Près de Perpignan, Marco* raconte ses années au service de l’espionnage français

Près de Perpignan, Marco* raconte ses années au service de l’espionnage français

par Célia Lespinasse – Made in Perpignan – publié le 16 janvier 2024

https://madeinperpignan.com/perpignan-marco-raconte-ses-annees-au-service-de-lespionnage-francais/


Ils agissent dans l’ombre au nom de l’État français. Rattachée au ministère des Armées, la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) est le service secret. « Une grande boutique », comme aime l’appeler Marco*. Autrefois, il faisait partie des agents du Service Action, une unité militaire top secrète. Ce Perpignanais profondément amoureux de son pays nous dévoile son parcours sans détour.

Marco est entré dans l’armée par la petite porte. À seulement 17 ans, il fait ses armes au sein d’une unité parachutiste, déjà affiliée à des missions particulières. « J’avais déjà réalisé mon rêve, le reste ce n’était que du bonus. Je me souviens de cette fierté quand je suis sorti de l’école des troupes aéroportées (ETAP) et qu’on m’a remis mon brevet de parachutiste. Pour moi, j’avais réussi ma vie », confie l’ex-militaire« J’ai des brevets qui font rêver les soldats de l’armée française et pourtant je regarde toujours mon premier brevet de parachutiste avec les yeux qui brillent. » 

Agent secret, un rêve devenu réalité

Après avoir servi dix années comme parachutiste, le jeune soldat se rêve agent du Service Action de la DGSE. Certaines unités des forces armées sont spécifiquement dédiées aux opérations de la Direction générale de la sécurité extérieure. Ces unités viennent piocher au sein des différents corps de la Défense nationale, des profils qui les intéressent. Une première sélection qui fait l’objet de tests pointus. Rien n’est laissé au hasard : psychologie, mémorisation, culture générale, aptitudes physiques…

Ces tests fournissent des informations sur les capacités des volontaires, à réaliser des missions en quasi-autonomie, y compris au niveau de la prise de décision. Les nouvelles recrues ont des capacités en langue, des connaissances en géopolitique et savent manier du matériel de communication complexe. 

Quand l’agent Marco intègre l’unité spéciale de Perpignan

« J’ai voulu intégrer une unité du Service Action de la DGSE, ce qui s’est fait par le biais d’une demande très particulière, une mutation spécifique. La particularité de l’unité de Perpignan c’est qu’il n’y a pas d’écusson bleu, blanc, rouge sur votre épaule. Il s’agit d’une unité clandestine. Il n’y en a que trois en France. »

L’unité de Perpignan intervient sur des théâtres d’opérations aux quatre coins du monde, de l’Arctique, à la jungle, en passant par le désert. Elle est dirigée par le directeur général de la DGSE, qui prend ses ordres directement du chef de l’État. « J’ai passé les tests et j’ai été reçu », raconte Marco. « Mais ce n’est pas parce qu’on a réussi les tests qu’on va y rester ! » Malgré une formation déjà très longue et éprouvante, les recrues remettent le couvert pendant un cycle d’une année complète, afin d’acquérir tous les savoir-faire pour servir cette unité hors norme.

Durant 365 jours, les soldats sont démilitarisés et surentrainés. « On conserve tout leur savoir-faire mais on les démilitarise dans leur posture. Lorsque l’on vous envoie quelque part, il faut que vous soyez invisible. Lorsque l’on est militaire, on est souvent trahi par une assise particulière. » En clair, exit l’image d’un homme au crâne rasé, parfois bourru et toujours en alerte.

Les limites de l’espionnage sans cesse repoussées

L‘ensemble des protocoles inculqués aux futurs agents leur permet de travailler dans un pays, sans apparaître suspects aux yeux de leurs interlocuteurs sur le terrain. Ces derniers doivent agir de manière calme, posée et être certains que leur action n’a pas été décelée. « C’est un apprentissage qui permet d’évoluer dans un pays avec une légende, avec un prétexte, mais pour quelque chose. Plus précisément, on nous demande de réaliser la mission avec la certitude de ne pas avoir été découvert. » 

Marco a réalisé de nombreuses missions en solo ou en petite équipe, dans un pays qu’il ne connaissait pas. « Il est impossible de tomber dans la paranoïa, qui est dangereuse. Lors de nos stages de formation, nous avons des mises en situation très proches de la réalité. Nous gardons le contrôle sur tout. » Tous les domaines dans lesquels les agents sont amenés à évoluer sont proposés lors des modules de stages. « Il est essentiel d’acquérir un socle de connaissances solides pour éviter de se retrouver dans des situations par méconnaissance des us et coutumes d’un pays étranger », poursuit-il.

Les agents participent à des séances d’entraînement qui n’existent pas dans l’armée française. « On s’entraîne à balles réelles »,  souffle l’agent. « Toutes les limites réglementaires qui sont mises dans l’armée, nous sommes capable de les repousser. » Au risque de décevoir les fans, les gadgets à la James Bond n’existent pas vraiment. « Nous avons ce qui se fait de mieux en termes de tenue d’armement et de transmission. Ce ne sont pas des gadgets mais un équipement très spécifique que l’on adapte sur du matériel qui n’existe nulle part ailleurs. » 

« Dans ce métier, la peur est présente »

À partir de la mission qui leur est confiée, les agents élaborent dans les moindres détails les étapes de leur intervention. Ils sont les seuls concepteurs de leur mission, qui est présentée en amont au patron du Service Action et « des personnes ayant le besoin d’en connaître », à Paris. « Ce qui est important dans ces opérations, c’est de conserver l’initiative. Tout ce que vous devez faire a une importance, car le diable se cache dans les détails. »

Selon Marco, chaque décision peut avoir, par effet papillon, des conséquences catastrophiques. « Une phrase de trop, un mauvais comportement et vous êtes repéré. Si c’est le cas, la cavalerie ne viendra pas vous chercher », prévient l’agent. En fin de compte, le temps passé à nourrir sa légende, à construire son personnage est tout aussi important que le temps consacré à l’action. 

« On rentre dans cette unité parce que c’est profondément ancré dans notre ADN », assure Marco. Les agents doivent être créatifs et imaginatifs afin de répondre aux cas non conformes et d’élaborer les scénarios d’entrée et de sortie de leur mission. « À l’issue de la présentation d’une mission, il y a quand même une moulinette derrière, les gens qui décident de ces opérations veulent avoir des garanties. On engage l’État français, les membres de son équipe et sa propre vie. Il y a beaucoup de choses à prendre en compte et c’est ça qui est stimulant », jubile l’agent. 

« Dans ce métier, la peur est présente. Une personne qui n’a peur de rien, soit elle est folle, soit c’est une mythomane. Dans les deux cas, je ne travaillerais pas avec elle. » Bien souvent, Marco et ses équipiers ont craint ne pas revenir au complet d’une opération. Mais, d’après l’ex-agent, aucun métier ne mérite d’y laisser la vie. C’est une vocation, qui, dans le cas du militaire est née très tôt, lorsqu’il était âgé de six ans. « Le cousin de mon père était adjudant-chef dans une unité parachutiste. Un jour, il est passé nous voir en tenue camouflée avec un béret rouge, il rentrait de mission. Je m’en souviens comme si c’était hier, ça m’a fait un choc, je me suis dit je veux faire ça ! »

« Chaque départ en mission est un vrai dilemme »

Marco a toujours veillé à ne pas s’enfermer dans une caricature de militaire. Au sein de son unité, il a travaillé avec « des gens bien dans leurs pompes », bien en famille. « On est tous des papas, des maris aimants. Mais on a quelque chose à l’intérieur, qui nous dit qu’à un moment donné on est capable de quitter nos proches. » Ils s’écoulent parfois des mois sans que les agents aient la possibilité de donner des nouvelles à leur famille. « Des fois on a de la chance, on assiste aux naissances, puis des fois on rentre de mission et le gamin a déjà fait ses premiers pas et il ne reconnaît pas son père (…). J’ai eu la capacité d’hypothéquer la santé psychologique de ma femme et de mes enfants. »

« J’ai une épouse particulière. Elle est très forte, je n’aurais pas pu le faire sans elle », confie Marco. D’après l’agent, son métier s’adresse davantage aux célibataires. « D’un côté, c’est un métier de rêve parce qu’on s’éclate ! Quand on sait qu’il y a une mission qui se trame, on veut tout de suite la faire ! Mais quand vous vous dites ça, vous avez une boule à l’estomac car vous pensez à votre famille. Chaque départ en mission est un vrai dilemme. » Quand il annonce à son épouse qu’il va partir, Marco décèle la peur dans son regard. 

