À La Ferté-Saint-Aubin, Thales multiplie par quatre sa production de munitions

À La Ferté-Saint-Aubin, Thales multiplie par quatre sa production de munitions

À La Ferté-Saint-Aubin, Thales multiplie par quatre sa production de munitions

Près de 500 salariés travaillent au sein de l’usine Thales de La Ferté-Saint-Aubin. Photo d’illustration © gaujard christelle


Afin de répondre à la demande d’obus de 120 mm de l’armée française, l’usine Thales de La Ferté-Saint-Aubin annonce qu’elle quadruplera sa capacité de production. Elle concevra plus de 80.000 munitions par an d’ici 2026, contre 20.000 en 2023.

Le groupe Thales, géant industriel de la défense et l’aérospatial, l’a annoncé ce lundi 17 juin par l’intermédiaire d’un communiqué de presse. Son site de La Ferté-Saint-Aubin s’apprête à accroître fortement sa cadence de production.

L’usine produira plus de 80.000 munitions par an d’ici 2026, contre 20.000 en 2023.

Le groupe répond à la demande de l’armée française. “Le Service interarmées des munitions a signé une commande portant sur la fourniture par Thales de plusieurs dizaines de milliers de munitions de 120 mm, complétant la commande de 15.000 munitions signée en 2023”, détaille Thales. “Ce nouveau contrat comprend un tiers de munitions d’exercice et deux tiers de munitions explosives“, ajoute-t-il.

Première livraison prévue au dernier trimestre 2024

Les livraisons de ces munitions de 120 mm liées à ces contrats s’échelonneront de 2024 à 2029, avec une première livraison prévue au dernier trimestre 2024“, indique le groupe, qui apportera aussi une assistance technique aux forces armées, une aide à l’intégration sur les véhicules porte-mortiers et à la maintenance des mortiers et munitions.

Le site de La Ferté-Saint Aubin, où travaillent près de 500 salariés, est spécialisé dans l’activité “systèmes terrestres et aériens”. Il conçoit des systèmes, des équipements, des capteurs et des services pour le contrôle du trafic aérien civil et militaire, la défense aérienne ainsi que le combat naval et terrestre.

Au-delà de l’usine du Loiret, la commande de l’armée “mobilisera les PME et PMI de la Base industrielle et technologique de défense, partenaires de Thales, en particulier celles fournissant les corps usinés et les pièces mécaniques”, souligne le groupe.

Cette commande s’inscrit dans la droite ligne du renforcement capacitaire et nous mettons tout en œuvre pour accompagner ce besoin en alliant production et performance“, assure Hervé Dammann, directeur général adjoint “systèmes terrestres et aériens” au sein de Thales.

France. Quels enjeux de défense et de sécurité aux élections européennes 2024 ?

France. Quels enjeux de défense et de sécurité aux élections européennes 2024 ?

Par Gaspard Bailloux – Diploweb – publié le  6 juin 2024  

https://www.diploweb.com/France-Quels-enjeux-de-defense-et-de-securite-aux-elections-europeennes-2024.html


L’auteur s’exprime en son nom propre. Ancien élève de classe préparatoire littéraire du lycée Lakanal, Gaspard Bailloux est diplômé d’une licence d’histoire de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et d’un Master 1 de science politique de l’Université Paris-Saclay. Passionné par la géopolitique et l’histoire, il réalise actuellement une année de césure où il a pu acquérir une expérience en ambassade et à l’Institut de Recherche stratégique de l’École militaire en tant que stagiaire.

Bien que le Parlement européen n’ait qu’un droit de regard dans l’élaboration ou la mise en œuvre de la politique de défense et de sécurité commune (PSDC), les députés européens et les groupes politiques abordent régulièrement des questions de défense et de sécurité. La relance de la guerre en Ukraine a joué depuis 2022 un rôle d’accélérateur dans la mise à l’ordre du jour de ces sujets. Lors de la campagne électorale pour les élections européennes de juin 2024, les candidats français ont débattu de ces enjeux de souveraineté sur lesquels se cristallisent des visions divergentes de l’Union européenne (UE), mais les débats font aussi apparaître des convergences sur la défense et la sécurité. Lesquelles ?

Les élections européennes du 8 et 9 juin 2024 peuvent fortement influencer l’action de l’UE pour les années à venir dans le domaine de la sécurité et de la défense. La future composition du Parlement européen (PE) jouera un rôle clef dans l’architecture de la prochaine Commission avec le principe du Spitzenkandidat. Chaque parti politique européen désigne une tête de liste  ; celle du parti qui remporte le plus de voix aux élections devient le candidat soumis par le Conseil de l’UE au vote du Parlement européen pour l’élection de la présidence de la Commission.

La défense et la sécurité dans la campagne électorale 2024

La santé (41%), la guerre (38%), le pouvoir d’achat (24%) et l’environnement (24%) constituent les principales préoccupations des citoyens européens, d’après les résultats du sondage réalisé par BVA Xsight [1] pour un consortium de médias européens dans les 27 pays membres. 72% des Européens sont favorables à une politique commune en matière de défense. Dans le contexte français de la campagne électorale, les sujets de sécurité et de défense occupent également une place importante. Les discours des candidats reposent sur une opposition structurante entre ceux qui considèrent la défense quasi uniquement comme un domaine relevant de la souveraineté nationale (RN, R ! , PC) [2] et ceux qui défendent une politique européenne en la matière (EELV, RE, PS, LR) [3]. La défense européenne est l’un des sujets qui divise le plus tant dans son principe que dans les modalités de sa mise en œuvre.

Le renforcement de la défense européenne après l’invasion de l’Ukraine

Après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED) en 1954, la question de la défense européenne est restée un défi à traiter. À partir de Maastricht (1993), l’UE s’est dotée d’une politique étrangère et de sécurité commune (PESC), puis d’une politique de sécurité et de défense commune (PSDC) avec Lisbonne (2009). Après la relance de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, l’UE a renforcé la défense européenne. La boussole stratégique, dont la version finale a été adoptée par le Conseil européen le 22 mars 2022, est venue définir les grandes orientations de la sécurité et de la défense européenne jusqu’en 2030. Cette volonté s’est concrétisée dans le soutien financier et militaire à l’Ukraine avec la Facilité européenne pour la paix, le lancement d’une mission d’assistance militaire de l’UE (EUNAM), ou encore l’acquisition conjointe de matériels militaires destinés à l’Ukraine.

Le rôle limité du Parlement dans le domaine de la défense et de la sécurité

Le Parlement européen (PE), dépourvu d’un pouvoir d’initiative, dispose d’une influence limitée en matière de défense et de sécurité. Il n’a pas de rôle direct dans l’élaboration et la mise en œuvre de la PSDC, mais dispose d’un pouvoir indirect grâce à sa compétence budgétaire. La sous-commission “sécurité et défense” (SEDE) dépend administrativement et politiquement de la commission des affaires étrangères (AFET) et son activité se limite principalement à la promulgation de résolutions. La SEDE fait également face à des conflits de compétences entre les différentes commissions parlementaires, les sujets liés à l’industrie de la défense relevant systématiquement de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE).

Certains partis politiques français (RE, PS, EELV, LFI) proposent d’étendre les pouvoirs du PE en lui conférant un droit d’initiative législative (actuellement, compétence exclusive de la Commission) qui pourrait également s’étendre aux sujets de la PSDC et de la PESC. EELV souhaite que le PE obtienne un pouvoir de supervision sur la PSDC. À l’inverse, la compétence de la SEDE n’est pas évoquée dans le débat français. Pourtant, par le biais de la présidente de la SEDE, Mme Nathalie Loiseau, le groupe RE œuvre pour la faire évoluer en une commission de plein exercice qui s’attribuerait les sujets de l’industrie de la défense.

