvre des deux armées, s’avère incapable de prendre l’ascendant sur le défenseur, qu’il soit russe ou ukrainien, sauf au prix de pertes bien trop excessives pour le gain obtenu.

L’échec des contre-offensives récentes du conflit ukrainien

Six mois après son lancement, force est aujourd’hui de constater que la contre-offensive ukrainienne de printemps, n’aura pas atteint les résultats spectaculaires promis. Évidemment, les attentes, visiblement excessives, autour de cette opération, fut davantage le fait des odalisques de plateaux TV, que des engagements pris par un état-major ukrainien conscient de la réalité de ses moyens, et connaissant le dispositif défensif déployé par les armées russes pour y résister.

Si des avancées ont, en effet, bien été enregistrées par les troupes ukrainiennes, notamment dans l’Oblast de Zaporojie, celles-ci furent obtenues au prix de nombreuses pertes, y compris concernant les précieux blindés et systèmes d’artillerie livrés avec parcimonie par les Européens et les Américains.

Les unités ukrainiennes se sont, en effet, retrouvées confrontées à un dispositif défensif russe bien mieux conçu que ne l’avait été l’offensive de février 2022, bien doté en force d’infanterie, épaulées par des unités blindées, particulièrement des chars, par une artillerie dense et positionnée, et renseignées par une multitude de drones, dans un environnement de guerre électronique intense.

offensive sur Kyiv
Le conflit ukrainien s’enlise-t-il du déséquilibre entre attaque et défense ? 9

 

Même les forces aériennes et d’appui aériens russes se sont montrées plus efficaces à défendre cette ligne, qu’elles ne l’avaient été initialement, spécialement en interdisant le ciel aux appareils ukrainiens, et en menant des frappes ciblées à l’aide d’hélicoptères Ka-52 et Mi-28, qui se sont montrées dévastatrices au début de la contre-offensive ukrainienne.

Si les Ukrainiens ne sont pas parvenus à percer durablement, les contre-offensives menées récemment par les forces russes, en particulier autour de Avdiivka, ne furent pas davantage couronnées de succès.

Des pertes insoutenables pour des gains limités

Dans les deux cas, les manœuvres offensives se heurtèrent à des défenses bien préparées, soutenues par une artillerie efficace, sans qu’il eût été possible ni de surprendre l’adversaire, ni d’en neutraliser les appuis par manque de munition de précision en nombre suffisant.

Il en a résulté des pertes insoutenables, pour des gains de territoires plus que limités, et un avantage tactique inexistant, d’autant que souvent, le terrain gagné dut être abandonné faute de réserve suffisante pour en assurer la défense.

Ainsi, selon le renseignement britannique, cette offensive russe autour de Avdiivka, menée par 3 brigades mécanisées, s’est soldée par la perte de 1000 à 2000 militaires, d‘au moins 36 chars et d’une centaine de véhicules, sans qu’aucun gain notable n’ait été enregistré.

Russia Suffers Heavy Losses in Avdiivka as Ukraine Frontline Stalls | WSJ News

Les couts exorbitants de ces tentatives, les résultats minimes enregistrés, ainsi qu’un certain entêtement politique à y recourir, engendrent depuis plusieurs mois d’importants mouvements de protestation au sein des armées russes.

C’est aussi le cas, depuis quelques mois, en Ukraine, ou l’on assiste à un certain essoufflement de la ferveur populaire, par ailleurs alimenté par des difficultés économiques croissantes dans le pays.

Vers un scénario coréen en Ukraine ?

Ces échecs répétés des manœuvres offensives, mais également la stabilisation du front dans la durée, et donc la multiplication des infrastructures défensives de part et d’autres, tendent vers un enlisement du conflit le long de la présente ligne d’engagement.

Surtout, il apparait que le taux d’échange pour faire face à une offensive, est à ce point favorable au défenseur aujourd’hui, que la persévérance dans une stratégie offensive, pourrait représenter le plus court chemin pour une victoire rapide… de l’adversaire.

Coree signature cesser le feu 27 juillet 1953
Signature de l’armistice le 27 juillet 1953 mettant fin aux combats en Corée.

De fait, ce premier conflit majeur du 21ᵉ siècle, se rapproche en de nombreux points, au conflit coréen, et notamment de la situation en 1952, lorsque les deux camps ne parvenait plus à prendre l’ascendant sur l’autre, amenant les Américains et les forces de l’ONU d’une part, et les Nord-coréens ainsi que leurs alliés chinois de l’autre, à signer un armistice le 27 juillet 1953, qui entérina le 38ᵉ parallèle comme frontière des facto entre les deux pays.

Les raisons du déséquilibre entre attaque et défense

Toutefois, avant de pouvoir anticiper les évolutions possibles du conflit en Ukraine (ce qui sera fait dans la seconde partie de l’article), il est nécessaire de comprendre les raisons qui sont à l’origine de ce déséquilibre flagrant entre l’attaque et la défense dans ce conflit.

En effet, ce constat va à l’opposé des doctrines majoritairement employées, en particulier au sein des armées occidentales, plus particulièrement depuis l’opération Tempête du Désert en Irak en 1991, qui fut l’éclatante démonstration de l’efficacité de la doctrine occidentale basée sur la manœuvre et l’exploitation des moyens interarmes.

À l’inverse, la guerre en Ukraine se rapproche aujourd’hui de la guerre de Corée, de ses tranchées et de ses offensives aussi limitées que meurtrières, et avant elle, de la Première Guerre mondiale.

En effet, de nombreux facteurs techniques et opérationnels, expliquent cette situation, et son caractère par ailleurs non transitoire, et non circonscrit au seul conflit russo-ukrainien.

Le renseignement et la mobilité des forces

Le premier de ces facteurs, résulte d’importants moyens de renseignement déployés dans les airs, sans l’espace, dans le cyberespace et sur le spectre électromagnétique, par les deux camps et leurs alliés.

Drone reconaissance ukraine
L’utilisation intensive des drones de reconnaissance permit aux deux camps en Ukraine de se prémunir de toute surprise tactique.

Il est, de fait, virtuellement impossible pour l’un comme pour l’autre de surprendre l’adversaire lors d’une offensive de grande envergure, qui nécessite immanquablement la concentration de forces importantes ne pouvant passer inaperçue de l’adversaire.