Bien que les agents connaissent leur mission sur le bout des doigts, ils ne sont pas l’abri d’un évènement impromptu. Les choses peuvent rapidement prendre une mauvaise tournure. « La nature de la mission, ce que l’on y fait, le pays où l’on travaille, nos proches ne sont pas au courant. » Les opérationnels sont placés dans une sphère hermétique et opaque pour protéger l’État français, leur famille et eux-même. « C’est important dans un monde où tout se sait et où tout se photographie. Il faut maintenir ce bouclier, c’est la seule garantie que l’on a de ne pas se retrouver en difficulté par rapport à la mission. » 

Une cellule familiale pulvérisée

En plus de leur identité de mission, les agents ont un pseudonyme interne, ce qui peut mener à des situations incongrues. « Il y a quelques années, mon épouse a retrouvé une amie d’enfance, qui elle aussi est mariée à un agent de la citadelle. Son nom ne me disait rien évidemment. Elle a décidé d’organiser un dîner. Quelle fut ma surprise quand je me suis retrouvé nez à nez avec mon adjoint ! », se remémore Marco.

Pendant des mois, les opérationnels vivent dans la démesure. Une vie souvent en décalage avec les problèmes du quotidien vécus par leurs proches, restés en France. « En fin de compte, on pulvérise la cellule familiale quand on s’en va et on la pulvérise quand on rentre », avoue Marco. Quand son épouse lui explique ses problèmes du quotidien, qui lui pèsent, l’agent se demande bien de quoi elle parle. « Moi je n’ai pas vécu ça, rester en vie chaque jour, c’était une performance. Mais ce décalage ramène sur Terre », assure-t-il. 

Marco s’est marié quand il est arrivé à Perpignan. Sa femme ne lui a jamais demandé d’arrêter, même si elle en avait envie tous les jours. Après dix années passées au Service Action, l’agent a choisi sa famille. « Prendre des décisions, c’est ce qui fait la qualité de l’être humain. Choisir c’est renoncer. À un moment donné, il y a un combat en interne qui se fait. » Une décision loin d’être anodine, au vu de l’investissement et des sacrifices réalisés pour servir cette unité à part entière. « Finalement, c’est ce que ma femme méritait. »

*prénom d’emprunt.

Les dossiers brulants des agents secrets français

Les dossiers brulants des agents secrets français

Guerre en Ukraine, déclassement de la France en Afrique, lutte antiterrorisme, campagnes de déstabilisation numérique menées depuis l’étranger. Les priorités ne manquent pas pour les agents de la DGSE.

par Frédéric Delmonte  avec AFP – mesinfos.fr – publié le

https://mesinfos.fr/75000-paris/les-dossiers-brulants-des-agents-secrets-francais-189926.html

Les dossiers brulants des agents secrets français

D. R. – Guerre en Ukraine, déclassement de la France en Afrique, lutte antiterrorisme. Les priorités ne manquent pas pour les agents de la DGSE.

Dans un monde plus incertain et agressif, les agents secrets français de la DGSE vont devoir muscler leur jeu. Les renseignements extérieurs français, dont le préfet Nicolas Lerner prend la tête en cette fin d’année, vont devoir accélérer leur mutation technologique dans un monde en plein bouleversement géopolitique, dans lequel l’Occident, et la France en particulier, sont en perte de vitesse. Ces dernières années, la DGSE a été sérieusement critiquée pour plusieurs échecs, notamment de ne pas avoir vu venir l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Elle n’a pas non plus anticipé les coups d’État successifs au Mali, au Burkina Faso et au Niger….

Nouveau patron, nouvelle stratégie à la DGSE

Le préfet Lerner, jusqu’à présent à la tête de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), se voit désormais confier la sécurité extérieure (DGSE), forte de quelque 7.000 personnes.

C’est la première fois que le dirigeant d’un service de renseignement intérieur prend la tête du renseignement extérieur du pays. Nicolas Lerner, énarque issu de la même promotion qu’Emmanuel Macron dont il est proche, avait été nommé directeur général de la sécurité intérieure en octobre 2018. Unanimement salué comme un “gros bosseur“, un “pro“, ce haut fonctionnaire discret de 45 ans a fait toute sa carrière au sein du ministère de l’Intérieur, essentiellement sur les questions de sécurité. La nomination de Nicolas Lerner met fin au mandat de Bernard Emié à la DGSE pendant plus de six ans.

Aperçu des enjeux de la décennie à venir du navire amiral du renseignement français.

Guerre en Ukraine, Taïwan, Hamas…

Guerre en Ukraine, tensions entre Chine et Taïwan, guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas, crise entre l’Occident et l’Iran… Les multiples conflits et points chauds mettent à mal les équilibres géopolitiques. Les armées françaises avaient identifié il y a quelques années le risque de retour d’affrontements militaires d’ampleur, meurtriers, coûteux et longs. Les deux dernières années l’ont confirmé.

Mais la DGSE n’a pas anticipé la guerre en Ukraine en février 2022 et cela lui a été reproché.Il y a une nécessité de regarder avec plus d’acuité ce qui n’a pu être anticipé et essayer d’analyser les soubresauts d’un monde compliqué à lire“, résume Alexandre Papaemmanuel, professeur à Sciences-Po.

Les armées françaises sont confrontées à de nouvelles menaces. (Photo D. R.)

Déclassement stratégique en Afrique

Chine, Russie, Iran et d’autres puissances remettent ouvertement en cause le droit international hérité de l’après-guerre. Dans le même temps, le Sahel, ancien pré carré post-colonial, est devenu un trou noir pour la France, chassée du Mali, du Burkina Faso et du Niger par des coups d’Etats militaires successifs sur fond de sentiment anti-français. Un déclassement stratégique dont la DGSE devra s’accommoder.

Comment faire pour compenser la perte quasi-totale d’influence et de crédibilité de la France dans le monde ?“, s’interroge Alain Chouet, ex-haut responsable de la DGSE. “Les gens qui me recevaient avec tapis rouge il y a 15 ans, je ne pourrais pas les voir aujourd’hui“.

La priorité de la lutte antiterroriste

Obsession absolue du renseignement français après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, et plus encore après ceux qui ont frappé la France en 2015-16 (Charlie Hebdo, le 13 novembre à Paris, Nice), la lutte anti-terroriste a désormais baissé dans l’ordre des priorités. Or les centrales jihadistes d’Al-Qaïda et du groupe Etat islamique n’ont plus la force de frappe du passé mais demeurent une menace réelle. Il faut aujourd’hui anticiper les nouveaux dangers “sans créer d’angles morts“, souligne Alexandre Papaemmanuel.

Réformer la DGSE

Entamée fin 2022, la réforme de la DGSE initiée par Bernard Emié, le directeur sortant, a restructuré les services. Nicolas Lerner devra l’inscrire dans la culture d’un “paquebot dont il est toujours difficile de modifier la route” mais qui sait “continuer à bosser” en s’adaptant aux réformes, selon Alain Chouet. Popularisée par la série télévisée “Le bureau des légendes”, la DGSE quittera en 2028 ses mythiques locaux du XXe arrondissement de Paris. Elle s’installera au Fort Neuf de Vincennes, sur une surface de 20 hectares, le double des capacités de son siège actuel.

Investir dans le renseignement technologique

La DGSE, qui reste à des années-lumières des capacités techniques de la NSA américaine, devra continuer à investir lourdement. La possible constitution d’une agence technique autonome, incluant cybersécurité et éventuellement cyberguerre, sur le modèle américain, est débattue sans faire consensus. Par ailleurs, l’intelligence artificielle révolutionne le secteur, avec en première ligne les grands acteurs privés américains (GAFA) ou chinois (BATX), aux moyens considérables.