Les enjeux de la stratégie industrielle européenne de défense

La stratégie industrielle européenne de défense, domaine dans lequel l’UE dispose d’une compétence d’appui, rassemble les partis français sur la nécessité de combler le déficit capacitaire européen, mais divise sur l’échelon (national ou européen) à privilégier pour y remédier. Le besoin de produire des armes dans les pays de l’UE, qui a fait l’objet d’un consensus européen après l’invasion de l’Ukraine, est un autre point de convergence. Dans ce cadre, grâce à ses compétences budgétaires, le PE peut jouer un rôle non négligeable sous la forme de subventions et d’investissements. LR propose de tripler le budget du Fonds Européen de Défense de 8 à 25 milliards (sur la période 2021-2027) tandis que RE et le PS proposent d’investir 100 milliards d’euros durant la prochaine mandature. Cette stratégie industrielle passe par un protectionnisme assumé sur le secteur des industries de la défense et une préférence européenne dans l’achat commun de matériels. Cette politique marque un profond changement de logique par rapport à celle, fondée sur le libéralisme et la libre concurrence, qui a guidé la construction économique européenne.

L’influence des élections sur l’architecture et la stratégie de l’UE

L’élection de la présidente de la Commission et la validation des Commissaires européens par le PE seront des facteurs qui élèveront ou, au contraire, réduiront le niveau d’ambition de la stratégie de l’UE. La montée des partis eurosceptiques et populistes en Europe fait peser le risque d’un ralentissement de l’intégration sur ces sujets, voire d’un virage stratégique complet avec la possibilité d’un changement de coalition [4]. Le parti populaire européen (PPE) pourrait constituer une majorité alternative sur certains sujets avec le groupe des conservateurs et réformistes européens (ECR) de Mme Giorgia Meloni, présidente du Conseil des ministres d’Italie.

Le conseil de l’UE et la Commission européenne au cœur des débats

En dehors du PE, le Conseil de l’UE et la Commission européenne font aussi l’objet de débats dans la campagne électorale sur l’étendue de leur rôle en matière de défense et de sécurité.

Concernant le fonctionnement du Conseil de l’UE, le passage à la majorité qualifiée [5] sur les questions de politique étrangère et de sécurité est mis en avant par RE, EELV et le PS afin de rendre l’UE plus démocratique et d’éviter les blocages récurrents. En revanche, cette fin du « droit de véto » est vue comme une ligne rouge pour LR, le RN, R ! et le PC, tandis que LFI souhaite y mettre un terme uniquement pour « les sanctions ciblées contre les personnes responsables de violations des droits humains » (voir programme LFI).

Concernant la Commission européenne, la volonté de sa présidente, Mme Ursula von der Leyen (en cas de reconduction de son mandat) de défendre la création d’un poste de Commissaire Européen à la Défense, divise entre ceux qui veulent éviter tout élargissement des prérogatives de la Commission (R ! , RN, LR, LFI, PC), et ceux qui considèrent qu’elle permettrait de mener plus efficacement la stratégie européenne (EELV, PS). Cette décision dépendra des équilibres de l’architecture de la prochaine Commission et pourrait peser en faveur de l’évolution de la SEDE.

L’influence des positions vis-à-vis de l’OTAN sur les positions vis-à-vis de la défense européenne

Les positions des partis sur la question de la défense européenne sont étroitement associées à leurs positions sur l’OTAN. Pour certains (PC, LFI, RN, R !), l’Alliance est d’abord perçue comme dominée par les États-Unis, lesquels ne partagent pas les intérêts de la France ou de l’UE. Cette posture se manifeste par exemple par le souhait de sortir du commandement intégré (proposition du Parti Communiste) ou de rejeter les références à la coopération avec l’OTAN dans le cadre de l’UE (proposition de LFI). À contrario, la boussole stratégique rappelle l’importance de l’OTAN, qui est le principal instrument de coopération et de défense territoriale de l’Europe (grâce aux procédures communes qui assurent l’interopérabilité des forces des États membres), et la nécessité de bâtir une défense européenne complémentaire de l’Alliance. Ce rappel souligne le décalage entre le débat français et la position de certains alliés européens comme l’Allemagne ou les pays de l’Est qui conçoivent leur sécurité d’abord par le prisme otanien. Face à cet état de fait européen et dans le contexte d’un pivot américain vers l’Asie, le PS et EELV proposent de continuer à s’investir dans l’Alliance pour, à terme, transférer ces missions de défense territoriale collective à l’UE une fois les capacités européennes suffisamment développées. LR et RE défendent l’idée d’un pilier européen de l’Otan, c’est-à-dire, un investissement suffisant des Européens pour assurer leur sécurité avec l’appui des États-Unis et bâtir la défense européenne à partir de ce cadre déjà établi et fonctionnel. Cela passe notamment par des efforts budgétaires dans le but d’atteindre l’objectif de 2 % minimal du PIB consacré par an aux dépenses de défense convenu en 2014 par les chefs d’État et de gouvernement des pays de l’OTAN.

Vers une « armée européenne » ?

Quant à la création d’une « armée européenne », une ligne rouge d’atteinte à la souveraineté nationale pour LFI, PC, RN, R !, seule EELV, qui revendique s’inscrire dans une approche fédéraliste de l’UE, soutient sa création. Le PS et RE soutiennent la mise en place d’une « capacité de déploiement rapide de l’UE, qui […] permettra de déployer rapidement jusqu’à 5000 militaires » [6] pour des missions de maintien de la paix, telle que prévue par la boussole stratégique. Les LR défendent dans leur programme, quant à eux, la création d’une « force mobile permanente de protection civile ».

Derrière ce débat récurrent, se posent de nombreuses problématiques institutionnelles et opérationnelles. Après son intégration dans la boussole stratégique en 2022, ce projet se concrétisera-t-il enfin lors de la prochaine mandature ?

Copyright 6 juin 2024-Bailloux/Diploweb


[1] Étude BVA x ARTE : Concerns and global perception of the EU citizens, 2024.

[2] Rassemblement National, Reconquête, Parti Communiste.

[3] Europe Écologie Les Verts, Renaissance, Parti Socialiste, Les Républicains.

[4] Brack, N. et Marié, A. « Une poussée à droite aux élections conduirait-elle à un changement de la coalition centrale au Parlement européen ? », Policy Paper n. 300, Institut Jacques Delors, avril 2024

[5] C’est-à-dire si 55% des États membres, soit 15 sur 27, votent pour, et si la proposition est soutenue par des États membres représentant au moins 65% de la population totale de l’UE (procédure en vigueur depuis le 1ᵉʳ novembre 2014).

[6] Une boussole stratégique en matière de sécurité et de défense, Conseil de l’Union européenne, 2022.

Veloce 330, une munition téléopérée pour aller au-delà de Larinae

Veloce 330, une munition téléopérée pour aller au-delà de Larinae

– Forces opérations Blog – publié le

Une nouvelle munition téléopérée a pris les airs en France. Baptisée « Véloce 330 », cette MTO de moyenne portée conçue par EOS Technologie est l’une des deux solutions retenues pour l’appel à projet Larinae, mais pas seulement. 

Une MTO véloce

« Il fallait quelque chose d’innovant ». Quelques mots suffisent au patron d’EOS Technologie, Jean-Marc Zuliani, pour résumer l’enjeu de l’appel à projet Larinae lancé en mai 2022 par l’Agence de l’innovation de défense (AID) et la Direction générale de l’armement (DGA). Lauréat, le trio formé avec KNDS France pour la charge militaire et TRAAK pour la navigation sans GPS est notifié en juin 2023 d’un contrat de développement. Conformément au calendrier imposé, le droniste bordelais dévoile la MTO Veloce 330 moins d’un an plus tard. 