En outre, les forces étant désormais très mobiles, il est aisé de redéployer ses moyens presque en miroir de l’adversaire, annulant toute possibilité d’attaque surprise, qui constitue bien souvent l’élément clé d’une manœuvre offensive, en l’absence d’un rapport de force trop déséquilibré.

Outre le renseignement stratégique, l’omniprésence et l’efficacité des moyens de détection, d’écoute électronique et de reconnaissance, alimentant d’importants moyens de frappe dans la profondeur, tend à neutraliser l’élément de surprise, y compris à l’échelle tactique, si ce n’est pour ce qui concerne quelques frappes exceptionnelles.

On peut se demander, à ce titre, si ce n’est pas davantage l’accès à cette qualité de renseignement de la part des deux belligérants, bien davantage que la mise en œuvre de tel ou tel type d’armement, qui caractérise le mieux la notion de conflit de haute intensité, et à l’opposée, de conflit dissymétrique.

Les performances des nouveaux armements d’infanterie

Les performances des nouveaux équipements et des armements employés par l’infanterie des deux belligérants, expliquent, elles aussi, le gel de la ligne d’engagement.

Infanterie ukrainienne javelin
A Ukrainian service member holds a Javelin missile system at a position on the front line in the north Kyiv region, Ukraine March 13, 2022. REUTERS/Gleb Garanich

En effet, là où l’infanterie était, ces 50 dernières années, principalement employée en soutien des moyens mécanisés dans le cadre d’un conflit de haute intensité, celle-ci dispose désormais d’une puissance de feu, et de moyens d’action et de protection, en faisant un adversaire redoutable aussi bien pour les blindés, les aéronefs et même l’artillerie adversaire, par l’utilisation des munitions rôdeuses.

Celle-ci dispose, par ailleurs, d’une compétence unique, celle de pouvoir s’enterrer, et de conserver une certaine mobilité dans les tranchées les protégeant des frappes d’artillerie et des bombardements adverses.

Le fait est, une majorité des blindés détruits en Ukraine, de manière documentée, résulte de tirs de munitions antichars d’infanterie, missiles ou roquettes, ou de frappes de munitions rôdeuses, elles aussi mises en œuvre par l’infanterie. C’est aussi le cas des hélicoptères abattus, là encore, le plus souvent par des missiles sol-air d’infanterie SHORAD.

Cette puissance de feu étendue, associée à la protection offerte par les tranchées et infrastructures défensives, et à sa mobilité tactique, confère désormais à l’infanterie une puissance d’arrêt sans équivalent depuis l’apparition de la mitrailleuse à la fin du 19ᵉ siècle, y compris contre la cavalerie.

L’utilisation intensive des mines

Un temps passée au second plan opérationnel suite aux efforts internationaux pour en prohiber l’utilisation, les mines, qu’elles soient antichars, antipersonnelles et même navales, jouent, elles aussi, un rôle clé dans l’enlisement du conflit ukrainien.

Russian tank is blown to pieces by hidden Ukrainian mine
Les mines sont intensivement employées en Ukraine

Le fait est, après 600 jours de conflit, la ligne d’engagement en Ukraine n’a plus grand-chose à envier, en termes de mines déployées, au 38ᵉ parallèle séparant Corée du Nord et du Sud, jusqu’ici réputé la zone la plus minée sur la planète.

En Ukraine, les mines font ce qu’elles sont censées faire, à savoir empêcher l’adversaire de déborder les lignes défensives déployées. Il n’est donc en rien surprenant que leur utilisation intensive, ait entrainé la fixation de la ligne d’engagement, même le long des côtes ukrainiennes. Ainsi, l’offensive amphibie russe sur Odessa dut être annulée, en raison du grand nombre de mines navales et terrestres déployées le long des plages ukrainiennes.

En outre, protégés par les lignes défensives garnies d’infanterie et par le feu de l’artillerie alliée, les champs de mines sont très difficiles à neutraliser, y compris par les moyens dédiés,

La neutralisation de la puissance aérienne

La plus grande surprise, concernant le conflit ukrainien, est incontestablement le rôle marginal de l’aviation de combat, y compris de la pourtant puissante et richement dotée force aérienne russe.

Su-27 abattu ukraine
La puissance aérienne tactique a presque été entièrement neutralisée en Ukraine, tant du côté russe qu’ukrainien.

La puissance aérienne avait, en effet, joué un rôle déterminant et majeur lors de tous les conflits de la seconde moitié du 20ᵉ siècle, allant des conflits israélo-arabes aux guerres du Vietnam et d’Afghanistan, en passant par les Malouines, les deux guerres du Golfe et l’intervention dans les Balkans.

À l’inverse, en Ukraine, l’extrême densité des défenses antiaériennes déployées de part et d’autres, aura suffi à interdire le ciel aux appareils russes et ukrainiens, contraints depuis un an à n’employer que des munitions de précision à longue distance, ou à mener des opérations très risquées à très basse altitude.

Même les hélicoptères de combat, exposés aux missiles antiaériens d’infanterie, peinèrent à accomplir leurs missions de tueur de char, sauf à de rares exceptions.

Il n’est, dès lors, pas question pour les unités engagées au sol, de pouvoir faire appel à un soutien aérien rapproché pour compenser un rapport de force défavorable, ni d’employer la force aérienne pour dégager un corridor de pénétration, neutralisant de fait le rôle clé que joua l’aviation de combat depuis l’arrivée des bombardiers tactiques en marge de la Seconde Guerre mondiale.

Les progrès de l’artillerie et l’arrivée des drones

Privées de puissance aérienne, les forces engagées en Ukraine ne pouvaient, dès lors, que se tourner vers l’artillerie, pour obtenir les effets souhaités. Fort heureusement, les deux camps disposaient d’une puissance d’artillerie sans commune mesure avec celle qui équipe aujourd’hui encore les armées européennes.

Si l’emploi massif de l’artillerie est au cœur des doctrines russes et ukrainiennes, toutes deux héritières de la doctrine soviétique, ce sont les progrès des nouveaux systèmes entrés en service ces dernières années, qui contribuèrent à accentuer son rôle fixateur dans ce conflit.

caesar Ukraine
Les systèmes d’artillerie modernes, comme le CAESAR, jouent un rôle clé dans le dispositif défensif ukrainien.