Il faut fixer des règles cohérentes avec l’Etat de droit mais qui prennent en compte un monde en compétition dans lequel on veille à ne pas désarmer les démocraties“, prévient le député Thomas Gassilloud, membre de la délégation parlementaire au renseignement.

Coopération accrue entre agences de renseignements

Les activités des espions français ont longtemps été protégées par un épais rideau de fumée et une avalanche de tabous jusqu’à ce que les politiques s’emparent du sujet. Ils sont depuis 2007 placés sous le contrôle de la délégation parlementaire au renseignement, avec une Coordination nationale au renseignement (CNRLT) et une surveillance de ses activités via la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement (CNCTR).

La future DGSE devra à cet égard coopérer plus encore avec les autres agences, notamment le renseignement militaire (DRM) ou la DGSI, que le nouveau directeur connaît parfaitement. Bernard Emié aura contribué avec son successeur Nicolas Lerner à améliorer les relations souvent tendues entre la DGSE et la DGSI, le remplacement du premier par le second confirmant des liens décrits dans la communauté du renseignement comme très réguliers et professionnels.

La DGSE mise sur le recrutement d’officiers sous contrat spécialistes pour préserver sa militarité

La DGSE mise sur le recrutement d’officiers sous contrat spécialistes pour préserver sa militarité

https://www.opex360.com/2023/12/10/la-dgse-mise-sur-le-recrutement-dofficiers-sous-contrat-specialistes-pour-preserver-sa-militarite/


Ainsi, hors Service Action [SA], la DGSE comptait 29% de militaires dans ses rangs en 2008. Puis, cette proportion s’est lentement érodée durant les années suivantes, pour approcher désormais les 20%. Et cela, malgré plusieurs rapports parlementaires ayant mis en garde contre le risque d’une perte de la « militarité » de ce service de renseignement.

Lors d’une récente audition parlementaire, son directeur général, Bernard Émié, s’en était inquiété. « Lorsque j’ai pris mes fonctions, les militaires représentaient 25 % des effectifs, ils ne sont plus que 20 % aujourd’hui car les armées ne parviennent pas à mettre à notre disposition des personnels, non par manque de volonté mais par absence de ressources », avait-il déploré. Et d’ajouter : « Compte tenu de la hausse des effectifs, même si l’armée a maintenu son effort en valeur absolue, la composante militaire de la DGSE baisse. C’est un sujet de préoccupation car le service fait partie du ministère des Armées ».

Cette évolution est due à la combinaison d’au moins deux facteurs.

Les suppressions massives de postes au sein des armées, entre 2008 et 2014, ont ainsi réduit le vivier de recrutement de la DGSE, qui s’adressait aux sous-officiers possédant des qualifications particulièrement difficiles à trouver ailleurs que dans le monde militaire.

Dans le même temps, ayant besoin de compétences rares et de davantage d’ingénieurs, de mathématiciens et de techniciens pour ses spécialités techniques [cyber, chiffre, intelligence artificielle, big data, etc.], la DGSE a dû orienter son recrutement vers le monde civil.

Quoi qu’il en soit, la Loi de programmation militaire [LPM] 2024-30 appelle à inverser cette tendance, ou, du moins, à la contenir. « La militarité des services de renseignement relevant du ministère de la Défense conduit à préserver un équilibre entre personnels militaires et personnels civils, notamment à la DGSE », indique-t-elle en effet, sans toutefois préciser où il fallait placer le « curseur ».

Alors qu’elle devra compter 5987 postes en 2024 [soit 264 de plus par rapport à cette année], la DGSE connaît toujours des difficultés pour son recrutement.

« Le constat de la pénurie de techniciens et d’ingénieurs cyber touche toutes les composantes des armées au même titre que le marché de l’emploi civil. Plusieurs problèmes sont soulevés : l’attractivité des rémunérations, le développement d’une concurrence entre services et l’évaporation des compétences », avancent en effet les sénateurs Pascal Allizard et Gisèle Jourda, rapporteurs pour avis sur le programme 144 « Environnement et prospective de la politique de défense ».

« Concernant la DGSE, il a été indiqué lors de l’audition qu’une politique de recrutement proactive [présence dans les écoles, sur les salons et les réseaux sociaux] portait ses fruits. Sur la fidélisation des personnels, des efforts importants ont été réalisés sur la rémunération [alignement sur la grille mise en place par la DINUM du ministère des Armées], sur la formation et la valorisation des parcours professionnels. Cette politique a permis de réduire significativement le nombre des démissions, y compris sur les métiers en tension », poursuivent-ils. Pour autant, cela ne répond pas à la préservation de sa militarité…

Aussi, se disant « attachée à la préservation de son double ADN civil et militaire », expliquent les rapporteurs, la DGSE a commencé à « mettre en pratique » la « solution du recrutement d’officiers sous contrat ». Et d’ajouter : « Cela renvoie à la question plus générale de la politique de recrutement des armées abordée dans le cadre du programme 212 « Soutien de la politique de défense ».

Cela étant, le processus de recrutement, qui s’adresse aux titulaires d’un diplôme de niveau minimum Bac +3, est assez long puisqu’il s’étend sur six à huit mois. Pour rejoindre la DGSE en tant qu’officier sous contrat spécialiste [OSC/S], il faut d’abord envoyer un curriculum vitae et une lettre de motivation à un Centre d’information et de recrutement des forces armées [CIRFA], qui les transmettra au service.

Le cas échéant, le candidat aura des entretiens avec un chargé de recrutement de la DGSE, qui aura à évaluer ses compétences et ses motivations. Puis il fera l’objet « d’études psychologique et de sécurité », avant de passer des tests d’aptitude militaire. Ces étapes franchies, il pourra signer un contrat d’engagement « correspondant à l’armée et à la fiche de poste DGSE choisies » et entamer sa formation militaire initiale dans une école d’officiers [Saint-Cyr Coëtquidan, École navale de Brest ou Salon-de-Provence].

La durée de cette dernière varie selon l’armée d’appartenance : elle est de douze semaines pour l’armée de Terre et l’armée de l’Air & de l’Espace alors qu’elle est de seulement trois semaines pour la Marine nationale.

Sur son site Internet, la DGSE précise que la durée du contrat d’OSC/S est de quatre à cinq ans. Mais celui-ci peut être « renouvelable jusqu’à vingt ans » [cela dépend de la gestion du personnel de l’armée d’appartenance, ndlr].

Un ex-militaire, auteur d’un livre sur la DGSE, mis en examen pour divulgation du secret défense

Un ex-militaire, auteur d’un livre sur la DGSE, mis en examen pour divulgation du secret défense

par Philippe Chapleau – Lignes de défense – publié le 24 septembre 2023

https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/


Dans un post du 27 mai, j’avais signalé la parution d’un ouvrage consacré à la DGSE. Il s’agissait du livre Espion. 44 ans à la DGSE de Richard Volange (un pseudo) sorti chez Talent Editions (288 pages, 21,90€).

Cet ancien militaire a été mis en examen jeudi à Paris, notamment pour détournement et divulgation du secret de défense nationale. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Contrairement à ce que j’écrivais dans une première version de ce post, l’ancien espion a été interpellé le 12 septembre par des policiers de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon une information du Canard Enchaîné. Son conseil, Me Emmanuel Ludot, a confirmé cette mise en examen, prononcée vendredi 15 septembre.

Selon Le Canard Enchaîné, ce sont les détails livrés sur la traque et la capture de Peter Cherif, vétéran du djihad français, en 2018 que lui reproche la justice. Me Ludot a simplement confirmé qu’était reproché à son client “le contenu de son livre”. 

Quelques mots sur le livre:
Entré à 19 ans dans les services secrets grâce à son père, lui-même agent, il va y rencontrer sa future femme et son futur beau-père; d’où le titre du chapitre 1: “la DGSE, une histoire de famille”. D’archiviste à agent de terrain, de Paris à Djibouti, Richard Volange (un nom d’emprunt bien sûr mais assez transparent), comme le dit l’éditeur, a eu une carrière exceptionnelle, qui l’a mené au coeur de la politique française en Afrique et de ses erreurs. L’auteur totalise dix ans aux Archives, trois à la section Europe, une vingtaine au “secteur N” -le service Afrique- de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure), dont quinze sur le terrain, de la Centrafrique au Burundi, en passant par la République du Congo. Son livre, dont les dernières pages sont amères, mérite bien quelques heures d’une lecture qui rappellera à certains quelques bons souvenirs des Congo, d’Angola et d’autres lieux exotiques.