« Désormais, l’utilisation de la MTO est devenue incontournable », observe Jean-Marc Zuliani. Les armées françaises en étant dépourvues, il s’agit donc d’aller vite. Les deux solutions retenues pour Larinae n’ayant que 18 mois pour parvenir au stade du démonstrateur apte à une première présentation étatique. « Il nous aura fallu moins de cinq mois en partant d’une feuille blanche pour arriver à des vols satisfaisants », indique le directeur général d’EOS. 

Le Veloce 330 vole depuis plus de deux mois. Inédite, sa forme relève davantage du fuselage autoporteur que de l’aile volante. « Cela veut dire que nous avons la finesse d’un planeur mais la capacité d’emport d’un avion », relève Jean-Marc Zuliani. De quoi permettre d’aller très vite et très loin. Et véloce, cette MTO l’est sans aucun doute. Avec des pointes de 400 à 500 km/h, elle peut théoriquement neutraliser un véhicule blindé lourd à 100-120 km de distance en moins de 30 minutes. Pour cela, elle emporte une charge génératrice de noyau dont la quantité d’explosif s’apparente à celle d’une munition d’artillerie de 155 mm et dont la conception s’inspire de l’obus de précision Bonus Mk II. Bref, « c’est un vrai missile low-cost ». 

Sa vélocité, cette munition la doit en grande partie à la micro-turbine fournie par ALM Meca. Entre cet usinaire de précision basé à Strasbourg et EOS, les similitudes sont nombreuses. Derrière une taille similaire et un esprit entrepreneurial audacieux, leurs patrons partagent la passion de l’aéromodélisme. Plutôt que de continuer à aller chercher des solutions en Chine, celui d’ALM Méca a choisi de mettre à profit 30 années d’expérience dans l’usinage de précision pour fabriquer des turbines plus puissantes et plus frugales mais à coût mesuré.

Reste la question de la furtivité. Si elle est moins discrète que ses pairs à hélices, le Veloce 330 compense le bruit par la vitesse. À plus de 400 km/h, toute esquive semble en effet impossible pour un blindé de plusieurs dizaines de tonnes. « Quand tu l’entends, c’est déjà trop tard », expliquait un militaire ukrainien au patron d’EOS. Difficile, pour ne pas dire impossible, tant pour l’oeil humain que pour les systèmes de défense anti-aérienne de verrouiller à temps cette MTO capable de manoeuvrer à basse altitude. 

Concluants, les essais permettent de progresser à grands dans la dronisation de la MTO, jalon intermédiaire vers une démonstration étatique programmée pour septembre prochain. L’aboutissement interviendra au printemps 2025, date butoir pour démontrer une MTO dotée de sa charge militaire. Un jalon qui pourrait être avancé à décembre, certains acteurs poussant à accélérer « parce que la demande internationale est encore plus pressante que la demande française ». 

Voler au-delà de Larinae

S’il aura permis à la BITD française de mettre le pied à l’étrier, le projet Larinae se limite au développement d’un démonstrateur et n’inclut donc pas de passage à l’échelle. Et si le segment courte portée du projet Colibri fait l’objet d’un appel d’offres à l’issue imminente, celui de Larinae devra encore attendre pour être traduit en acquisition. Ce devra l’être un jour, car l’armée de Terre compte bien se doter de ce type de MTO pour armer ses régiments d’artillerie « à l’horizon 2028 » selon son chef d’état-major, le général Pierre Schill. 

Bien qu’au coeur de Larinae, le Veloce 330 dépasse d’emblée ce seul cadre. Jean-Marc Zuliani est un adepte de la stratégie dite « Océan bleu », ce concept incitant à créer une nouvelle demande dans un espace encore inconnu plutôt qu’à améliorer ou copier l’ « Océan rouge » des solutions existantes. Plutôt que de se battre avec les mêmes produits que la concurrence, EOS « essaie d’être à côté » pour mieux capter les opportunités d’un marché émergent. 

Le pari comprend sa part de risques, mais EOS ne manque pas d’idées pour les atténuer. En parallèle à l’équipe de Larinae, EOS a rejoint l’écosystème de PME et de start-ups construit depuis l’an dernier par Thales. Baptisée « Drone Warfare », l’initiative fédère les savoir-faire de plateformistes et d’équipementiers français reconnus pour répondre collectivement mais avec agilité à l’évolution rapide du besoin dans le segment des drones de contact. Quand certains dronistes privilégient la maîtrise de l’ensemble du système, EOS a choisi de se concentrer sur le vecteur. Pour creuser son propre sillon, il mise sur un Veloce 330 modulaire et agnostique tant sur ses charges utiles que sur sa propulsion, et répond par là au souhait ministériel de déboucher sur des MTO qui ne soient pas dépendantes d’un seul acteur.

Tout en conservant sa structure en matériaux composites, le Veloce 330 pourra ainsi accueillir non seulement la tête militaire produite par KNDS France, mais aussi celles en provenance de Thales et, « pourquoi pas de MBDA » relevant de technologies différentes et générant des effets différents. Réciprocité oblige, la logique s’étend au second groupement retenu pour Larinae, dont la solution MUTANT est en mesure d’accueillir la tête de KNDS. EOS fera aussi varier les motorisations. L’ajout d’une propulsion électrique et de bras spécifiques pour un décollage vertical (VTOL) étendra le domaine d’emploi, le Veloce devenant un drone capable de faire de l’observation. « On peut aussi remplacer la turbine par une motorisation à essence plus classique, pour disposer cette fois d’une très grande élongation et aller dans des profondeurs de 500 à 600 km ». 

EOS voit un peu plus loin. De ses échanges avec les forces ukrainiennes, celui-ci en retire deux constats : « GNSS is dead, data link is dead ». La question n’est donc plus de savoir si la munition sera brouillée mais de trouver le moyen de poursuivre la mission malgré le brouillage. Larinae permet donc d’explorer d’autres voies, dont celle d’une intelligence artificielle capable de reconnaître le terrain, de confirmer la cible et d’éventuellement annuler la mission. Quelques-uns y pensent déjà, à l’instar de Thales et de sa solution VisioLoc Air. 

À l’instar de sa MTO, EOS souhaite aller vite. Aller vite pour développer, tester, réaliser la preuve de concept dans les forces et, in fine, encourager le raccourcissement d’un cycle qui prendrait en temps normal de cinq à huit ans quand, aujourd’hui, les belligérants sur le front russo-ukrainien ou dans la bande de Gaza déploient une nouvelle idée en cinq à huit semaines. Aux opérateurs, maintenant, de laisser sa chance au produit. « Faites l’acquisition de petites quantités. Testez-les et rendez-vous compte d’à quel point cela change tout », lance le patron d’EOS. À bon entendeur…

Crédits image : EOS Technologie

Le Japon se joint à la France et à l’Allemagne pour développer un canon électromagnétique

Le Japon se joint à la France et à l’Allemagne pour développer un canon électromagnétique

https://www.opex360.com/2024/06/01/le-japon-se-joint-a-la-france-et-a-lallemagne-pour-developper-un-canon-electromagnetique/


Le principe d’une telle arme consiste à faire circuler entre deux rails conducteurs un courant très intense, associé à un champ magnétique. Grâce à la force de Laplace, un projectile conducteur placé entre ces deux rails subit alors une forte accélération, au point d’atteindre une vitesse de Mach 5 et de parcourir une distance d’environ 200 km.

Cependant, si cela semble facile en théorie, il en va tout autrement en pratique car la mise au point d’un tel canon suppose de relever plusieurs défis technologiques [contraintes mécaniques, matériaux, sources d’énergie, etc.]. L’US Navy a lancé des travaux pour se doter d’une arme électromagnétique dès le début des années 2000. Seulement, faute de crédits suffisants, son projet tourne au ralenti.