En effet, entre la portée étendue obtenue par les tubes allongés de 52 calibres et par les nouvelles roquettes longue portée, la précision des munitions à guidage GPS, et l’arrivée de munitions spéciales capables de cibler précisément les blindés ou les bunkers, l’artillerie devenait la principale menace sur le champ de bataille, que ce soit sur la ligne de front, et sur les lignes arrières.

Ce d’autant que les unités d’artillerie purent s’appuyer sur l’arrivée massive des drones de reconnaissance, susceptibles de détecter l’adversaire et de diriger des frappes précises pour le détruire.

Aux drones de reconnaissance virent s’ajouter, rapidement, les munitions vagabondes, ces drones armés d’une charge explosive, aptes à chercher une cible pendant plusieurs dizaines de minutes à plusieurs kilomètres derrière la ligne d’engagement, puis de le frapper en plongeant dessus et en faisant détoner la charge.

De fait, l’arrivée conjointe et massive de nouveaux systèmes d’artillerie plus précis et plus mobiles, et des drones capables de leur designer des cibles et même de les frapper directement, transforma l’ensemble du champ de bataille dans une bande allant de la ligne d’engagement à 25 à 30 km derrière celle-ci, dans laquelle tout mouvement s’avère extrêmement risqué.

L’épuisement des deux camps

Enfin, un dernier facteur explique aujourd’hui la trajectoire probable vers un enlisement du conflit, l’épuisement des deux camps, sensible aussi bien en Ukraine qu’en Russie, bien que de manière différente.

Les deux armées ont, en effet, enregistré des pertes considérables, équivalentes peu ou prou, aux effectifs initialement engagés en février et mars 2022. À ces pertes humaines déjà très difficiles à compenser, s’ajoutent des pertes matérielles encore plus importantes.

Ainsi, avec plus de 2400 chars détruits, abandonnés ou endommagés, 4 000 véhicules de combat d’infanterie ou blindés de combat, ou encore 580 systèmes d’artillerie automoteurs, les armées russes ont perdu, en 600 jours d’engagement, près de 75 % des équipements de première ligne dont elle disposait le 24 février 2022.

enterrement miltiaire ukraine
Les pertes lourdes et les conséquences économiques et sociales mennent aujourd’hui les deux camps à l’épuisement.

Au-delà des pertes militaires, et de l’immense effort produit par Moscou pour les compenser par son industrie de défense, l’économie russe souffre terriblement du conflit, quoi qu’en disent les données macroéconomiques, avec un nombre considérable de faillites au sein du tissu économique local dans le pays.

De fait, bien que majoritairement soumise et exposée à un matraquage médiatique constant, l’opinion publique russe soutien de moins en mois l’opération spéciale militaire de Vladimir Poutine en Ukraine, et la contestation, encore en sourdine, devient de plus en plus audible, notamment sur les réseaux sociaux, si pas contre le régime, en tout cas contre la guerre et ses conséquences.

La situation est sensiblement similaire en Ukraine. Après un effort de défense qui fit l’admiration de tous au début du conflit, le soutien ukrainien à la stratégie offensive de Volodymyr Zelensky semble s’éroder au sein de l’opinion publique comme des armées.

Ainsi, le nombre de volontaires pour rejoindre les armées ou la Garde nationale tend à diminuer, alors que les difficultés économiques touchant la population et les entreprises, y compris au sein de la BITD, sont de plus en plus importantes.

Cet épuisement sensible, de part et d’autre, sensible même parmi les alliés de l’Ukraine, aussi bien dans les armées que les opinions publiques, et les difficultés économiques croissantes, tendent aussi à inciter les dirigeants et chefs militaires à plus de prudence, et donc à une posture plus défensive qu’offensive.

Conclusion

On le voit, l’ascendant très net constaté en Ukraine, de la posture défensive face à la posture offensive, ne résulte pas d’un unique facteur transitoire, mais d’une série de facteurs concomitants, aussi bien technologiques que doctrinaux et sociaux.

De fait, ce constat s’applique très probablement au-delà de ce seul conflit, et doit donc être considéré dans la planification militaire, y compris dans les différents conflits de même intensité en gestation dans le monde.

Article du 18 octobre en version intégrale jusqu’au 13 février 2024

Armement : 109 canons Caesar de nouvelle génération commandés par le Ministère français des Armées

Armement : 109 canons Caesar de nouvelle génération commandés par le Ministère français des Armées

https://www.lefigaro.fr/flash-actu/armement-109-canons-caesar-de-nouvelle-generation-commandes-par-le-ministere-francais-des-armees-20240201

 

Emmanuel Macron et Sébastien Lecornu devant un canon Caesar, à la base navale de Cherbourg le 19 janvier 2024.

Emmanuel Macron et Sébastien Lecornu devant un canon Caesar, à la base navale de Cherbourg le 19 janvier 2024. CHRISTOPHE PETIT TESSON / AFP

 

Le nouveau modèle se voit doté d’une cabine blindée, d’une motorisation plus puissante, de nouveaux logiciels de conduite de tir et l’intégration du Caesar dans le programme Scorpion de l’armée de Terre.

Le ministère français des Armées a annoncé jeudi avoir passé commande de 109 canons automoteurs Caesar de nouvelle génération à Nexter, filiale du groupe franco-allemand KNSD, afin d’avoir une «meilleure capacité d’appui-feu longue portée mobile». La commande de ces camions porteurs d’un canon de 155 mm, capable de tirer six obus à 40 kilomètres en moins d’une minute, s’élève à «environ 350 millions d’euros» et a été notifiée le 30 décembre, selon un communiqué du ministère. La première livraison est prévue «à l’horizon 2026».

Le développement du Caesar Mark II avait été lancé en février 2022 par le Premier ministre Jean Castex pour 600 millions d’euros. Les développements portent sur l’ajout d’une cabine blindée, une motorisation plus puissante, de nouveaux logiciels de conduite de tir et l’intégration du Caesar dans le programme Scorpion de l’armée de Terre permettant aux véhicules de communiquer entre eux.

18 Caesar pour Kiev

Paris, qui est équipé depuis 2008 de Caesar, vise un parc de 109 de ces canons en 2030. La France en disposait de 76 exemplaires avant 2022 et en a cédé 18 à l’Ukraine pour la soutenir face à l’invasion russe. Outre l’Ukraine, ce matériel s’avère un succès à l’exportation. Il a été vendu à 336 exemplaires à l’Arabie saoudite, à la République tchèque, à l’Indonésie, au Maroc, au Danemark (19 canons depuis cédés à Kiev), à la Lituanie et à la Belgique.