CF. site de la FNAC:

https://www.fnac.com/a17736893/Richard-Volange-Espion-44-ans-a-la-DGSE

LPM 2024-2030 : Audition de Bernard Emié, Directeur de la sécurité extérieure

LPM 2024-2030 : Audition de Bernard Emié, Directeur de la sécurité extérieure

M. le président Thomas Gassilloud. Monsieur le directeur général de la sécurité extérieure, le Président de la République a annoncé une augmentation de près de 60 % des crédits consacrés au renseignement dans le cadre du projet de loi de programmation militaire 2024-2030. Parmi les six services du premier cercle, trois dépendent du ministère des armées : la DGSE, la direction du renseignement militaire (DRM) et la direction du renseignement et de la sécurité de la défense (DRSD). Le rapport annexé au projet de LPM chiffre les besoins programmés pour le renseignement à 5 milliards d’euros sur la période, sans préciser davantage la répartition des crédits.

Les défis que doit relever la DGSE sont nombreux et importants. Vous devriez déménager dans un nouveau siège au Fort-Neuf de Vincennes en 2028 ; vous devez également poursuivre une politique de recrutement ambitieuse. Je pense aussi à la montée en puissance sur la cyberdéfense.

Par ailleurs, quatre articles normatifs contenus dans le projet de LPM sont placés sous le signe du renseignement et de la contre-ingérence. En quoi l’adoption de ces articles devrait-elle faciliter les missions de la DGSE ?

M. Bernard Émié, directeur général de la sécurité extérieure. La DGSE est le seul service secret spécial de la France, l’héritier du combat clandestin de la France libre ; c’est un service républicain et démocratique attaché avant tout à maintenir l’indépendance et la souveraineté nationales. Il est devenu l’une des clés de l’autonomie stratégique de ce pays grâce aux investissements matériels et humains voulus depuis plusieurs années par nos autorités et votés par le Parlement.

Le Président de la République, lors de ses vœux aux armées le 20 janvier 2023, a clairement rappelé que la précédente LPM, pour les années 2019 à 2025, avait été parfaitement exécutée. Elle visait à réparer les armées, à sortir de la logique de pénurie et à leur redonner le souffle, les leviers d’action ainsi que les moyens dont elles ont besoin. La nouvelle loi de programmation militaire devra, elle, transformer les armées.

L’un des axes majeurs de cette transformation, c’est la consolidation du cœur de notre souveraineté. Des capacités accrues de renseignement doivent permettre d’anticiper les crises ou les menaces et ainsi offrir à nos armées une autonomie de décision et d’action. Le Président de la République réaffirme ainsi que le renseignement constitue l’une des grandes fonctions stratégiques de la souveraineté.

Ces capacités sont critiques dans notre équation stratégique internationale. Les livres blancs de la défense et de la sécurité nationale, en 2008 puis en 2013, comme les revues stratégiques nationales de 2017 et de 2022 l’ont tous dit : le renseignement est l’une des clefs de l’autonomie de la France, de sa souveraineté et de son influence dans le monde.

À l’image de ce qui s’est passé chez nos alliés anglo-saxons, c’est une fonction qui s’est professionnalisée et renforcée depuis plusieurs années.

Les capacités très particulières de la DGSE apparaissent depuis plusieurs années comme toujours plus nécessaires à nos décideurs dans un monde marqué par des guerres hybrides. La DGSE peut agir là où les moyens conventionnels de l’État ne peuvent pas opérer, dans un environnement généralement non permissif, souvent hostile et dans la plupart des cas sans autre appui que celui qu’elle peut elle-même fournir à ses agents. Nous sommes le seul service spécial et secret de la communauté du renseignement : certaines de nos actions ne peuvent pas être assumées, ne peuvent pas être revendiquées, ne peuvent pas être imputées à l’État. Cela nous différencie de tous les autres services de renseignement : nous avons la responsabilité de l’action secrète de l’État, ce qui est de plus en plus difficile dans un monde qui promeut la transparence comme une valeur en soi.

Nous disposons pour accomplir ces missions d’une organisation unique, d’un modèle dit « intégré » qui regroupe sous une seule autorité une combinaison de moyens clandestins de recueil de renseignements. Ces moyens sont à la fois humains – la recherche de sources –, techniques – les interceptions sous toutes leurs formes – et opérationnels – les capacités d’entrave. Nous pouvons ainsi agir en fonction des orientations que nous recevons.

Nous sommes aussi prestataires de services pour toute la communauté du renseignement. Nous sommes notamment le chef de file du renseignement d’origine électromagnétique, autrement dit le senior SIGINT de la communauté du renseignement, et c’est dans ce domaine que nos capacités sont principalement utilisées. Cela représente un gros tiers de nos budgets. Si j’étais prétentieux, je dirais que la DGSE est une petite NSA, l’Agence nationale de sécurité des États-Unis, ou une petite GCHQ, son équivalent britannique : depuis les années Chirac et Jospin, la France a choisi un modèle intégré au sein de la DGSE. Quand vous votez des crédits à la DGSE, c’est donc l’ensemble de la communauté du renseignement qui en bénéficie.

Notre place s’est renforcée, ces dernières années, au sein de nos institutions. Nous avons connu une profonde transformation de nos moyens, de nos missions, de notre organisation. L’État a voulu développer ses capacités clandestines uniques de renseignement et d’action pour renforcer notre autonomie stratégique.

Cette transformation a été rendue possible par l’augmentation des moyens votés dans les précédentes lois de programmation militaire. La prochaine LPM poursuivra ces efforts, qui seront ainsi continus et cohérents.

Quatre objectifs nous étaient assignés dans la LPM 2019-2025. Le premier était d’investir davantage dans le cyberespace, front stratégique majeur sur lequel nos capacités restaient très inférieures à celles de nos principaux partenaires étrangers. C’est largement fait, mais il faut poursuivre. Le deuxième était de préserver notre autonomie technique au profit de l’ensemble de la communauté du renseignement, dans un monde où les technologies connaissent un développement exponentiel : c’est une véritable muraille, complexe à appréhender. Nous devons être la locomotive technologique de la communauté du renseignement. Le troisième était de renforcer le renseignement stratégique, particulièrement dans les domaines identifiés comme prioritaires du contre-terrorisme, de l’anticipation géopolitique, de l’économie ou encore de la lutte contre l’immigration irrégulière. Le quatrième était de consolider la résilience du service, ce qui impliquait notamment de nous doter enfin d’infrastructures dignes d’un service de renseignement du XXIe siècle.

Dans cette optique, la DGSE a bénéficié d’une forte augmentation de ses effectifs et a pu renforcer les domaines du traitement des données collectées, de la recherche humaine et du domaine cyberstratégique. La LPM 2019-2025 prévoyait un renfort de 772 emplois équivalents temps plein (ETP), auxquels est venu s’ajouter 360 ETP pour renforcer nos capacités cyber. Ces actualisations de la trajectoire initiale ont ainsi porté l’effort à 1038 effectifs supplémentaires sur l’ensemble de la période.

La DGSE, qui comptait, hors service action, 4 400 agents en 2008, en compte près de 6 000 aujourd’hui. À titre de comparaison, le MI6 britannique et le GCHQ comptent bien davantage d’agents, à périmètre identique. C’est un choix politique, opéré par les gouvernements successifs. Je considère que les moyens dont nous disposons nous permettent d’accomplir nos missions.

La DGSE a bénéficié d’une dotation élevée dans la LPM 2919-2025. La moyenne actuelle des crédits sur cette période a augmenté d’environ 69 % par rapport à la LPM 2014-2018 – je mets pour le moment de côté le projet de nouveau siège. La ressource totale doit s’élever à 3 milliards d’euros pour les années 2019 à 2025 ; le budget de la DGSE est passé de 310 millions par an en moyenne à 420 millions. La loi de programmation toujours en vigueur prévoit un montant de 590 millions en 2025. En 2023, la ressource allouée par la LFI s’élève à 440 millions d’euros en autorisations d’engagement et 417 millions en crédits de paiement (hors projet du nouveau siège).