En attendant, il est suffisamment avancé pour intéresser le ministère japonais de la Défense, dont l’Agence dédiée aux acquisitions, à la technologie et à logistique [ATLA] développe un canon électromagnétique depuis 2016. En effet, la semaine passée, il a été rapporté qu’un responsable de cette structure avait été envoyé auprès de l’Office of naval Research [ONR] afin de bénéficier de son expérience en la matière.

« Il y a beaucoup à apprendre car beaucoup d’argent a été investi dans la recherche et de nombreux prototypes ont été réalisés », a ainsi justifié un haut responsable de l’ATLA, dans le pages du quotidien The Japan Times.

Cela étant, le Japon s’intéresse également aux travaux menés en Europe, en particulier par l’Institut de recherches franco-allemand de Saint-Louis [ISL], qui fut retenu en 2020 pour coordonner le projet PILUM [Projectiles for Increased Long-range effects Using ElectroMagnetic railgun], dans le cadre du Programme de recherches Action préparatoire sur la recherche en matière de défense [PADR] de l’Union européenne [UE].

En effet, le 30 mai, l’ISL a indiqué que les ministères japonais, français et allemand de la Défense venaient de signer un accord de type TOR [termes de référence] « ouvrant la voie à une coopération » sur la technologie des armes électromagnétiques.

« Les installations de canon électromagnétique à rails de l’ISL sont uniques en Europe », explique l’institut franco-allemand. Celui-ci dispose de « plusieurs démonstrateurs en laboratoire », dont le canon NGL-60 [New Generation Launcher], un lanceur de calibre 60 mm capable de tirer des projectiles de l’ordre du kilogramme, et le canon RAFIRA [RApid FIre RAilgun], un lanceur de calibre 25 mm pouvant tirer des salves de projectiles de petit calibre à des cadences de tir extrêmement élevées ».

De son côté, l’an passé, l’ATLA a effectué, pour la première fois au monde [en théorie, du moins, car on ignore l’état d’avancement des projets chinois dans ce domaine, ndlr] un essai de « tir avec canon électromagnétique » depuis un navire de la Force maritime d’autodéfense japonaise. A priori, cette arme afficherait une puissance d’au moins 5 mégajoules, ce qui est suffisant pour tirer des projectiles d’un calibre de 40 mm [pour 320 grammes] à la vitesse de 2230 m/s [soit Mach 6,5].

À noter par ailleurs que les armes électromagnétiques ne constituent pas le seul centre d’intérêt du Japon en Europe étant donné que celui-ci a récemment obtenu le statut d’observateur au sein de l’EuroDrone, le programme de drone MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] européen.

La France et l’Allemagne ont l’intention de nouer une coopération en matière de « frappes à longue portée »

La France et l’Allemagne ont l’intention de nouer une coopération en matière de « frappes à longue portée »

https://www.opex360.com/2024/05/30/la-france-et-lallemagne-ont-lintention-de-nouer-une-cooperation-en-matiere-de-frappes-a-longue-portee/


Parmi les arguments qu’ils ont avancés, les deux parlementaires ont notamment cité l’abandon ou la suspension de trois des cinq programmes majeurs lancés en 2017 par le président Macron et la chancelière Merkel. « Le programme de futur avion de patrouille maritime [MAWS] a été de facto abandonné à la suite de l’acquisition par l’Allemagne de cinq P-8A Poseidon auprès de Boeing. Les Allemands se sont également retirés du programme de modernisation de l’hélicoptère Tigre au standard 3. Enfin, le programme d’artillerie du futur « Common Indirect Fire System » [CIFS] a été repoussé à une date indéterminée », ont-ils détaillé.

Effectivement, le CIFS, qui prévoit le renouvellement des capacités en matière d’artillerie, ne se concrétisera pas avant 2045. Mais cela n’empêche nullement les industriels français et allemands de mener des travaux dans le cadre de projets financés par la Commission européenne, à savoir FIRES [Future Indirect fiRes European Solutions] et E-COLORSS [European COmmon LOng Range indirect Fire Support System], le second visant à « préparer une solution européenne » pour un nouveau lance-roquettes multiple.

Cela étant, le renouvellement des capacités terrestres de frappes dans la profondeur, qui reposent actuellement sur le LRU [Lance-roquettes unitaire] pour l’armée de Terre et le MARS II pour la Heer, est déjà engagé, la France et l’Allemagne suivant chacune leur propre voie.

Ainsi, la Direction générale de l’armement [DGA] a indiqué qu’elle lancerait un « partenariat d’innovation » afin de développer une capacité de « Frappe Longue Portée » et d’acquérir « au moins 13 » systèmes avant 2030. Pour ce projet, Safran s’est associé à MBDA tandis que Thales en a fait autant avec ArianeGroup. L’enjeu est de permettre à l’armée de Terre de frapper une cible située à 150 / 500 km de distance.

Côté allemand, d’après des documents évoqués en janvier par le Bundestag, il serait question d’une commande de systèmes EuroPULS, proposés par un tandem formé par KNDS Allemagne [ex-Krauss Maffei Wegmann] et Elbit Systems. En outre, MBDA Deutschland a développé le Joint Fire Support Missile [JFS-M], affichant une portée supérieure à 300 km et pouvant être mis en réseau.

À l’issue du Conseil franco-allemand de défense et de sécurité, qui a conclu la visite d’État que vient de faire le président Macron en Allemagne, l’Élysée a publié un déclaration commune selon laquelle Paris et Berlin ont affirmé leur volonté de « renforcer la sécurité européenne et, plus largement, euro-atlantique, notamment grâce à des capacités de défense européenne solides et crédibles ».

Aussi, poursuit le texte, « la France et l’Allemagne continueront à contribuer aux discussions sur le développement de l’industrie de défense européenne, à combler leurs lacunes stratégiques et à réduire leur dépendances technologiques et industrielles ». À ce titre, les deux pays ont annoncé qu’ils engageraient, « avec leurs partenaires », une « coopération générale et inclusive à long terme dans le domaine des frappes à longue portée », ce qui « suppose de renforcer la base industrielle et de défense européenne pour améliorer leurs capacités militaires ».

Ayant pourtant l’habitude de se faire l’interprète des intentions présidentielles, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, n’a guère été plus précis sur cette coopération « dans le domaine des frappes à longue portée ».

Cela étant, celle-ci avait été évoquée par Boris Pistorius, son homologue allemand, lors d’une conférence de presse commune donnée en mars dernier au sujet du Système principal de combat terrestre [MGCS – Main Ground Combat System].

En effet, il avait indiqué avoir reçu un mandat pour faire « progresser le développement de missiles pour des frappes à longue portée ». Seulement, sollicité par le site spécialisé Hartpunkt pour avoir plus de précision, le ministère allemand de la Défense s’était refusé à faire le moindre commentaire.

Par ailleurs, la France et l’Allemagne ont également rappelé « le rôle essentiel de la dissuasion nucléaire dans la sécurité de l’Europe et de l’Otan ainsi que le rôle dissuasif des forces nucléaires stratégiques indépendantes françaises et leur contribution importante à la sécurité globale de l’Alliance »… Enfin, il est aussi question « d’intégrer la brigade franco-allemande dans les plans de l’Otan ».