Face à la demande de ce canon, Nexter est parvenu à ramener à 15 mois la durée de production, moitié moins qu’avant l’invasion russe de l’Ukraine, et a porté sa capacité de production de deux à six canons par mois. Le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a par ailleurs annoncé le 18 janvier que Kiev avait commandé six Caesar supplémentaires et que la France en financerait 12 de plus en 2024 pour le compte de Kiev pour 50 millions d’euros.

Pour le chef d’état-major de l’armée de Terre, l’artillerie est maintenant la « reine des batailles »

Pour le chef d’état-major de l’armée de Terre, l’artillerie est maintenant la « reine des batailles »

https://www.opex360.com/2024/01/21/pour-le-chef-detat-major-de-larmee-de-terre-lartillerie-est-maintenant-la-reine-des-batailles/


« Si l’appellation de « reine des batailles » a été donnée à l’infanterie durant le premier conflit mondial, il aurait été plus exact de l’accorder à l’artillerie, ne serait-ce que par la place prépondérante qu’elle occupe peu à peu dans les opérations, au point de représenter le tiers des effectifs des armées belligérantes de 1918. Point d’artillerie, point d’offensive! », fait ainsi valoir le colonel [ER] Henri Ortholan, historien et auteur de « L’artillerie de la grande guerre 1914-1918 – Une arme en constante évolution« , paru en 2020.

Par bien des côtés, la guerre en Ukraine rappelle les combats de 1914-18. D’ailleurs, c’est le constat établi par le général Valeri Zaloujny, le commandant en chef des forces ukrainiennes. « Tout comme lors de la Première Guerre mondiale, nous avons atteint un niveau technologique qui nous met dans une impasse », a-t-il en effet expliqué dans les pages de l’hebdomadaire The Economist, en novembre dernier.

Dans ce contexte, l’artillerie est [re]devenue incontournable, alors que, avec la fin de la Guerre Froide et les « dividendes de la paix », elle a été « ringardisée », pour reprendre le mot du général Pierre Schill, le chef d’état-major de l’armée de Terre [CEMAT], qui a fait part de ses réflexions sur ce sujet via Linkedin, cette semaine.

« Les armées n’ont pas été épargnées par la ‘fin de l’Histoire’ théorisée après la chute du mur de Berlin. Dans le sillage de la Guerre Froide, des savoir-faire, des capacités, des gammes de matériels ont été écartés comme obsolètes, ‘ringardisés’ voire oubliés », a ainsi rappelé le général Schill. Et avec les réductions budgétaires qui marquèrent cette période, « le besoin de disposer d’une artillerie puissante était discutable », a-t-il ajouté. D’autant plus que la puissance aérienne était censée « faire le travail », face à des adversaires supposés être technologiquement inférieurs.

Cependant, l’artillerie démontra qu’elle restait pertinente lors des opérations menées contre l’État islamique [EI ou Daesh] en Syrie et, surtout, en Irak. Entre 2016 et 2019, le détachement français Wagram, doté de quatre CAESAr [Camions équipés d’un système d’artillerie de 155 mm], assura environ 2500 missions de tirs [soit 18’000 obus tirés], notamment au cours de la bataille de Mossoul.

Quoi qu’il en soit, pour le CEMAT, la guerre en Ukraine « met en évidence le point suivant : dans un environnement tactique où la supériorité aérienne n’est plus acquise, où les volumes comptent encore plus que la technicité, l’artillerie est la ‘reine des batailles’ », avec des « duels d’artillerie » qui « paralysent le champ de bataille » et provoquent « l’essentiel des pertes ».

En outre, poursuit le général Schill, « l’intérêt et l’efficacité de l’artillerie sont décuplés par l’omniprésence des drones, conférant ce qu’il est désormais convenu d’appeler la transparence du champ de bataille, démultipliant les capacités de la ‘chaîne’ artillerie ».

« Plus que jamais, ‘l’artillerie conquiert, l’infanterie occupe’, ce qui conduit au paradoxe suivant : dans l’environnement très technologique de la guerre en Ukraine, c’est possiblement le volume d’obus disponibles qui fera pencher le cours de la guerre », constate le CEMAT.

Sur ce point, les forces russes ont l’avantage, comme l’a souligné Cédric Perrin, le président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense, à l’occasion de la présentation d’un rapport rédigé après un déplacement en Ukraine, le mois dernier.

Selon lui, l’armée ukrainienne « tire entre 5000 et 8000 » obus de 155 mm par jour… soit près deux fois moins que les Russes [entre 10’000 et 15’000 coups quotidiennement, ndlr]. « Les autorités ukrainiennes ont fait de la production de munitions la priorité. Si la production locale de munitions a été multipliée par vingt depuis 2022, cela reste très insuffisant », affirme le rapport.

Et celui-ci de relever que, « entre mai et décembre 2023, le nombre de soldats russes aurait augmenté de 20% sur le front, tandis que les nombres de chars et de pièces d’artillerie déployés auraient chacun augmenté de 60% ce qui illustre combien la ‘masse’ demeure du côté russe. Ces chiffres contrastent brutalement avec l’essoufflement des livraisons occidentales à l’Ukraine ».

Dans le même temps, la promesse de la Commission européenne de livrer 1 million d’obus à Kiev tarde à se concrétiser. Pour autant, le commissaire Thierry Breton a assuré, cette semaine, que l’Union européenne aurait la capacité d’en produire 1,3 million d’ici la fin de cette année. « Nous sommes à un moment crucial pour notre sécurité collective en Europe, et, dans la guerre d’agression menée par la Russie en Ukraine, l’Europe doit et continuera à soutenir l’Ukraine avec tous ses moyens », a-t-il fait valoir.

En attendant, « la pénurie de munitions est un problème pressant auquel nos forces armées sont actuellement confrontées. […] Nous devons renforcer les capacités de défense ukrainiennes pour protéger le monde libre contre le danger russe », a affirmé Rustem Umerov, le ministre ukrainien de la Défense, lors du lancement de la coalition « Artillerie pour l’Ukraine », dirigée par la France.