Ce budget nous a permis d’appliquer une stratégie immobilière exigeante. Nous avons en permanence sur nos implantations des projets de construction de bâtiments tertiaires. Nous avons également anticipé la prise en compte du projet de nouveau siège au Fort-Neuf de Vincennes, annoncé par le chef de l’État le 6 mai 2021 lors d’une visite au Service.

Ce projet vise, je l’ai dit, à nous doter d’infrastructures dignes du XXIe siècle. Il s’agit de construire un ensemble immobilier d’environ 160 000 mètres carrés de surface de plancher, essentiellement des espaces tertiaires. Nous pourrons ainsi accueillir plus de 5 500 postes de travail, ainsi que les équipements nécessaires aux missions du Service et à la vie des agents ; nous accueillerons aussi des collègues des autres services de renseignement, dans le cadre de plateaux techniques. Nous serons de cette façon mieux connectés les uns avec les autres. Ce n’est donc pas seulement un projet immobilier mais un bâtiment qui nous permettra de mieux travailler, selon un nouveau modèle de fonctionnement, mis en place depuis la fin de l’année 2022. J’en dirai un mot tout à l’heure : le service s’est réformé, réorganisé.

Le cahier des charges impose une grande modularité des espaces de travail, qui seront adaptés à l’agilité de notre organisation. Nous pourrons rapprocher les équipes chargées du recueil et de l’exploitation du renseignement humain et de l’analyse ; ces synergies nous permettront de démultiplier notre efficacité.

En ces temps où le contre-espionnage revient au premier plan et où la menace terroriste n’a pas disparu, ce qui fait du service une cible évidente, nous disposerons aussi d’une emprise sécurisée selon les standards les plus exigeants.

Ce projet est structurant pour porter le renseignement français en 2050 au niveau où nous voulons le voir. C’est toute la fonction renseignement qui en sera améliorée, au profit des services relevant du ministère des Armées d’abord, de toute la communauté du renseignement ensuite.

Ce projet a bénéficié de l’inscription de 1,1 milliard d’euros en loi de finances pour 2021. Le projet de LPM 2024-2030 devrait permettre de sanctuariser ce projet de nouveau siège, qui est un signal majeur de la confiance que nous accorde la nation.

Nous serons, naturellement, très vigilants sur l’évolution des coûts, car les intrants augmentent et l’inflation est là. Le moment venu, nous devrons négocier de façon très dure avec les entreprises concernées pour faire en sorte que « l’édredon rentre dans la valise », pour reprendre l’expression de notre ministre.

L’exécution de la LPM actualisée nous a permis de poursuivre la transformation du service ; l’ensemble des crédits accordés annuellement ont été parfaitement et strictement consommés, hormis le report des crédits du nouveau siège.

Nous menons une politique active de recrutement, en nous adaptant constamment au marché de l’emploi. Nous obtenons de bons résultats : j’ai dix candidats pour un poste ouvert au concours d’attaché de la DGSE. Le niveau des agents qui présentent ce concours est en outre très élevé.

Nous menons pour cela une politique active de communication, bien au-delà du Bureau des légendes – même si j’admets que Malotru est pour nous un VRP extraordinaire. Nous disposons enfin d’un site internet moderne et attractif, qui n’est plus figé dans une image institutionnelle anachronique. Nous menons des campagnes de recrutement sur des réseaux sociaux professionnels, là où vont les jeunes et pas les vieux. Le directeur technique et de l’innovation passe beaucoup de temps dans les écoles d’ingénieur et les salons, pour créer de l’attractivité. Ces efforts portent : nous réussissons à recruter ceux que nous voulons attirer, notamment des spécialistes cyber, des jeunes, des geeks.

Pour faire face à la concurrence sur le marché de l’emploi, une campagne d’augmentation des salaires des contractuels, notamment dans les domaines techniques et cyber, a été réalisée en 2022. Je rends hommage à Florence Parly, qui s’est engagée sur ce sujet. Je rends hommage aussi à Sébastien Lecornu, qui entend amplifier cette politique pour fidéliser nos agents. Le ministère des armées appliquera au recrutement la grille des salaires établie par la direction interministérielle du numérique (Dinum). Nous aurons une seconde phase d’augmentation en 2023 pour le domaine du numérique.

Eu égard à la spécificité des postes concernés, les recrutements de civils se font après des recherches ciblées. Nous prenons des stagiaires uniquement dans le domaine technique, nous les choisissons de façon très précise. Nous recrutons une centaine d’étudiants en école d’ingénieur par an. Je l’ai dit, nous allons dans les écoles – et dans les salons – Vivatech, La Fabrique défense, European Cyberweek. Nous recrutons aussi beaucoup en ligne, sur LinkedIn, JobTeaser, Welcome to the Jungle

En matière militaire, nous nous sommes adaptés aux fortes tensions sur certaines spécialités. Dans le domaine de l’imagerie ou de la cyber, c’est la jungle ! Nous recrutons aussi des profils aguerris et des spécialistes de langues étrangères. Nous devons nous battre pour une ressource qui est malheureusement de plus en plus rare car très complexe à fournir.

La LPM 2019-2025, qui s’applique encore, prévoit un bond capacitaire majeur pour le Service ; nous sommes en train de réussir. C’est une obsession pour moi : ne pas décrocher du peloton de tête, rester dans la course des grands services de renseignement de la planète et ainsi préserver notre autonomie. Ce doit être notre ambition.

Je ne peux pas détailler ici le bilan opérationnel du service. Certains d’entre vous le connaissent néanmoins et savent tout ce que permettent les moyens que vous votez.

Je salue la mobilisation sans relâche des hommes et des femmes du Service pour protéger la souveraineté de la France, pour lutter contre le terrorisme, en particulier au Sahel et au Levant, pour nous protéger des menaces qui pourraient revenir sur notre territoire. Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris en 2024 constitueront une priorité pour toute la communauté du renseignement. Nous contribuons également à la contre-prolifération ; notre expertise nationale est confirmée. Nous agissons aussi en matière de sécurité économique, afin de nous défendre contre les agressions, contre un espionnage de plus en plus agressif et contre les pillages technologiques dans nos laboratoires. C’est un travail mené la main dans la main avec nos cousins de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et de la DRSD.

Nous nous intéressons à l’Afrique, au monde arabe, à l’Europe, et de plus en plus à la zone indo-pacifique, où se trouvent certains de nos départements et collectivités d’outre-mer : le Gouvernement en fait une priorité.

Dans le domaine cyber, la maturité a été atteinte ces cinq dernières années. Grâce à une montée en puissance spectaculaire, nous avons remporté des succès majeurs.

Je pourrais mentionner le contre-espionnage. Le lien avec la DGSI est permanent. Nous avons là aussi remporté des succès majeurs.

Nous luttons aussi contre l’immigration clandestine. La DGSE s’est vu confier la coordination de l’action des services de renseignement pour repérer ces activités à l’extérieur du territoire. Nous identifions réseaux et trafiquants.

Il faut mesurer l’importance du bond en avant réalisé dans le domaine de la cyber, en parfaite coordination avec les armées. Nous avons vraiment changé de monde ! Nous sommes montés en puissance dans ce domaine, en soutien à l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) et au Centre de coordination des crises cyber (C4) qui, sous l’égide du secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, assure la protection de notre pays. Nous avons également développé une capacité souveraine d’imputation de l’attaque informatique. C’est nous, DGSE, qui au sein de l’État repérons d’où viennent les attaques cyber. L’attribution publique est en revanche une décision d’ordre politique. Nous caractérisons ; le politique décide.

Au service de toute la communauté du renseignement, nous assurons le maintien de l’état de l’art technologique, et nous développons trois grands programmes mutualisés historiques. Cela concerne d’abord toutes les installations destinées à la cryptologie, qui ont fait l’objet d’investissements importants S. Nous développons ensuite les installations destinées au traitement des données. Nous élaborons enfin le dispositif technique de surveillance internationale.