Drôle d’économie de guerre

The GRIFFON, Armored Multi-Role Vehicle (AMRV), is capable of carrying out a wide range of missions and meets the need to engage light units in the contact zone, particularly in the initial phases of an operation in various conditions.This combat vehicle comes from the scorpion program (GRIFFON, JAGUAR, SERVAL) of the industrialist NEXTER, and is presented in the Roanne factory, where the assembly lines of the land combat vehicles from the SCORPION program are located. This program aims at modernizing the equipment of the French army. France, Roanne, February 19, 2022//KONRADK_konrad-027/2202211001/Credit:KONRAD K./SIPA/2202211004

 


Billet du lundi 20 mai 2024 rédigé par Jean-Philippe Duranthon membre fondateur et membre du Conseil d’administration de Geopragma.

Les historiens n’ont pas beaucoup aimé la drôle de guerre de 1939 ; apprécieront-ils la drôle d’économie de guerre dans laquelle nous vivons aujourd’hui ?

1/ Voilà deux ans qu’en inaugurant en juin 2022 le salon Eurosatory Emmanuel Macron a déclaré que la France était « entrée dans une économie de guerre ». Depuis, les cadences de production des armes n’ont pas été accrues à hauteur des espoirs affichés, les différentes entreprises des chaînes d’approvisionnement peinant à trouver les moyens humains et financiers permettant de changer brutalement de rythme. Mais la volonté politique est constamment réaffirmée et le ministre des armées n’a pas hésité à menacer les industriels de « réquisition », cette menace débouchant sur la publication d’un décret[1] : mais la publication d’un texte suffira-t-elle à résoudre les problèmes ?

L’Europe fait chorus. Toute occasion est bonne à Ursula von der Leyen pour rappeler que l’Union Européenne doit disposer de moyens militaires puissants, et les menaces de désengagement de l’OTAN exprimées par Donald Trump renforcent ce souhait. Aussi la Commission a-t-elle, le 5 mars dernier, présenté pour la première fois « une nouvelle stratégie pour l’industrie européenne de la défense pour préparer l’Union à toute éventualité en la dotant d’une industrie européenne de la défense réactive et résiliente[2] », dite EDIS[3], susceptible de déboucher sur un « programme européen pour l’industrie de défense », dit EDIP. Des plans, des acronymes, bientôt des délibérations : suffiront-ils à surmonter les difficultés ?

2/ Le problème est qu’en même temps, la France et l’Europe poursuivent une politique qui rend chaque jour plus difficile le financement des entreprises concernées, celles qui, selon l’expression consacrée, forment la « base industrielle et technologique de défense » (BITD[4]). De nombreux rapports officiels, en particulier de la Cour des Comptes ou du Sénat[5], ont fait état d’une « frilosité bancaire » qui trouve son origine dans des règlements européens et leurs transpositions nationales.

L’imagination normative bruxelloise a en effet trouvé dans les problématiques ISR et ESG[6] de nouveaux champs d’excellence, à travers de nombreux dispositifs dont les principaux sont la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD), la Sustainable Finance Disclosure Regulation (SFDR), la « taxonomie verte » accompagnée de ses labels, et les conditions mises pour bénéficier des avantages des « obligations vertes »[7]. Ces textes, dont la respectabilité des intentions ne peut être mise en doute, ne traitent pas spécifiquement des questions de défense mais obligent les financiers et les investisseurs à classer leurs investissements en plusieurs catégories et à accroître progressivement la part des plus « vertes » d’entre elles ; les activités militaires ne pouvant pas figurer dans les catégories à privilégier au regard des critères choisis, en particulier la transition climatique, les établissements financiers ont tendance à refuser de financer les projets les concernant, afin de ne pas rendre plus difficile le respect des proportions qui leur sont imposées, progressivement de plus en plus contraignantes. Certains, HSBC par exemple, n’hésitent pas à les exclure par principe. De même la BEI (Banque européenne d’investissement) s’interdit de financer des projets dans les secteurs de la défense et de la sécurité, alors même qu’aucun texte de l’oblige à agir ainsi. La Fédération Bancaire Française (FBF) ne nie pas cette « frilosité bancaire » et, pour compenser les effets sur les entreprises de la Défense de la réglementation européenne, évoque la possibilité d’un régime d’ « exception stratégique » ou la création d’« obligations de souveraineté » inspirées des green bonds.

Cette analyse vaut dans on contexte marqué par le fait que, depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, 78 % des achats réalisés dans le domaine de la défense par les pays de l’Union Européenne proviennent de l’extérieur de l’Union et en particulier, pour 63 %, des États-Unis.

Il n’y a donc pas de temps à perdre. Mais la cohérence entre le soutien affiché à l’industrie de défense et les choix communautaires n’est pas évidente.

3/ On aurait pu penser que, dans sa nouvelle stratégie de défense dite EDIS, la Commission se saisirait du problème. Or il faut attendre la page 29 (sur 36) du document pour que le problème soit abordé, et il l’est en des termes qui témoignent d’une grande naïveté ou d’une étonnante indifférence : « Le fait que certaines activités industrielles dans le domaine de la défense n’aient jusqu’à présent pas été incluses dans la taxinomie environnementale de l’UE ne préjuge pas des performances environnementales des industries de la défense et ne devrait donc pas avoir d’incidence sur leur accès à des financements. » La Commission ne s’interdit pas d’écrire à côté que « L’industrie de la défense améliore la durabilité, eu égard à sa contribution à la résilience, à la sécurité et à la paix. » (A ce compte-là un facétieux aurait pu écrire que se doter d’une armée puissante réduit les risques de conflit, donc de destruction d’espèces vivantes, notamment humaines, et contribue par conséquent à la préservation de la biodiversité). Une façon originale de faire semblant de ne pas voir le problème.

Plutôt que s’attaquer à celui-ci la Commission préfère faire appel aux mêmes recettes que d’habitude, c’est-à-dire

– demander aux Etats-membres de s’associer pour concevoir et produire ensemble leurs armes ;

– favoriser les achats d’armes au niveau communautaire plutôt que national ;

– mettre en place des mécanismes bureaucratiques (fonds de soutien aux projets de mutualisation et instances de discussion/concertation/harmonisation) pour gérer l’ensemble.

Tout cela donne l’impression que l’objectif n’est pas tant l’efficacité de la politique proposée que la possibilité de la mettre en œuvre au niveau communautaire.

L’Europe aurait tout intérêt à développer ses capacités, militaires ou autres, en s’appuyant sur ses champions actuels, en les aidant à accroître leur efficacité et à conserver leur excellence technologique. Elle préfère n’être qu’une grosse machine d’aspiration des compétences nationales, de redistribution entre les États et d’édiction de normes, quitte à ce que celles-ci accroissent les coûts et fragilisent les entreprises.

Il s’agit vraiment d’une drôle d’économie de guerre. Et ce n’est vraiment pas drôle.

19 mai 2024

Jean-Philippe Duranthon, Membre fondateur et membre du conseil d’administration de Geopragma


[1]https://www.legifrance.gouv.fr/download/file/pWdeY48hV40FEZB4C3XyDEz_YKvnMt_Q79svGv-m-Rk=/JOE_TEXTE

[2] https://defence-industry-space.ec.europa.eu/document/download/7b45e1f7-33f7-4f28-bcd8-70be10d213af_en?filename=JOIN_2024_10_1_FR_ACT_part1_v2.pdf

[3] EDIS = European Defence Industrial Strategy, EDIP = European Defence Industrial Programme.

[4] Si vous préférez parler bruxellois, utilisez l’acronyme EDTIB pour European Defence Technological and Industrial Base. On estime généralement que la BITD compte 4000 entreprises et 200 000 personnes et qu’elle génère 15 Md€ de chiffre d’affaires ; la Commission européenne chiffre à 500 000 personnes l’effectif de l’EDTIB et à 70 Md€ son CA.