Celle-ci devrait se traduire par la livraison de 78 CAESAr supplémentaires aux forces ukrainiennes dans le courant de année. Quant aux obus de 155 mm, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a assuré que la France serait en mesure de leur en fournir 3000 par mois d’ici la fin janvier.

Or, dans leur avis budgétaire sur le programme 146 « Équipement des forces », publié en novembre, les sénateurs Hélène Conway-Mouret et Hugues Saury, ont expliqué que « l’ambition affichée par le ministère des Armées en matière de munitions demeure très insuffisante au regard des exigences des combats de haute intensité » étant donné que, pour les obus de 155 mm, les « livraisons devraient être de 20’000 unités en 2024 soit l’équivalent de quatre jours de consommation des armées ukrainiennes ».

« Or, malgré les déclarations du gouvernement, les volumes d’acquisition des munitions resteront dans les années à venir similaires aux moyennes constatées les années précédentes pour les munitions d’artillerie », ce qui « place dangereusement la France en décalage par rapport à ses partenaires. […] Nexter estime qu’il conviendrait de garantir l’achat de 15’000 obus pour permettre de pérenniser la filière et rendre possible une montée en puissance rapide de la production à 40 à 45’000 obus. À plus long terme le groupe KNDS/Nexter vise une capacité de production de 100’000 obus et appelle toujours de ses vœux davantage de perspectives sur les commandes de l’État », ont conclu les deux parlementaires.

Photo : TF Wagram / EMA

Après l’idée d’un “club Reaper”, voici la “coalition Artillerie” lancée ce jeudi à Paris

Après l’idée d’un “club Reaper”, voici la “coalition Artillerie” lancée ce jeudi à Paris

ae3d5cf_1664550121473-000-32cj8bc.jpg

Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 16 janvier 2024

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2024/01/16/apres-l-idee-d-un-club-reaper-voici-la-coalition-artillerie-24364.html


On se souviendra (enfin, le faut-il?) du projet, en 2015, de club des utilisateurs européens de Reaper, particulièrement en matière de formation et d’entraînement… Voici que l’on parle désormais d’une “coalition artillerie” au profit de l’Ukraine et on lui souhaite et plus longue vie qu’au club Reaper.

Sébastien Lecornu, ministre des Armées, reçoit son homologue, Rustem Umerov, ministre de la Défense de la République d’Ukraine, ce jeudi, à Paris pour le lancement de la “coalition artillerie”, avec un saut à Bourges (Nexter) puis à Selles-Saint-Denis (MBDA).  Ces “coalitions de capacités” sont chargées de coordonner les contributions des membres de la coalition pour chaque domaine de capacité majeur: véhicules blindés, pièces d’artillerie, armée de l’air, unité navale et technologies de l’information. 

Les deux ministres doivent ouvrir la Conférence de lancement de la “Coalition artillerie”, l’un des groupes de travail thématiques du groupe de contact pour la défense de l’Ukraine (UDCG), sous pilotage de la France et des Etats-Unis. Elle “vise à fédérer les efforts des nations participantes pour aider – dans le court et le long terme – l’Ukraine à disposer d’une force d’artillerie adaptée aux besoins de la contre-offensive et de son armée de demain”, a précisé le ministère.

Pour rappel, l’armée ukrainienne a reçu 49 CAESAR (Camions équipés d’un système d’artillerie de 155 mm):
– 18 ont été tirés du parc de l’armée de Terre en 2022.,
– en janvier, Kiev en a commandé 12 autres auprès de Nexter, lesquels ont aussi été prélevés dans l’inventaire de l’artillerie française, 
– le Danemark a livré à Kiev les 19 qu’il avait acquis en version 8×8.

Dans un communiqué du 24 décembre, le ministère ukrainien de la Défense soulignait qu’il était “très important pour l’Ukraine de renforcer sa puissance de feu grâce à la fourniture de systèmes d’artillerie par les alliés. Les forces armées ukrainiennes sont notamment intéressées par la poursuite de l’acquisition de systèmes d’artillerie automoteurs Caesar pour leurs besoins“.

Le communiqué précisait que “les systèmes d’artillerie automoteurs Caesar ont fait preuve d’une grande efficacité et d’une grande précision au combat” et qu’en 2024, il est prévu de “tester la conduite de tir des systèmes d’artillerie automoteurs Caesar à l’aide de l’intelligence artificielle”. Selon le vice-ministre de la défense, l’utilisation de l’IA permettra de réduire de 30 % l’utilisation de munitions pour l’acquisition et l’engagement des cibles. 

Faux CAESAR et autres idées pour doter l’épée d’un bouclier

Faux CAESAR et autres idées pour doter l’épée d’un bouclier

par – Forces opérations Blog – publié le

Non, le CAESAR n’est pas invulnérable. Comme tout équipement militaire engagé dans un conflit tel que celui qui se joue depuis bientôt deux ans en Ukraine. Loin de rester les bras croisés, les industriels du secteur planchent sur un éventail de réponses, dont celle du leurre gonflable. 

Faux CAESAR

Passés 300 à 400 mètres, impossible pour l’œil peu ou non averti de distinguer ce CAESAR très particulier d’un autre. Menace parmi d’autre, un drone aurait lui aussi du mal à discriminer le vrai du faux. Du moins, c’est le pari proposé par ce leurre gonflable de nouvelle génération, une première pour le système d’artillerie français. De dimensions identiques à son pendant réel, ce leurre ne pèse par contre qu’une cinquantaine de kilos. Sa mise en œuvre ne nécessite que dix minutes à deux personnels formés. Idem pour son reconditionnement avant déplacement, démonstration à la clef lors du lancement du club CAESAR organisée le mois dernier à Canjuers (Var). 

Tactique ancienne quelque peu oubliée par la plupart des armées, le leurrage est revenu au goût du jour au cours d’un conflit russo-ukrainien où « rien ne peut se faire sans être immédiatement détecté par les yeux de l’ennemi », nous rappelle un industriel du secteur. Dans pareil contexte, protéger les armements différenciants, tromper l’ennemi sur ses intentions ou sur l’envergure de ses capacités redevient essentiel. Pour approfondir, mieux vaut se tourner vers « Les opérations de déception » du colonel Rémy Hémez, spécialiste de la question et actuel chef de corps du 3e régiment du génie. 