Des travaux innovants et exploratoires dans plusieurs domaines de rupture ont été lancés pour préparer la DGSE à exploiter pleinement les nouvelles technologies au profit de ses missions, le tout en partenariat avec l’Agence de l’innovation de défense (AID).

Cette croissance a nécessité des adaptations et une réorganisation. Le Service a été réformé par les textes signés à l’été 2022, et entrés en vigueur le 2 novembre 2022. Du modèle en silos mis en place par Claude Silberzahn en 1989, nous sommes passés à une organisation dans laquelle les capacités sont au service des missions. Cette réforme fonctionne bien. Cette réforme donnera sa pleine mesure grâce au nouveau siège du Fort-Neuf.

Face à l’accumulation des menaces, la future LPM doit permettre la poursuite de la montée en puissance des capacités de la DGSE pour affirmer l’autonomie stratégique de notre pays dans l’évaluation des crises comme pour protéger et renforcer notre souveraineté politique – nos jugements doivent être indépendants – économique – nous devons lutter contre les pillages et promouvoir nos intérêts –, technique et technologique.

Le Service connaît des évolutions majeures de ses missions historiques. Nous allons continuer de nous investir dans les nouvelles zones de rivalité stratégique : l’Europe continentale, notamment la Russie et l’Europe orientale où nous devons réinvestir ; l’Indo-Pacifique, zones d’intérêt majeur. Nous n’oublions pas nos « clients traditionnels », car nous sommes très attendus sur l’Afrique du Nord, sur l’Afrique subsaharienne, sur le Proche et le Moyen-Orient. Nous ne laissons pas de côté nos thématiques traditionnelles, comme le contre-terrorisme – ce que vous attendez d’abord des services de renseignement, c’est qu’il n’y ait pas d’attentat sur le territoire français – ou la contre-prolifération.

Ces défis imposent au Service de maintenir à niveau nos capacités de renseignement actuelles, et d’abord les grands programmes techniques mutualisés, mais aussi de renforcer nos équipes et nos ressources en matière de systèmes d’information et de communication, de renforcer notre souplesse pour réorienter nos capteurs et nos ressources en fonction des priorités qui nous sont fixées par les autorités.

Nous devrons également diversifier nos accès humains et techniques. Dans le domaine du renseignement humain, nous devons préserver la capacité de clandestinité de la DGSE. Mon métier, c’est de recruter des sources : cela ne peut se faire que de manière clandestine. Face à la généralisation de la biométrie et des technologies de surveillance, c’est de plus en plus compliqué. Nous devons continuer à diversifier nos accès techniques, et contourner les murailles numériques mises en place par la Russie et la Chine qui investissent des moyens gigantesques dans la protection de leurs systèmes. En Chine, le service homologue de la DGSE emploie plusieurs centaines de milliers de personnes… Je ne souhaite rien de tel pour la France, mais je cite ce chiffre pour vous donner une idée des capacités dont se dotent certains pays.

Nous devons enfin renforcer nos capacités d’action et d’influence. Nous sommes attendus pour entraver les adversaires de la France et pour déjouer les manœuvres hybrides, les attaques informatiques, les manœuvres d’influence. La manipulation de l’information, en particulier, et les opérations de déstabilisation menées en ce domaine par des structures comme Wagner, constituent un sujet de plus en plus brûlant. Nous devons donc industrialiser nos capacités d’action clandestine, en particulier dans l’espace numérique.

Le projet de LPM pour les années 2024 à 2030 prévoit des dépenses élevées. Le chef de l’État a indiqué vouloir perfectionner nos capacités de renseignement pour mieux identifier, comprendre, analyser et attribuer des activités déstabilisatrices. Lorsque vous l’avez entendu le 5 avril, le ministre des armées l’a dit : « Cette stratégie de souveraineté est clé pour garantir l’autonomie de notre compréhension du monde, nécessaire à une diplomatie éclairée. » C’est pourquoi le Gouvernement prévoit une augmentation de près de 60 % des crédits alloués au renseignement ; les crédits de la DGSE devraient en particulier augmenter de manière significative, puisque les crédits alloués s’élèvent à environ 5 milliards d’euros – contre 3,5 milliards pour la précédente LPM. C’est là un sérieux bond capacitaire.

Grâce à ces ressources, nous pourrons disposer de capacités d’exploitation renouvelées et industrialiser nos outils d’investigation numérique. Nous entendons également poursuivre la transformation des services, en travaillant sur les projets d’infrastructures ambitieux dont je vous ai parlé, sur le fonctionnement interne et sur le dispositif de traitement des données de masse. Nous devons renforcer la mutualisation des outils et des ressources. Enfin, les capacités humaines de recherche technique et de traitement des sources, d’exploitation du renseignement ou d’action nécessitent une ressource qualifiée, avec le problème du recrutement et de la fidélisation.

Le Président de la République a également souligné l’importance vitale de l’aspect cyber, dans la continuité du discours de Toulon du 9 novembre 2022, qui rendait publique la revue nationale stratégique et annonçait la volonté de la France de disposer, dans les cinq ans, d’une cyberdéfense « de tout premier rang mondial ».

Le service bénéficiera aussi des montants prévus pour certains autres budgets que vous a présentés M. Lecornu, dans le cadre des synergies internes et des coopérations permanentes au sein du ministère des armées. Nous allons ainsi participer aux objectifs cyber, pour lesquels le budget prévu s’élève à 4 milliards d’euros : nous voulons une cyberdéfense de premier plan, robuste, crédible face à nos compétiteurs stratégiques, et apte à assurer dans la durée la résilience des activités critiques du ministère et l’interopérabilité avec nos alliés. La diversification des modes d’action permettra aussi de s’adapter aux évolutions technologiques.

Nos grandes priorités, vous l’avez compris, sont simples : éviter le décrochage et rester dans la course des meilleurs services de renseignement, ce que nous permettent les budgets prévus dans le projet de LPM ; accroître nos capacités au profit de la communauté du renseignement ; poursuivre l’évolution de notre organisation et déménager à Vincennes.

Je n’ai pas le temps de revenir sur les grands programmes techniques, mais j’insiste sur l’importance des investissements techniques, et notamment cyber.

Je terminerai par quelques mots sur le volet normatif. À la demande du service, le projet de LPM prévoit une modification du code de procédure pénale afin de permettre la communication par l’autorité judiciaire aux services spécialisés de renseignement des éléments d’une procédure recueillis dans le cadre d’une enquête ouverte pour crime de guerre ou crime contre l’humanité. Nous pouvons participer à la caractérisation de tels crimes. Nous pourrons aussi, sur ces sujets, échanger avec les services étrangers. Nous pourrons ainsi unifier le régime applicable à la communication d’informations par le parquet national antiterroriste – des possibilités sont déjà ouvertes en matière de terrorisme, et ce mécanisme fonctionne très bien.

D’autres mesures plus transversales sont également importantes pour le Service, notamment la disposition qui garantit la prise en compte des intérêts fondamentaux de la nation en cas d’activité privée en rapport avec une puissance étrangère, ce qui nous permettra d’empêcher des sociétés étrangères de recruter des anciens militaires français, grâce à un système d’autorisation préalable par le ministère des armées.

L’article 19 du projet de loi autorise les services de renseignement à accéder au casier judiciaire au titre des enquêtes administratives de sécurité.

L’article 22 protège l’anonymat des anciens agents des services de renseignement dans le cadre des procédures judiciaires.

Nos objectifs sont donc clairs : être les meilleurs possible pour renseigner au mieux nos autorités, et demeurer au premier rang des grands services occidentaux. Je le dis sans forfanterie : la DGSE est pour des services comme la CIA, le MI6, le BND ou le Mossad le partenaire stratégique évident dans l’Union européenne. Nous devons aussi contribuer à détecter des menaces qui pourraient peser sur notre pays avant la Coupe du monde de rugby et les Jeux olympiques et paralympiques de 2024. La future loi de programmation doit enfin nous permettre d’affirmer notre souveraineté dans tous les domaines et de compter d’abord sur nos propres forces, dans un monde où nous avons des alliés et des partenaires, mais pas d’amis. Il nous faut donc être autonomes. La réforme du Service, qui nous permet d’être plus efficaces, et la perspective de s’installer dans de nouveaux locaux modernes et adaptés nous permettront, j’en suis convaincu, d’exécuter les missions exigeantes et exaltantes qui nous sont confiées par nos plus hautes autorités.