[5] Voir en particulier le rapport déposé le 24 mai 2023 par Pascal Allizard et Yannick Vaugrenard, « Renseignement et prospective : garder un temps d’avance, conserver une industrie de défense solide et innovante » :  https://www.senat.fr/notice-rapport/2022/r22-637-notice.html. Voir aussi l’avis présenté le 27 février 2024 par Cédric Perrin sur la proposition de loi relative au financement des entreprises de l’industrie de défense française : https://www.senat.fr/rap/a23-363/a23-3631.pdf

[6] ISR = investissement socialement responsable ; ESG = critères environnementaux, sociaux et de gouvernance.

[7] Ou green bonds.

KNDS France reconduit à la tête d’un effort européen sur les munitions d’artillerie de demain

KNDS France reconduit à la tête d’un effort européen sur les munitions d’artillerie de demain


Une cinquantaine de projets de R&D collaboratifs ont été sélectionnés ce jeudi pour un financement du Fonds européen de la défense (FEDef). L’un d’entre eux, coordonné par le pilier munitionnaire de KNDS France, permettra de progresser sur les munitions d’artillerie de demain. 

Comme son nom l’indique, « Future Indirect fiRes European Solution 2 » (FIRES 2) s’inscrit dans la continuité d’un effort lancé en 2021 via le programme européen de développement industriel dans le domaine de la défense (EDIDP), précurseur du FEDef. Des travaux précurseurs soutenus à hauteur de 3,5 M€ et déjà pilotés par celui qui s’appelait encore Nexter Munitions. 

Trois ans plus tard, la plupart des acteurs de FIRES rempilent et montent d’un cran dans l’ambition et les moyens. Près de 27 M€ seront cette fois alloués par l’Europe, enveloppe portée à 32 M€ avec les contributions nationales. De quoi dépasser le stade initial des études et de la conception pour, durant trois ans, élargir l’effort à des activités de prototypage et d’essais. 

L’équipe, notamment étoffée de Thales LAS France et de BAE Systems Bofors, aura pour principal objectif de « développer une future famille de munitions dotées d’une portée et d’une précision plus élevée à l’horizon 2030 », pointe la Commission européenne. 

Centré sur l’appui-feu indirect, FIRES 2 vise à étendre la portée d’un obus de 155 mm jusqu’à 60 km et celle d’une roquette jusqu’à 150 km tout en conservant une erreur circulaire probable décamétrique. Un degré de performance que KNDS France cherche déjà à atteindre avec son obus de précision KATANA, en développement depuis 2018. 

À l’instar des 53 autres promesses de financement annoncées aujourd’hui, FIRES 2 « renforcera l’indépendance et la compétitivité de l’UE face aux marchés concurrents en créant des alternatives internes rentables basées sur les points communs et l’interopérabilité entre les technologies existantes et futures », commente la Commission européenne.

A PROPOS DU MGCS (EPISODE…..)

A PROPOS DU MGCS (EPISODE…..)

par Blablachars – publié le 6 mai 2024

https://blablachars.blogspot.com/2024/05/a-propos-du-mgcs-episode.html


Vendredi dernier, les ministres concernés ont signé l’accord d’engagement de la phase 1A du programme MGCS. Cette “véritable étape” selon Boris Pistorius dans le développement de cet engin qui ne sera pas “le char du futur, mais le futur du char” selon Sébastien Lecornu a entrainé la publication de nombreux commentaires et vues d’artiste,  qui ont permis à l’imagination de chacun de se faire une idée de la “gueule” ce futur système de systèmes. L’accord de vendredi a également livré de nombreuses informations sur ce programme. Fidèle à ses habitudes, c’est après quelques jours de réflexion que Blablachars vous livre aujourd’hui ses commentaires sur le sujet, ajoutant ce nouveau post aux nombreuses publications du blog complétement blindé consacrées à cet engin.

Cet accord succède à une longue série de rencontres, de réunions et d’étapes décisives qui ont émaillé la vie de ce programme depuis son lancement en 2017. A cette occasion, la rhétorique employée de part et d’autre du Rhin a été quelque peu différente. Pour Sébastien Lecornu, c’est donc “le futur du char” que les deux pays veulent construire ensemble, précisant que “les Américains n’ont toujours pas commencé à réfléchir” au successeur de leur char Abrams, oubliant au passage le développement de l’Abrams X ou du M1E3, dont la mise en service précédera certainement celle du futur engin franco-allemand. Autre victime de la parole ministérielle, le T-14 avec lequel les Russes “ont essuyé des échecs” qui, en dépit de ses réelles difficultés représente une synthèse intéressante des avancées en matière de char, pour qui veut bien le considérer de façon objective, c’est à dire indépendamment de l’action des forces armées russes en Ukraine. Du côté allemand, le ton employé par Boris Pistorius est quelque peu différent, rappelant que le document signé devra passer par le comité des Finances du Bundestag et que “ce projet dépend du soutien des parlementaires“, comme tous les projets d’un montant supérieur à 25 millions, avant de rassurer son auditoire en précisant qu’il n’avait “aucun doute” sur le fait qu’il sera approuvé. Pour le ministre allemand, “il reste un long chemin à parcourir avant la mise en oeuvre, mais une étape importante a maintenant été franchie” même s’il reconnait qu’elle a été “précédée de plusieurs mois de négociations.” La différence de ton entre les deux ministres résume à elle seule la différence d’appréciation entre les deux partenaires et le futur du programme. Du côté français, on insiste sur le caractère disruptif et novateur du futur engin qui devra renvoyer dans les méandres des bureaux d’étude ses concurrents potentiels. Du côté allemand, le côté technologique est occulté au profit de l’aspect politique du programme, soumis à une indispensable approbation parlementaire. 

La signature de l’accord franco-allemand le 26 avril dernier

A côté de cette différence de commentaires, l’accord de vendredi nous apprend également que le ménage franco-allemand commencé à deux, puis élargi à trois est désormais un quatuor avec l’arrivée annoncée de Thales. La participation du géant français de la défense au programme MGCS avait déjà été évoquée il y a un an, à l’occasion des négociations sur la mise en place de la MILSA (MGCS Industrial Lead System Architecture). Pour cette étape la firme française présentait une double candidature, l’une sous son propre nom et l’autre au sein de la société TNS Mars créée en 2007 pour le programme Scorpion et au sein de laquelle on retrouvait Thales, Nexter et Safran. L’annonce de la prochaine étape du programme par le DGA (Délégué Général pour l’Armement) qui devrait intervenir dans les prochains mois nous apprend la création d’une structure chargée de conduire les activités industrielles. Si on connait la constitution de cette future entité baptisée “Project Company” qui doit réunir KNDS France et Allemagne, Rheinmetall et Thales SIX GTS, la création de cette société laisse en suspens de nombreuses interrogations relatives à la part des industriels concernés dans la réalisation des huit piliers et de l’élargissement éventuel du programme à un pays supplémentaire. Ce dernier point a d’ailleurs été évoqué par Boris Pistorius qui a indiqué que l’ouverture de MGCS à d’autres partenaires européens pourrait intervenir “sans doute plus tôt que prévu“, et “[qu’] il faut aller chercher d’autres partenaires“. On peut faire confiance à Berlin dont le leadership sur le programme a été officiellement reconnu, pour admettre dans ce projet des partenaires ad hoc, de préférence utilisateurs actuels ou futurs du Leopard et clients potentiels du futur engin, fidèle à la logique commerciale dans laquelle le MGCS doit s’inscrire. En dépit de ces interrogations, l’arrivée d’un quatrième partenaire français reste une bonne nouvelle et donne à ce projet un aspect plus équilibré, au moins sur le papier.  