Apparue il y a un peu plus d’un an, l’idée nécessitait de s’adosser à un industriel expert du segment. Et qui mieux qu’Inflatech, société créée en 2014 en République tchèque, pour y répondre ? Quand l’Occident avait quelque peu perdu de vue le sujet, les pays d’Europe de l’Est ne s’en sont jamais totalement détournés. Le savoir-faire s’y est conservé et revit aujourd’hui par ce spécialiste à la fois du sur-mesure et de la série. 

Cible de haute valeur pour la Russie, l’artillerie automotrice ukrainienne repose notamment sur une cinquantaine de CAESAR 6×6 et 8×8. Il était donc naturel de rajouter cette référence à une gamme comprenant de plus en plus de systèmes occidentaux, dont le char Leopard et le lance-roquettes HIMARS. L’armée tchèque est par ailleurs un client majeur, avec 52 pièces 8×8 commandées et une production en série qui devrait démarrer d’ici à l’été 2024.

Le retour de cette technique de déception exigeait néanmoins une mise à jour pour tenir compte du développement et de la prolifération des systèmes de guerre électronique et de détection. Outil multispectral, ce CAESAR factice va au-delà du visible et intègre un système interne de diffusion d’air chaud afin d’en recopier la signature thermique. Enfin, des réflecteurs habillement positionnés participent à imiter la surface équivalente radar (SER) pour brouiller les pistes dans le champ électromagnétique. 

Inflatech détient la capacité de concevoir un leurre rapidement en partant d’une feuille blanche. Un mois de travail aura suffit pour le CAESAR. Conséquence de cette réactivité, l’entreprise engrange auourd’hui des commandes par centaines d’unités. Un pays du Golfe lui commandait récemment 400 leurres. Des volumes peu surprenants au vu du faible investissement demandé, un système factice ne coûtant que quelques dizaines de milliers d’euros en moyenne. 

Dans l’armée de Terre, le leurrage ressort progressivement des cartons à l’aune d’expérimentations ciblées essentiellement conduites par la 11e brigade parachutistes. L’an dernier, plusieurs de ses régiments avaient profité de l’exercice Manticore pour éprouver de premières idées, tel que ce camion GBC 180 camouflé en CAESAR par le 35e régiment d’artillerie parachutiste. 

Surfant sur cette vague, Inflatech s’est d’emblée rapproché d’une entreprise française pour promouvoir l’idée auprès de l’armée de Terre, laquelle envisagerait d’établir un bataillon de leurrage à Lyon auprès du Centre interarmées des actions sur l’environnement (CIAE). Si l’intérêt est marqué, reste à passer la seconde en lançant éventuellement une évaluation technico-opérationnelle. Et, pourquoi pas, ensuite élargir le spectre ? Passé le CAESAR, d’autres matériels seraient en effet éligibles de part leur rareté et leur valeur sur le terrain, à l’image du Griffon EPC, d’engins de franchissement, du successeur du lance-roquettes unitaire et, bien sûr, du char Leclerc. 

Crédits image : Inflatech

Une riposte modulaire

Ce CAESAR factice n’est qu’un pan de l’éventail de contre-mesures disponibles ou en développement présentées en novembre à Canjuers. Certaines améliorations déjà actées découlent de retours d’expérience engrangés avant le conflit russo-ukrainien. Le lancement du standard 2 du CAESAR 6×6 était officialisé cinq jours avant que les forces russes ne franchissent la frontière ukrainienne. Il amènera une cabine blindée et un moteur de 460 ch, annonciateurs d’une meilleure protection passive pour l’équipage et d’une plus grande mobilité. D’autres briques pourront concourir à sa protection, à l’instar du brouilleur anti-IED BARAGE et du détecteur d’alerte laser ANTARES de Thales. 

À l’image du leurre, le système s’entoure progressivement d’une « bulle » de survivabilité conçue en allant piocher un peu partout dans la filière. Présenté l’an dernier, l’exemple de Solarmtex a depuis lors bien progressé. Partant d’un besoin exprimé par un utilisateur CAESAR du Moyen-Orient, l’entreprise de Vierzon (Cher) mettait au point un complexe textile multicouche capable d’emprisonner de l’air pour créer des barrières thermiques. Ce qui répondait à l’origine à l’enjeu de conservation du système dans des températures maîtrisées pour en garantir les performances est aussi devenu une solution de réduction de la signature thermique.

Conduite depuis plusieurs années, cette voie parallèle doit permettre de mystifier les capteurs adverses en redéfinissant la cartographie thermique. En découle une technologie mature livrée sous forme de kit prototype à des fins de tests. Réalisés par Nexter en lien avec l’armée de Terre et la Direction générale de l’armement (DGA), ces essais sur CAESAR 6×6 ont démontré une réduction de 9° C sur le canon après un tir, ce qui est suffisant pour maintenir le système en dessous de 40° C. L’intérêt confirmé, Solarmtex se positionne aussi sur le 8×8 mais « avec des besoins potentiellement différents ».

Menaces majeures, drones et munitions téléopérées exigent des répliques précises. Là aussi, les industriels sont forces de proposition. Inutile de revenir sur cette version « lutte anti-drones » du blindé Serval, véhicule d’accompagnement que Nexter propose d’armer d’un tourelleau téléopéré ARX 30 et d’un fusil anti-drones. Côté capteurs, de nouveaux radars apparaissent en complément d’un COBRA en service depuis près de deux décennies. Exemple à Canjuers avec le Ground Master 200 Multi Mission Compact (GM200 MM/C) de Thales adopté par les Pays-Bas, la Norvège et le Danemark. 

Nexter et Thales se sont par ailleurs rapprochés pour accélérer la boucle OODA (observer, s’orienter, décider et agir). Acquisition de cible, coordination des feux, feux et évaluation sont fluidifiés grâce à de nouveaux outils « maison », que sont les évolutions du logiciel ATLAS, la jumelle multifonction Sophie Ultima ou encore le micro-drone Spy’Ranger. Résultat espéré : un gain de réactivité, un adversaire pris de vitesse et une contre-batterie contrecarrée. 