M. le président Thomas Gassilloud. Avant d’en venir aux orateurs des groupes, je cède la parole à M. Jean-Michel Jacques qui est rapporteur du projet de LPM.

M. Jean-Michel Jacques, rapporteur. Le projet de LPM consacre 5 milliards d’euros au renseignement, mais aussi 4 milliards au cyber, 6 milliards à l’espace, 8 milliards au numérique et 10 milliards à l’innovation, autant de moyens dont bénéficieront indirectement les services pour rester parmi les meilleurs. Héritière de Jean Moulin mais aussi du général de Gaulle, la DGSE, par sa liberté d’action et d’analyse, garantit l’autonomie de notre pays.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le projet de transformation des métiers qu’accompagne le déménagement au Fort-Neuf de Vincennes en 2028 ?

M. Bernard Émié. En effet, dans le cadre de la coopération avec le ministère des armées, nous profiterons d’autres crédits que ceux dédiés spécifiquement au renseignement.

Aujourd’hui, nos locaux sont situés, d’un côté du boulevard Mortier, dans ceux du premier régiment du train, de l’autre, dans un camp d’internement qui a accueilli des femmes juives mais aussi des Républicains espagnols pendant la seconde guerre mondiale. Malgré les efforts pour les optimiser au fil des ans, ils ne sont pas du tout fonctionnels. Ils ne sont pas adaptés au travail en synergie et ne sont guère attractifs pour les jeunes générations. Les effectifs étant passés de 3 000 à 6 000 et bientôt 7 000, nous sommes particulièrement à l’étroit. Il était indispensable de trouver de nouveaux locaux pour améliorer nos capacités d’accueil pour les nouvelles générations ainsi que pour optimiser le travail avec les autres services – en particulier avec la DRM, la DRSD, la DGSI, Tracfin et la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) qui ont des agents sur le terrain – mais aussi entre les services à l’intérieur de la maison.

À ces mêmes fins, nous avons procédé à une réorganisation : les directions en silos – direction du renseignement, direction des opérations, direction de la stratégie – ont été transformées en centres de missions, à la fois thématiques et géographiques.

M. Lionel Royer-Perreaut (RE). Je vous remercie d’avoir confirmé que le projet de LPM représente un bond capacitaire pour les services de renseignement.

Les crédits dédiés aux personnels dans le projet de LPM sont-ils à la hauteur de l’ambition de la DGSE ?

Le projet de LPM vise à renforcer notre résilience et à faciliter les activités de contre-ingérence de nos services. Vous paraît-il de nature à répondre à la menace de guerre hybride ?

M. Bernard Émié. L’arbitrage sur les effectifs n’ayant pas encore eu lieu, je ne suis pas en mesure de vous donner des chiffres. Au sein du ministère des armées, la DGSE est le Petit Poucet… Je suis confiant dans notre capacité à obtenir des effectifs supplémentaires au terme des négociations internes. Ils sont indispensables pour poursuivre la montée en puissance, en particulier dans le domaine cyber. De même, puisque nos ambitions mondiales ont été rehaussées, j’ai besoin de redéployer des postes et d’en ouvrir dans le monde entier pour répondre aux sollicitations.

En matière de contre-ingérence, sujet majeur, nous optimisons l’effort de l’État à travers ses différentes agences. Le contre-espionnage est une fonction essentielle de la DGSE en France comme dans les postes à l’étranger. C’est à elle qu’il appartient d’identifier les tentatives d’ingérences dans nos services publics à l’étranger, nos implantations ou nos grandes entreprises. Les moyens envisagés nous permettront d’accomplir notre mission. Je suis un haut fonctionnaire réaliste ; je n’ignore pas que des arbitrages doivent être faits. Les moyens alloués au renseignement que vous voterez le moment venu, je l’espère, nous permettront de rester dans la course.

M. Laurent Jacobelli (RN). Vous avez fait état des nouvelles menaces dans le domaine cyber et des moyens humains et financiers que prévoit le projet de LPM pour l’endiguer. S’agissant de deux autres modes de renseignement – ce que j’appellerai le renseignement « à la papa », qui privilégie les actions sur le terrain, d’une part, et les opérations spéciales, d’autre part –, quelle est votre stratégie ?

M. Bernard Émié. Le cyber est une menace majeure. La riposte est une arme essentielle à la disposition de l’exécutif. Mais le cyber est aussi un objectif stratégique du renseignement.

Le renseignement « à la papa » est fondamental. Nous devons continuer à recruter des sources en plus grand nombre : la source humaine reste essentielle, tout ne procède pas de la technique. Pour cela, il faut jouer sur les ressorts basiques et immuables de l’individu. Nous devons aussi faire évoluer nos méthodes et investir les réseaux sociaux Ma stratégie consiste donc à renouveler et à élargir le vivier des sources du service.

Les opérations spéciales, par construction, je n’en parle pas beaucoup, mais elles existent. Les moyens qui nous sont donnés sont importants. Il est crucial pour moi que, dans le cadre du budget des armées, les vecteurs qui intéressent notre service soient entretenus, adaptés et renouvelés – je le fais valoir dans les discussions internes J’ai besoin de C-130, d’hélicoptères, de bateaux, etc. d’autant que la zone grise dans laquelle j’opère ne cesse de s’étendre.

Nous serons en mesure de répondre aux commandes, nombreuses, de l’exécutif.

M. Aurélien Saintoul (LFI-NUPES). Dans quelle mesure le trou d’air que nous connaissons dans notre accès souverain à l’espace affecte-t-il votre service ?

Les 5 milliards de crédits pour le renseignement n’iront pas intégralement à la DGSE. Pouvez-vous préciser la ventilation des crédits ?

Pouvez-vous nous indiquer le nombre de postes que vous demandez dans les arbitrages à venir ? L’Assemblée nationale pourra peut-être vous soutenir.

Plusieurs affaires portant atteinte à la souveraineté économique de notre pays ont émaillé l’actualité, la dernière en date concernant la société Segault. Leur nombre a-t-il augmenté d’après vos informations ?

Quel regard portez-vous sur le grand banditisme et la criminalité financière, et sur la menace qu’ils font peser sur la souveraineté de certains États ? Je pense aux Pays-Bas et à la Belgique qui ont pris conscience récemment de la gravité de leur situation.

M. Bernard Émié. Je cède la parole au directeur technique pour plus de précisions sur l’espace.

M. le directeur technique et de l’innovation. Le trou d’air dans le lancement des satellites n’affecte pas encore les capacités de renseignement. Il est indispensable de conserver une souveraineté, française ou européenne, sur les lanceurs dont nous aurons besoin pour déployer, sans risque de manipulation, de nouvelles constellations satellitaires.

M. Bernard Émié. Je reste flou sur les crédits car les arbitrages ne sont pas tout à fait finalisés. Toutefois, j’ai des raisons de penser que je peux obtenir un budget tangentant les 5 milliards d’euros. Je n’oublie pas mes cousins de la DRM et de la DRSD dont le budget a augmenté de 60 %. La DGSE profitera aussi des crédits alloués par le projet de LPM dans d’autres domaines.

Le charme de la DGSE, c’est qu’elle recrute avec beaucoup de professionnalisme. Lorsque j’annonce au ministre le recrutement de 500 personnes, je tiens parole, donc je suis crédible. Je demande car je saurai faire grâce aux équipes. Il me reste des personnels à recruter au titre de 2023 dans le cadre de la queue de comète de la précédente LPM. Nous le faisons en suivant des procédures lourdes : on n’entre pas à la DGSE comme à la sécurité sociale. Les vérifications de sécurité prennent des mois.

Je n’ai pas d’éléments spécifiques sur le cas de la société Ségault.