Les huit piliers du programme MGCS

La communication qui a suivi la signature du MoU (Memorandum of Understanding) vendredi a permis de découvrir les huit piliers de ce programme et leur répartition entre les deux pays. Outre, le sursis accordé au règlement de l’épineuse question de de la fonction feu, la répartition présentée permet de constater que ce partage, mathématiquement équilibré recèle une importante dissymétrie dans la répartition. On s’aperçoit que les Allemands se sont appropriés deux des trois fonctions au coeur de la conception d’un char, à a savoir la mobilité et la protection, la troisième étant la fonction feu. Tous les chars sont le résultat d’un arbitrage entre ces trois fonctions effectué par les bureaux d’étude en fonction des demandes des militaires. Cette “attribution” à l’Allemagne de deux des trois fonctions essentielles du futur char n’augure rien de bon pour les arbitrages futurs, dans lesquels la partie allemande aura la primauté et pourrait ainsi imposer sa vision de la fonction feu.

RH-130 / 52 de Rheinmetall

Concernant cette dernière, il serait ici trop long de se lancer dans un comparatif entre les deux solutions proposées, Il suffit juste de se replonger dans l’histoire, pour (re)découvrir que le dernier projet de char franco-allemand avait échoué sur la question de la fonction feu, et plus précisément celle du canon. Dans ce projet initié à partir en 1956, les deux pays avaient chacun une solution, à savoir le canon de 105mm Cn-105-F1 pour la France et le canon L7 britannique pour l’Allemagne. A l’automne 1963, des évaluations placées sous la présidence  d’un colonel de l’armée blindée italienne se déroulent pour la partie tactique sur le camp de Mailly et à Bourges et Satory pour le volet technique. Le résultat de ces évaluations est résumé par le directeur de la Section technique de l’armée : “Si la supériorité du char AMX 30 a été nette et incontestable sur le plan de l’armement, il convient d’être plus prudent sur le plan du châssis, le char allemand ayant fait preuve de qualités de mobilité au moins égales à celles de son concurrent français”. En dépit de ce résultat, les Allemands accordent d’importants financements au développement du Standardpanzer (futur Leopard 1) armé du canon L7 et enterrent de facto le projet franco-allemand ! Cet éclairage “historique” doit amener à envisager avec beaucoup de prudence et de circonspection les futurs essais comparatifs annoncés pour l’armement principal du MGCS. 

Le canon Ascalon de KNDS France

Dans ce domaine, les premiers “coups” portés au canon français l’ont été par l’Office fédéral des équipements, des technologies de l’information et du soutien en service de la Bundeswehr [BAAINBw]  pour qui “le canon de 120 millimètres qui a la cote aujourd’hui n’a plus aucun potentiel de croissance“. Cet argument est exactement le même que celui présenté par Rheinmetall lors de la présentation du canon de 130mm en 2016 et repris lors de la dernière édition du salon Eurosatory, à l’occasion de la présentation du KF-51. L’organisme allemand souligne également la nécessité de ” trouver une arme puissante pour donner à des projectiles plus lourds une vitesse initiale plus élevée” reprenant sans les mentionner les arguments de la firme de Düsseldorf selon laquelle  une augmentation de calibre de 8% représente une augmentation de 50% des performances. La future compétition entre le Rh-130 allemand et l’Ascalon français pourrait être en outre être impactée par la très probable arrivée d’une ultime version du Leopard 2, évidemment équipée du canon de 130mm. Le développement de cette dernière déclinaison du best-seller allemand permettrait de combler le vide séparant le Leopard 2A8 de la mise en service du MGCS, dont les premiers exemplaires de série devraient apparaitre en 2045, soit dans une vingtaine d’années. Le développement de ce “char intermédiaire” permettrait également de démontrer les possibilités d’intégration du canon de 130mm sur les engins existants, pourrait entrainer une “généralisation” de ce calibre dans les armées européennes. Précédée par une commande de la Bundeswehr, elle permettrait d’inscrire cet engin et son canon dans le paysage blindé européen et faciliter la commercialisation du MGCS. Les seules interrogations subsistant autour de ce futur char résident dans la répartition des tâches entre les deux industriels allemands. En effet, s’il est quasiment certain que ce futur Leopard sera équipé d’une tourelle Rheinmetall, l’origine de son châssis reste plus incertaine. Pour celui-ci deux équipements sont envisageables : celui du Leopard 2 (propriété de KNDS Allemagne) et celui du Buffalo ARV (Armoured Recovery Vehicle) sur lequel Rheinmetall possède les droits de propriété intellectuelle et qui devrait servir de base au KF-51 EVOEn dépit du recul de l’échéance, le choix de l’armement principal du MGCS risque bien d’être un sujet de discorde entre les deux partenaires, à moins que l’un des deux ne capitule pour sauver le projet ! 

KF-51 EVO

Toutes ces informations relatives à “ce futur du char” ont eu le mérite de remettre (brièvement) cet engin et sono évolution sur le devant de la scène. Quelque soit l’avenir de ce programme, il est désormais urgent pour la France de réintroduire le char dans le débat et la pensée militaire. Au moment où la France s’engage de plus plus fortement dans le programme MGCS, il serait hautement souhaitable de recréer les conditions favorables à l’émergence d’une véritable réflexion “pluridisciplinaire” sur la chose blindée, qui puisse permettre à notre pays de se doter d’un “char employable” selon les termes de Marc Chassillan. L’urgence à faire émerger une telle structure est à la hauteur des défis qui se posent à notre armée et des investissement que la France se prépare à consentir pour le développement du MGCS. Celui-ci impose une véritable modernisation du Leclerc, rendue indispensable par le calendrier du programme franco-allemand et le retard que le char français est en train de prendre, malgré ses qualités fondamentales et ses performances initiales. La mise sur pied d’une telle structure répondrait également aux voeux du CEMAT pour qui ce “processus à l’œuvre derrière tout projet capacitaire : celui d’une maturation […] où ce temps consacré à préparer le projet est un gage de stabilité et de réussite, […] à l’abri du tempo et du fracas médiatiquesans oublier les rigidités culturelles qui ont empêché l’émergence de toute réflexion depuis plusieurs décennies.

La politique européenne de défense, un chantier toujours en cours

La politique européenne de défense, un chantier toujours en cours

La politique de sécurité et de défense commune (PSDC) de l’Union européenne, active depuis 2007, est l’aboutissement d’un processus bien plus ancien. Indissociable de l’OTAN, elle est aujourd’hui confrontée au défi d’une industrie de défense européenne.

Visuel de représentatif de la politique européenne de défense

 

IHEDN – publié le 22 avril 2024

https://ihedn.fr/2024/04/22/la-politique-europeenne-de-defense-un-chantier-toujours-en-cours/


Cette semaine, l’IHEDN accueille à Paris un module du 19e Cours de haut niveau de la politique de sécurité et de défense commune (PSDC), organisé par le Collège européen de sécurité et de défense. C’est l’occasion de se pencher sur la PSDC, un outil important mais méconnu du grand public, qui s’inscrit dans une volonté ancienne de constitution d’une défense européenne.

1948, 1949 : ces deux années sont fondatrices pour la défense européenne telle qu’elle existe aujourd’hui. Le 17 avril 1948, la Belgique, le Luxembourg, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la France signent le traité de Bruxelles, fondant l’Union occidentale (UO) qui vise à instaurer une coopération militaire, économique, sociale et culturelle entre ces États. S’y ajoute une clause de défense mutuelle. Moins d’un an après, le 4 avril 1949, c’est la naissance de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN). Trois quarts de siècle plus tard, la PSDC de l’Union européenne, lointaine descendante de l’UO, est toujours étroitement liée à l’OTAN.