Cette accélération était au cœur d’un exercice de préparation opérationnelle conduit en novembre à Canjuers par le 40e régiment d’artillerie (40e RA). « Du 6 novembre au 5 décembre, dans le cadre d’une préparation à la projection, les artilleurs ont concrétisé l’accélération de la boucle renseignement-feux par l’action combinée de bout-en-bout des drones SMDR [Spy’Ranger 330] et de canons CAESAR », déclarait alors le ministère. Une manoeuvre de réglage des tirs par drone qui relevait jusqu’alors d’expérimentations. D’autres applications sont dans le viseur du Spy’Ranger, dont les capacités de géolocalisation sont compatibles avec la munition de 155 mm guidée Katana en cours de développement chez Nexter. 

Tout comme l’invulnérabilité, la réponse parfaite n’existe pas. Chacune ne se focalise que sur une ou, parfois, plusieurs menaces. Déployées séparément, elles seront inévitablement insuffisantes et c’est bien leur combinaison qui offrira à l’épée le bouclier le plus réactif, évolutif et résilient.

Artillerie : Le ministère ukrainien de la Défense dit vouloir acquérir plus de CAESAr français

Artillerie : Le ministère ukrainien de la Défense dit vouloir acquérir plus de CAESAr français

https://www.opex360.com/2023/12/26/artillerie-le-ministere-ukrainien-de-la-defense-dit-vouloir-acquerir-plus-de-caesar-francais/


Selon le site Oryx, qui documente les pertes subies par les forces ukrainiennes et russes depuis la guerre déclenchée par Moscou le 24 février 2022, six de ces obusiers automoteurs ont été détruits [cinq CAESAr 6×6 et un CAESAr 8×8]. Dans la plupart des cas, ils ont été touchés par une munition téléopérée [MTO, ou drone kamikaze] de type Lancet qui, produite par une filiale du groupe Kalachnikov, a une portée maximale de 40 km. Évidemment, cela pose la question de leur protection contre les drones, ce qui pourrait passer par l’ajout de capacités défensives ou bien par l’amélioration de leur camouflage.

Pour rappel, la portée d’un CAESAr est d’environ 40 km, avec une capacité de tirer six coups en une minute, la sortie de batterie de fait en moins de deux minutes, ce qui limite le risque d’un tir de contre-batterie.

Cela étant, selon le témoignage d’un officier ukrainien récemment rapporté par le quotidien Le Monde, le CAESAr ne serait pas exempt de critiques.

« Votre canon automoteur CAESAr tire très vite et avec une précision d’orfèvre. Mais je l’utilise très peu parce qu’il est très vulnérable et mal adapté aux réalités de la guerre », a confié le colonel Yan Iatsychen, commandant de la 56e brigade d’infanterie motorisée de l’armée ukrainienne.

La « taille importante » de l’obusier, avance Le Monde, en ferait une « cible prioritaire » pour les drones russes [ce qui, au passage, est aussi valable pour les autres obusiers automoteurs…]. « Si je le sors en terrain découvert pour tirer, il devient la cible de tirs de contrebatterie au bout de trois à quatre minutes. Je n’ai pas le temps de l’évacuer hors de la zone de danger », a continué l’officier, qui a dit préférer le canon [tracté] américain M777… Or, selon Oryx, 77 de ces pièces d’artillerie ont été détruites ou endommagées, sur environ une centaine…

Puis il a tenu des propos encore plus surprenants… « Cette dame [le CAESAr] aime trop la propreté. Ses opérateurs sont comme des chirurgiens, toujours avec des gants et des couvre-chaussures, contraints de dormir dedans pour le pas la salir ».

Quoi qu’il en soit, le ministère ukrainien de la Défense ne partage pas la même appréciation du CAESAr que le commandant de la 56e brigade d’infanterie motorisée. Via un communiqué publié le 24 décembre, il a en effet souhaiter en « acquérir davantage » pour répondre aux besoins » de ses forces armées.

« Les CAESAr ont démontré une grande efficacité et une grande précision au combat », a fait valoir le général Ivan Gavryliuk, le vice-ministre ukrainien de la Défense. « Il est très important pour l’Ukraine d’augmenter sa puissance de feu grâce à la fourniture de systèmes d’artillerie par les alliés », a-t-il ajouté.

Ce sera justement la raison d’être de la création, en janvier prochain, d’une « coalition artillerie » qui, devant être dirigée par la France, viendra ainsi s’ajouter à celles précédemment mises en place pour les avions de combat F-16, la défense aérienne et les chars Leopard.

Cela étant, l’armée ukrainienne entend améliorer la conduite de tir du CAESAr en ayant recours à l’intelligence artificielle. Cela « permettra de réduire de 30% l’utilisation de munitions pour viser et atteindre les cibles », a avancé le général Gavryliuk, après avoir annoncé que des essais seraient menés à cette fin en 2024.

Début du passage de témoin pour l’emploi du mortier de 120 mm tracté

Début du passage de témoin pour l’emploi du mortier de 120 mm tracté

Forces opérations Blog – publié le

Des artilleurs vers les fantassins, le passage de témoin pour l’emploi du mortier de 120 mm tracté a démarré à Draguignan (Var). Une première étape vers le reversement de cette capacité d’appui-feu dans l’infanterie, conformément au plan du chef d’état-major de l’armée de Terre, le général Pierre Schill. 

« La semaine dernière a commencé la formation sur le mortier de 120 mm au profit des référents de l’école de l’infanterie », déclaraient cette semaine les écoles militaires de Draguignan (EMD). Au menu : 15 jours d’appropriation ou de réappropriation théorique de la pièce pour les instructeurs de la cellule mortier de l’école de l’infanterie.

Dispensé par les cadres de l’école de l’artillerie, ce cycle se poursuivra début 2024 dans le Var par deux semaines de formation pratique au sein du camp de Bergerol et s’achèvera par une école à feu sur le camp de Canjuers. 

« Pour l’école de l’infanterie, cette solide séquence de formation représente la toute première étape vers l’acquisition de sa propre capacité à former les instructeurs », indiquent les EMD. Des instructeurs qui, à leur tour, mettront sur pied les noyaux des neufs prochaines sections d’appui mortier 120 des régiments d’infanterie dit « de nouvelle génération ». Au rang des concernés, le 1er régiment d’infanterie, le 2e régiment étranger de parachutistes, le 3e régiment de parachutistes d’infanterie de marine ou encore la 13e demi-brigade de la Légion étrangère. 