La délinquance financière n’est pas le terrain de chasse de la DGSE. C’est celui de Tracfin, un service qui est monté en puissance remarquablement au cours des dernières années et avec lequel nous travaillons très bien. La DGSE intervient aussi dans la lutte contre le trafic de drogue ou le trafic d’êtres humains dans la mesure où elle dispose de renseignements importants sur les filières et les passeurs. Elle contribue à nombre d’arrestations.

M. Jean-Louis Thiériot (LR). Pour éviter un décrochage par rapport à nos partenaires, l’une des clés est la capacité à recruter les meilleurs. Hélas, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre. Même si on ne rejoint pas la DGSE pour l’argent, cela contribue aussi à la sérénité et à l’attractivité… Comment se situent les salaires de nos agents par rapport à nos partenaires ? Outre les rémunérations, disposez-vous des outils juridiques pour vous attacher les meilleurs ? Des ajustements législatifs sont-ils nécessaires dans ce domaine ?

Sommes-nous équipés en technologies souveraines ? Comment faire en sorte que les pépites technologiques restent dans notre giron ?

M. Bernard Émié. Oui, nous disposons des outils juridiques mais nous devons faire avec les contraintes propres à l’écosystème français que sont notamment les règles de la fonction publique ou l’encadrement des rémunérations. Florence Parly et Sébastien Lecornu ont fait beaucoup d’efforts pour améliorer notre attractivité mais vous avez raison, on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.

Je peux compter sur une batterie impressionnante de spécialistes des mathématiques, de normaliens, de polytechniciens. Le niveau des officiers de la DGSE est supérieur à la moyenne, comme l’illustre leur taux de réussite à l’École de guerre. La qualité des agents du service est exceptionnelle.

S’agissant des rémunérations, les agents français sont moins bien payés que les Britanniques ou les Américains.

Nous réussissons à recruter les techniciens en début de carrière parce que nous sommes encore compétitifs. Mais dès qu’ils ont cinq ans d’expérience, dès qu’ils se fiancent et veulent acheter un appartement, cela devient très compliqué. Nous sommes confrontés à l’érosion de notre attractivité, en particulier en région parisienne où le coût de la vie est horriblement élevé, et nous ne sommes pas en mesure de proposer une offre alternative en province. C’est un motif d’inquiétude très sérieux.

En ce qui concerne d’éventuels ajustements législatifs, je laisserai la parole au directeur de l’administration. Sachez que nous manœuvrons au mieux pour garder une main-d’œuvre rare.

M. le directeur de l’administration. Nous disposons des outils juridiques nécessaires. Nous parvenons à transposer à nos corps les textes régissant la fonction publique. Pour les contractuels, nous nous appuyons sur des dispositifs réglementaires propres. Notre souci n’est donc pas juridique, il concerne les rémunérations et notre capacité à suivre l’évolution du marché.

M. le directeur technique et de l’innovation. Nous réussissons à conserver des capacités souveraines, soit en interne, soit en faisant appel à des industriels français voire européens, mais c’est un défi quotidien.

Je prends l’exemple de l’intelligence artificielle : si nous voulons rester maîtres des briques technologiques et garantir notre autonomie, nous devons investir et nous appuyer sur des start-up françaises et soutenir leur croissance.

M. Bernard Émié. La difficulté pour la DGSE est de conserver une part suffisante de militaires dans ses rangs. Lorsque j’ai pris mes fonctions, les militaires représentaient 25 % des effectifs, ils ne sont plus que 20 % aujourd’hui car les armées ne parviennent pas à mettre à notre disposition des personnels, non par manque de volonté mais par absence de ressources. Compte tenu de la hausse des effectifs, même si l’armée a maintenu son effort en valeur absolue, la composante militaire de la DGSE baisse. C’est un sujet de préoccupation car le service fait partie du ministère des armées. Nous devons absolument veiller collectivement à ne pas passer sous la barre des 20 % de militaires.

M. Vincent Bru (Dem). Le projet de LPM accorde 2 milliards d’euros aux forces spéciales. En opérations extérieures (Opex), les échanges entre les forces spéciales et la DGSE permettent de faire progresser nos forces grâce aux échanges de renseignements. Compte tenu de la multiplication des espaces de conflictualité, quelles relations envisagez-vous avec les forces spéciales ?

M. Bernard Émié. Les forces spéciales assument leurs actions, elles ne sont pas clandestines, donc c’est un autre monde. Que nous formions un nageur de combat de manière coordonnée, cela se conçoit mais ce sont bien deux mondes complètement différents. En zone de guerre cependant, les forces spéciales interviennent sur la base du renseignement que fournit la DGSE. La relation est forte et intime – souvent d’anciens membres des forces spéciales intègrent la DGSE –, la coordination est optimisée, les métiers et les savoir-faire sont cousins mais il y a une ligne de séparation très claire entre les missions des forces spéciales et celles de la DGSE. Les unes peuvent être assumées, les autres non et elles ont lieu sur des théâtres totalement différents.

Mme Mélanie Thomin (SOC). La réforme annoncée a pour but de décloisonner le Service et d’accroître son efficacité dans l’anticipation et le traitement des menaces. Comment se traduit-elle dans le projet de LPM ? Comment assurer le décloisonnement entre les différentes directions chargées du renseignement ? Il semble que l’effort budgétaire profite principalement à la DRM et à la DRSD et soit alloué plus à leurs moyens techniques qu’aux carrières et au recrutement en leur sein.

Le projet de LPM réduit de huit à trois l’ambition capacitaire pour les avions légers de surveillance et de renseignement (ALSR). Quel est le rôle de ces équipements pour les armées et la DGSE, sachant que cette dernière est dotée de capacités propres ?

M. Bernard Émié. La DRM et la DRSD sont des services de renseignement du premier cercle mais les ordres de grandeurs de leurs moyens n’ont rien à voir avec ceux de la DGSE. Ils bénéficient d’une hausse justifiée de leur budget mais les crédits pour le renseignement profiteront d’abord à la DGSE. Le service n’est pas mis de côté, bien au contraire. Je redis mon espoir de tangenter les 5 milliards d’euros.

Les ALSR relèvent de la DRM. Je ne peux donc pas vous répondre sur ce point. Le Service dispose de ses propres avions qu’il loue, ce qui ne va pas sans poser de problèmes. À ce stade, il possède les capacités et l’autonomie nécessaires pour répondre aux sollicitations. De temps en temps, nous pouvons faire appel à des appareils des forces spéciales pour observer un théâtre tactique dans une zone où nous agissons de manière coordonnée.

M. Loïc Kervran (HOR). Le groupe Horizons note avec satisfaction l’effort en faveur du renseignement car celui-ci est particulièrement adapté aux menaces actuelles – évolutives, sournoises, hybrides. C’est l’arme du XXIe siècle. Cet outil incarne aussi la souveraineté car sa mission est fondée sur la connaissance, l’anticipation ainsi que l’autonomie de décision et d’action. L’excellence de son renseignement, et singulièrement de son service secret spécial, est l’une des raisons d’espérer pour la France, pour reprendre le titre d’un livre qui vous est cher.

Vous avez évoqué les modifications normatives prévues par le projet de LPM. D’autres modifications législatives sont-elles nécessaires à vos yeux pour faire face aux nouvelles menaces ?

M. Bernard Émié. En tant que président de la commission de vérification des fonds spéciaux et membre de la délégation parlementaire au renseignement, vous avez joué un rôle éminent dans l’appropriation, ô combien importante, du monde du renseignement par le Parlement sous la précédente législature. La visite du président de la commission très rapidement après son élection s’inscrit dans la même logique d’interaction bienvenue.

Oui, le renseignement est l’arme du XXIe siècle. Le retour sur investissement est gigantesque et immédiat. Faute d’exposition, la DGSE souffre d’un manque de valorisation de son travail dans la protection de nos compatriotes et de l’État.

Il est en effet des domaines dans lesquels j’aurais souhaité d’autres aménagements normatifs. Je pense en particulier aux algorithmes mais le mot fait peur – je le comprends. La décision a été prise de ne pas élargir leur champ d’application, et je la respecte. Mon but est de faire fonctionner ce que j’ai à ma disposition mais je serai heureux si on venait demain à m’en donner davantage. Oui, il y a des marges de progression pour les prochaines LPM.