Ces deux entités sont nées dans un contexte tendu : fin de la Seconde Guerre mondiale, début de la guerre froide, bientôt la guerre de Corée… Après l’échec du projet de création d’une armée européenne sous commandement de l’OTAN dans le cadre de la Communauté européenne de défense (CED) en 1954, l’Alliance atlantique apparaît comme la solution préférée des États membres de l’UE pour leur défense commune. Ce qui ne les a pas empêchés de se doter d’outils communs.

UNE STRATÉGIE CAPACITAIRE, OPÉRATIONNELLE ET INDUSTRIELLE

En effet, la chute du bloc soviétique au début des années 1990 a conduit l’UE à renforcer largement sa capacité de défense. En 1992, le traité de Maastricht instaure l’Union européenne et la base sur trois « piliers », dont la politique étrangère et de sécurité commune (PESC). Dans ce cadre, le traité de Nice en 2001 lance la politique européenne de sécurité et de défense (PESD), à laquelle succède la PSDC après le traité de Lisbonne, signé en 2007.

Placée sous l’autorité du Haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, actuellement l’Espagnol Josep Borrell, la PSDC constitue une avancée conséquente dans la construction d’une Europe de la défense. À compter de 2016, elle est encore consolidée quand le Conseil européen valide la stratégie globale de l’Union. Trois axes sont identifiés pour l’approfondir :

  • Capacitaire : un examen annuel coordonné en matière de défense est instauré : en examinant les plans de défenses des États membres, il vise à mieux les coordonner. Surtout, la coopération structurée permanente (CSP) permet désormais aux membres qui le souhaitent de développer des projets en commun ;
  • Opérationnel : création d’une capacité militaire d’opération et de conduite puis, pour les membres qui le souhaitent, d’une initiative européenne d’intervention ; les groupements tactiques de l’UE, créés en 2007, peuvent en être l’instrument ;
  • Industriel et financier : adoption du plan d’action européen de la défense, visant à renforcer la base industrielle et technologique de défense européenne (BITDE).

24 OPÉRATIONS EN COURS ACTUELLEMENT

Depuis 2021, l’UE travaille aussi à la mise en place d’une boussole stratégique. La PSDC est aujourd’hui dotée d’un comité militaire (UEMC), d’un état-major (EMUE), et de plusieurs entités comme l’Agence européenne de défense (AED), le Fonds européen de la défense (rattaché à la Commission), un institut d’études et de sécurité (ISS), une agence de renseignement (le Centre de situation et du renseignement de l’Union européenne) et même d’une agence de satellites (le Centre satellitaire de l’Union européenne). À l’heure actuelle, pas moins de 24 opérations sont menées dans le cadre de la PSDC, dont 10 strictement militaires et une civilo-militaire, en Ukraine, Bosnie-Herzégovine, en Libye, en mer Rouge, en Somalie, au Mozambique…

Reste que parmi les 27 membres de l’UE (tous impliqués dans la PSDC depuis que le Danemark l’a rejointe en 2022), 23 sont aussi membres de l’OTAN. Or, « dans un contexte de guerre en Europe, guerre d’agression russe menée « sous voûte nucléaire », l’intuition de la vaste majorité des États membres est de s’engager davantage au sein de l’OTAN », constate Johanna Möhring, chercheuse associée au Centre Thucydide de l’université Paris II-Panthéon Assas et au Center for Advanced Security, Strategic and Integration Studies (CASSIS) de l’université de Bonn (Allemagne). Ils entendent donc « renforcer ses capacités militaires, en dépit des fragilités potentielles de la garantie de sécurité, nucléaire et conventionnelle, des États-Unis au cœur de l’Alliance ».

Cette tendance se traduit aussi du côté de la BITDE, selon la chercheuse : « Malgré de nouvelles initiatives et des outils d’incitation financière encourageant l’achat d’armement et l’investissement dans le domaine de la défense européenne, on constate une baisse des achats conjoints entre Européens, et une hausse spectaculaire d’acquisitions d’armements extra-européens, notamment américains, dans les dernières années. »

JOHANNA MÖHRING : « L’ENJEU CENTRAL ACTUEL EST L’INDUSTRIE DE DÉFENSE »

Alors que certains spécialistes prédisent qu’une élection de Donald Trump en novembre pousserait les membres de l’UE à renforcer la PSDC, Johanna Möhring n’est pas de cet avis : « Une présidence Trump 2 augmentera encore les efforts européens d’investissement au sein de l’OTAN. »

Pour elle, le dossier le plus crucial reste la dimension industrielle : « L’enjeu central actuel est la question de l’industrie de défense, qui conditionnera notre capacité à agir de façon autonome à l’avenir. Beaucoup dépend donc d’une dynamique se saisissant des outils UE existants et futurs et d’un soutien des capitales-clés pour une politique industrielle de défense européenne, ce qui est loin d’être une certitude. »

En attendant, relève la chercheuse, « la dissuasion et la défense conventionnelle » de l’UE sont « exclusivement pensées dans le cadre de l’OTAN ».

Armement: pourquoi la France a commandé des milliers de drones kamikazes

Armement: pourquoi la France a commandé des milliers de drones kamikazes

Sébastien Lecornu. Photo Samuel Kirszenbaum

Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, a récemment annoncé un renforcement significatif de l’arsenal français avec la commande de 2000 drones kamikazes. Cette décision stratégique a été révélée lors d’une visite à l’entreprise Delair, située à Labège, près de Toulouse. Ce choix illustre l’importance croissante que revêtent ces technologies dans les stratégies militaires modernes, notamment en raison de leur utilisation intensive par l’Ukraine face aux tactiques de guerre électronique et de brouillage GPS des forces adverses.

L’annonce de cette commande massive de drones kamikazes intervient alors que l’Ukraine, actuellement en manque d’obus, utilise de plus en plus ces appareils dans ses opérations militaires. Les drones, notamment ceux adaptés à partir de modèles civils pour transporter des charges explosives, jouent un rôle clé sur le terrain. La France, en observant l’utilisation efficace de ces drones par l’Ukraine, cherche à améliorer ses propres capacités dans ce domaine. Selon certains médias, une partie de la commande française est d’ailleurs destinée à Kiev.

Les modalités de cette commande sont également un indicateur de la volonté française d’accroître rapidement ses capacités militaires. Deux consortiums, impliquant des PME et de grands groupes de défense, ont été sélectionnés pour fournir ces drones. Ils proposent des solutions innovantes, comme des drones à voilure tournante, qui améliorent la manœuvrabilité et l’efficacité en milieu urbain, crucial pour les opérations contemporaines.

La dimension industrielle de cette commande est également notable. Le projet Colibri, sous lequel s’inscrit cette commande, vise à développer des munitions télé-opérées capables d’opérer sur un rayon de 5 km pour un coût inférieur à 20 000 euros par unité. Cette initiative reflète un effort significatif de rationalisation des coûts et d’efficacité opérationnelle. Les premières livraisons sont prévues pour 2024-2025, marquant un jalon important dans le renforcement des capacités militaires françaises.

Le choix de Delair comme partenaire privilégié pour cette commande souligne la compétence française en matière de technologie drone. Sébastien Lecornu a loué cette PME pour sa capacité à répondre rapidement aux exigences militaires, qualifiant Delair de modèle en économie de guerre. Delair a non seulement réussi à augmenter sa cadence de production mais a aussi collaboré avec des partenaires ukrainiens pour envisager une production locale.

Cette décision stratégique de la France de commander des milliers de drones kamikazes révèle une adaptation aux réalités modernes du conflit armé, où la technologie et la rapidité de déploiement sont devenues des axes centraux de la supériorité militaire. En s’appuyant sur les retours d’expérience de l’Ukraine et en renforçant sa propre production, la France cherche à rester à l’avant-garde de la technologie militaire, tout en soutenant ses alliés en temps de crise.