Cette formation, c’est l’un des signes tangibles d’une dynamique de fond visant à basculer d’une « armée de Terre de contact » à une « armée de Terre de combat ». Les régiments d’infanterie, pour ne citer qu’eux, seront à terme plus ramassés mais dotés de capacités renforcées. Le retour du mortier s’accompagne ainsi de la mise sur pied d’une section de guerre électronique par régiment, du déploiement de munitions téléopérées et de robots terrestres, et de la densification des capacités antichars. 

Crédits image : EMA

Artillerie : L’Italie va pouvoir se procurer 21 systèmes M142 HIMARS américains pour 370 millions d’euros

Artillerie : L’Italie va pouvoir se procurer 21 systèmes M142 HIMARS américains pour 370 millions d’euros

 

https://www.opex360.com/2023/12/16/artillerie-litalie-va-pouvoir-se-procurer-21-systemes-m142-himars-americains-pour-370-millions-deuros/


Sur ce dernier point, l’Italie devra en effet finaliser la mise en service des chasseurs-bombardiers F-35A et F-35B et soutenir le programme GCAP [Global Combat Air Program] au sein duquel elle est associé avec le Royaume-Uni et le Japon afin de développer un avion de combat de 6e génération. Et cela va s’ajouter à ses ambitions dans le secteur naval.

Seulement, dans le même temps, et selon sa programmation budgétaire pluriannuelle 2023-25 [le « Documento programmatico pluriennale ou DDP], le ministère italien de la Défense envisage un effort significatif au profit de ses forces terrestres. Ainsi, il est question de moderniser 125 chars Ariete, d’acquérir 133 Leopard 2A8, de participer au programme franco-allemand MGCS [Main Group Combat System – Système principal de combat terrestre] et de lancer le projet AICS [Armored Infantry Combat System], qui vise à développer une famille de véhicules blindés selon une approche « multi-domaines » pour l’infanterie mécanisée.

La liste ne s’arrête pas là puisque le DDP prévoit également de renforcer significativement la capacité de « feux dans la profondeur » de l’artillerie italienne, laquelle relève du 5º Reggimento Artiglieria Terrestre « Superga ».

Actuellement, cette unité est doté de 21 lance-roquettes multiples M270 MLRS, qu’il est prévu de porter au standard M270A2, afin d’améliorer leur conduite de tir [avec le CFCS, pour Common Fire Control System] et de leur permettre de tirer des munitions GLMRS ER [d’une portée supérieure à 150 km] ainsi que le nouveau missile américain PrSM [Precision Strike Missile, capable de toucher une cible à 500 km de distance]. Cette modernisation vise également à améliorer leur motorisation [avec un moteur de 600 chevaux] et leur protection.

Cela étant, le 5º Reggimento Artiglieria Terrestre sera bientôt réorganisé afin de pouvoir mettre en œuvre 21 systèmes M142 HIMARS [High Mobility Artillery Rocket System] de conception américaine. Ce projet devrait bientôt se concrétiser puisque la Defense Security Cooperation Agency [DSCA], chargée des exportations d’équipements militaires américains, a donné son feu vert à l’achat de telles pièces d’artillerie par l’Italie.

En effet, dans un avis publié le 15 décembre, la DSCA recommande au Congrès d’accepter la vente « potentielle » de 21 systèmes M142 HIMARS à l’Italie, pour un montant estimé à 400 millions de dollars [environ 370 millions d’euros]. À noter que les munitions ne sont pas prises en compte dans cette évaluation.

« Ce projet de vente soutiendra la politique étrangère et la sécurité nationale des États-Unis en contribuant à améliorer la sécurité d’un allié de l’Otan, qui est un partenaire important pour la stabilité politique et le progrès économique en Europe », justifie la DSCA.

« L’Italie demande ces capacités pour assurer la défense des troupes déployées, la sécurité régionale et l’interopérabilité avec les États-Unis », poursuit l’agence américaine.

Depuis le début de la guerre en Ukraine [et excepté le cas particulier de l’armée ukrainienne], l’Italie sera le quatrième pays à se doter de M142 HIMARS, après la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie. Dans le même temps, les Pays-Bas et le Danemark [probablement bientôt suivis par l’Allemagne] ont fait le choix du système israélien Euro-PULS. Quant à la France, elle entend développer sa propre capacité, avec l’objectif de doter l’armée de Terre avec seulement 13 systèmes d’ici 2030 [et d’au moins 26 à l’horizon 2035].

Le couple « drones/CAESAr » est désormais intégré à la préparation opérationnelle des régiments d’artillerie

Le couple « drones/CAESAr » est désormais intégré à la préparation opérationnelle des régiments d’artillerie

https://www.opex360.com/2023/12/11/le-couple-drones-caesar-est-desormais-integre-a-la-preparation-operationnelle-des-regiments-dartillerie/


En effet, lors de son dernier point presse, le 7 décembre, le ministère des Armées a fait savoir que la campagne de tirs que venait d’effectuer, durant cinq semaines, le 40e Régiment d’Artillerie [RA], avait pris en compte, pour la première fois, « l’accélération de la boucle renseignement-feux » lors d’une préparation opérationnelle.

Et cela grâce à l’association du CAESAr [Camion équipé d’un système d’artillerie, d’une portée de 42 km] avec le Système de mini-drones de reconnaissance [SMDR], ce dernier permettant de collecter du renseignement, de désigner les coordonnées d’une cible, de transmettre une demande de tir via le système ATLAS [automatisation des tirs et liaisons de l’artillerie sol/sol] et d’évaluer les dommages infligés à l’adversaire.

Ainsi, avec le SMDR, souligne l’armée de Terre, il est désormais possible de « développer un lien direct permettant un tir en quelques minutes ». Évidemment, les drones viennent compléter les équipes d’observateurs avancés [FO] et les VAB OBS [Véhicule de l’Avant Blindé-OBServateur], en voie d’être remplacés par le Griffon VOA [« version observation d’artillerie »].

Cette « accélération de la boucle renseignement-feux » a été rendue possible par les performances de ces nouveaux mini-drones de reconnaissance, encore appelés « Spy’Ranger ». Développés par Thales, ils disposent d’une autonomie de 2h30 et, surtout, de la capacité de transmettre un flux vidéo en haute définition, de manière sécurisée, sur une distance d’au moins 30 km [contre 10 km pour les Drones de renseignement au contact – ou DRAC – qu’ils ont remplacés].